Logo Adicie.com

France, terre d’accueil

Par • 7 mars 2008 • Catégorie: France

Un poème qui traite de l’hospitalité des étrangers en France et du peu de respect de certains pour leur pays d’adoption.

FRANCE TERRE D’ACCUEIL

Aucun pays ne lui ressemble
Il est unique dans son style
Quand il le faut il se rassemble
Mais jamais ne devient hostile.
Ce grand pays, de tous les temps,
Incomparable terre d’accueil
Ouvert, généreux et constant
Faisant face à tous les écueils

Son sens de l’hospitalité
Universellement connue
Son respect de la dignité
De tous les hommes mêmes inconnus
Sont la preuve de son exception
Qui garantit pour tous le droit
De vivre au sein d’une nation
Libre, dans le respect des lois.

Au regard des multiples brassages
De toutes races, de religions
Elle nous communique un message
De tolérance de communion
Pour mériter d’être Français
Il faut prendre un engagement
Surtout savoir ce que l’on fait
Sans condition sans reniement

Partager de solides valeurs
Avoir le sens du devoir
Vouloir défendre ses couleurs
Donner avant de recevoir
La forme de xénophobie
Qui se développe en son sein
Est née des actions de lobbies
Qui veulent imposer leur dessein

Ces minorités étrangères
Qui refusent l’intégration
Ces populations passagères
Rois de la revendication
Qui contestent notre système
Sans jamais rien lui apporter
Qui jettent sur lui l’anathème
Dans un seul but en profiter.

Ils ne sont pas dignes de la France
Ils doivent sans tarder la quitter
Vivre autre part leurs différences
Ils n’ont pas su la mériter.
Elle n’est pas faite pour ces gens
Construite sur la liberté,
Sur l’égalité, exigeant
Le principe de fraternité

114 reponses »

  1. Avant de partir de France, je ne voyais pas comment il était possible de faire respecter les valeurs d’une nation par certaines catégories de personnes qui profitent sans rien donner en retour.
    Désormais, je vis en Andorre où je suis un étranger disposant d’un permis de séjour. Et je peux certifier que la principauté ne badine pas avec les branleurs de passage. Si jamais je reste 3 mois sans travail, la police vient me chercher et me raccompagne illico à la frontière.
    Pas de chômage, pas de criminalité, pas d’étrangers qui abusent du système.
    Bien sûr, le modèle andorran ne peut pas s’appliquer à la France car il y a seulement 60 000 habitants.
    Par contre, mon expérience de valeur importée et seulement tolérée me rend encore plus intransigeant par rapport à ceux qui sont là uniquement pour profiter d’un système français trop orienté vers l’assistanat.
    Evidemment, qu’il est bon de faire un peu de social, mais trop c’est contre-productif.
    La France est engagée dans un processus réducteur qu’il est impossible de renverser malgré tous les quotas d’expulsions imaginables.

  2. Comme toi Laurent, je suis une « travailleuse immigrée » en Andorrre, je sais donc de quoi tu parles.
    La France a des valeurs dont les étrangers, parfois indésirables, profitent, on ne peut le nier.
    Mais enfin, ce ne sont pas eux qui ont crée ce système il me semble !
    Je trouve que la France est un pays xénophobe, et pourtant elle a des lois qui permettent d’accueiliir toute la misère du monde, alors que ce n’est pas possible !
    Il y a beaucoup à dire sur le sujet…

  3. En effet, il faut se montrer digne de cette incomparable terre d’accueil ! Cette terre qui, par exemple, a inventé les camps de concentration, histoire d’y parquer tranquillos les réfugiés politiques de la guerre d’Espagne.

    Notre terre, si tolérante envers certains patrons (agriculture, bâtiment) qui traite les immigrés comme du bétail, n’est-elle pas celle qui soutient les dictatures africaines corrompues et responsables de l’extrême pauvreté de leurs ressortissants ?

    Je trouve qu’au contraire, l’immigré qui revendique sans cesse et filoute le système est bien mieux intégré que le bon père de famille respectueux des lois. Cet immigré, si prompt à se plaindre et à gruger l’Etat, ne prend-il pas exemple sur un grand patronat, abreuvé de subventions, d’exonérations d’impôts, s’engraissant sur le dos de marchés publics truqués et qui est présenté comme une élite et un exemple à suivre ? L’immigré arnaquant les Assedic n’est-il pas le digne disciple du capitaine d’industrie délocalisant son siège social pour continuer à bénéficier des avantages du pays sans participer à l’effort collectif ? Voilà bien de solides valeurs partagées, n’est-ce pas ?

    En effet, qui prend le mieux exemple sur le premier de nos représentants, le Président de la République ? Celui qui travaille dans l’ombre et paie ce qu’il doit payer en silence ou bien celui qui vit vingt-quatre heures sur vingt-quatre aux frais de la collectivité et exhibe à la moindre occasion les avantages matériels que lui procure sa situation ?

    En revanche ce qu’il ne faudrait pas, c’est donner des leçons de liberté, d’égalité et surtout de fraternité aux immigrés en leur montrant comment nous laissons crever nos vieux dans leurs excréments au sein des mouroirs-poubelles que nous sommes infoutus d’améliorer. Je ne sais pas si ça leur donnerait envie de partager nos si belles valeurs !

  4. Je ne peux que réagir positivement à ce poème car je suis moi-même un fils d’immigré.

    Mon père est arrivé d’Italie en 1956 dans une région ou les Polonais et les Italiens descendaient sous terre extraire le précieux minerai.

    Il est arrivé avec un travail en poche puisque les recruteurs Français allaient chercher cette main d’oeuvre directement au pays. La visite médicale d’ambauche avait lieu pour lui à Milan ou tous les émigrant étaient rassemblés avant de monter dans le train pour la France.

    Une fois arrivé en térritoire français, il ne fallait pas trainer avec l’Humanité en poche parce que c’était le retour au pays. Il ne faillait pas non plus faire le zouave car c’était la même sanction. A la moindre connerie c’était retour au pays.

    A cela, il fallait ajouter le contexte de l’époque : les Français étaient en Algérie et, lorsqu’ils rentraient au pays c’était bon de casser du Rital ou du Pollack.

    En tout cas, à la maison, on a toujours parlé français et mon père m’a toujours dit : « c’est la France qui te nourris alors tu te comportes bien et tu la respecte ».

    Alors, quand je vois aujourd’hui le laxisme ambiant, je suis écoeuré.

  5. Ben oui, aujourd’hui on paie le lourd passif que les pouvoirs précédents ont mit en place.
    France terre d’accueil ! On a ouvert nos frontières, on a fait croire qu’il y aurait du travail et un logement pour tous, alors que des français sont dans la misère.

    Je ne blâme pas ceux qui ont cru à l’Eldorado, après tout vivre pauvre dans leur pays d’origine c’est mieux que vivre pauvre en France. Mais je m’insurge contre les mesures mises en place. Il suffit que vous soyez étranger, pour avoir le RMI et la CMU. Ce qui implique que vous ne sortez même pas 0.50 ct d’euros pour vous faire soigner. Alors que les travailleurs français suent sang et eau pour payer les cotisations, et en plus n’ont pas cette chance. Ils doivent encore payer pour se faire soigner.

    Il n’y a pas que les immigrés qui profitent du système. Les anglais viennent acheter des maisons, les louent 2 mois par an, et demande en plus le RMI et la CMU.

    Maintenant, le jour ou m’expatrie je le ferais dans un pays dont au moins je maîtrise la langue, et je ferais en sorte de m’intégrer dans la culture, les obligations du pays. C’est la moindre des choses. Quand je vais chez des amis, je n’impose pas ma façon de vivre et je ne profites pas de l’accueil. J’essaie de respecter ceux qui ont la gentillesse de m’héberger.

    J’entendais hier que le Gabon veut renvoyer en France les français qui ne sont pas en situation régulière dans le pays. En réponse à la France qui expulsent les Gabonais actuellement. Et bien moi je donne raison au Gabon. Les français qui profitent du pays sans vergogne, ils n’ont qu’à renter au pays. Pourquoi on donnerait une leçon aux Gabonais, et nous nous irions faire la même chose chez eux ?

    Pour une fois, je trouve le commentaire de Médor très juste :) (Comme quoi tout arrive, même a être d’accord avec Médor). Oui c’est vrai, après tout qui doit donner l’exemple ?

    Sous le prétexte que est une « terre d’accueil » on a beaucoup privilégier les immigrants en mettant de côté les français.

    Je ne suis pas pour l’expulsion des immigrants qui se sont intégrés, travaillent et respectent notre pays, mais ceux qui ne sont venus que pour « profiter », et bien désolé : Mais dehors !

    Qui irait en Chine sans travail, sans parler la langue ? Personne ! Parce que là bas tu crèverais sur le trottoir. Il est normal que chaque pays ne puisse pas absorber toute la misère du monde.

    Accueillons ceux à qui on peut offrir une situation décente, en contrepartie d’un travail décent. Mais les profiteurs non merci ! De même que je m’insurge contre les français profiteurs. Il faut les mettre au travail eux aussi. Personnellement je pense que si on imposait aux RMIstes quelques heures de travail pour la collectivité publique, il y en aurait plus d’un qui retrouverait vite du travail. Toute peine mérite salaire. Pourquoi toujours assister sans rien recevoir en retour ?

    La France est malade de son assistanat !

  6. MEDOR

    Tu me fais penser à l’histoire du scorpion et de la grenouille.

    J’ai bien lu ta réaction, tu es pour l’instant le seul à réagir de cette manière, je te laisse à ton jugement.

    EDIT LAURENT : ATTENTION DE NE PAS REPARTIR EN VRILLE AVEC MEDOR COMME SUR L’AUTRE BILLET OU JE FERME LES COMMENTAIRES !
    PAS D’ATTAQUES PERSONNELLES S.V.P.

  7. Ne faites vous pas l’amalgame entre enfant d’immigrés (souvent de nationalité Française) et immigrés qui généralement savent les risques encourus a ne pas suivre, les us et coutumes d’un pays et font profil bas? Il ne me semble pas que beaucoup d’immigrés ou de clandestins se plaignent de la France en soit sauf lorsque leur conditions de vie sont proches de l’exploitation … il me semble que les fouteurs de merde sont plutôt des jeunes de la seconde génération… Enfin je ne suis pas sur en fin de compte, de qui parlez vous ???
    Quel minorité étrangère refuse l’intégration ?
    Et l’intégration n’est elle pas un phénomène nécessitant une réciprocité ? comment intégrer un pays ou les arabes et les noirs sont largement discrimines ?

    Attention je ne dis pas qu’il n’y ait pas de raison a cette situation, je ne nies pas qu’il y ait un problème, mais je ne suis pas sur de savoir qui vous mettez en cause…. Et pis je vois tout ca de loin au travers des médias, peut être mon regard est il biaise.

    Concernant les remarques sur l’assistanat dans les commentaires :Les Français non issus de l’immigration se reposent tout autant sur le système d’assistanat. Nos dirigeant aussi se reposent sur cet assistanat, aucun député de Droite n’émet de proposition quant a un rééquilibrage de leur retraites par exemple.
    La France est un pays de forte tête qui veulent régler leur problèmes individuels en changeant le quotidien de leur pairs… c’est affligeant.

    Pour ma part vivant aux USA , personne ne s’offusque que nous parlions exclusivement Français a notre fille. Personne ne me demande de repartir quand je fais part d’esprit critique sur le système politique et social du pays… Cela dit ma culture française fout le camp il suffit de relire mon commentaires pour y trouver de multiples fautes …de français.

  8. Qui a parlé d’enfants de la seconde génération qui sont français ? Pas moi en tout cas. J’ai pourtant dit que les personnes étrangères qui viennent en France, y travaillent et respectent le pays ne me dérange absolument pas. Au contraire, cela permet un mélange culturel qui est profitable à tous.

    J’ai dit et le répète (et d’ailleurs j’ai cité l’exemple d’anglais, donc rien à voir avec les maghrébins).. Ceux qui viennent en France pour profiter du système : Et bien je trouve normal qu’on leur demande de rentrer au pays.

    N’ai-je pas dit que tous les RMIstes (et il y en a beaucoup de français), devraient contribuer quelques heures par mois, à l’effort du pays en travaillant pour la collectivité ?

    Oui je suis pour que les dirigeants se remettent en question. Quand on voit qu’une nana qui paie l’impôt sur la fortune et touche le RMI pendant 8 ans, a été condamné à seulement reverser le RMI des deux dernières années, et bien cela me fait vomir.

    Désolé, mais moi je suis en France, et quand je vois le nombre de cotisations que je suis dans l’obligation de payer sous prétexte que je bosse, et qu’à côté des immigrants qui ne glandent rien roule en voiture haut de gamme, alors et qu’ils sont assistés de tous les côtés, et bien moi je ne trouve pas cela normal. Il faut qu’ils m’expliquent comment ils arrivent à avoir un tel train de vie. Parce que j’ai du mal à joindre les deux bouts en étant salarié, et je n’ai droit à aucune aide… Il faut qu’ils m’expliquent. Je dois être vraiment un incapable en matière de calcul.

    Garder sa langue maternelle c’est tout à fait normal, mais connaitre la langue du pays c’est un minimum non ? J’ai jamais dit qu’il fallait renier son pays. Je dis simplement que lorsqu’on va ailleurs c’est la moindre des choses que de parler la langue nationale. La nuance est importante non ?

    Non, je ne pense pas que le pays soit un pays de « fortes têtes individualistes » qui veulent changer leur quotidien en changeant le quotidien de leur pairs. C’est surtout un pays ou ceux qui bossent en ont marres de payer pour tous ceux qui ont un poil dans la main qui leur sert de canne ! On a pas de quoi se suffire à nous même actuellement, il est normal que l’on raisonne en disant : « Pensons d’abord aux français avant d’assister les immigrants ». Ou alors accueillons les immigrants dans un processus bien précis : Avec un boulot, et qu’ils aient les mêmes droits (et les mêmes obligations) que les français ».

    Cela ne choque pas les français immigrés en Andorre de justifier d’une activité sous peine d’être reconduit à la frontière à ce que je lis. Pourquoi, cela devrait-il choquer en France que l’on dise : « Immigrants sans travail retournez dans votre pays » ?

    Je trouve pas choquant que le Gabon dise : « Français en situation irrégulière : Rentrez dans votre pays ».

  9. Geoffrey mon commentaire était en réaction au poème ( concernant les personnes visées qui me semblait pas clairement définies ) et aux commentaires en général concernant l’assistanat, pas spécifiquement en réponse a ton commentaire.

    Mais pour répondre a ton dernier commentaires , c’est simple comment tu fais pour repérer les immigrants autour de toi ? tu leur demandes leurs papiers ? et comment sais tu si ils sont en situation régulière ou pas ?

    Pour ma part je suis tout a fait d’accord quelqu’un en situation irrégulière doit être reconduit a la frontière, sauf si l’état a encaisse ses impôts pendant 10 ans, la son attachement , son intégration doit être examinée…
    Après des clandestins sans emploi, je me demande si il y en a tant que ça…

    Par ailleurs je n’ai pas parle de forte têtes individualistes, mais de forte têtes ayant des problèmes individuels ( a savoir que chacun avec ses problèmes propres pense qu’une solution peut être apportée en remettant en cause autrui)
    Chassez un problème n’apporte pas forcement des solutions pour résoudre un autre problème.

    J’ai juste l’impression que toute solution au problème de l’immigration autre que les expulsions sur des critères ma foi très peu objectif soit de moins en moins envisageable en France. Pour 25000 clandestins reconduit a la frontière , combien rentre ? Les moyens administres aux expulsions ne devraient ils pas être alloues a la surveillance de l’immigration entrante ?
    Surement pas l’immigration qui est une variable de la gestion du travail a l’échelle nationale indispensable mais est aussi devenu un outil politique, formidable levier électoral.

    Il y a un problème mais la volonté de le régler est a mon avis un écran de fumée.

  10. Geoffrey tu m’as coupé l’herbe sous le pieds en répondant à « garçon

    Je voudrais quand même apporter quelques précisions

    GARCON dit je cite :

    « Ne faites vous pas l’amalgame entre enfant d’immigrés (souvent de nationalité Française) et immigrés qui généralement savent les risques encourus a ne pas suivre, les us et coutumes d’un pays et font profil bas?  »

    Garçon il faudra me préciser ou vous avez vu qu’ils faisaient profil bas ! Certainement pas en France. Aux USA peu-être !

    A partir du moment ou les règles de la société ne sont pas respectées peu importe qu’il s’agisse de première, seconde ou troisième génération. Et ne venez pas me dire que le fait de naître en France fait de vous un Français, sur le papier oui, mais pas nécessairement dans la tête.

    « …..un pays ou les Arabes et Noirs sont largement discriminés »

    Pensez-vous que les discriminations dont vous faites allusion sont exclusivement réservées aux Arabes et aux Noirs ? Il y a encore des « Gaullois » qui souffrent aussi de discriminations, qui cherchent du travail et pas nécessairement « au noir »

    Pensez-vous que dans leurs pays d’origine, les responsables politiques accepteraient les manifestations et défilés dans les rues de ressortissants étrangers ?

  11. J’ai oublié de mentionner que je suis moi-même fils d’immigré (mère Indonésienne et arrière grand-père paternel Italien).

    En effet, ce n’est pas la faute des personnes qui arrivent en France, croyant trouver un Eldorado. C’est clairement le système qui fait miroiter une situation meilleure que celle qu’ils connaissent chez eux.

    Juste pour réagir au commentaire n°7 de garcon, je pensais un peu comme toi avant d’arriver en Andorre. C’est-à-dire que des Français abusent également du système. Sauf que… ils sont Français et c’est toute la différence. En Andorre, les natifs ont des privilèges que je n’ai pas, mais c’est normal car c’est leur contrée et ils sont maîtres chez eux. Je ne suis qu’invité et toléré ici.
    D’ailleurs, c’est pareil aux Etats-Unis (que tu connais sans doute aussi bien que moi) dont j’ai été exclu pour absence de visa. Après 7 années passées là bas, dont 5 ans d’études à prix exorbitant, il n’y a pas eu d’état d’âme lorsque le douanier m’a interdit de rentrer dans le pays puisque je fonctionnais depuis 2 ans avec un visa de tourisme tandis que je vivais sur place.

    Certes, comme dit Médor, les Français montrent le mauvais exemple, mais peu importe car c’est leur nation et ils en font ce qu’ils veulent, même si c’est déplorable.
    Si je fais caca sur le tapis de ma salle à manger, c’est mon droit. Par contre, je ne veux pas qu’un voisin vienne chez moi mettre son caca à côté du mien.
    Ca ne veut pas dire que je ne veux pas que le voisin vienne chez moi, mais en tant qu’invité c’est logique qu’il surpasse mes manquements à la morale et la discipline pour se comporter correctement afin d’utiliser les toilettes pour faire ses besoins.

  12. EDIT LAURENT : ATTENTION DE NE PAS REPARTIR EN VRILLE AVEC MEDOR COMME SUR L’AUTRE BILLET OU JE FERME LES COMMENTAIRES !
    PAS D’ATTAQUES PERSONNELLES S.V.P.

    Reçu 5/5 Laurent, je n’ai nulle envie d’engager un dialogue avec MEDOR sur les bases de son analyse.

  13. Laurent j’aime bien ton petit mot et son humour scato !

    Nous sommes tous quelque part des descendants d’immigrés, (ou de réfugiés ce qui n’est pas tout à fait la même chose)
    la France comme je l’écris dans mon poème est le résultat de « multiples brassages de races de religions ».

    Pourquoi quitte-t-on son pays ?
    Si ce n’est pour trouver mieux ailleurs !
    Si ce n’est pas le cas, si l’eldorado n’est pas celui que l’on espérait, on retourne chez soi !

    On ne reste pas pour exploiter les failles du système sans prendre le risque de la sanction, tous les étrangers en situtation irrégulière savent les risques qu’ils prennent, ils doivent assumer !

  14. Ce n’est pas le dialogue que je veux éradiquer, mais les trolls comme par le passé.
    Il n’y a aucun souci à émettre des avis différents, surtout sur des sujets tels que ceux évoqués sur le blog. J’ai bien analysé les commentaires du billet « pauvre con, casse toi » et c’est à partir du moment où Médor a reçu un coup en dessous de la ceinture qu’il a commencé à montrer les crocs.
    Si c’est pour dire : « machin : t’es nul, t’es con ». Il vaut mieux s’abstenir.

    Donc, aucun souci pour batailler, mais c’est plus viable si cela reste centré sur le débat.

    Je ne veux surtout pas qu’il en ressorte que les commentaires doivent être lisses et polis car ce n’est pas le but. Il faut défendre ses opinions, même violemment. Par contre, ça doit se faire autrement que sur ces fameux commentaires du billet en question qui doivent rester anecdotiques sur Adicie.

    Bref, reprenons…

    Merci pour le compliment sur mon humour scato :) Je n’ai pas de talent de poète comme tu peux le voir, donc je fais avec les moyens du bord hihihi

  15. Nathalie bonjour, tu nous dis :

    « Je trouve que la France est un pays xénophobe, et pourtant elle a des lois qui permettent d’accueiliir toute la misère du monde, alors que ce n’est pas possible ! »

    Pour répondre à ta remarque je dirai que la France souffre d’une chose, celle d’être le pays des droits de l’homme !

    Cette situation l’engage vis à vis des autres pays et ils savent le lui rappeler, alors même qu’elle n’a plus les moyens de cette politique d’ouverture face à la mondialisation.

    Le pragmatisme doit l’emporter sur l’idéologie !

  16. Je ne crois pas que la France soit un pays xénophobe. C’est simplement que les xénophobes manifestent leur point de vue plus fort que les autres, mais l’héritage des droits de l’homme pèse dans les mentalités.
    Evidemment, c’est un lourd tribut comme le fait remarquer Robert. Sauf qu’à part ce statut particulier, il ne reste plus grand chose à faire valoir depuis l’étranger. Ah si, nous avons un président qui vient de se marier avec un top model dont les mâles du monde entier admirent le superbe postérieur, mais sur lequel tout le monde est passé sauf le train :)

  17. Laurent comme tu y vas ! « sauf le train »

    Je te rappelle que le 8 mars est journée de la femme, que les femmes ont conquis la liberté sexuelle, alors le train !!!

    Pour ma part je me félicite de cette descendance d’immigrés Italiens, elle est jeune, belle, et inteligente, marié à un descendant d’immigrés Hongrois, comme quoi la France n’est un pays pas comme les autres.

    Première dame de France elle mérite le respect ! Elle n’a pas à avoir honte de son anatomie bien au contraire ! et si ça fait baver certains mâles tant pis pour eux !

    Nous avons toujours réussi à intégrer ceux qui le voulaient vraiment; Pas toujours avec facilité, mais nous y sommes parvenus, Italiens, Polonnais, Portuguais, Espagnols, sont venus pour travailler par pour profiter, ni imposer leurs vues, ils voulaient devenir Français et ils se sont battus pour cela, ils ont réussi alors je dis « Respect ».

    Alors pourquoi, avons-nous des difficultés avec les ressortissants du Magreb et d’Afrique ?

    A mon avis cela provient de deux facteurs intimement liés :
    -Le facteur culturel
    -Le facteur religieux

    Je ne demande pas qu’ils renoncent à leur culture et leur religion en aucun cas, par contre je n’accepte pas qu’ils entendent sous quelques formes nous imposer leurs valeurs.

    Pour être respecter il faut d’abord respecter l’autre.
    Chez-moi je fais ce que je veux, chez les autres je fais ce que je dois pour les respecter, même si je ne suis pas toujours d’accord !

  18. Geoffrey atttention à l’amalgame ! tu nous dis :

    « Il n’y a pas que les immigrés qui profitent du système. Les anglais viennent acheter des maisons, les louent 2 mois par an, et demande en plus le RMI et la CMU. »

    Je vis en Bretagne une des destinations appréciées des Britaniques.
    Ce que moi je constate, sur le terrain, c’est qu’un grand nombre investissent dans des ruines qu’ils restaurent et s’y installent, inscrivent leurs enfants dans nos écoles, participent à la vie des communes.

    Les anciennes fermes abandonnées dans les hameaux revivent et bien entendu font des jaloux, les locaux ne comprennent pas ces « British » qui réussissent en créant des gites, des fermes auberges, etc…etc…

    Ne confondons pas les genres !

  19. Frederic le 7 mars, 2008 à 8:52:

    « Je ne peux que réagir positivement à ce poème car je suis moi-même un fils d’immigré. »

    J’ai lu ton commentaire Frédéric et je t’en remercie.

    T

  20. @Garçon désolé, effectivement je pensais que tu répondais à mon commentaire 😉
    Mais je te rejoins… Je m’insurge quand on lit qu’un avocat Malien en France depuis 20 ans, installé qui cotise on veut le reconduire à la frontière, comme le cas d’un enfant gravement malade à qui on ne veut pas reconduire le permis de séjour, et un autre cas encore plus surréaliste : Un algérien, en France depuis l’âge de 3 mois (le gars a tout de même la 50taine bien sonné), qui avait une carte d’identité, a voté pendant des années, a fait son service militaire et qui tout à coup on dit : Ah non, on peut pas vous renouveler votre CNI, vos parents n’étaient pas français ! On lui a supprimer son passeport, ainsi que celui de toute sa famille, et on le menace de reconduite à la frontière.

    Mais il faut aussi être réaliste : Les étrangers (avec ou sans papier) peuvent faire la demande pour le RMI, et la CMU cela va de soi. C’est tout de même hallucinant non ? Dans la mesure, ou comme le souligne Médor, on ne s’occupe pas de nos vieux qui crèvent dans des mouroirs !

    @Laurent : On est tous « Les français » (ou plutôt en grande majorité) de descendants de l’immigration. Je met au défi un français de me prouver que sur 4 ou 5 génération il est 100 % français. Cela n’empêche pas, que promis, juré je ne viendrais pas faire « caca » sur ton tapis :)

    @Robert, le cas que je cite des anglais qui justement viennent en France acheter des maisons, je le sors pas de mon chapeau. Même si tu as 10 familles anglaises qui s’installent véritablement en France, il y a dans la quantité des anglais qui profitent du système… Faut suivre l’actualité 😉

    Ou ai-je dit Robert qu’il n’y avait que les immigrés qui profitent du système ? Mais enfin, on peut déjà commencer par là, et dans le même temps se pencher sur les français profiteurs ! Quel qu’ils soient ! C’est pour cette raison que j’ai dit : « Instaurons que ceux qui touchent le RMI travaillent quelques heures par mois pour la collectivité »… Et après, on verra le taux de chômage baissé. Après tout le RMI c’est : « Revenu Minimum Insertion ». Et la ré insertion commence par une aide par le travail. Pas seulement des allocations !

    Pourquoi on trouve normal qu’à Andorre on ne puisse pas profiter des avantages accordés aux Andorrants, et qu’en France on trouve anormal que les immigrés en situation irrégulières soient reconduit à la frontière ?

    Après, oui, on peut se battre aussi sur les profiteurs « Français »… Personnellement, à une époque ou je recrutais du personnel, sur 30 personnes venant de l’ANPE, j’ai trouvé seulement 3 personnes qui avaient envie de travailler. On venait en me disant (avant même l’entretien):
    « Bon, le job ne m’intéresse pas, mais mettez moi un tampon sur ma convocation, sinon l’ANPE va me radier, et je ne percevrais pas les allocations ASSEDIC ».. C’est fou non ???

    Inutile de vous dire, que le tampon elles l’ont attendu !

    Je l’ai dit et le répère : La France est malade à cause de l’assistanat. Donc, il est temps de prendre les mesures qui s’imposent.

  21. Si je fais caca sur le tapis de ma salle à manger, c’est mon droit. Par contre, je ne veux pas qu’un voisin vienne chez moi mettre son caca à côté du mien.

    Je comprends parfaitement ton point de vue, mais l’immigré qui paye son loyer ou rembourse le prêt de sa baraque est aussi chez lui, au même titre que tous les locataires et propriétaires de notre joli pays. Je ne vois pas bien en vertu de quoi on peut exiger de lui des devoirs autres que ceux que nous exigeons des Français.

    Ou alors, exigeons de la même manière l’explusion du pays de tous les Français qui parasitent la société d’une manière ou d’une autre. Je ne vois pas pourquoi je goinfrerais des inutiles, quelle que soit leur nationalité.

    Sinon j’aime beaucoup les passages sur les facteurs culturels et religieux ainsi que sur les valeurs.

    Concernant la culture, je crois qu’objectivement j’ai plus de points communs avec les Arabes de ma jolie ville, qui savent ce que signifient les mots Nike, Iphone, Internet, micro-ordinateur, etc, qu’avec ma grand-mère dont la langue maternelle n’était pas le Français, mais l’Occitan. Je ne sais à peu près rien faire de ce qu’elle connaît, et vice-versa. Je ne tiendrais pas plus de deux jours si je devais mener la vie qu’elle a mené, et elle ne comprendrait rien à mes activités si elle devait les mener à bien. De là, il faut vraiment tordre le concept dans tous les sens pour argumenter sur je ne sais quelle culture commune ou héritage culturel !

    Concernant la religion, je confesse que je crains plus les dégâts causés par les évangélistes et autres scientologues que ceux causés par les musulmans. Il faut dire que je bouffe du curé à tous les repas, alors de l’imam, ça ne me change pas tellement.

    Concernant les valeurs enfin, et après m’être longuement penché sur la question, je ne vois guère de différence entre les valeurs prônées par le Coran (rôle de la femme, générosité et charité, loi du talion, prosélytisme, ordre, etc.) et les valeurs de ceux qui expliquent que les valeurs de l’Islam sont dangereuses. Dès qu’on se penche sur le concret, on s’aperçoit que les islamophobes et les pro-musulmans ne peuvent pas s’encadrer non pas parce que leurs valeurs sont différentes, mais au contraire parce qu’elles sont quasi-identiques et donc… en concurrence directe ! On peut énormément s’amuser à l’écoute des uns et des autres à la lumière de ce constat-là, je vous le conseille vivement !

    C’est surtout un pays ou ceux qui bossent en ont marres de payer pour tous ceux qui ont un poil dans la main qui leur sert de canne !

    Geoffrey, tu aurais raison si le problème se réduisait à cela. Mais la vie est longue et difficile, et celui qui bosse peut avoir besoin, à un moment ou à un autre, de la solidarité nationale pour ne pas sombrer. Si tu le flashes à l’instant T, tu le juges inutile. Si tu connais son parcours, tu te dis qu’il a bien raison.

    Je te file un exemple, les arts graphiques. Dans les années 90, on a expliqué à tous les quadras et quinquas du métier que s’ils voulaient garder leur place, il fallait qu’il se mettent à l’ordinateur (pré-presse et photogravure). Ils ont découvert l’outil à cet âge-là, se sont remis profondément en question, ont sévèrement galéré pendant deux ou trois ans mais, pour la plupart, y sont parvenus. Je ne sais pas si je pourrais changer aussi radicalement de métier à cinquante piges. Cinq ans après, le métier dans son ensemble capote (pour plusieurs raisons), les boites ferment, ils se retrouvent au chômage avec pour seules proposition des boulots pourris sous-qualifiés par rapport à ce qu’ils savent faire.

    Tu veux leur dire quoi, en face, à ces gens-là ? Ils maîtrisent un métier mieux que tu ne maîtriseras jamais le tien, ils se mangent un machin aussi énorme que l’arrivée des ordis qui les fait reprendre des réflexes de débutants à l’âge où ils sont au top de leur truc et dès qu’ils sont remis en selle, on les fout sur le trottoir ! De mon côté, je trouve qu’ils ont parfaitement raison de truander tout ce qu’ils peuvent en attendant leur maigre retraite (pour ceux qui truandent, hein, les autres peignent leur poil dans la main à grands coups de dépressions nerveuses et de tranquillisants).

    Ca ne me gêne pas de payer pour ces gens-là et ça ne me gêne pas que tu sois forcé de payer pour ces gens-là aussi. A un moment, c’est peut-être la garantie que d’autres égoistes paieront pour toi le jour où tu en auras besoin.

    Ce sont certainement des cas particuliers, mais chaque histoire est un cas particulier et on ne peut raisonnablement pas résumer des centaines de milliers de cas spécifiques à un lapidaire « ceux qui ont un poil dans la main qui leur sert de canne ». Gardons-nous de juger trop vite : le poil dans la main pousse rarement sans une bonne raison.

  22. pour Laurent: « Ah si, nous avons un président qui vient de se marier avec un top model dont les mâles du monde entier admirent le superbe postérieur, mais sur lequel tout le monde est passé sauf le train », ça c’est pas sympa et en plus un peu mysogine non ? Tu n’aurais pas dit cela d’un homme, c’est certain !

    Plus sérieusement, je suis réunionnaise et j’ai quitté cette île parce que le système français en a fait un enfer !
    Lorsque Mitterand a décrété le RMI, tout a changé du jour au lendemain:
    plus personne ne voulait bosser et c’était drôlement facile de réunir plusieurs membres d’une même famille pour acheter la voiture, « l’argent braguette » ( Allocations familiales) continuait d’être versé et les enfants pris en charge pour la cantine.
    Il va sans dire que cette manne tombée du ciel était (est?) mise à profit par les maires en quête d’électeurs…
    Le réunionnais, pas franchement bosseur s’est vite fait au côté confortable d’une situation où l’on donne sans rien demander en échange !

    La suite ? Ce sont des gens aigris parce que l’argent ne leur vient pas de leur travail, et puis ensuite envieux, parce que , malgré tout, le RMI ne suffit pas, et puis après agressifs !
    J’ai toujours considéré mon île comme un laboratoire vivant; savez qu’une plante importée devient, dans cet univers clos, une peste végétale ?

    Il faut des aides sociales, c’est beau un pays accueillant et qui a des valeurs de partage, mais quand je vois des retraités qui vivent en dessous du seuil de la pauvreté ou des handicapés qui ne trouvent pas d’endroit adapté, ou même des salariés qui n’ont pas les moyens de se loger, je me dis que la politique censée améliorer notre quotidien n’est pas bien menée !

  23. Nathalie, le problème est le même aux antilles !

    Personne ne veut travailler.

  24. @ Robert & Nathalie : en fait, mon commentaire sur Mme Sarkozy vient par rapport à un billet que j’étais en train de rédiger, donc vous comprendrez le sens de ma phrase en lisant le contexte.
    C’est justement dans le sens où la première dame de France devrait mériter le respect, mais son mari a trop galvaudé la fonction présidentielle pour qu’il reste un soupçon de respect.
    Mon propos peut choquer, mais pourtant je dis simplement ce que tout le monde pense sans l’avouer tout haut.
    Mais bon, suite au prochain épisode.

    @ Medor : je ne parlais pas du tout de l’immigré qui paye son loyer ou rembourse son prêt. La catégorie de gens que j’ai en tête payent rien et remboursent encore moins.
    Tiens d’ailleurs, en parlant de prêt, la dernière fois que je suis passé voir un de mes potes dans sa cité de Carcassonne, un de ses copains m’a proposé d’acheter une TV qui ne tombait pas du camion car la combine est différente. Le gars prend un crédit à la consommation et va acheter du matériel qu’il revend ensuite à bon prix. Bien sûr, il ne compte pas rembourser le crédit car il s’en fiche d’être fiché BDF.
    Entre le RMI, la vente de drogues, les vols et cette combine sur les crédits revolving, il gagne plus qu’un cadre et ne paye pas d’impôt.
    Mon copain de Carcassonne est Arabe; il a créé sa société de façadier; il emploie une dizaine d’ouvriers; il paye des impôts, etc. De l’autre côté, je vois aussi celui qui m’a proposé la TV à bon prix et qui fait partie de ceux qui commencent à me sortir par les trous de nez.

    Pour parler 2 secondes du RMI, je crois que c’est une excellente intention. Parfois, il n’y a pas d’autre solution dans la vie que de recourir aux services sociaux. C’est magnifique qu’un pays puisse offrir aux plus démunis de tels avantages.
    Seul souci : la cupidité humaine. Comme pour beaucoup de concepts sublimes, les gens en font un tel abus que ce n’est plus viable. L’histoire de Nathalie en est le parfait exemple.

  25. Geoffrey tu dis :

    « On est tous “Les français” (ou plutôt en grande majorité) de descendants de l’immigration. Je met au défi un français de me prouver que sur 4 ou 5 génération il est 100 % français.

    Juste pour te dire que c’est possible, puisque c’est mon cas !
    non pas sur 4 ou 5 générations mais :

    – 8 du côté paternel je n’ai pu aller encore plus loin !
    – 5 du côté maternelle, plus 5 générations Allemande et 1 génération Suisse.

  26. @Médor : Ceux qui ont un poil dans la main qui leur sert de canne, sont beaucoup plus nombreux que tu ne le penses. Crois-moi, j’ai vécu une période difficile, a ne pas avoir 5 francs (à l’époque) pour manger. Je sais ce que c’est qu’être dans la dèche la plus complète.

    Et à cette époque, le RMI n’existait pas. Mais je me suis bougé le cul plus d’une fois, pour me remettre en question, et trouver un job. Quand tu vois 27 personnes sur 30 qui viennent de l’ANPE pour un poste, mais qui ne souhaite pas travailler, juste percevoir les allocs, tu peux te dire que c’est tout de même un échantillon représentatif !

    C’est fini l’époque ou l’on faisait carrière dans un seul job. Tout va très vite maintenant. Donc il faut accepter de se remettre en question quelquefois et changer de job. Mais c’est une mentalité qui sera dure à faire accepter au Français qui sont pantouflards.

    La preuve : Laurent la donne ! (Tiens au passage je connaissais pas cette arnaque. En plus les crédits à la consommation on te les donne sur un simple coup de fil)… Et après quand tu as les huissiers au cul, il te suffit de faire un dossier de « sur-endêtement » et hop la dette est effacée.

  27. Economiquement, Le RMI est de l’argent qui est immédiatement réinjecté dans l’économie, donc qui au final revient dans les mêmes poches. C’est juste qu’au lieu d’être directement refilé à ceux qui se goinfrent réellement sous forme de subventions ou d’exemption d’impôt, il a transité par les mains de personnes démunies. Vu sous cet angle, les abus qu’il génère ne sont pas si graves, comparés aux avantages qu’il procure.

    En volume enfin, cinq ou six milliards, c’est une goutte d’eau dans notre budget (à comparer avec le résultat des récentes spéculations hasardeuses de la Société générale).

    A choisir, je préfère donc que quelques marioles profitent d’un système qui rend réellement service à ceux qui en ont besoin, plutôt qu’un système tellement contraignant que certains qui pourraient y avoir recours en seraient exclus (ce qui reste le cas aujourd’hui).

    Entre le RMI, la vente de drogues, les vols et cette combine sur les crédits revolving, il gagne plus qu’un cadre et ne paye pas d’impôt.

    Clair que c’est râlant. Cela montre que le système actuel a des failles. Est-il réellement intelligent de supprimer ces failles ? Imaginons un système parfait, dans lequel la fraude ne peut exister. Que se passe-t-il le jour où ce système tombe aux mains d’un parti non démocratique ? Comment résiste-t-on alors à ce système ?

    quand je vois des retraités qui vivent en dessous du seuil de la pauvreté ou des handicapés qui ne trouvent pas d’endroit adapté, ou même des salariés qui n’ont pas les moyens de se loger, je me dis que la politique censée améliorer notre quotidien n’est pas bien menée !

    En effet. Ajoutons à cela qu’en ce moment, nous préférons chercher des coupables plutôt que des solutions, nous n’en sommes pas sortis !

  28. Donc il faut accepter de se remettre en question quelquefois et changer de job.

    Tu sais, les yakafocons n’ont jamais résolu grand-chose. Ce n’est pas parce que le changement est difficile pour certaines personnes que l’avis des personnes en question est à négliger, ou qu’il ne faut pas en tenir compte, sauf à générer un système qui ne profite qu’à ceux qui ont une certaine mentalité.

    Dire « je suis capable de cela (de changement dans ce cas), donc tout le monde devrait en être capable » n’est pas très difficile. Mais toi ou l’un de tes proches, un jour, ne possède pas la capacité demandée, que fais-tu ?

  29. Clairement, le changement est plus que difficile à appréhender pour la vaste majorité des gens. C’est la société qui est ainsi faite puisque tu dois rentrer dans ta petite case et ne plus en bouger. Dès qu’il faut passer dans une autre case, la problématique est immense.
    Ce n’est même pas la peine d’envisager une telle refonte des mentalités car les fondements d’une société ne peut se le permettre.
    Je n’ose même pas imaginer un endroit peuplé d’électrons libres tels que moi. Ca ne tiendrait pas 5 mns. La société me tolère car je fais partie d’une minuscule minorité qui n’a pas d’impact sur la globalité, mais surtout il ne faut pas changer cet état de fait.
    Le fait qu’une carrière est désormais composée de plusieurs jobs va à l’encontre de la stabilité.

  30. Les immigres clandestins qui debarquent font profil bas, oui… ils ne cherchent pas a etre visible puisqu’ils sont traques.
    Effectivement comme vous le suggeriez a demi mots, vous parlez non pas des immigrants , mais des enfants d’immigrants… donc de FRANCAIS. La loi est ainsi faite… Remettez en cause le legislateur et pas seulement ces petits cons fouteurs de merde. Car il ne sont pas expulsables !! la France ne peux pas rendre ces enfants apatrides si facilement que ca.
    Apres si il faut etre francais dans sa tete pour obtenir les droits du citoyen Francais, il y a un paquet de gens qui seraient etre de bien meilleurs patriotes que le francais moyen et c’est la porte ouverte a une immigration massive. Non c’est absurde, la solution ne reside pas dans l’expulsion, mais dans les moyens mis en oeuvre pour stopper l’immigration entrante, dans la regularisation des immigres clandestins integre et offrant un benefice au pays, et surtout l’application de la loi de la republique a tout ceux qui sont hors la loi. Tout simplement.

    Comme le dit medor : « nous préférons chercher des coupables plutôt que des solutions »

    Par ailleurs aux USA c’est le contraire les immigres clandestins ne font pas profil bas du tout, 500 000 manifestants latinos immigres clandestins ont defile l’an dernier a Los angeles pour reclamer leur regularisation. Ils payent des impots ici et sans eux l’economie en Californie serait a genoux ( je ne cautionne pas l’utilisation de la main d’oeuvre immigree a bas prix, mais c un effet mecanique des societes capitalistes)…

    Non elle ne sont pas exclusives. Le terme Gaulois est bien mal venu, peut etre le terme blanc serait plus approprie ? Chercher du travail et ne pas en trouver n’est pas une discrimination, au noir ou pas…
    Renier le fait que trouver du travail est plus facile en France lorsque on est blanc plutot que noir ou arabe, cela me laisse pantois.

    En fait les cliches, les generalites, avec enrobages mediatiques pre electoral perdurent tristement…

  31. Et pourtant ils défilent dans les rues ! profil bas dites-vous !
    Alors nous ne parlons pas ma même langue !
    Défilés, banderolles, revendications pour obtenir des papiers si c’est cela profil bas !

    Il faut arrêter de se cacher la tête sous le manteau !
    Certes l’expulsion massive si elle ne représente pas la solution est tout de même un moyen de ralentir le phénomène !

    Stopper l’immigration clandestine d’accord, mais en aucun cas régulariser sous la pression

    Y en a marre ! de tout ce foutoir !

    Je crois que cela suffit, il faut stopper une fois pour toute la dérive et ne plus accepter les envahisseurs ! il y a urgence à réagir !

  32. Robert, tu as mal lu garcon qui dit que les immigrés illégaux aux USA NE gardent PAS profil bas.

    Ceci étant, tu perds un peu de l’élégance de ton poème avec ce dernier commentaire. Expulsion massive… stop aux envahisseurs…
    C’est trop radical à mon goût et tailler dans la masse pour préserver l’intégrité du pays est peine perdue. C’est une idéologie qui n’est plus de mise aujourd’hui.
    L’exemple des sans-papiers grévistes du restaurant des Champs Elysées est juste un exemple récent, suggérant qu’il faille juger au cas par cas si l’immigré clandestin mérite de rester ou pas.
    Les quotas imposés par Sarkozy ne sont qu’incitation au grand n’importe quoi.

  33. Je persiste et signe en affirmant que certains immigrés clandestins sans papier ne font pas profil bas en France.

    Les défilés et manisfestations pour réclammer une régularisation des sans-papiers ne sont pas organisés par les immigrés illégaux que je sache.

    Il y a 2 catégories d’immigrés :

    -Les légaux
    -Les illégaux

    Pour la première catégorie je souhaite, qu’on les laisse vivre paisiblement dans notre pays, que leurs « frères » illégaux ne soient pas la cause du rejet de l’étranger par amalgame.

    Pour la seconde catégorie, elle divise en 2 parties :

    Une partie qui travaille au noir pour des patrons sans scrupules.
    Une seconde partie qui travaille au « noir » pour leur propre compte.

    Certains font profil bas, mais ce n’est pas la majorité !

    Dès lors qu’ils ont réussi à passer à travers les mailles du filet pendant plusieurs années ils prennent de plus en plus d’assurance et sorte du « coin du bois » ! soutenus par toutes sortes d’associations de type O.N.G. (Un jour je ferai un billet sur les ONG) et exigent d’être régularisés.

    Si notre pays régularise les « clansestins » c’est la négation la plus totale du droit.

    Il n’y a pas à examiner cas par cas, mais à remettre ceux dont nous avons un réel besoin dans la légalité.
    En clair :

    -1°Reconduite dans le pays d’origine.
    -2°Enregistrement au consulat de France
    -3°Etablissement d’un contrat de travail
    -4°Justificatif du logement.

    Si nous n’appliquons pas cette procédure, nous insultons tous les immigrés légaux qui ont fait la démarche de respecter nos règles.

    Mon commentaire de 0h53 était volontairement provocateur il fallait le lire au second degré.

  34. Si notre pays régularise les “clansestins” c’est la négation la plus totale du droit.

    Une autre négation la plus totale du droit est de juger des personnes en groupe et de les sanctionner de même. La justice est individuelle. Une notification de reconduite pour une personne peut ainsi faire l’objet de recours et d’appel, pour lesquels un avocat peut intervenir. Ainsi la justice, par le biais du tribunal administratif, peut annuler un arrêté de reconduite.

    Après, on peut en effet remettre la loi en question pour la faire évoluer, mais je trouve tout à fait heureux que la décision finale puisse revenir à la justice, qui a pour vocation de juger les actes des personnes, en tenant compte du contexte dans lequel ont été commis les actes en question, et non de regrouper les gens « en deux catégories » pour appliquer des procédures.

    A part ça, « faire profil bas » ne fait pas partie des valeurs de notre pays de braillards, je ne vois donc pas pourquoi un immigré qui souhaite s’intégrer devrait s’y conformer. Au contraire, s’il revendique ses bruyamment ses droits, il fait preuve d’un état d’esprit tout à fait franchouillard !

  35. Ah j’oubliais : voici un exposé de l’état des lieux ainsi que le détail des voies de recours :

    http://www.mrap.fr/droit/reconduite

  36. MEDOR

    Si les autorités étaient moins laxistes, si elles ne se laissaient pas influencer par les associations, la stricte application de la loi exposée sur http://www.mrap.fr/droit/reconduite suffirait à règler la question des clandestins.

    A partir du moment où l’on commence à tergiverser, à chercher tous les moyens pour contrer la loi, en jouant sur les sentiments, en s’apitoyant, etc.. etc.. on donne de l’espoir et on ouvre le robinet au lieu de le fermer.

  37. Même si ça te déplaît, c’est le droit le plus absolu des personnes que de ne pas se soumettre à des décisions arbitraires (préfectorales) pour rechercher une décision de justice.

    Je ne vois pas bien le mal qu’il peut y avoir à recourir à des moyens légaux pour ne pas se faire lourder de notre joli pays. « Les autorités », dans un pays démocratique, ça signifie la police d’un côté et la justice d’un autre, avec possibilité d’être défendu par un professionnel de la chose quand l’Etat te tombe dessus.

    Je pense aussi que les personnes qui sont opposées à ces droits élémentaires ne sont pas « dignes de la France ».

  38. DION, ce que vous dites est totalement vrai et je l’approuve.
    Toutefois, s’il est vrai qu’il faut respecter la loi et les autorités, on a le droit de les contester, et je pense que ces lois sur l’immigration sont particulièrement contestables.
    Certes, les étrangers non-UE chôment beaucoup (30% si je ne m’abuse) et profitent de certains avantages, comme la santé. Mais n’oublions pas les situations qu’ils subissent. Guerre pour certains, absence d’espoir, …
    Est-ce bien raisonnable de les renvoyer à la frontière ? Obtenir l’asile politique est très dur en France.

    On devrait peut-être assouplir ces conditions d’obtention, cela éviterait beaucoup de reconduites injustes.

    P.S. : dire qu’il ne faut garder que ceux dont on a un réel besoin est un peu cynique et je trouve ça assez déplaisant et laid, c’est contraire à tout l’humanisme qui baigne notre identité nationale!

  39. ACIDIFIE

    La situation en France est dificile, il y a beaucoup de problèmes à règler, et notamment celui de l’immigration.

    Nous avons besoin de la main d’oeuvre étrangère pour satisfaire aux besoins de notre économie personne ne peut le nier c’est un fait.

    Par contre nous n’avons pas besoin de « squater » de « parasites » qui n’apportent rien à la nation vivent aux crochets de ceux qui travaillent, produisent, paient leurs impôts. C’est une question d’équité.

    Nous avons assez à faire avec les « Français glandeurs professionnels » pour ne pas encore entretenir ceux venus d’ailleurs. Si nous ne mettons pas un terme à cette situation nous courrons à l’affrontement.

    La générosité à ses limites ! c’est une question de moyens !
    et nous ne les avons plus !
    Surendettement ! Déficit de nos règimes sociaux !
    Pendant combien de temps allons-nous payer ?
    On peut partager les richesses tout le monde est d’accord, mais pour les dettes plus personne !

    Quand nous serons dans la « M…E , qui viendra nous en sortir ? personne, quand il sombre les rats quittent le navire.

    Je n’ai pas envie de voir sombre le navire !

  40. Je viens de trouver un document sur internet qui rejoint notre débat. Il risque fort de choquer mais je me dois de vous le présenter.

    LES IMMIGRANTS DOIVENT S’ADAPTER, ET NON les FRANÇAIS.

    Cela dit tout !
    Ceci est un éditorial non publié, écrit pour un journal d’ALSACE.

    S’il vous plaît veuillez lire jusqu’à la fin

    •Je suis fatigué de cette nation qui s’inquiète de savoir si nous offensons quelques individus ou leurs cultures. Depuis les attaques terroristes du 11 septembre, nous observons une vague de patriotisme par la majorité des Français. Par contre, la poussière des attaques était à peine retombée que le monde du « politiquement correct » a commencé à se plaindre qu’il y avait une possibilité que notre patriotisme offusquait les autres.

    • Je ne suis pas contre l’immigration et je n’ai aucune dent contre quiconque cherche une meilleure vie en venant en France. Notre population est presque entièrement faite de descendants d’origine. Par contre, il y a quelques petites choses que devraient comprendre les gens qui sont récemment arrivés dans notre pays et même, apparemment, quelques-uns qui y sont nés.

    • Cette idée que la France est une communauté multiculturelle a servi seulement à diluer notre souveraineté et notre identité nationale. En tant que Français nous avons notre propre culture, notre propre société, notre propre langue et notre propre style de vie.

    • Cette culture a été développée par des millions de femmes et d’hommes qui ont cherché la liberté, et ce après des siècles de luttes, d’épreuves et de victoires.

    • Nous parlons ALSACIEN et FRANÇAIS, pas l’espagnol, le portugais, le chinois, l’arabe, le japonais, le russe ou toute autre langue. Par conséquent, si vous voulez faire partie de notre société, apprenez notre langue!

    • « Liberté, Égalité, Fraternité » est notre devise nationale. Ceci n’est pas un slogan politique, chrétien ou de la droite… Nous avons adopté cette devise parce que des hommes et des femmes … basées sur des principes chrétiens ont fondé notre nation. Tout ceci est très bien documenté. Donc, c’est très certainement approprié que de l’afficher sur les murs de nos écoles.

    • Si Dieu vous offusque, alors je vous suggère de considérer une autre partie du monde pour votre nouveau chez vous et très vite car…

    • DIEU fait partie de notre culture

    • Nous sommes heureux avec notre culture et nous n’avons aucun désir de changer et nous nous foutons vraiment de la façon dont vous faisiez les choses dans votre pays d’origine.

    • Ceci est NOTRE PAYS, notre terre et notre style de vie. Alors lorsque vous aurez terminé de pleurer… de vous plaindre… et de rouspéter… au sujet de notre drapeau… de notre engagement… de notre devise nationale… ou de notre façon de vivre… Je vous encourage fortement à profiter d’une autre Grande Alternative …

    • LE DROIT DE PARTIR

    • Il est grand temps que les Français et Françaises parlent haut et fort.

    • Si vous êtes d’accord faites circuler ce message pour que les Français se réveillent et arrêtent de subir le dictat des étrangers.

    • Si vous n’êtes pas d’accord rejoignez les autres et quittez la France.

    AMEN

  41. Trop facile de mettre sur le dos des immigrés tous les maux possibles et imaginables.
    C’est la base du discours facho de base et je ne le supporte pas.
    Il faut des arguments un peu plus valables que  » mouin, on est dans la merde, faut virer les étrangers pour aller mieux ».
    Aucun argument et aucune solution à part gémir et porter la faute sur autrui est une manière d’argumenter totalement nulle.

    J’avais même envie d’effacer ce dernier commentaire tellement tu commences à montrer un visage qui ne me plaît absolument pas.

  42. Mon pauvre Robert, je te demande bien ce qui te prend de nous balancer ainsi un texte qui fait partie d’une chaîne venue du Québec. Pourquoi chercher à nous faire prendre des vessies pour des lanternes ?

    http://www.hoaxbuster.com/hoaxteam/forum_contributions.php?idForum=3152&idMess=55657

    En page 2, on lit : « il s’agit plutot d’une traduction (assez mauvaise par ailleurs) d’un article ecrit il y a quelques annees par un politicien republicain de droite de l’etat americain de Georgie, Barry Loudermilk. L’article, intitule « This is America », a d’abord ete publie dans un journal local, The Bartow Trader, quelques temps apres le 11 septembre 2001. Il a ete republie dans plusieurs journaux a l’epoque puis repris en “chain letter” et diffuse sur internet. »

    Je ne suis pas allé vérifier, mais on dirait que tes Alsaciens ont un joli accent amerlock !

  43. Tu peux l’effacer Laurent je ne t’en voudrais pas, permets moi cependant de te donner une interprétation du mot FACHO

    « Le mot facho à une vertu mais seulement pour celui qui l’utilise, c’est celle de faire HONTE. C’est la dernière arme morale du pauvre, car en réalité personne ne pense vraiment que l’autre est facho ..mais attention au lancer du mot fatal car il y a ceci en filigranes : “Attention car si tu penses vraiment cela au fond de ton coeur tu est vraiment un sous-homme: un facho! Et la peur, la honte d’être FACHO devrait te faire changer d’avis et te faire revenir dans mon camps car c’est celui du bien et tu es du côté du mal, repents-toi de tes erreurs”.

  44. MEDOR accorde moi le bénéfice du doute j’ignorais complètement d’ou venait cet éditorial.

    Je vois que tu le connaissais. je n’ai rien à ajouter !

  45. Je ne t’accorde le bénéfice de rien du tout.

    Tu as une tribune ici et tu t’en sers pour y envoyer des copier-coller d’articles dont tu ne prends la peine de vérifier la provenance, l’auteur ni le contexte dans lequel il été écrit.

    J’appelle ça du je-m-en-foutisme et je crains fort que l’ensemble de ton discours ne soit bâti sur ce genre d’approximations.

  46. Hou lala, comme dirait ma fille !
    Vous ne vous aimez pas beaucoup entre français… Je crois qu’une intervention posée et féminine s’impose! (joke)
    Serait’il possible de faire avancer le débat en se demandant pourquoi ces gens partent de chez eux pour trouver mieux que la misère et la maladie, parfois les persécutions ?

    Si l’un d’entre vous avait un cancer uniquement guérissable dans un autre pays, il n’irait pas ?

    Il y a des possibilités de lutter contre la pauvreté, la sous-alimentation, la sur-population , mais en aidant ces gens sur place, dans LEUR pays, c’est en tout cas, à mon humble avis, une solution plus digne et plus durable que de les raccompagner à la frontière menottes aux poignets non?

  47. Précise ta pensée MEDOR !

    Que laisses-tu sous-entendre ?

  48. Laurent, la nuit portant conseil je voudrais te préciser qui je suis :

    -Un homme de 61 ans qui aime son pays
    -Un homme qui durant son activité professionnelle a travaillé légalement dans le Maghreb et en Afrique, avec un permis de séjour et un contrat de travail approuvé par les autorités locales, en tant que D.G. de société.

    -Un homme qui a toujours respecté son personnel, et les lois du pays dans lequel il se trouvait.

    Enfin pour conclure, un homme qui ne supporte pas que dans
    son propre pays des étrangers décident unilatéralement, de s’y installer, d’y imposer leurs lois.

    Un homme qui défend l’intérêt de la nation avant celui des groupes, des classes, des individus qui la constituent.

    Si le « visage de cet homme » ne te plait « absolument pas »

    Vire le de ton blog !

    A l’âge qu’il a il ne changera pas !

    On peut être poète tu sais, cela ne veut pas dire, sourd et aveugle et se contenter de marcher dans sa tête.

  49. NATHALIE je partage tout à fait ton analyse.

    Il ne sert à rien de laisser entrer tout le monde en France en sachant qu’il y aura des reconduites au pays. M

  50. SUITE …..

    mieux vaut intervenir sur place pour aider au développement, mais attention à ne pas tomber dans un néo-colonialisme.

  51. @ Robert : te virer est trop facile. Au contraire, tu abordes un certain angle que je n’ai pas, mais je ne veux pas que tu tombes dans certain travers que j’ai pressenti.
    Entre ton poème et les derniers commentaires (31 & 40), il y a un énorme fossé qui s’est creusé.
    Reviens sur les fondamentaux, c’était plus agréable 😉
    Ton point de vue est utile et apporte des débats intéressants. Il faut seulement que tu gardes ta vision nationaliste et que tu oublies le facho.

  52. Un homme qui défend l’intérêt de la nation avant celui des groupes, des classes, des individus qui la constituent.

    L’intérêt d’une démocratie, justement, c’est que les individus ont une possibilité, au moins théorique mais bien souvent pratique, de dire « merde » à la nation quand on envisage de les spolier au profit d’une soi-disant raison supérieure, qui n’est en fait que l’expression de la volonté de quelques-uns pour asseoir leur propre pouvoir et imposer leurs idéaux.

    A tout hasard, je te rappelle que la France, que tu aimes tant, a adhéré à la déclaration universelle des droits de l’homme (qui ne sont pas, au passage, les droits du Français).

    http://www.un.org/french/aboutun/dudh.htm

    On y lit par exemple :

    Article 6 : Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

    Article 8 : Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

    Article 10 : Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

    Article 14-1 : 1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.

    Etc.

    En résumé, une personne, un individu, a des droits à faire valoir y compris contre je ne sais quel « intérêt de la nation », et cela, encore une fois, même si ça te déplaît.

    Cela signifie tout simplement qu’on ne peut prendre de mesure visant telle ou telle « catégorie » de personnes, mais seulement à l’encontre de telle ou telle personne après que celle-ci ait eu l’occasion de se défendre devant la justice.

    Toi qui prétends tant aimer la France, je suis très surpris de te voir bafouer sans cesse ce texte que notre pays a non seulement adopté, mais encore largement inspiré. C’est bien beau de se gargariser de joli mots quand il est question de patrie et tout le tralala, il semble qu’il t’es un peu plus difficile d’assumer les engagements de la patrie en question quand ces engagements ne recouvrent pas tout à fait tes propres idées, pas vrai ?

  53. Entre ton poème et les derniers commentaires (31 & 40), il y a un énorme fossé qui s’est creusé.

    Euh ouais, enfin en fin de poème il y a bien :

    Ils ne sont pas dignes de la France
    Ils doivent sans tarder la quitter
    Vivre autre part leurs différences
    Ils n’ont pas su la mériter.

    Ca, c’est bien du discours facho pur jus !

    Mais c’est bien que tu n’exclues par Robert pour cela. Cela lui apprend que l’expulsion n’est pas le seul choix qui s’impose lorsqu’on est en désaccord profond avec quelqu’un, contrairement à ce qu’il semble croire.

  54. MEDOR tu as lâché le mot fatal FACHO !

    Je t’invite à lire mon commentaire 53 sur ce que je pense de son utilisation.

    Ceci étant dit permets moi de préciser que mes prises de position s’appliquent prioritairement aux « immigrés clandestins »

    La déclaration universelle des droits de l’homme ne se limite pas aux articles que tu cites, il y a lieu de la lire dans son ensemble.

    Si cette déclaration était effectivement appliquée dans les pays d’origine des immigrés qui viennent en France, je crois que nous ne serions pas là à discuter.

    Pourquoi les immigrés qui viennent en France mettent-ils autant d’énergie à se prévaloir de cette déclaration alors même que chez eux ils sont incapables de la faire appliquer.

    D’autre part, pour se prévaloir des droits accordés par la D.U., il faut être en règle avec le pays qui vous accueille, y être entré légalement et non clandestinement !

    Que penserais-tu de quelqu’un qui entrerait chez toi sans y avoir été invité et exigerait le gite et le couvert pour ne parler que de cela ?

    C’est facile de brandir la D.U. et de jouer sur les sentiments !

  55. Laurent j’ai un peu de mal à te suivre !

    Dans ton commentaire N° 1 tu décris très bien ta situation de travailleur immigré en ANDORE..

    « Et je peux certifier que la principauté ne badine pas avec les branleurs de passage. Si jamais je reste 3 mois sans travail, la police vient me chercher et me raccompagne illico à la frontière.(1)
    Pas de chômage, pas de criminalité, pas d’étrangers qui abusent du système.(2)

    Bien sûr, le modèle andorran ne peut pas s’appliquer à la France car il y a seulement 60 000 habitants. »(3)

    (1) Les Andorrans sont-ils pour autant des Fachos ?
    (2) Les Andorrans ne respectent-ils pas la D.U. ?
    (3) Pourquoi ne serait-ce pas possible en France ?

  56. D’autre part, pour se prévaloir des droits accordés par la D.U., il faut être en règle avec le pays qui vous accueille, y être entré légalement et non clandestinement !

    Voilà qui est complètement faux ! Il s’agit des droits de l’homme, pas des droits des « hommes entrés légalement dans le pays qui les accueille ». Connais-tu le sens du mot « universel » ? Merci de te renseigner et de cesser d’émettre ce genre de contre-vérité.

    C’est facile de brandir la D.U. et de jouer sur les sentiments !

    Il ne s’agit pas de jouer sur les sentiments, mais de rappeler qu’on ne peut appliquer de décision arbitraire à l’encontre d’une « catégorie » de personnes dans notre joli pays, au contraire de ce que tu souhaiterais. Le pays que tu prétends aimer a ratifié cette déclaration, c’est faire preuve d’un drôle d’esprit patriote que de chercher à la contourner juste parce qu’elle donne des droits à des gens que tu n’aimes pas.

    J’en suis bien désolé, mais tes arguments ne reposent sur rien de sérieux. Autre exemple :

    Que penserais-tu de quelqu’un qui entrerait chez toi sans y avoir été invité et exigerait le gite et le couvert pour ne parler que de cela ?

    Je n’aurais rien à en penser. J’aurais juste à appeler la police qui remet la personne aux mains de la justice, laquelle statue sur le quelqu’un en question, à la lumière de mes accusations et de sa défense, et le condamne à une peine prévue par la loi. Je ne vois pas bien le sens de la question.

    Bref, clairement, ta proposition est en contradiction flagrante avec les droits de l’homme, que je t’invite effectivement à lire dans son ensemble (il y a un lien dans mon intervention précédente).

  57. @ Robert : nous étions sur la même longueur d’onde par rapport aux personnes qui s’incrustent et abusent du système. Ca s’est arrêté lorsque tu as commencé à dévier vers des propos largement plus radicaux. Virer tout le monde et empêcher les autres de rentrer n’est pas du tout ce que j’ai en tête.
    C’est moi qui ait du mal à te suivre. Tu n’est pas cohérent et procède à un amalgame dangereux.

  58. MEDOR tu bottes en touche ! tu ne réponds que sur ce qui t’arrange !

    « Pourquoi les immigrés qui viennent en France mettent-ils autant d’énergie à se prévaloir de cette déclaration alors même que chez eux ils sont incapables de la faire appliquer ?

  59. Laurent explique moi ou ai-je dit :

     » Virer tout le monde et empêcher les autres de rentrer…..

    Par contre :

    -J’insite bien sur le fait que les clandestins ont vocation à rentrer chez eux ! ils pourront revenir s’ils le veulent mais légalement.

    -La France a besoin d’une M.O. étrangère, elle a aussi le droit de choisir qui doit entrer, elle n’a pas à se laisser imposer une population immigrée qu’elle est incapable d’accueillir dignement.

    – Le fait de raccompagner les clandestins, c’est la reconnaissance et le respect pour les autres.

    N’est-ce pas toi qui écrivait n° 11

    « En Andorre, les natifs ont des privilèges que je n’ai pas, mais c’est normal car c’est leur contrée et ils sont maîtres chez eux. Je ne suis qu’invité et toléré ici.
    D’ailleurs, c’est pareil aux Etats-Unis (que tu connais sans doute aussi bien que moi) dont j’ai été exclu pour absence de visa. Après 7 années passées là bas, dont 5 ans d’études à prix exorbitant, il n’y a pas eu d’état d’âme lorsque le douanier m’a interdit de rentrer dans le pays puisque je fonctionnais depuis 2 ans avec un visa de tourisme tandis que je vivais sur place. »

  60. Pourquoi les immigrés qui viennent en France mettent-ils autant d’énergie à se prévaloir de cette déclaration alors même que chez eux ils sont incapables de la faire appliquer ?

    Parce que ceux qui émigrent ne sont pas ceux qui font appliquer les lois dans le pays d’origine, ça ne te paraît pas évident ?

    C’est plutôt toi qui bottes en touche. Tu n’opposes aucun argument (sauf un joli mensonge que j’ai relevé plus haut) au fait que tu préconises l’application d’une décision arbitraire à un groupe de personnes, alors que la loi de notre pays et les droits de l’homme exigent au contraire une justice individuelle.

    Tu prétends être un homme qui défend les intérêts de la nation avant ceux des individus, ce qui montre que tu n’as rien compris aux principes qui régissent le pays que tu affirmes aimer ; après tu me demandes ce que je pense en tant qu’individu sur un cas particulier, bref, tu nages effectivement en plein incohérence de laquelle ne ressortent que tes imprécations anti-immigrés.

  61. Bon, on tourne en rond sur ces commentaires car c’est l’incompréhension totale.

    Si tu veux prendre mon exemple, tu crois que c’est bien de la part des Etats-Unis de me virer alors que j’ai fait mes études là bas (1 million de francs juste pour l’inscription universitaire), que je travaillais et que je contribuais largement à la société (impôts, société, consommation, etc.) ?
    Tout ça parce que je ne travaillais pas dans le domaine de mes études, donc impossible d’avoir un sursis de visa. J’ai été traité de la même manière qu’un mexicain sans le sou qui traverse à pieds le Rio Grande pour travailler illégalement aux USA.

    Quand à l’Andorre, il faut cesser de suggérer l’application du système en place ici car c’est un modèle unique qui est applicable nulle part ailleurs.

    La France possède un tout autre statut que l’Andorre et désolé de dire qu’il est inconcevable de faire marche arrière à grands coups d’expulsion et interdiction d’entrer comme tu sembles le suggérer.
    Etre ici m’ouvre les yeux sur ces concepts intéressants, mais je n’ai jamais dit qu’il fallait appliquer le modèle andorran à la France.

    C’est peut-être de ma faute car je cite mes propres exemples, mais si tu veux me piéger à me faire dire des choses que je ne pense pas ça risque de fortement me déplaire.

    Si cette discussion continue sur ce chemin, je me verrais obliger de la fermer.

  62. LAURENT je pourrais continuer de dialoguer avec toi et je suis persuadé que nous pourrions trouver un compromis acceptable
    sur le sujet, car tu as une expérience personnelle qui te permet de donner plus de hauteur à la question.

    MEDOR je crois que poursuivre avec toi n’aboutirait à rien, car si mes propos sont parfois excessifs, la violence verbale que tu utilises l’est encore plus. Je l’ai tout de suite senti dans ton commentaire n° 3, je regrette d’être tombé dans ton piège.

    MA CONCLSION

    L’immigration n’est pas un sport, ce n’est ni « la roulette russe »
    ni une partie de pocker !

    Ce n’est pas honnête d’en vouloir aux autres quand on perd ! et leur demander de vous sortir du pétrin !

    Si l’on prend des risques il faut les assumer !

  63. Ce serait sympa, Robert Dion, que tu cesses un brin de troller. Laurent te parle de personnes qui s’incrustent et profitent du système et tu embrayes sur les immigrés clandestins (ou l’ensemble des immigrés, au gré des réponses qu’on te fait). Ca s’appelle un amalgame et c’est un procédé qui ne marche qu’auprès des simples d’esprit d’extrème-droite, autrement dit des fachos.

    Ce serait mieux que tu argumentes réellement, si tu en es capable, plutôt que de recourir à de tels procédés qui ont pour seul effet de faire baisser encore, si cela est possible, le niveau du débat.

  64. MEDOR je crois que poursuivre avec toi n’aboutirait à rien, car si mes propos sont parfois excessifs, la violence verbale que tu utilises l’est encore plus. Je l’ai tout de suite senti dans ton commentaire n° 3, je regrette d’être tombé dans ton piège.

    Et voilà, zéro argument et une pauvre pirouette pour couvrir une déroute. Comme quoi les idées d’extrème-droite reculent si on prend le temps de les dégringoler en douceur, ce n’est qu’une question de volonté. Merci donc, Robert Dion, de m’avoir permis de montrer cela !

  65. Je note avec tristesse que même sur des sujets graves « de la discussion ne jaillit pas la lumière « .
    Chacun campant sur ses positions, personne n’a de solution à proposer et on se croirait dans une cour de récréation…
    Je vais retourner à mon tricot !

  66. Article 19

    Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

  67. Nathalie, ce n’est pas en prenant de la hauteur que l’on contre les idées d’extrème-droite, mais en descendant à leur niveau. Mais bon tricot !

    Robert Dion, absolument, je te félicite pour cette saine lecture ! Sais-tu que certains profitent de cet article 19 pour essayer de répandre des idées qui sont en totale opposition avec la déclaration qui l’inclut ?

    Hélas, ils préfèrent généralement quitter le débat quand les vrais arguments arrivent.

  68. Ce serait mieux que tu argumentes réellement, si tu en es capable, plutôt que de recourir à de tels procédés qui ont pour seul effet de faire baisser encore, si cela est possible, le niveau du débat…

    La question c’est argumenter sur quoi exactement? c’est dur de savoir ou vous en êtes dans le débat s’il existe !
    Moi j’ai bien envie de participer…

    La polémique semble provenir de ses 2 phrases :

    Ils ne sont pas dignes de la France
    Ils doivent sans tarder la quitter

    La quitter je ne sais pas, mais pas à n’importe quel prix :-)

    car la je crois réver en lisant cet article publié sur le site de l’Association SALAM concernant l’expulsion de pakistanais

    « un avion spécialement affrété de 160 places a quitté la France avec à son bord 27 Pakistanais arrêtés en situation irrégulière ». De plus, « 75 places étaient réservées aux policiers chargés de les escorter et 5 places à des accompagnants civils dont un médecin ». La Cimade a dénoncé une « expulsion collective » contraire à l’article 4 du protocole 4 à la Convention européenne des droits de l’Homme. Cet article comporte une seule phrase : « Les expulsions collectives d’étrangers sont interdites ».

    Donc 3 policiers pour un expulsé …waow ca pête les scores en terme de rentabilité ! sans parler du Medecin …l’histoire ne dit pas qui était les 4 autres civils…peut etre des clients de Degrifftour Mdr

    Un BUS c’est pas suffisant ? :-)
    En plus avec les ONG la bas, on doit pourvoir faire une bonne action en laissant le bus pour que les 25 pakistanais montent une entreprise de transport…..
    C’est ca l’expulsion durable….lol
    Qu’en penses tu MEDOR?

  69. Ayant reçu plusieurs mails me demandant d’ouvrir à nouveau les commentaires, c’est fait.
    S’il pouvait y avoir un peu de texture aux propos, ça serait beaucoup mieux.

  70. Merci

  71. Sur le cas particulier évoqué et sans plus de détails, je n’ai pas d’opinion. Qui sont les 27 Pakistanais ? En vertu de quoi n’ont-ils pu rester sur le sol Français ? Bref, sans connaître précisément chaque cas, je ne sais avoir d’opinion sur la question.

    Sur l’histoire du coût, je crois qu’il est important de donner à la justice les moyens dont elle a besoin pour s’exercer. Sinon, encore une fois, c’est le retour à l’arbitraire et à la sanction collective.

  72. Mon premier message n’était qu’un caillou dans l’eau pour ne pas dire un pavé dans la mare, histoire de voir la réponse du Pitbull, pardon, de Médor…

    Reprenons :
    Le titre du Poème : France terre d’accueil

    Petite remarque au passage, je ne vois pas de point d’interrogation à la fin du titre…
    Il ne s’agit donc pas d’une question, l’auteur ne semble donc pas remettre en cause ce fait

    France terre d’accueil
    Oui à 1000% !!!!!!!

    Maintenant pour moi une question importante subsiste ! Combien ?
    Combien d’immigrés la France peut elle accueillir dans les meilleures conditions ?
    Une réponse est évidente : Cela ne peut être l’ensemble des mal-lotis de la planète

    Ensuite vient une deuxième question !
    Toutes les communautés résidant sur cette planète désireuses d’améliorer leurs situations de vie, peuvent elle toutes s’intégrer en France ?
    La culture, l’histoire, le niveau socio éducatif, etc., sont autant de difficultés à surmonter pour garantir la réussite d’une intégration.

    Bilan des courses on ne peut pas non plus faire abstraction de l’origine des immigrés demandant la France comme terre d’accueil.

    Là Médor normalement n’est pas d’accord !

    Et bien dans ce cas je monte une liste de candidats acceptant d’héberger des familles d’immigrés en provenance de certains pays dont je tairai le nom pour ne blesser personne.

    Et là je suppose que le nom de Médor apparaîtrait sur la première ligne !

    Pour comprendre mon message faut-il encore avoir suffisamment voyagé et vu de prés la misère du monde. C’est ton cas Médor ? Car il me semble que c’est le cas de l’auteur.

    Je ne cherche pas à défendre l’auteur à qui je ne saurais trop conseiller de revoir la fin de son poème s’il ne veut plus être traité de facho par des esprits étroits et a priori limité en statistiques et dans la connaissance des différences culturelles.

    Je lui fais même, sans prétention, une proposition pour conclure son poème :

    Soyons dignes de la France
    Elle ne peut pas tout accepter
    Vivez autre part vos différences
    Sans y être inquiétés
    Elle n’est pas adaptée à tout le monde
    Son slogan c’est liberté, égalité, fraternité
    Ce n’est pas le cas dans le tiers monde
    Voilà une triste réalité.

  73. La culture, l’histoire, le niveau socio éducatif, etc., sont autant de difficultés à surmonter pour garantir la réussite d’une intégration.

    Eh bien essayons de vérifier cela, puisque tu en as l’air si certain.

    Concrètement (mais concrètement, hein !), quels sont les éléments de cultures qui sont obligatoires pour pouvoir s’intégrer en France ? Quelle Histoire faut-il avoir ? Quel niveau socio-éducatif faut-il atteindre ? Quelle origine faut-il enfin avoir ? Et bien sûr pour chaque question : pourquoi ?

    Et à l’inverse, quoi de tout cela n’est-il pas, à ton avis, tolérable dans notre joli pays ?

    J’espère que tu vas nous proposer des arguments fondés et des illustrations, et non des incantations.

  74. Une bon point pout toi, tu reconnais déjà qu’il s’agit d’un joli pays !
    Des arguments fondés et des illustrations, et non des incantations.
    Je me demande bien pourquoi tu utilises le mot incantation, à moins peut être que tu en ignores la définition…..je te renvoie donc à ton dico…

    Non je suis sympa je t’aide un peu….. « Formule magique, chantée, ou récitée, pour obtenir un effet surnaturel. » je te laisse méditer…

    Maintenant tu me demandes d’argumenter
    On dirait que la aussi tu as des lacunes ….soit plus précis
    Tu attends quoi ?
    Que je te donne des preuves de mes affirmations ?
    Que je te fasse un résumé des œuvres qui traitent du sujet ?
    Ou que je me risque à faire un ensemble de propositions et d’estimer les conséquences ?

    Certes l’inversion de la charge de la preuve est une technique de communication efficace mais elle a ses limites face à celui qui la maitrise.

    Combien d’immigrés la France peut elle accueillir dans les meilleures conditions ?
    Quelqu’un a t’il la réponse ?
    Car qui peut contredire le fait que la France n’est pas en mesure d’intégrer tous les malheureux de la planète ?
    Tu peux contredire cela Médor ? Tu as un nombre à proposer?
    Pourquoi ne pas chercher à répondre à cette question d’abord ?
    Si tu es capable de me donner un nombre, alors je me risquerais volontiers à te donner ensuite l’orientation (l’origine des demandeurs pour que tu comprennes mieux) et enfin la qualité (le minimum requis pour être intégrable)

    Le minimum requis pour être intégrable

    Quelques exemples basiques pour Médor :
    L’ensemble des peuples ayant pour rituel l’excision et revendiquant le droit de la pratiquer n’a à mon sens que peu de chance de s’intégrer dans notre société, ou l’on considère que ces pratiques sont barbares et inhumaines.
    Idem pour la lapidation
    Idem pour la polygamie
    Idem pour le crime d’honneur
    Idem pour le mariage forcé

  75. Bon, évacuons les piètres effets de manche, nous avançons. Nous ne tolérons pas en France les personnes pratiquant l’excision, la lapidation, la polygamie, le crime d’honneur ni le mariage forcé. Je me demande bien pourquoi ils faudrait tolérer les crimes qui ne sont pas « d’honneur » et en quoi la polygamie est aussi horrible que l’excision, mais ne nous éparpillons pas.

    Ca répond à un huitième de la question, mais nous progressons. Il faut classer ça où ? Dans les éléments culturels ? Si oui, ce sont les seuls ? Y a-t-il des pratiques culturelles qu’il est obligatoire d’avoir selon toi ?

    Et qu’en est-il pour ce qui concerne l’Histoire, le niveau socio-éducatif et l’origine ?

    (Pour le reste, je te rappelle que le sujet n’est pas les gens qui veulent rentrer en France, mais les gens qui y sont, n’en sont pas, euh, « dignes » et qu’il est question de foutre dehors. Il n’a jamais été question d’accueillir tout le monde).

  76. allez pour ouvrir un peu le debat voila une info interessante. Causons chiffres :)

    http://www.rue89.com/2008/03/10/en-france-le-solde-migratoire-est-en-realite-quasiment-nul

    Tiens je me sens a peine faire parti du mouvement ( immigre en californie depuis 2003)

  77. Ah ben tiens, tu jettes un pavé dans la mare avec cette info.
    C’est en effet super intéressant d’apprendre que le solde migratoire tourne autour de 6000 personnes par an en déduisant les émigrants (dont je fais partie comme toi 😉 )
    Du coup, c’est vraiment une tromperie de faire retomber tous les maux de la France sur les épaules des pauvres immigrés.
    En tout cas, je garde ces statistiques en stock pour des débats ultérieurs.
    Merci garcon

    Au fait, avec tes accents qui manquent à ton clavier US, ton pseudo fais penser à la chanson de koxie lol
    http://www.youtube.com/watch?v=zGkBa3CKfgo

  78. Oui et en plus l’ordre de grandeur est assez stable dans le temps, mais si vous envoyez la bonne info tout de suite, on n’a pas même pas le temps de s’amuser un peu.

    J’en suis toujours à La culture, l’histoire, le niveau socio éducatif, etc., sont autant de difficultés à surmonter pour garantir la réussite d’une intégration.

    Je pense que nous avons une chance d’apprendre que les kamikazes étrangers et les violeurs d’enfants internationaux sont indésirables sur notre sol, mais je suis bien curieux de savoir quels sont les éléments culturels obligatoires pour le bon Français, l’Histoire officielle de laquelle il doit découler et le niveau socio-éducatif nécessaire à sa bonne intégration !

  79. D’autres chiffres intéressants :

    190 000 reconduites à la frontière entre 1990 et 2006 :

    http://www.lemonde.fr/web/infog/0,47-0@2-3224,54-888207@51-863813,0.html

    Pour le nombre de clandestins, le nombre varie entre 130 000 et 400 000 selon les sources (plus elles sont à droite, plus il y a de clandestins) :

    http://www.rfi.fr/actufr/articles/076/article_43041.asp

    Parmi ceux-ci par exemple, autour de 50 000 chinois exploités sans vergogne :

    http://www.chine-informations.com/actualite/50-000-sanspapiers-chinois-dans-la-misere-en-france_3454.html

    Le propre de ces clandestins est hélas d’être complètement soumis aux mafias spécialisées dans la viande humaine. Ce qui en fait, au contraire de ce que suggère l’extrème-droite, le contraire de fainéants vivant grâce à la générosité collective et grugeant le système. Ce sont bien au contraire des personnes engraissant leurs exploiteurs et ne bénéficiant de rien du tout.

    C’est à l’encontre de ces personnes que l’on cherche actuellement substituer l’arbitraire à la justice, en faisant décider leur expulsion par l’administration plutôt que par le tribunal.

  80. Pour info :

    Extrait de l’article paru dans le magazine Jeune Afrique :

    Combien d’étrangers ?
    FRANCE – 4 mars 2007 – par DOMINIQUE MATAILLET

    En 2006, l’Insee a rendu publique une série de données démographiques parmi lesquelles le nombre des immigrés, évalué à 4,93 millions, soit 8,1 % de la population totale de l’Hexagone (61 millions).

    La population augmente chaque année d’environ 365 000 habitants, un chiffre obtenu en additionnant le solde naturel, qui est de 260 000 individus (800 000 naissances moins 540 000 décès), et le solde migratoire, voisin de 100 000 (200 000 entrées pour 100 000 sorties).

    Pour ce qui est du « stock » de clandestins, c’est-à-dire leur nombre cumulé au fil des ans, diminué des départs ou des régularisations, le ministère de l’Intérieur donnait, en 2006, la fourchette de 300 000 à 400 0000 personnes. L’association Droits devant parle pour sa part de « 500 000 sans-papiers ».

  81. Ah très bonne source ! Voici l’excellent article en question :

    http://www.jeuneafrique.com/jeune_afrique/article_jeune_afrique.asp?art_cle=LIN04037combisregna0

    On y lit notamment : « Rapporté à la population totale, le solde migratoire représente 1,7 pour mille. Si l’on y ajoute les irréguliers (100 000 plus 50 000), le taux passe à 2,5 pour mille. Comme dit l’autre, ce n’est pas la mer à boire pour un pays qui a connu des taux autrement plus élevés (jusqu’à 3,5 pour mille) dans les décennies 1960 et 1970. »

  82. La politique migratoire est un enjeu contemporain s’il n’en faut, mais dès la Révolution française, des sanctions incompréhensibles ont été mises en place. A l’époque, il était interdit de quitter le pays puisque le passeport était carrément supprimé.
    De nos jours, le parcours de l’émigrant est tout aussi difficile (j’en sais quelque chose). C’est un vrai parcours du combattant de s’installer à l’étranger et c’est pareil pour le migrant en France. La liberté de circulation n’est pas de mise et ceux qui se considèrent comme citoyens du monde (j’en suis) ne sont pas au bout de leurs peines. Nous sommes presque des traîtres, évoquant l’idée que notre fuite est un échappatoire à l’impôt et une fuite d’une nation en déclin pour des cieux économiquement et socialement plus radieux.

    Un autre point concerne l’inquiétude que les immigrés deviennent une source principale de peuplement. Sur ce fait, ce n’est pas une inquiétude, mais une nécessité car le déclin est indéniable si l’immigration n’apporte pas de force de peuplement. Il faut rappeler que l’allongement de la durée de vie et le faible taux de fécondité hexagonal va engendrer un solde naturel négatif d’ici 2050.
    La loi sur l’immigration de 2006 va dans le sens de Leconsultant qui préconise une « immigration choisie », mais les exemples de nos voisins européens (Espagne, Suisse, Italie) montre que cela n’a servi à rien. Les régularisations massives ont choqué, mais n’ont pas endigué le flux migratoire subit.

    Pour finir, la crainte que la population d’immigrés deviennent une force politique est également vaine. Aux Etats-Unis, les candidats aux élections présidentielles font des pieds et des mains pour draguer la population latino, mais les statistiques montrent que cette frange de la population vote très peu. C’est pareil en France avec la population maghrébine, devenue majoritaire en termes d’immigration depuis la décolonisation.
    Ah ben tiens, nous y venons à la décolonisation. Si tant de maghrébins débarquent en France depuis l’indépendance de leurs pays, il faudrait peut-être assumer les dégâts causés par cette politique de colonisation dévastatrice. L’appel de la mère patrie est trop grand pour être ignoré et découle directement des politiques colonialistes mise en place depuis des siècles.

    Edit : je rajoute un article que je viens de lire dans Le Monde d’aujourd’hui

    C’est dans un faubourg d’Angers (Maine-et-Loire), dans le studio de sa fiancée, native, comme lui, de Tchétchénie, qu’Adam Siev, âgé de 28 ans, a posé son bagage. Il salue les visiteurs d’un timide  » bonjour « , l’un des rares mots de français qu’il connaisse. Visage carré, épaules massives, le jeune homme a l’air étonné d’être là. Il a raison. Sans doute est-il l’un des derniers émigrés tchétchènes à avoir pu gagner la France. L’un des derniers miraculés de cette guerre oubliée des confins de la Russie, qui n’ait pas, sitôt arrivé à Roissy, été renvoyé directement à Moscou. Adam Siev est un genre de migrant en voie d’extinction : il a eu finalement accès au formulaire de demande d’asile…

    Il est vrai qu’Adam Siev est un voyageur atypique : plutôt que de s’envoler pour l’Europe d’un aéroport d’Ukraine, de Biélorussie, de Moldavie voire de Turquie ou d’Egypte – comme le font la majorité des candidats à l’exil d’origine tchétchène -, il a choisi de partir de Moscou, avec un billet pour Alger via Paris ou, plus exactement, via Roissy. Ce choix inhabituel se révélera payant.

     » ON A EU LA TOTALE  »
     » Pour aller en Algérie, on a besoin d’un visa. Mais on l’obtient assez facilement « , explique Assia M., 24 ans, en France depuis sept ans, mariée religieusement à Adam. Les jeunes gens communiquent le plus souvent par téléphone mobile. Adam n’a qu’une idée en tête : rejoindre Assia, qui vit et travaille à Angers depuis six ans. Loin des soldats et des check-points de Grozny. Le dimanche 27 janvier, Adam décolle de Moscou. L’avion se pose quelques heures plus tard sur le Tarmac de Roissy.  » J’avais dit à Adam : quand tu arrives, va tout de suite voir un agent de police et demande le droit d’asile « , poursuit Assia. Ce qu’il fait, docilement.

    Conduit au local de police, où patiente déjà une famille de Tchétchènes en provenance du Caire, le jeune homme doit donner son passeport, ses billets d’avion et son téléphone mobile, que les policiers  » éteignent aussitôt « . Quant à la demande d’asile, pas question. Il a beau dire et demander, les policiers restent de marbre. Impuissant, Adam est conduit sous bonne escorte jusqu’à  » son  » avion, en partance pour Alger. Après tout, n’est-ce pas la destination marquée sur son billet ? Arrivé à Alger, avec son visa en bonne et due forme, il téléphone à Assia. Il ne parle ni le français ni l’arabe. Et le tchétchène n’est pas franchement à la mode parmi les personnels de l’aéroport de Dar El-Beida.

    Assia, en revanche, maîtrise parfaitement la langue d’Albert Camus et de Kateb Yacine : c’est elle, par téléphone mobile interposé, qui, de Paris, parlemente avec l’employée algérienne de la compagnie Air France, afin d’avancer la date de retour d’Adam. Ce dernier obtient une réservation sur le vol du lendemain, lundi 28 janvier. Cette seconde escale parisienne représente son ultime chance. Assia décide de venir l’attendre, avec une de ses amies tchétchènes. Elle appréhende un peu, forcément. Pour la jeune femme, aussi, c’est un moment crucial.

    L’avion se pose à l’heure et Assia aperçoit la silhouette d’Adam, à travers la baie vitrée du terminal 2B. Ils se font signe. La jeune femme interpelle un agent de la police des frontières, pour savoir ce qui va se passer. Le fonctionnaire se montre aimable, Assia lui parle de la Tchétchénie, elle lui explique la situation d’Adam – qui fuit les persécutions et les violences. Le fonctionnaire semble attentif. Comme en passant, il demande à faire une copie de ses papiers d’identité. Assia ne se méfie pas. Elle propose même de servir d’interprète, en cas de besoin. Après tout, elle connaît la France. Elle-même est devenue française en 2006. Elle a confiance. Toujours flanquée de son amie tchétchène, elle suit l’homme jusqu’au local de police. Et le piège se referme : les deux jeunes femmes apprennent qu’elles sont placées en garde à vue, car suspectes d' » aide à l’entrée et au séjour irrégulier  » d’un étranger.

     » On a eu la totale : les menottes, les interrogatoires interminables, la fouille au corps à deux reprises, et une nuit de détention « , résume Assia. Ses copains, Jeanne M., une étudiante d’origine rwandaise, et Jean A., employé dans un fast-food et Angevin pure souche, réunis autour d’un café, dans une brasserie d’Angers, sourient. L’incident fait partie du passé. Car l’histoire, cette fois, s’est bien terminée. Quand l’avocate commise d’office rencontre les deux femmes, mardi 29 janvier, elle ne comprend pas ce qu’elles font là. Il faudra pourtant attendre l’après-midi pour qu’on les relâche.

    Adam, placé en zone d’attente, subit le même traitement. Il a détruit son passeport, ses titres de transport et tout ce qui pouvait permettre de déterminer sa nationalité : pour pouvoir le remettre dans un avion à destination de Moscou, les autorités françaises doivent d’abord prouver qu’il est russe. Cette fois-ci, il a donc le temps et l’opportunité de remplir le formulaire de demande d’asile. Peut-être sera-t-il finalement débouté et expulsé du territoire français. Mais au moins aura-t-il la possibilité – prévue par la loi – de plaider sa cause. En attendant, il est lui aussi relâché, sur décision du juge des libertés et de la détention de Bobigny.

    Adam Siev ne le sait pas, mais il est un  » miraculé  » : depuis le 1er février, l’obligation d’un visa de transit aéroportuaire (VTA) interdit à l’immense majorité des Tchétchènes candidats à l’exil de quitter la Russie.  » Il va devenir de plus en plus compliqué d’arriver jusqu’en France. Mais, relève Martin Rosselot, coordinateur du Comité tchétchène, cela n’aura pour effet que de renforcer le commerce parallèle et les filières clandestines. Car les Tchétchènes continueront à s’exiler.  » Selon lui, cela en découragera peut-être quelques-uns qui venaient pour des raisons économiques, mais certainement pas ceux qui ont des  » raisons valables et légitimes  » de demander l’asile.

    Catherine Simon et Laetitia Van Eeckhout

  83. Le ministère de l’Intérieur donnait, en 2006, la fourchette de 300 000 à 400 0000 personnes.
    Droits devant parle pour sa part de « 500 000 sans-papiers ».
    A ma connaissance DROITS DEVANT n’est pas vraiment de DROITE !
    Ne jouons pas avec les chiffres et reconnaissons les faits.

  84. Medor on change complètement de sujet !

    « 50 000 chinois exploités sans vergogne »

    Là il s’agit d’une organisation criminelle, d’un nouvelle forme d’esclavage.

    Nous ne sommes plus sur l’accueil des immigrés en France ni sur leur intégration.

    Il appartient au forces de l’ordre d’arrêter les criminels :
    Ceux qui font entrer et ceux qui emploient.

  85. Oui bien sûr…

    Dans ton commentaire 54, tu affirmes Ceci étant dit permets moi de préciser que mes prises de position s’appliquent prioritairement aux “immigrés clandestins”

    Donc en parlant d’immigrés clandestins, et plus particulièrement de ces Chinois-là, je ne change pas de sujet, au contraire je suis en plein dedans.

    Après, si les clandestins ne correspondent pas à la caricature que tu voudrais en faire, je n’y peux rien.

    Peux-tu à présent cesser d’ergoter afin que nous nous consacrions au fond du débat ? Merci d’avance.

  86. D’accord !

    J’ai dit ce que pensais des criminels qui se servent de l’immigration pour se faire du fric !

  87. Ca répond à un huitième de la question, mais nous progressons.

    Je te remercie de reconnaitre le fait que j’aide à faire progrésser le débat ! Ce qui malhereusement ne s’applique pas vraiment pour toi!
    A l’occasion repond aux miennes ca fera peut etre avancer les choses ….

    Certains essaient d’apporter des solutions pendant que d’autres ne font que des constats, bref continuons….

    MEDOR : J’en suis toujours à La culture, l’histoire, le niveau socio éducatif, etc., sont autant de difficultés à surmonter pour garantir la réussite d’une intégration.
    je suis bien curieux de savoir quels sont les éléments culturels obligatoires pour le bon Français, l’Histoire officielle de laquelle il doit découler et le niveau socio-éducatif nécessaire à sa bonne intégration !

    On va donc répondre à Médor !
    « les éléments culturels obligatoires » : Je n’ai pas parlé d’éléments culturels obligatoires
    mais d’élements culturels imcompatibles avec les fondements de notre société.

    Medor :Je me demande bien pourquoi ils faudrait tolérer les crimes qui ne sont pas “d’honneur” tu as lu ça où ?

    De plus sI j’ai spécifiquement parlé des crimes d’honneur c’est qu’il sont étroitement liés à certaines culures.

    Mais peut être ne sais tu pas de quoi il s’agit exactement…
    Une petite aide encore :
    …Sous l’étiquette des crimes dits d’honneur figurent les « meurtres d’honneur », les mariages forcés, la violence domestique, les mutilations des organes génitaux féminins ou les vendettas. Aux fins du présent rapport, l’accent sera placé sur les « meurtres d’honneur » avec quelques références aux mariages forcés et à la violence domestique.
    Les crimes dits d’honneur sont une pratique ancienne consacrée par la culture plutôt que par la religion, enracinée dans un code complexe qui permet à un homme de tuer ou d’abuser d’une femme de sa famille ou de sa partenaire pour cause de « comportement immoral » réel ou supposé…
    Source : Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe
    C’est suffisament clair pour toi maintenant ?

    Tu te permets de me dire ensuite que je suis hors sujet
    Medor :Pour le reste, je te rappelle que le sujet n’est pas les gens qui veulent rentrer en France, mais les gens qui y sont, n’en sont pas, euh, “dignes” et qu’il est question de foutre dehors.

    Tu sembles ne pas faire le lien entre cause et conséquence….

    Si aujourd’hui la France a malheureusement recours aux explusions (conséquences) c’est que nous n’avons pas su traiter les flux entrants (la cause)

    Ceci dit tu progresses un peu , car tu reconnais toi même :
    Il n’a jamais été question d’accueillir tout le monde

    Donc je pose la question : Qui pouvons nous accueuillir dans les meilleures conditions afin que la France reste une magnifique terre d’accueil ?

  88. OHHHHHHHHHHHHHHH!
    Avec tes pseudo reformulation inductive pour créer la polémique c’est toi qui dit ca Medor?
    « Peux-tu à présent cesser d’ergoter afin que nous nous consacrions au fond du débat ? Merci d’avance. »
    C’est une blague ?
    J’ai plutot le sentiment que c’est toi qui contestes mal à propos, chicanes dans la discussion, trouves à redire avec importunité, sans bonnes raisons et pour des vétilles.

    J’attends maintenant des propositions concrètes de ta part !

  89. Donc des braillements (OHHHHHHHHHHHHHHH!), de l’attaque perso et zéro réponse concernant l’Histoire, le niveau socio-éducatif et l’origine. Dommage !

    Les crimes dits d’honneur sont une pratique ancienne consacrée par la culture plutôt que par la religion, enracinée dans un code complexe qui permet à un homme de tuer ou d’abuser d’une femme de sa famille ou de sa partenaire pour cause de “comportement immoral” réel ou supposé…

    Si on se base là-dessus, c’est certainement inacceptable, mais je ne vois pas en quoi c’est incompatible avec nos propres pratiques, en témoignent funestement toutes les femmes de notre pays qui meurent chaque jour sous les coups assenés par leur compagnons pourtant bien français de souche.

    Mais bref, c’est débile. En France, on ne juge pas une personne sur sa culture, mais sur ses actes, et on ne condamne personne parce que telle pratique est à l’honneur dans son pays d’origine.

    Donc je pose la question : Qui pouvons nous accueuillir dans les meilleures conditions afin que la France reste une magnifique terre d’accueil ?

    Pour ce qui concerne le côté « magnifique terre d’accueil », je te renvoie à mon premier commentaire ici, le numéro 3.

    Pour le « Qui ». Tu attends de moi que je me penche sur chaque cas ? N’importe quoi, hein ! Encore une fois, je dis que la réponse doit appartenir à la Justice, qui doit statuer sur chaque cas qui se présente, et qui est différent (exemple : l’article du Monde relayé par Laurent). Et à personne d’autre. Nous pouvons donc débattre du contenu de la loi si tu le souhaites.

    J’attends maintenant des propositions concrètes de ta part !

    1/ Expliquer aux nocifs d’extrême-droite que remplacer la justice par l’arbitraire et la sanction collective est contraire aux droits de l’homme ;

    2/ Expliquer aux mêmes personnes que les droits de l’homme ne sont pas une idéologie creuse, mais le fondement d’un système un brin démocratique et que leur respect est le garant des libertés individuelles, y compris les leurs ;

    3/ Remplacer les décisions arbitraires (préfectorales) par des décisions de justice ;

    4/ Donner les moyens à la justice d’exercer pleinement et sereinement cette mission ;

    5/ Punir sévèrement, après bien entendu un jugement équitable, les personnes appelant à l’exclusion de personnes du territoire national au prétexte de leur culture, de leur origine, de leur niveau socio-éducatif ou de leur Histoire. Le montant de l’amende pourrait par exemple recouvrir les frais d’un avocat pour la défense de, mettons, cinq ou six présumés clandestins.

    En résumé, « l’immigration » n’est un problème que pour ceux qui voudraient bien que les immigrés soit tous mis dans le même sac, affublés au passage de tous les vices de la Terre. Ce qui pose question, c’est chaque immmigré, chaque personne désirant s’établir en France. Chaque personne a le droit, ne t’en déplaise, à être entendue et jugée en tant qu’individu, et non en tant que membre de la catégorie « immigrés ».

  90. Donc l’os de Médor c’est :
    La culture, l’histoire, le niveau socio éducatif, etc., sont autant de difficultés à surmonter pour garantir la réussite d’une intégration. »

    Il n’y a pas une culture spécifique à avoir pour intégrer la FRANCE, il y a des pratiques culturelles incompatibles pour une bonne intégration !
    J’ai déjà répondu par l’exemple là dessus mais tu ne sembles pas comprendre… Je m’interroge ! « Les crimes dits d’honneur sont une pratique ancienne consacrée par la culture… »

    Médor ne voit pas en quoi c’est incompatible avec nos propres pratiques !
    Oups ! Je ne savais pas! C’est ton truc la violence conjugale ?

    Puis Médor ajoute : en témoignent funestement toutes les femmes de notre pays qui meurent chaque jour sous les coups…
    C’est exact, en France, en moyenne une femme meurt tous les trois jours à la suite de violences conjugales [étude nationale sur les décès au sein du couple sur les neuf premiers mois de 2006 – Source police-gendarmerie].
    Assenés par leur compagnons pourtant bien français de souche
    Tu les tiens d’où ces informations. Il y a des Stats qui précisent le pédigrée de ces malades ?
    Mais bref, c’est débile. En France, on ne juge pas une personne sur sa culture, mais sur ses actes, et on ne condamne personne parce que telle pratique est à l’honneur dans son pays d’origine.
    Ce qui est débile et te décrédibilise c’est plutôt le fait que tu n’admettes pas qu’une personne désireuse de vivre en France tout en revendiquant par exemple le droit à la polygamie ou la pratique du mariage forcé, n’a pas sa place dans notre société ! .
    Expliquer aux nocifs d’extrême-droite que remplacer la justice par l’arbitraire et la sanction collective est contraire aux droits de l’homme La dessus rien à dire, je suis d’accord ! Sauf que cela ne répond en rien à mes questions !
    Expliquer aux mêmes personnes que les droits de l’homme ne sont pas une idéologie creuse, Pourquoi limiter les explications à ces personnes ? Et cela ne répond toujours pas à mes questions
    mais le fondement d’un système un brin démocratique et que leur respect est le garant des libertés individuelles, y compris les leurs Peux tu expliquer le « un brin démocratique » ?
    Donner les moyens à la justice d’exercer pleinement et sereinement cette mission
    Oui mais pas uniquement pour cette mission !

    Remplacer les décisions arbitraires (préfectorales) par des décisions de justice
    Si monsieur « cas par cas » commence à généraliser alors ca promet pour la suite !

    Punir sévèrement…..Le montant de l’amende pourrait par exemple recouvrir les frais d’un avocat pour la défense de, mettons, cinq ou six présumés clandestins
    Cinq ou Six présumésClandestins ! Pourquoi pas 10, 20,100
    C’est une décision arbitraire ca ! Tu travailles en préfecture ?

    Je suis heureux d’apprendre qu’il y à des « présumés clandestins ».
    C’est un nouveau concept made in MEDOR ?
    On est clandestin ou on ne l’est pas : « Personne entrée illégalement dans un pays étranger et qui n’a pas l’autorisation d’y séjourner ! » tu as besoin d’une explication complémentaire ?

    A nouveau un petit bijou de MEDOR :
    En résumé, “l’immigration” n’est un problème que pour ceux qui voudraient bien que les immigrés soient tous mis dans le même sac, affublés au passage de tous les vices de la Terre.
    L’immigration est un problème pour tout le monde et pas uniquement en FRANCE! Donc Médor prend un peu de hauteur
    Le monde parfait n’existe pas ! Nous sommes tous constamment obligé de faire des choix.
    Et comme disait André Gide « Choisir c’est renoncer ! »

    Chaque personne a le droit, ne t’en déplaise
    à être entendue et jugée en tant qu’individu, et non en tant que membre de la catégorie “immigrés”.
    « Ai-je dit ca ? Si oui peux tu me préciser où ?

    Bref à moins que tu aies un joker dans ta manche tu es de moins en mois bon MEDOR alors je reprendrais le propos de Laurent
    « A la niche MEDOR !»

  91. Et voilà, prenez le risque de répondre courtoisement à ce genre de gugusse, élevez le débat, vous récoltez des vagissements. Consultant, tu découpes mes paragraphes (et mes phrases !) en petits morceaux et tu pleures parce qu’ils ne répondent pas à tes questions ! Le prochain coup, tu vas faire un découpage mot par mot ?

    Enfin bon, je vais me remettre à ton niveau, histoire que tu ne te sentes pas trop seul.

    Ca commencer, texte de moi être accessible pour toi à partir d’ici.

    Moi me tamponner de répondre ou non à tes questions. Toi et amis de toi pas encore au pouvoir, donc moi m’exprimer comme moi choisir. Moi dire ce que moi penser sur fond du débat et si ça t’énerver, moi te conseiller fraternellement de t’y habituer, ça t’arriver encore fréquemment quand toi causer à personnes instruites imperméables à crises d’autoritarisme de toi.

    il y a des pratiques culturelles incompatibles pour une bonne intégration !

    Ca stupide. Actes condamnables en France ne pas l’être en tant que pratiques culturelles, mais en tant que délits ou crimes par exemple. Crime être puni, pratique culturelle ou pas et ça vrai pour tout le monde, Français et étranger.

    C’est ton truc la violence conjugale ?

    Moi comprendre toi énervé, mais insinuation de toi être la gerbe. Toi pauvre type.

    C’est une décision arbitraire ca ! Tu travailles en préfecture ?

    Toi me demander proposition concrètes, moi t’en proposer cinq et toi dire ensuite C’est une décision arbitraire ca !. Boyaux de tête de toi faire noeuds, ça être proposition demandée que toi pouvoir discuter.

    tu es de moins en mois bon MEDOR

    Moi rassuré et flatté, moi remercier toi. Le jour où toi trouver moi bon, moi partir pour remise en question profonde, ça pas rigolo.

  92. A la lecture du dernier message de MEDOR j’avoue ne plus très bien savoir à qui j’ai à faire, ni ou il veut en venir !

    Ca veut dire quoi tout çà !

    3/ Remplacer les décisions arbitraires (préfectorales) par des décisions de justice ;

    Les décisions préfectorales seraient-elles systématiquement arbitraires et contestables ?
    qu’il y ait lieu de systématiquement les rejeter ?

    Ne devraient-elles pas elles aussi être examinées « Cas par cas » ?

    Ce qui éviterait d’encombrer inutilement les tribunaux

  93. Un décision préfectorale est arbitraire car elle ne permet pas à la personne en question de la remettre en question, ni de se défendre réellement. C’est une décision administrative. Certes la personne peut en faire appel devant un tribunal, mais elle rentre alors dans des arcanes qu’elle ne maîtrise pas forcément, et elle n’a pas tellement le temps pour se faire, ni forcément la possibilité.

    Je pense qu’il serait plus logique que la personne menacée d’expulsion fasse directement l’objet d’un procès, durant lequel elle a la possibilité de se défendre.

    Quant à encombrer les tribunaux, c’est le prix à payer pour que chaque personne puisse correctement faire valoir ses droits. C’est pour cela que je crois que plus de moyens devraient être alloués aux tribunaux.

  94. « Quant à encombrer les tribunaux, c’est le prix à payer pour que chaque personne puisse correctement faire valoir ses droits. »

    MEDOR je ne cherche pas la polèmique crois-moi ! je voudrais te comprendre je n’y arrive pas !

    Explique-moi seulement ce qu’un immigré clandestin (je ne parle pas des réfugiés politique) peut faire valoir comme droits
    pour se maintenir sur le territoire national alors qu’il a délibéremment violer la loi.

  95. Je trouve la proposition de Médor tout à fait excellente.
    Pour rebondir sur le contre-argument de Robert, je citerais mon exemple aux Etats-Unis ou celui des sans-papiers grévistes du restaurant des Champs-Elysées. Pour des raisons X ou Y, nous n’avons pas de visa permettant de travailler légalement. Par contre, nous avions des emplois, nous cotisions et participions à la société comme n’importe quel autre citoyen. N’est-ce pas un droit à faire valoir en tant que tel ?
    La liberté de circulation des peuples est à ce point réduite que je dois dégager si le bout de papier ne correspond pas à la situation ? Dans mon cas, je précise bien que j’ai largement contribué en effectuant mes études là bas, que j’ai été recruté pour mes capacités et que j’ai même créé ma propre société.
    Sauf que la débilité du système fait que je pouvais travailler uniquement dans le domaine correspondant à mes études. Etudier la politique me branchait bien et c’est pourquoi j’ai choisi un cursus de Sciences Politiques, mais ensuite il fallait que je travaille dans la politique ou que je parte du pays.
    Tu crois vraiment que je n’avais pas un droit à faire valoir ?

  96. Pas de problème, on touche ici à notre divergence fondamentale.

    Les droits que peuvent faire valoir ces personnes sont les droits de l’homme, et donc les droits que cela leur accorde dans un pays les ayant ratifiés.

    Toute personne a le droit d’être défendue, cela inclut évidemment celles qui violent la loi.

    Le principe des droits de l’homme est que tout individu, et pas seulement les « bons citoyens » a des droits. Parmi ces droits, j’en ai cité certains dans mon commentaire 52.

    Après, le juge décide selon le ca si la personne reste en France ou rentre dans son pays d’origine. Mais ça fait une grosse différence si cette décision est prononcée par un tribunal, après entente de la personne et de son défenseur (la justice indépendante du pouvoir) que par un préfet aux ordres du Président de la République en fonctions, ou encore selon des « critères » concernant des catégories de personnes !

    Cela pose des problèmes ? J’en conviens ! Mais je pense qu’il vaut mieux avoir ce genre de problème que de laisser la place à l’arbitraire pour ce type de décision.

  97. Tout à fait !
    Je vais encore râbacher mon cas, mais il me semble que devant un juge j’aurais eu la possiblité de défendre ma chance plutôt que devant un douanier borné qui a chamboulé ma vie instantanément. Il faut dire que je n’ai même pas eu la possibilité de chercher mes affaires ou quoi que ce soit d’autres. Direct dans le prochain avion vers la France et ma vie aux Etats-Unis s’arrête là !
    Je suis le témoin que l’arbitraire est injuste. Si j’avais choisi « business » comme major à l’université c’était réglé et je pouvais disposer d’un visa de travail.

  98. « Pour rebondir sur le contre-argument de Robert, je citerais mon exemple aux Etats-Unis ou celui des sans-papiers grévistes du restaurant des Champs-Elysées. »

    Laurent est-ce vraiment comparable ?

    Tout le monde sait :

    -Que les « clandestins » sont exploités !
    -Que des employeurs sans scrupules en profitent !

    En refusant la présence de clandestins sur notre territoire :

    -nous respectons les droits de immigrés entrés et travaillant légalement dans notre « joli pays » comme dirait MEDOR.
    -nous luttons contre le travail « au noir »
    -nous luttons contre les sous-salaires
    -nous luttons contre l’escroquerie à la Sécurité sociale.
    -nous luttons contre la misère.

    Quant à la méthode c’est vrai :

    « on touche ici à notre divergence fondamentale. »

  99. Robert, regarde bien : si on en reste à ce que tu dis sur tes différentes luttes (misère, exploitation), nous obtenons exactement le même résultat en régularisant les clandestins exploités et en obligeant les entreprises qui les embauchent à les traiter comme tels (salaires, déclarations…) et à leur payer les arriérés !

    Point sur lequel nous sommes d’accord : tu ne considères pas systématiquement les clandestins comme des profiteurs, ce qui ne ressort pas explicitement de ton poème d’origine.

  100. @ Robert : tu dis « Explique-moi seulement ce qu’un immigré clandestin (je ne parle pas des réfugiés politique) peut faire valoir comme droits pour se maintenir sur le territoire national alors qu’il a délibéremment violer la loi. »

    J’étais un immigré clandestin. Il n’y a pas que les mexicains qui traversent le Rio Grande à pieds comme illégaux, mais les clandestins « de luxe » sont légions.
    C’est exactement la même chose en France.
    S’il faut légiférer différemment pour les pauvres et les riches, ce n’est plus une démocratie.

  101. « nous obtenons exactement le même résultat en régularisant les clandestins exploités »

    Sauf que, en les maintennant sur le territoire, ils dissuades les autres d’y entrer légalement puisqu’il devient possible d’être régularisé.

    Il est préférable d’accueillir correctement une immigration choisie, que de subir une immigration forcée qui ne répond pas nécessairement au besoin de notre pays.

    « Point sur lequel nous sommes d’accord : tu ne considères pas systématiquement les clandestins comme des profiteurs, ce qui ne ressort pas explicitement de ton poème d’origine. »

    Dans mon poème je ne différencie pas parmi les minorités étrangères, les entrées légales et les clandestines.

    Si je devais le faire, bien entendu que les clandestins qui travaillent profitent beaucoup moins que les autres de notre système.

    LAURENT je comprends ta déconvenue, mais dans notre beau pays démocratique pourtant, on en fait toujours plus pour les plus défavorisés que pour les autres, qui ne sont pas pour autant tous des riches ou nantis !

  102. Il est préférable d’accueillir correctement une immigration choisie, que de subir une immigration forcée qui ne répond pas nécessairement au besoin de notre pays.

    Pour moi, l’immigration choisie, c’est un fantasme démago pur et dur et c’est complètement inapplicable, mais mettons. Quelques questions :

    1/ Choisie par qui ? Selon quelle méthode ? Avec quels moyens ?
    2/ Comment sont traités les immigrés non désirés ?

  103. Bonnes questions MEDOR

    Je dois m’absenter, je te répondrai dès mon retour.

  104. Je peux répondre de suite à ta 2ème question :

    Dans le cadre d’une immigration choisie la question des immigrés non désirés ne se pose plus !

  105. je voudrais juste ajouter à vos longs échanges, que lazare Ponticelli est mort aujourd’hui à l’age de 110 ans.
    C’était le plus vieux poilu de France, et il s’est engagé dans l’armée française en trichant sur son age (il avait alors 16 ans !), il voulait défendre la patrie qui lui avait donné à manger…
    C’était un sans papier !!!

    Les lois peuvent difficilement s’adapter au cas par cas.
    En ce qui me concerne, mes trois enfants sont andorrans, mais avant de l’être moi-même ( 25 ans de résidence et un long entretien pour vérifier votre catalan et votre connaissance de l’Andorre, de ses lois et de sa géographie, hé oui !!!), si je n’ai pas de boulot ici, comme Laurent, je fais mes valises…

  106. Pas de souci Robert.

    Par contre pour la deuxième question, si elle se pose tout de même : ce n’est pas parce qu’on choisit certaines personnes que les autres ne vont pas entrer tout de même !

    Enfin à te lire de manière plus détaillée !

  107. Enfin bon, je vais me remettre à ton niveau, histoire que tu ne te sentes pas trop seul.
    Ca commencer, texte de moi être accessible pour toi à partir d’ici.

    Voila enfin ton vrai visage !
    Finalement c’est toi qui nous meprises !
    Tu t’es juste trompé d’accent en ce qui me concerne….Je ne suis pas un petit négre mais un Francais d’origine tunisienne.
    Moi me tamponner de répondre ou non à tes questions. Toi et amis de toi pas encore au pouvoir
    Tu as raison nous ne sommes pas encore au pouvoir mais ca viendra un jour grace à des personnes comme toi !

    Salamalecoum

    Rassure toi, meme si je n’ai pas le temps ce soir, tu finiras pas comprendre que je ne suis pas celui que tu crois ! :-)

  108. 1/ Choisie par qui ? Selon quelle méthode ? Avec quels moyens ?
    2/ Comment sont traités les immigrés non désirés ?

    MEDOR pour répondre à tes 2 questions je te recommande de lire la loi « immigration et intégration » votée par les représentants du peuple par 367 voix pour et 164 contre.

    On peut contester cette loi, cela fait partie du droit individuel, par contre elle s’impose à tous dans une démocratie.

  109. Finalement c’est toi qui nous meprises !

    Finement observé ! Je méprise les méprisants, je donne des leçons au donneurs de leçons, je ricane des ricaneurs, etc. C’est chiant, pas vrai ?

    Je ne suis pas un petit négre mais un Francais d’origine tunisienne.[…] tu finiras pas comprendre que je ne suis pas celui que tu crois !

    Je me cogne un poil de ton pedigree. Voici un endroit dans lequel tu pourras valoriser avec plus de bonheur ton profil de consultant : http://monster.fr/

    Robert, aucun problème, mais je ne sais pas tenir un débat de juristes. En fait, je suis plus intéressé, ici, par ton opinion que par celle du législateur. Mais tant pis, nous nous retrouverons probablement dans d’autres débats !

  110. Et tu provoques pas mal aussi !

    Bon les gars, ne recommencez pas à vous étriper SVP !!!

  111. MEDOR nous ne vivons pas, malheureusement, dans un monde parfait ! mais nous avons la chance de vivre dans un pays ou la liberté d’expression existe !

    Ce qui est loin d’être le cas dans de nombreux pays.

    « En fait, je suis plus intéressé, ici, par ton opinion que par celle du législateur. »

    D’accord je peux le comprendre mais alors pourquoi provoquer Le CONSULTANT :

    « Finement observé ! Je méprise les méprisants, je donne des leçons au donneurs de leçons, je ricane des ricaneurs, etc. C’est chiant, pas vrai ? »Je me cogne un poil de ton pedigree »

    En disant cela ce n’est pas son opinion qui t’intéresse !

    Pourquoi une telle provocation ?
    Quel objectif poursuis-tu en réagissant de la sorte ?

  112. Je crois simplement que Médor cherche à provoquer une certaine réaction et comme ça marche tu l’encourages.
    Focalisons sur le débat plutôt que sur les comportements

  113. Laurent je pense que pour ma part le débat est clos avec MEDOR.

    J’attends d’autres réactions à mon poème, peut-être moins idéologiques, moins marquées politiquement, plus en rapport avec les réalités quotidiennes des immigrés.

    -Quel est le sentiment des immigrés légalement installés en
    France ?
    -Quelle est la réaction des immigrés naturalisés Français ?
    -Que pensent-ils du comportement des sans papier ?

  114. Robert, le débat est plus que clos avec Médor puisque je ferme définitivement les commentaires de ce billet.
    Malgré mes multiples avertissements, vous avez continué de partir dans un argumentaire puérile qui n’apporte rien au débat. J’ai donc supprimé les derniers commentaires qui sont dignes de la cour de récré du CM2. La discussion se termine ici !
    Amen