Logo Adicie.com

Charity-Business : Donnez et si vous n’avez besoin de rien… Demandez moi !

Par • 29 décembre 2007 • Catégorie: Santé

Pour qu’un people (quel que soit son domaine) se fasse connaître il lui faut passer aujourd’hui par la case : « Association ». Le prix d’excellence revient tout de même au Téléthon ! Mais là j’y viendrais plus loin.

Carole Bouquet c’est : « Enfance et Partage », Adriana Karembeu : « La croix Rouge », Zinédine Zidane : « Ella », Les enfoirés (collectif d’artistes) : « Sidaction »… Et la liste est longue.More…


Bon, les associations je suis pour si elles fonctionnent avec les dons mais uniquement avec des bénévoles. Donc, si je donne 10 € je souhaite qu’au moins 9.90 € servent au but de l’association. Or il n’en est rien.

Alors quelques exemples :

Le Téléthon : puisque le plus connu. Il a remporté cette année plus de 96 Millions d’euros. Depuis vingt ans ou va cet argent ? En grande partie pour financer le Généthon (centres dans lesquels on décrypte le génome humain). Ah, vous pensiez que c’était pour financer les recherches des maladies rares ou orphelines ? Oui, ça c’est le message que l’on fait passer. Et c’est à 50 % la réalité. Mais ou en sont les recherches ? Comment est utilisé cet argent ? Avez-vous lu des rapports financiers disant : « Nous avons donné x euros à cette équipe de chercheurs en 2006 voilà comment ils les ont utilisés »… Moi, à ce jour pas encore ! Normal, on ne demande pas aux chercheurs de justifier leurs dépenses !

Le Sidaction : C’est bien la recherche avance, mais enfin les dons sont fait pour aider les malades. Vous n’avez peut-être personne de contaminé par le VIH dans votre entourage, et c’est tant mieux pour vous. Moi, oui ! Aussi je peux vous en parler en connaissance de cause : Non, rien n’est fait pour les malades. Ils sont à la charge à 100 % de la société, ils sont considérés comme des « pestiférés ». On leur dit : « Quand votre taux de plaquette descend en dessous d’un certain seuil, il faut venir d’urgence à l’hôpital ». Le cas se présence, mon malade se présente… Qu’est ce qu’on lui répond : « Vous pouvez rentrer chez vous nous n’avons pas de produits disponibles pour vous traiter ». En clair : « Allez mourir chez vous » !

Enfance et partage : Quand on a besoin de dorer son blason, on prend au hasard une affaire de viol sur mineur et on se porte partie civile. Mais surtout n’appelez pas si vous avez besoin d’eux. Désolé mais aujourd’hui pour vous ouvrir les yeux je suis dans l’obligation de vous raconter un peu ma vie. J’ai un jour été confronté au cas d’une fillette violée par son beau-père de l’âge de 4 à 13 ans. J’appelle l’association pour demander de l’aide et là un dialogue surréaliste s’engage : Bonjour, j’appelle pour vous demander de l’aide, et je raconte l’histoire.

– La personne au bout du fil : Qu’entendez-vous par abusé sexuellement ?
Moi : Et bien, comment dire, elle a été violée pendant des années
– La personne au bout du fil : Oui mais des attouchements ?
Moi (excédé) : Non madame, vous voulez des précisions ? Et bien imaginez ce que vous faites le soir dans le lit avec votre mari….
– La personne au bout du fil : Oui, mais qu’attendez vous de nous ?
Moi : Eventuellement que vous vous portiez partie civile
– La personne au bout du fil : Mais non on ne peut rien faire. Si vous avez porté plainte les services sociaux peuvent vous aider.

Alors ils servent à quoi les dons ???? L’argent qu’il récolte il sert à quoi ???

La communauté Emmaüs : Je souhaite donner un frigo et quelques meubles encore en bon état. J’appelle : « Bonjour, j’habite là, j’ai des meubles que je souhaite vous donner, dites moi quand vous pouvez venir les chercher »…

Réponse : Non, on ne peut pas venir les chercher, si vous souhaitez faire un don, vous pouvez venir nous les porter à telle adresse (à l’autre bout de la ville bien évidemment).

Conclusion : J’ai mis mes meubles sur le trottoir et dans les 10 min qui suivaient ils avaient disparu. J’espère sincèrement que cela aura profité à des personnes dans le besoin.

Alors ils préfèrent de l’argent ??? Mais il va où ???

Essayez de donner des livres à une bibliothèque…. Si vous en connaissez une qui les accepte donnez-moi ses coordonnées. Car là idem, J’ai contacté diverses petites bibliothèques qui fonctionnent en association, personne ne veut de mes livres, mais des dons en numéraires sans problème on ne crache pas dessus.:(

J’ai entendu il y a quelques jours que la Croix Rouge n’avait toujours pas utilisés 100 % des dons reçus dans le cadre de l’opération Tsunami il y a 3 ans. Pourtant le reportage montrait que nombre de victimes étaient aujourd’hui dans l’obligation de vendre leurs organes pour survivre ! Un scandale ! Il y a bien à faire non encore là bas ? Les 25 % non utilisé ils en font quoi ???

Hier encore, une émission de télévision consacrée à Grégory Lemarchal au profit de la VLM (Vaincre La Mucovisidose)… Pléthore d’artistes, appel aux dons, mais enfin qui a récolté les bénéfices des publicités qui sont passées pendant l’émission ? (En supposant qu’aucun artiste n’a été payé) ??? C’est pas encore faire du fric via le caritatif ??

Tous les people qui nous font pleurer en disant : « Oui je soutiens cette association, il faut les aider », ne disent jamais : « Moi je les aide en donnant x euros chaque année ». Par pudeur ? Ben voyons ! Cela dore seulement leur image de marque ! En clair, cela leur fait de la pub.

La morale de l’histoire c’est que si vous faites un don à une association, vous pouvez déduire 50 % de celui-ci de votre revenu. Donc, cela veut dire au final que l’état finance ces organismes à concurrence de 50 % de votre participation. Et la je reviens au Téléthon… L’état vient donc de donner 48 Millions d’Euros ! Vous comprenez maintenant que vous financez dans ce cadre ce que l’état ne veut pas dire ouvertement de peur de passer pour un « Frankenstein »… : Nous voulons décrypter le génome humain.

Puisqu’il finance indirectement ces associations pourquoi ne pas leur demander directement des comptes, consacrer une part de son budget pour toutes ces bonnes causes, et annuler la déduction fiscale. Cela reviendrait au même non ?

Nous l’avons bien vu avec le scandale de l’ARC… Une association mal gérée c’est une source d’enrichissement personnel pour les dirigeants. Ce qu’on oublie de dire c’est qu’une part importante des dons servent à payer des permanents, généralement « le comité de direction », et leur octroyer des avantages en nature, à payer de la publicité (faites des recherches sur Google sur le nom des associations vous verrez que c’est monnaie courante), pendant que des bénévoles travaillent 10 fois plus gratuitement pour la bonne cause.

La charité est devenue un business très lucratif. Et pour vous faire passer la pilule on a trouvé le filon : « Le people » ! . C’est bien connu, comme cité par Laurent dans son billet : la rumeur sur le web vivre par procuration la vie des « stars », cela a quelque chose de jouissif, et les gens ont tendance à oublier la leur. Voilà, une bonne occasion de faire « comme eux ». C’est ce qu’à bien compris les associations en mettant « le people » en avant pour récolter des dons.

Conclusion vous l’aurez compris… Cette année encore je n’aurais pas à remplir la case : « dons » sur ma déclaration de revenu.

6 reponses »

  1. De plus, les déviances du charity business dépassent largement nos frontières et les tunes qui ne vont pas là où elles devraient.
    Je me rappelle du scandale de la plus grosse organisation caritative américaine, United Way of America, dont un des dirigeants avait volé 500 000$ au début des années 90. Il a pris « seulement » 27 mois de prison. En 2006, un autre dirigeant remet ça avec 227 000$ détournés en sa faveur. Pour ce dernier cas, aucune charge n’a été retenue !?

  2. Hum en effet le pognon suis des voies inaccessibles aux non initiés.
    Seuls trucs auxquels je ne suis pas tout à fait d’accord c’est sur la recherche.
    – premièrement il faut bien décrypter le génome pour comprendre comment fonctionne les maladies génétiques que l’on veut soigner.
    – secondement, au contraire le chercheur doit justement expliquer scrupuleusement ce qu’il fait avec le fric qu’il reçoit, et souvent y a pas assez pour l’idée qu’il as. Donc ou passe le pognons de la recherche …

  3. @Serge… Pour ce qui est de la recherche je suis 100 % d’accord avec toi. Tout ce que je peux te dire c’est que la réalité est tout autre en ce qui concerne l’obligation scrupuleuse de justifier de l’utilisation des dépenses en matière de dons !

    Personnellement le décryptage du génome humain me fait peur. N’oublions pas l’histoire de France, et le dingue qui souhaitait faire une race arienne ! 😉

    Je rejoins Geoffrey sur son analyse des objectifs des associations. Mon cas personnel :
    Je suis donneuse de moelle. J’avais rejoins l’association : « Donneur de Moelle, donneur d’espoir ». J’ai même fait parti du comité d’administration. Un an seulement. Pourquoi ? Tout simplement parce que j’imaginais que cette association avait pour but de sensibiliser les personnes à faire la démarche de s’inscrire pour un don éventuel.

    La seule que l’on m’a demandé c’est une cotisation. Je suis allé à mes frais à l’assemblée générale à Paris, c’est là que j’ai postulé pour faire parti du comité d’administration, et élue.

    Qu’à t on fait ? J’ai rencontré des personnes qui témoignaient parce qu’elles avaient donné leur moelle pour un malade. C’est tout ! J’appelle cela « prêché pour un convaincu ». Dans la mesure ou les personnes présentes étaient toutes volontaires pour souffrir quelques jours, prendre un risque médical (vu que c’est sous anesthésie générale), pour donner à un espoir à un malade.

    On a débattu d’aucune action future pour essayer de convaincre d’autres personnes à faire la démarche de se porter volontaire.

    Personnellement j’ai appris cette possibilité par le Centre de Transfusion Sanguine lors d’un don de sang.

    Par contre, qui parle de cette possibilité offerte par chacun ? Stéphanie Fugain parce qu’elle a connu un drame dans sa vie, et à la suite de quoi elle a fait une association pour militer pour le don de moelle. De ce jour là, on a commencé à entendre parler du sujet.

    Il est donc dommage que l’on soit obligé de passer par la case : « People » pour se faire connaitre un sujet.

    Je pense que l’on ne doit pas attendre d’être touché par un problème pour se mobiliser pour une cause. Je veux être convaincue qu’il y a des associations qui sont utiles, et apportent beaucoup à ceux qui en ont besoin…

  4. Cela dit, malgré les malversasions et les abus, il y a tout de même des bonnes actions réalisées par ces associations. Il faut juste déplorer le gaspillage et savoir qu’il pourrait y avoir beaucoup plus de fait, mais ce n’est tout de même pas le vide absolu.

  5. […] enfants plutôt que faire tourner une machine caritative qui n’est finalement que businesss comme Geoffrey en avait déjà parlé sur ce blog. J’encourage chacun de choisir une cause à sa mesure plutôt que d’aller supporter […]

  6. Au moins, on sait à quoi s’en tenir pour la catastrophe à Haïti…