Logo Adicie.com

Le « switcher » du PC au Mac, la nouvelle race d’utilisateurs Apple.

Par • 16 novembre 2007 • Catégorie: High-Tech

Logo AppleAprès quelques billets plutôt épuisants, je vais m’accorder un peu plus de légèreté en parlant du « switcher ». Ce terme définit l’utilisateur qui abandonne le PC au profit du Mac. Actuellement, ils sont de plus en plus nombreux, au sein du grand public, à s’adonner aux plaisirs de l’informatique sur les machines Apple. Tant mieux pour la marque à La Pomme , mais surtout pour les switchers qui découvrent un monde radicalement différent de celui qu’ils quittent. Pour preuve du succès actuel d’Apple, il faut noter les 2,35 millions d’ordinateurs vendus pendant le second trimestre 2007.

Mon bureau Mac et PCAvant de généraliser, je vais expliquer ma propre expérience. J’ai commencé l’informatique à l’âge de 12 ans sur des machines comme le Spectrum ZX 81, Amstrad CPC 464 et Commodre 64, mais c’est en 1990 que j’ai découvert les ordinateurs Apple lors de mes études aux Etats-Unis. Je travaillais alors sur Mac II dans les salles de cours et Mac Classic dans ma chambre. C’est d’ailleurs à cette époque que j’ai fait mes premiers pas sur Internet. Après mes études, en 1994, j’ai acheté mon premier PC pour cause d’envie de jouer aux premiers jeux en ligne.
Durant les 10 années suivantes, je suis resté sous PC, principalement pour des raisons budgétaires. Ensuite, j’ai tout de même réussi à m’acheter deux iMac G4, celui qui est si beau qu’il peut rester éteint. Puis, j’ai enfin gagné assez d’argent pour me payer la machine de mes rêves qui est le PowerMac G5, affublé de 2 écrans LCD Apple Cinéma 23 pouces, ainsi qu’un portable modèle PowerBook G4. Cependant, il me reste une paire de PC pour faire fonctionner quelques logiciels réfractaires à OS X. J’ai aussi gardé un iMac en pure décoration (sur la photo en début d’article : voir au sommet de l’armoire). Selon mes goûts personnels, l’iMac G4 est le plus bel ordinateur jamais conçu et en plus il s’avère être ultra-performant. Il faut savoir que l’iMac G4 est toujours capable de faire tourner la dernière version du système d’exploitation OS X, malgré son processeur de 1,25Ghz et ses 512 Mo de RAM. Il en est de même avec mon fidèle PowerBook G4 qui ne possède qu’un processeur de 867 Mhz et pourtant OS X et mes applications habituelles tournent parfaitement, même certaines très lourdes comme Dreamweaver.

Tout ça pour dire que je connais bien le monde du PC et celui du Mac. Chacune possède ses spécificités, mais si je devais résumer l’intérêt pour le PC c’est en fait du « Lego informatique ». Il est possible d’aller dans les entrailles du hardware et du software afin de bidouiller à peu près ce que l’on veut. L’intérêt principal du Mac est l’usabilité et la sécurité. Mais venons-en au switcher.

Le switcher, ce nouveau venu dans le monde de La Pomme, quitte Windows pour entrer dans la facilité d’utilisation, la sécurité et la fiabilité. Il ressent le sentiment d’entrer dans une élite, un cercle d’initiés qui résiste à la domination du PC. Encore aujourd’hui, Apple garde une image élitiste, sans doute grâce à l’adoption massive depuis toujours de la part des développeurs et graphistes qui représentent des leaders d’opinion majeurs du monde de l’informatique.

Bureau Al GoreLes ventes de Mac sont en hausse. Les raisons sont multiples, mais en premier lieu j’avancerai le prix en baisse comme un élément primordial. Depuis le passage du processeur IBM vers la puce Intel, Apple a diminué notablement les prix de ses machines, causant un attrait supplémentaire pour la marque. Ensuite, le phénomène iPod, baladeur MP3 Apple, compte beaucoup pour la reconnaissance de la marque à La Pomme. Les ventes d’iPods ont dépassé les 100 millions d’unités en juin 2007, encourageant l’utilisateur vers une envie d’en savoir plus sur la marque qui a créé ce génial baladeur MP3. La transition du processeur IBM vers celui d’Intel est aussi une excellente raison de choix pour le switcher puisqu’il est désormais possible d’installer Windows sur un Mac. De ce fait, le switcher se dit que s’il n’arrive pas à s’habituer à l’interface d’OS X, le système d’exploitation du Mac, il pourra toujours revenir vers Windows, le système d’exploitation PC. A ce propos, il est surprenant d’apprendre que le portable le plus rapide pour faire tourner Vista, la dernière version de Windows, est le Macbook Pro, fleuron de la gamme portable Apple. Pour finir, je crois que la stratégie de placement de produits au sein des films et séries à succès est un atout pour Apple puisqu’il est de plus en plus courant de voir nos stars du petit et du grand écran en train d’utiliser un ordinateur Apple. Même Al Gore s’y met, dans son documentaire An Unconvenient Truth, avec un bureau qui fait passer le mien (image en début de billet) pour un débutant. Je suis jaloux de ses 3 écrans Apple Cinéma 30″(photo ci-dessus) !

Tout ça pour dire que je suis ravi que de plus en plus d’utilisateurs adoptent le Mac. Il m’est difficile de cacher que j’ai une dent contre Windows car je le trouve, instable, peu sécurisé, lourd et pas facile d’utilisation. À l’inverse, OS X est un trésor de facilité d’utilisation et de sécurité. Quoi que je doive mettre un petit bémol concernant la sécurité puisque depuis le passage de la puce IBM vers celle d’Intel, je note des mises à jour de plus en plus fréquentes du système, ainsi que des annonces, inexistantes auparavant, de failles de sécurité liées à OS X et ses logiciels associés. Cependant, OS X reste loin des attaques massives envers Windows. Pour finir sur mes délectations Apple, il faut parler du design. En effet, cela compte beaucoup pour moi de travailler sur un ordinateur qui a de la gueule. Je passe beaucoup de temps devant mon écran et le plaisir des yeux n’est pas désagréable quand je prête attention à ma machine et ses composants. Sans parler du système d’exploitation OS X qui beaucoup plus agréable au regard que son concurrent Windows.
Allez-y, foncez sur le Mac, je parie que vous ne serez pas déçus !

Pour les switchers qui lisent ce billet, voici quelques ressources utiles :

Edit 30/04/08 : Marie me signale cette photo de Steve Balmer, big gourou de Microsoft, qui donne une conférence, mais derrière le pupitre c’est bien un MacBook par Apple que nous apercevons.

balmer_macbook.jpg

9 reponses »

  1. J’ai opté pour le même classement qu’Al Gore, des petits tas un peu partout.. pas moyen de m’y retrouve si je range!

  2. Déjà que ma tête est un vrai capharnaüm, j’ai besoin d’un bureau rangé sinon je m’en sors pas. Ca me serait impossible de me concentrer dans le bureau d’Al Gore, même avec ses magnifiques écrans.

  3. J’aime encore plus la photo originale
    http://www.time.com/time/photogallery/0,29307,1622338_1363003,00.html

    on sent le bordel organisé, la poubelle est vide, les « tas » semblent être triés un minimum par thème, la bibliothèque est pleine à craquer et on voit bien qu’il a pris qq livres pour les poser sur ses « tas » et du coup ça s’effondre sur les rayons.. ça ressemble beaucoup à mon propre bureau à la différence que le sien n’est absolument pas optimisé pour éviter les problèmes musculaires, le mien si :)

  4. A mon avis, il devrait sérieusement penser à agrandir son espace de travail. Puis c’est quoi cette grenouille hideuse au mur ? Il devrait faire une rangée d’étagère de plus à sa place.

  5. Plus il agrandira son espace de travail, plus il étalera son bordel, j’en suis sure :D Son fauteil à l’air méga confortable par contre :)

    Quant à la grenouille, no comment…

  6. Bonjour,

    Je voulais revenir sur un point qui me chiffone un peu…. J’ai visité plusieurs sites qui traitent de la vieille rivalité PC/MAC et j’ai souvent constaté un argument récurent qui me laisse un tant soit peu perplexe : selon nombre d’adeptes du MAC, les développeurs utilisent massivement le MAC pour leur travaux…. Je suis moi même développeur, j’ai travaillé dans plusieurs sociétés et pour des gros, même des très gros comptes nationaux et internationaux. Je n’ai jamais vu un développeur de logiciel travailler sur MAC, et aucun des clients de ma boite n’utilise de MAC dans son entreprise. Je travaille sur un PC sous windows XP, mes développements maltraitent parfois la machine, je « plante » très rarement. Si l’ordinateur est avant tout pour moi un outil de travail, je possède un PC chez moi, un vieux P4 avec XP, que j’utilise essentiellement pour me connecter au net, écouter de la musique, stocker mes photos et vidéos, jouer un peu aussi parfois (faut bien se détendre un peu !!) une utilisation somme toute banale et que je pense commune à beaucoup d’utilisateurs « moyens » si j’en juge par ce que je constate chez mes amis ou dans ma famille. Ceci dit, je n’ai aucun à priori contre les MAC, le PC me convient parfaitement pour ce que j’ai à faire, voilà tout, et si d’autres trouvent leur bonheur avec un MAC alors tant mieux. N’oublions pas l’essentiel, MAC ou PC ce ne sont jamais que des calculatrices géantes, que la vie c’est « dehors », la réalité, tout ce qui existe et que nous ne voyons pas à force de rester collés devant nos écrans, qu’ils s’appellent « MAC » « DELL » ou autres….

  7. Je crois que le terme « développeur » est un peu galvaudé car tu parles de développeur de logiciels.
    Ce sont les graphistes et les musiciens qui sont majoritairement sous Mac, mais pas les développeurs d’applications.
    C’est clair que je n’ai jamais vu de Mac chez les développeurs d’applications, mais c’est clair aussi que je n’ai jamais vu un PC chez un graphiste ou un musicien – qui sont aussi des développeurs dans leur domaine.

    Quand à la rivalité PC / MAC, elle restera sans issue. Je peux parler seulement pour mon cas personel car j’ai cotoyé les deux mondes, mais clairement je donne une avantage extra large au Mac qui est plus qu’un simple calculateur de bits. Il y a même un côté affectif avec un Mac qui n’existe pas avec un PC, surtout un DELL…
    Les possesseurs de PC ne peuvent pas comprendre que le Mac est peut-être un peu plus qu’un simple ordinateur… c’est un Mac quoi !

  8. [...] adorateurs de la marque à la Pomme remontent aux débuts des années 90. Comme je l’explique sur mon billet à propos des Switchers, c’est en 1990 que j’ai commencé à travailler sur Mac. Durant la fin des années 80 et le [...]

  9. PC= personnal computeur le mac n(est il pas un PC
    ou vous parlez de l’OS ???
    il faut remettre les choses à leurs places