Logo Adicie.com

Les enjeux du référencement

Par • 6 juillet 2008 • Catégorie: Média

En dehors de la facette de polémiste sur Adicie, mon travail consiste à procurer de la visibilité sur Internet pour mes sites et ceux de clients.
Aujourd’hui, je sens comme un coup de Mistral qui claque sur les professionnels du référencement. En d’autres termes, Google devient de plus en plus chatouilleux pour procurer une visibilité satisfaisante aux sites Internet.

Quand j’ai commencé à m’intéresser au référencement, en 2003, c’était plutôt simple. C’est même devenu carrément rigolo en 2004 quand j’ai participé à mon premier concours de référencement qui fût le mythique « mangeur de cigogne » où j’ai terminé à l’honorable 3ème place. En 2004, j’ai recyclé le site de ma défunte société en mode d’emploi du référencement. A l’époque, 7-dragons.com était le premier site à expliquer simplement comment optimiser et positionner des pages (WRI était le premier forum sur le référencement dès 2003, mais 7-dragons.com expliquait en une page ce qu’il fallait piocher sur plusieurs fils de discussion WRI ou Abondance) . Depuis plus d’un an, j’ai laissé tomber la mise à jour de ce site car il me semblait que je n’avais plus grand chose à dire sur le sujet. Après la vente de 7-dragons.com, j’ai démarré un autre site institutionnel concernant mon activité de consultant en référencement qui est couplé d’un blog, au sein duquel je vais parler de référencement. Bien sûr, le secteur est toujours en évolution, mais les fondamentaux ne changent pas. Comme toujours, il faut construire un site pour l’internaute, rédiger un contenu unique/pertinent, augmenter sa popularité, blablabla…

Les sites qui ont peu de valeur ajoutée ne sont pas pérennes. Les modèles style annuaire, buzzeur de vidéos ou publication de communiqués de presse s’effondrent les uns après les autres. D’ailleurs, la plupart ne pointent même pas le bout d’une page sur les requêtes concurrentielles, mais ceux qui y arrivent sont encore moins sûr d’y rester.
Plus effrayant encore, j’ai des amis éditeurs de sites et j’avais un employé développeur qui ont été la cible directe de pénalités Google. C’est-à-dire que le propriétaire ou le webmaster est personnellement flaggé, donc tout ce qu’il met en ligne ou qui est déjà présent sur la Toile sera fortement dévalorisé – absent des bonnes positions sur les résultats de recherche du moteur puisque relégué au fin fond des abysses de l’index Google. Tout un réseau de sites peut s’effondrer du jour au lendemain, me faisant réfléchir sur la manière de surmonter ce danger potentiel.

Pour ma part, j’ai généralement échappé aux foudres de Google. Parfois, un site tombe temporairement, mais il remonte toujours. Franchement, je n’ai aucune idée des raisons qui poussent Google à laisser mes sites tranquilles, tandis qu’il s’acharne sur d’autres. Peut-être que mon jour viendra où je vais voir mes statistiques tomber proches du zéro absolu puisqu’il faut savoir que, pour certains sites, Google compte pour 90 % du trafic.
En prévision d’un tel désastre, je construis un modèle de visibilité qui peut se passer de la présence sur les moteurs de recherche. Désormais, il est vital de pouvoir subvenir sans trafic moteur. Si Google & Co. me ramènent du trafic salvateur, je ne vais pas cracher dessus. Par contre, si mon site se casse la gueule dans les résultats de recherche, je peux continuer sereinement à travailler puisque mon Core Business ne dépend pas uniquement du trafic moteur.

Tout le monde me dit que je suis cinglé de jouer au poker, mais j’affirme que le référencement est largement plus aléatoire que le poker. En fait, le référencement est une partie de poker où les règles sont inconnues, tout en sachant qu’elles changent en permanence sans que nous soyons informés. Vous iriez miser un centimes sur un tel jeu ? J’y joue assidûment depuis plus de quatre années, et j’en vois nettement les possibilités se restreindre.
Le temps où des individuels comme moi pourront creuser leur petit trou sur la Toile est révolu. Maintenant, il faut se battre dix fois plus afin d’arriver au même résultat, sans savoir si les objectifs sont dans le domaine du possible. Auparavant, il était quasiment garanti de pouvoir tirer son épingle du jeu, tandis qu’aujourd’hui je sens profondément que la fête est finie. Le terrain de jeu était trop génial pour rester ouvert à des opportunistes travailleurs qui n’ont pas un sou à investir dans la publicité.

En fait, je dois avoir beaucoup de chance. Depuis que je fais ce métier, j’ai toujours senti le vent tourner. Les évolutions sont permanentes, mais il faut pouvoir ressentir quels sont les petits détails à valoriser pour être gagnant. Il faut bien comprendre que des milliers de paramètres sont compris dans l’optimisation « on page » et « off page ». Le boulot du référenceur consiste à proposer le contenu des pages aux moteurs de la manière la plus performante possible. N’importe qui peut s’informer sur le référencement. La méthode sera simple : optimiser des endroits clés du code source, rédiger des pages, et populariser le site. Sauf que cela ne suffit plus pour réussir. Aujourd’hui, il faut présenter des atouts bien plus puissants que la méthode de base qu’il est possible de connaître en lisant quelques fils de discussions sur les forums adéquats. Depuis deux ans, la notion de visibilité remplace celle de référencement car la seule présence dans les pages de résultats de recherche ne suffit plus. Désormais, il faut utiliser d’autres canaux afin d’être toujours plus visible.
Sans compter que la concurrence devient de plus en plus féroce. Les grosses requêtes sont quasiment acquises aux dix premiers, laissant peu de place aux nouveaux. À chaque fois qu’une personne me demande comment il faut faire pour être en première page sur tel ou tel mot clé, je réponds qu’il faut se mettre à la place du moteur, décidant si votre page mérite de remplacer un des résultats positionnés depuis des années sur cette requête. De quel droit la nouvelle page mérite de gicler un résultat existant ? Sur les milliers de paramètres pris en compte par l’algorithme de Google, votre nouvelle page peut-elle clamer sa totale supériorité ou l’évidence de certaines faiblesses apparait ?

Ainsi, pour être présent parmi les meilleurs, il faut être le plus pertinent possible. Tout de suite, les plus malins vont me répondre que les résultats de recherche Google sont pollués par de nombreuses pages peu pertinentes qui squattent les bonnes positions. En fait, il faut prendre l’index dans sa globalité. Dans ce sens, la pollution est infime, considérant que l’internaute trouve toujours une réponse satisfaisante à sa requête.
De plus, les pages remarquées comme douteuses sont propices à tomber un jour ou l’autre, tandis que des pages solidement construites peuvent se vanter de mettre toutes les chances de leurs côtés afin de rester en bonne position. Pour me faire comprendre, je vais faire une analogie avec l’habitat : je peux acheter un magnifique château qui est superbe vu de l’extérieur, mais la plomberie est rouillée, la charpente est pourrie, et l’électricité date de l’après-guerre. Pour l’instant, le château tient debout, mais pour combien de temps ? Si je n’effectue pas les travaux nécessaires, combien de temps est-ce que ma toiture va tenir ? Et si jamais le système électrique précaire causait un incendie qui détruit totalement ma belle demeure ? Mon joli château était le plus beau du monde, sauf que la face cachée était dans un état tellement pitoyable. Maintenant, ce superbe château ne vaut plus rien depuis qu’il s’est écroulé.
En construisant un site Internet dans les règles de l’art (au sens artisan du terme), j’augmente considérablement mes chances d’obtenir une présence pérenne dans les résultats de recherche. Mon site est solide des fondations à la toiture, en passant par la plomberie et l’électricité. Certains disent que le code source est de la poésie, et j’ai tendance à être d’accord avec eux. Plutôt, je vais dire que le code source doit être travaillé en soufflerie, comme la Formule 1 d’Alonso. Chez moi, rien ne vient entraver ou ralentir le crawl des moteurs de recherche ; tout est fait pour que l’indexation se déroule parfaitement.

Étant donné que le trafic demande de plus d’efforts à acquérir, il faut aussi se poser des questions supplémentaires qui tiennent à la conversion du visiteur. Vous avez dépensé une fortune en temps et/ou en argent pour être positionné sur vos requêtes préférées, mais votre page est tellement mal foutue que la visite de l’internaute est gaspillée. Il faut comprendre les notions d’ergonomie incitative afin de construire des pages performantes, optimisant la conversion du visiteur en prospect ou acheteur. En tout cas, il est contre-indiqué de laisser les facteurs de conversion au bon vouloir de la chance. Trop souvent, j’écoute des gens qui « pensent que ». Comme tout vecteur de communication, les pages Web performantes incluent des méthodes et une stratégie qui optimisent l’efficacité et le résultat. La plupart du temps, le propriétaire ou le responsable d’un site tire de son chapeau la meilleure manière de construire la page ou il prend carrément modèle sur un autre site qui lui plaît. Bien entendu, il ne faut pas procéder ainsi. Comme au poker, je ne veux pas laisser la chance influer plus que nécessaire. En d’autres termes, je préfère mettre la chance de mon côté. Il est impossible de prendre en main l’internaute lors de sa visite comme pour un client dans un magasin. Par contre, il est possible de construire la page de telle manière qu’un chemin est clairement indiqué pour le visiteur, minimisant les distractions afin de l’amener à effectuer l’action que je souhaite qu’il entreprenne. Ne pas penser à l’ergonomie incitative engendre des pages qui ne sont pas aussi performantes que lorsqu’une personne avertie va s’occuper d’appliquer des méthodes qui marchent plutôt que l’idée de génie sortie du chapeau de quelqu’un qui ne connaît rien au Web, même s’il prétend que c’est son métier.
Je procède à l’aide d’outils et d’un savoir qui me permettent la mise en pratique de concepts prouvés pour leur efficacité. À l’inverse de la vaste majorité des autres éditeurs de sites, je construis les miens pour la performance. Certains diront que je coûte trop cher. Je réponds que ce sont plutôt les formules de référencement à 99 € qui sont hors de prix. Par exemple, est-ce que vous trouvez cela cher si je vous facture 15 000€ pour qu’au final, vous gagniez 30 % de parts de marché, vous allez ridiculiser la concurrence et vous allez engranger 150 000 € de bénéfices supplémentaires ? De l’autre côté, en dépensant 99 € pour un référencement dans 1 000 annuaires, vous avez aussi bien fait que pisser dans un violon.

Par contre, je ne suis pas magicien, et Google ne m’appartient pas. Du coup, il m’est impossible de garantir des résultats. Les seules choses que je puisse mettre en valeur sont mes résultats passés et ma réputation. La triste vérité est que 99,99 % du Web est totalement pourri au niveau technique. La vaste majorité des sites ne respectent pas les indispensables fondamentaux du référencement. C’est effarant de voir le désastre en place chez certaines entreprises du CAC 40 au niveau de la visibilité sur Internet. D’ailleurs, je relève le challenge de transformer le site de n’importe quelle entreprise du CAC 40 en véritable Formule 1 du Web en moins d’un an. Je rigole quand je lis que les ténors du CAC 40 pleurnichent parce que Wikipedia leur pique des positions. Ils n’ont qu’à prendre le Web au sérieux plutôt que râler parce qu’une malheureuse encyclopédie en ligne bouffe leur visibilité. Qu’ils me contactent pour comprendre que Wikipedia est vraiment un élément totalement négligeable.

Au départ, je devais expliquer comment être visible sur Internet, mais finalement je vois que j’ai juste fait un billet d’humeur sur les enjeux actuels liés au référencement.
J’ai déjà publié un guide du référencement (co-écrit avec Marie a.k.a. Altiref et Rand a.k.a. SEOmoz ) qui explique les fondamentaux (version PDF disponible sur demande), mais je dois maintenant expliquer comment arriver à générer de la visibilité sans compter sur la présence dans les moteurs de recherche. Désolé de vous laisser languir encore un peu avant d’expliquer les nouveaux secrets de la visibilité sur Internet, mais une encyclopédie ne suffirait pas à rassembler tout ce que j’ai à dire sur le sujet.
Bien entendu, je reste disponible sur les commentaires ou directement par eMail pour répondre aux questions.

151 reponses »

  1. j’aime bien ton article, Laurent… que du vrai et sincère. Et l’année dernière, dans mon petit coin, avec mon petit site de pianiste , j’ai réussi à passer devant wikipédia pour ma  » marque »… sans me prendre la tête mais juste en suivant les règles. Mais ce n’est pas un site en flash, il ne veut pas  » épater la galerie ». Je vais maintenant passer à la vitesse supérieure et lui attacher un blog…nous venons justement d’en établir la stratégie.

    Bien sûr, le référencement n’est pas mon principal boulot, loin de là… mais ma pianiste est une vraie pianiste professionelle elle, ! je ne joue pas avec son site, il est sa vitrine sur le web !

  2. Merci Dievochka.
    Je viens d’éditer mon billet pour préciser quelques pensées.
    Finalement, je crois que le référencement était trop facile. Comme tu l’illustres avec ton exemple, il est nécessaire de se doter d’atouts supplémentaires tels qu’un blog car la plateforme existante ne suffit pas à procurer assez de visibilité. Par contre, il existe une multitude de moyens possibles pour creuser sa place dorée sur le Web. Dans le cadre d’une activité artistique comme pianiste, je vois bien le partage de vidéos sur Youtube & Co. De plus, MySpace semble être incontournable pour tout artiste. En surveillant le secteur à l’aide de Google Alerts, il est possible de réagir au plus vite sur les sujets chauds. Cela permet d’assoir sa présence et d’améliorer sa réputation. Sans compter la participation aux communautés spécialisées, le développement de services/outils, etc.
    Tout le monde communique comme il peut sur la Toile, mais cet aspect libertaire et gratuit fait oublier qu’il est tout de même plus raisonnable de se rapprocher du professionnalisme plutôt que de l’inspiration hasardeuse.

  3. Merci beaucoup Laurent pour le BL concernant le guide du référencement :)

    Je suis totalement d’accord avec toi, j’aurai pu publier le même billet en changeant quelques urls et dates. Le fait est que les prospects ont du mal à dépenser un budget conséquent pour le référencement, la prestation étant relativement « impalpable » alors que le référencement est un poste bien plus important que d’autres dans la conception d’un site web. Mais les mentalités ont bien évolué et pour les meilleurs consultants en référencement, ce n’est pas le travail qui manque pour peu qu’ils arrivent à expliquer (toujours expliquer) l’intérêt de leur travail.

    Sur ce, j’y retourne 😉

  4. Tu me dis merci pour les BLs que je fais vers mes propres pages ? 😀
    Mais pour ceux qui ne comprendront pas, Marie est co-auteur du guide sur le référencement qui est publié sur mon site.

    Quand aux mentalités, je ne sais pas trop si elles évoluent. Je ne perçois pas d’améliorations des connaissances par rapport au passé.
    Par contre, je trouve que le besoin évolue. Maintenant, j’ai plus de demande pour un transfert de compétences qu’auparavant.

  5. Je te dis merci pour le lien que tu vas faire vers mon site 😛

    Sisi les mentalités évoluent, on ne me demande plus de garanties de positionnement et on m’appelle maintenant avant la conception du site (plutôt qu’après où tout est à refaire). Et je passe moins de temps à expliquer ce qu’est mon travail car je renvoie directement vers les 2 excellentes vidéos réalisées aux ITT :
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/intellicore/video/x5ezae_search-engine-optimization-lart-du_tech
    http://www.dailymotion.com/video/x5nu4v_strategie-doptimisation-et-de-visib_tech

  6. Ca faisait longtemps que je n’avais pas vu un article aussi intéressant sur le référencement.

    Merci Laurent ésperons qu’il soit lu par un bon nombre de personne du métiers qui se prenne la tête aujourd’hui encore à compter leurs keyword.

  7. Pas mal, pas mal du tout. Ici est superbement résumé l’état d’esprit d’un SEO de nos jours.
    Et c’est vrai que voir qu’on s’est fait doublé par un site avec 3 backlinks et un code pourri dès la première balise, ça donne envie de pleurer des fois :-/
    Courage les amis, les SEO vaincront dans l’arène ! (même si, au final, c’est toujours Google & compagnie qui lèveront ou baisseront le pouce pour juger nos performances :-P)

  8. Merci pour cet excellent article.

  9. Je trouve cet article totalement inutile et prétentieux.

    Le pro du seo, le guru du positionnement naturel, l’ultime connaissance pour vous permettre d’avoir un retour 10x supérieur à l’investissement… et aucune solution concrète apportée… sans parler du vieux guide du référencement qui aurait déjà eu du mal à être crédible 5 ans en arrière.

    Je ne vois qu’ un article bien commerciale suivi de commentaires bidons!

    /* blog ajouté aux anti-favoris */

  10. Salut Laurent,

    Sympa ton article, j’ai pris plaisir à le lire, et comme d’autres j’y ai retrouvé pas mal de trucs qui résument l’ambiance du SEO en ce moment. Mais dis-moi si je me trompe : je te trouve légèrement désabusé ? Disons que j’ai cru percevoir de la lassitude entre les lignes. Mais il doit s’agir de ton ressenti vis-à-vis de ceux qui voient toujours le référencement comme il y a 5 ans… D’ailleurs à propos de retour en arrière, j’ai trouvé que tu y es allé un peu fort en disant « En 2004, 7-dragons.com était le premier site à expliquer simplement comment optimiser et positionner des pages. » car quand on s’est rencontrés à Toulouse (avant 7-dragons), WRI avait déjà commencé à remplir cette « mission » 😉

    Olivier

  11. Je me doutais qu’Olivier allait passer :-)
    Quant à Claude, il/elle a mal lu le titre de cet article qui n’est pas destiné à donner des solution concrètes mais à faire un bilan. Mais si tu cherches des solutions concrètes du gourou des SEO, je te conseille d’aller chez monsieur Céo’céo.

  12. @ Marie : tout est relatif… bien sûr que les mentalités évoluent, mais le Web est bien loin d’être « clair et net ». Tant que la daube domine largement le reste, cela signifie que les mentalités ne sont pas matures. Remarque, tant mieux si le Web est tellement pourri; cela laisse encore un peu de champ libre pour faire mumuse.

    @ TOMHTML, Rémy et Jérémy : merci pour vos compliments. Je ne sais pas si les SEO vaincront dans l’arène. Les meilleurs resteront, mais je prédis un gros ménage « naturel ».

    @ Olivier : bien sûr que WRI est le précurseur. En fait, ma phrase est incomplète car je veux dire que mon site était le premier à expliquer le réf en quelques pages tandis qu’il faut consulter des dizaines de posts sur WRI pour trouver la même info. J’édite tout de même mon billet pour rendre à César ce qui lui appartient.
    Désabusé ? On peut dire ça… j’ai vraiment l’impression que la fête est finie pour ceux qui ont des idées et pas d’argent. Je continuerai mon petit bonhomme de chemin, mais j’ai vraiment l’impression qu’un virage se profile. Tu es parti sur la meilleure base possible pour assurer la pérennité car le social peut s’assurer de la visibilité autrement qu’en racolant sur les requêtes. Avec 4 ans de retard, je fonce sur le communautaire (thématique qui n’a rien à voir avec le SEO) pour me prouver qu’il est encore possible de réussir sans compter sur Google.

    @ Claude : ah enfin quelqu’un qui vient me chahuter ! J’adore ça surtout quand cela vient de quelqu’un qui n’apporte rien au moulin et qui paraît encore plus prétentieux que ce défaut qu’il m’attribue. D’ailleurs, prétentieux serait plutôt un compliment sur Internet car si je ne crois pas en moi-même, ça m’étonnerait que quelqu’un le fasse à ma place.
    Cet article n’est pas un mode d’emploi du référencement. Ceci est mon blog d’humeur et ne prétend rien de plus. Où est-ce que vous voyez un message commercial ? Je ne vends pas de prestation et je n’ai même pas une bannière pub sur ce blog !
    Sinon, j’ai assez distillé de solutions concrètes sur de nombreux forums et ailleurs pour avoir le droit de rédiger un billet d’humeur si ça me chante. Si vous aviez lu le billet dans son intégralité, vous auriez appris que je dois justement rédiger quelque petites choses inédites, mais j’oubliais que vous êtes trop fortiche pour y trouver de l’intérêt.
    En tout cas, je ne crois pas que nous ayons le plaisir de nous connaître, donc renseignez-vous un minimum à mon sujet avant de hurler à l’indélicatesse.
    D’ailleurs, qui êtes-vous pour juger de la validité de mon guide sur le référencement ? Est-ce que vous avez prouvé quelque chose ? Difficile de juger car vous n’avez même pas le courage d’afficher un site ou même un email. D’ailleurs, votre critique d’un guide qui met à plat les fondamentaux démontre votre incapacité car ces conseils étaient valables il y a 5 ans et le seront encore dans 15 de plus.
    Tiens, ça faisait un moment que je ne m’étais pas farci un abruti. J’espère que Claude l’énervé reviendra bientôt pour déverser son venin pitoyable car il met un peu d’ambiance trolleuse à deux balles.

  13. Je suis certain que tu t’en doutais un peu : je vais retenir cet article pour ma Revue encore en préparation ; par contre, je t’invite à venir le signaler – en ajoutant ton grain de sel – dans les comm de Happy Independance Day :

    http://oliviersc.blog.lemonde.fr/2008/07/04/happy-independance-day/

    où je reprends mes agacements cycliques sur un des aspects de ton sujet …

  14. Laurent

    Olivier a raison, WRI était là bien avant 7-dragons d’ailleurs il suffit de remonter le temps pour voir que WRI proposait bien plus qu’un forum en 2002, donc avant même que tu ne fasses connaissance avec ta première balise méta :
    http://web.archive.org/web/20021125205938/http://www.webrankinfo.com/

    D’ailleurs c’est rigolo, je viens de retrouver ton premier message sur WRI, où Olivier (s) et moi-même t’accueillons
    http://www.webrankinfo.com/forums/highlight-post_21208_.htm#21208

    @Claude, tu qualifies Laurent de « pro du seo, le guru du positionnement naturel », je pense que tu ne pouvais lui faire plus plaisir, son égo démesuré n’a égal que son talent et son intelligence (et sa bêtise aussi accessoirement) mais on lui pardonnera (ou pas), même s’il a pris sa retraite des forums SEO, il a énormément partagé et je connais peu de gens qui ont autant aidé les autres que lui sur le web et par e-mail.

    Par contre je ne vois toujours pas mon lien??
    😉

  15. @Marie : Ben oui ! Il était tout de même passé en modération ton commentaire :(
    Aussi, j’ai édité le lien pour le rendre cliquable et j’ai supprimé ta phrase qui ne voulait plus rien dire 😉

  16. Merci Arlette, j’avais espéré qu’en mettant un tiret devant un des 2 liens il ne serait pas comptabilisé (mais au fait, c’est 1 lien max pour passer outre la modération ou pas de lien du tout??)

  17. En règle générale c’est à partir de 2. Mais bon, j’ai jeté l’éponge depuis longtemps pour comprendre les subtilités d’Adicie :)

    Ton premier commentaire il y avait 2 liens donc en modération, je l’ai validé… Il a du gardé en mémoire tes infos de connexions et au second il t’a pris pour une spammeuse. mdr…

    Des fois je trouve des commentaires dans les spams aussi. Va comprendre !

  18. Je suis tombé sur ce billet via scoopeo et je dois dire que je partage ce sentiment qu’il est de plus en plus difficile de travailler seul dans son coin avec peu de moyens pour se placer sur google. Comme dans tous les secteurs qui brassent de l’argent c’est l’argent et les réseaux de relations ou de sites qui assure tout de même 90% des réussites de lancement de nouveaux sites ou services.
    Les petits webmasters donc je suis, je dirais même amateur et webmestres du dimanche, peuvent encore se contenter de niches et ramasser quelques miettes mais avec beaucoup de temps passé et surtout du bon sens.
    Voilà, les sites de communiqués de presse généralistes se cassent la gueule ? moi j’en lance un spécialisé 😀

  19. D’abord, ce doit être la 2ème fois que je viens ici, « envoyée » par Olivier, en fait si réellement envoyée car il a insisté pour que je vienne voir ; donc j’ai mis pas mal de temps à comprendre que vous étiez un mec et non une fille. Curieux allez vous dire, et bien sans doute un ton, une présentation, quelque chose dans l’ensemble fait « féminin » et pour moi, dit à un mec c’est plutôt un compliment, j’espère donc que vous le prendrez comme tel ; la 1ère fois je n’ai qu’effleuré, repartant sans me poser de question : une femme. Donc je reviens en me disant « tiens cette fille ? » et je finis par comprendre que votre nom est Laurent !
    Je me dis que la police de caractère y est pour beaucoup, on l’oublie, mais ça a une grande importance…
    Alors oui, je suis assez d’accord avec ce que vous dites, mais il m’a fallu m’accrocher pour pas décrocher, car c’est long, et sur le net, le long est encore plus long, sans diversion en plus par une présentation moins touffue ou avec des accroches de couleurs, de caractères ital ou gras…
    Pour en venir à mon réf. j’existe depuis 1 an. J’ai fait la campagne électorale d’où j’avais tiré pleins de liens dit copains. Puis je suis partie en Asie 6 mois. Tous les liens out. sauf Olivier et un autre.
    Parler de pays que l’on visite sans faire dans le superflus, mais dans la profondeur, l’essai de comprehension et d’explications, y revenir, because on comprend au fil du temps, et encore…tout le monde se détourne, c’est trop compliqué, ils ont envie de simpl…isme. J’en suis incapable.
    donc j’ai continué dans ma « veine » chercher, n’avoir pas de réponses ou peu, didactique souvent.
    Me voila à PR 4/10. Les arrivées sur site se font assez bien, google n’a pas l’air de me fausser compagnie, voire plutot le contraire (je touche du bois chaque jour). Et donc je persiste… à pas forcément faire dans le simplisme. De temps en temps je tombe dans l’actua, quand même, comme pour Ingrid, ou dans l’engueulade de mes lecteurs carrément…

  20. Bonsoir Laurent,

    Comme toujours, un réel plaisir de te lire :)
    Tu as semble t il souvent été avant gardiste dans tes réflexions sur le SEO, et malgré la désuétude de ton guide il continue de me servir chaque jour!

    Cependant, je pense que nous ne sommes pas tant que ça à la fin, certes je n’ai pas ton vécu dans le domaine donc mon manque d’expérience me permet surement d’être moins pessimiste mais je persiste à croire qu’avec de la volonté et du temps on peut réaliser encore de belles choses, visible sur le net, le tout sans se ruiner.

    J’attends avec impatience ton développement sur l’évolution des techniques SEO qui devront s’adapter et inclure l’esprit communautaire dans toute stratégie de référencement et positionnement.

    A très bientôt donc 😉

  21. @ Presse-Lingerie : j’ai regardé ton URL, et c’est clairement ce type de niche qui reste à prendre. Avec ce modèle, tu as plus de chance pour rester en place qu’un même site généraliste avec tendance spammy en récoltant tout ce qui peut faire du contenu gratos sous forme de pseudos communiqués de presse.

    @ Annie : c’est la première fois que je suis ainsi mis en face de ma féminité, mais mieux vaux tard que jamais 😉
    Je viens de jeter un coup d’oeil à ton blog, et je crois qu’il y a des petits détails dont il faut s’occuper pour qu’il soit mieux optimisé. Je t’envoie un mail.
    Par contre, attention de ne pas parler PR chez moi; c’est pêché !

    @ Morgan : tu as déjà eu une grosse partie de mes idées sur le communautaire car je pense que tu as participé à une conversation privée où je tentais d’expliquer quelques trucs qui me passent par la tête.
    J’aime voir que d’autres prennent le relais avec la motivation que j’avais auparavant. Si seulement la motivation pouvait revenir intacte, le ciel serait la limite…

  22. Merci pour tes encouragements laurent :)
    Je ne me fais tout de même pas trop d’illusions non plus.

    Je continuerai de m »informer sur tes excellents sites 😉

  23. Oulah justement, je te conseille d’aller pêcher l’info chez ceux qui reprennent le flambeau car je prends vraiment du recul en ce moment, surtout par rapport à ma participation publique.
    Tu as choisi une niche, mais il faut que tu étendes les possibilités de ratisser large au sein de ce secteur. En l’occurrence, tu restreints considérablement les ouvertures par le choix restrictif du système. Pourquoi pas voir plus loin au niveau communautaire/social ? Il me semble que ton secteur n’attend que ça.

  24. Il existe déjà une communauté pour les s..toys. Je veux bien me lancer mais avec quel outil communautaire pas trop compliqué ? celui que tu utilises pour p..kersocial ?

  25. Bien sûr qu’il existe des communautés sur tout et rien, mais ce sont uniquement des embryons par rapport aux possibilités offertes avec les scripts de réseaux sociaux.
    Il y a des tonnes de scripts, du gratuit au super cher. Dur de conseiller lequel prendre car cela dépend vraiment des objectifs. Dolphin de Boonex que j’utilise est payant, et présente une infinité d’options. Son côté usine à gaz le rend moins malléable et surtout c’est un désastre en termes de SEO. Avec cet outil, je vais clairement relever mon challenge de me passer des outils de recherche car indexer et positionner la substantifique moelle de ce monstre est un défi sur lequel je passe.
    Après 2 mois de retard, je vois enfin le bout du tunnel, mais je n’ai pas choisi le bon « spécialiste Dolphin » pour m’occuper du projet.

  26. Billet éclairé et plein de lucidité.

    bon courage sur le chemin vertueux de la visibilité.

  27. Laurent

    Tu as oublié de rendre à César… ça me choque un peu que tu penses avoir été le premier à expliquer le référencement sur 7D, de nombreux sites étaient là avant toi, bien avant toi 😉 d’ailleurs je n’ai moi-même jamais rien appris sur 7D tandis que sur WRI.. (j’en rajoute une couche ou tout le monde a compris?)

  28. Bon, je reviens pour donner mon avis sur le billet 😉

    On va pas faire la guerre pour si peu, mais enfin ton billet original était assez explicite il n’était pas utile de l’éditer. Webrankinfo tous les lecteurs de ce billet connaissent. Maintenant dire que sa « mission » était d’éduquer les « webmaster apprenti référenceur » c’est un peu fort. C’est un forum qui permet à chacun d’échanger ses trucs et astuces soit, mais c’est une communauté. Dit forum ou on parle de tout et de rien aussi. Pas seulement de référencement. Tandis que l’article de Laurent a été écrit à 4 mains (si j’ai bien compris Marie), mais il reste un article. Parenthèse fermée.

    Tu t’étonnes que l’on trouve de tout et que le positionnement est de plus en plus difficile. Mais tu oublies que c’est accessible à tous. Même moi, je peux demain m’y mettre à vouloir concurrencer Adicie. Bon là tu crains pas grand chose :(
    Mais surtout : C’est une question de fric. Moins bien les sites sont positionnés, et plus les webmasters ont tendance à prendre des adwords pour être visible.

    Et c’est un peu comme dans une classe : On ne peut pas toujours être premier ! Au plus il y aura de sites sur la toile, et au plus se sera difficile d’être en première page. Voire le number one.

    Là ou je te rejoins, mais c’est encore une question de logique : Il ne faut pas être tributaire de Google. « Faut jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier » !
    Avec le concours « Mangeur de cigogne » (dont sur WRI on ne pouvait pas parler) des doués ont pu comprendre certaines techniques utilisées pour le fonctionnement du moteur, et donc évidemment Google s’en est servi pour pallier aux failles.

    Le référencement (même avec un site bien conçu) restera toujours aléatoire vu que l’on ne pourra jamais avoir une démarche scientifique. Les mêmes causes n’engendreront pas forcément les mêmes effets. Et pour cause : Il n’y a qu’une place de numéro un pour une requête. Pour faire simple : Si on arrive a déterminer qu’il faut 10 liens de PR 10 (ça s’est pour te faire plaisir :) ) pour que la page soit en première position, et bien si tu as 10 sites avec 10 liens de PR10 sur la même requête, il faudra bien trouver un autre indice pour les classer tous. Et il n’y en aura qu’un qui touchera le jack pot ! Tu peux appliquer cette théorie à tous les trucs et astuces qui font le référencement tu arriveras toujours au même résultat.

    Bien entendu que tu es désabusé (là je rejoins Olivier Duffez). Tu viens de te rendre compte que tu as fait le tour de la question (et non du web)… Mais les techniques évoluent de quelques millièmes de millimètres… C’est obligatoire vu la quantité de sites qui naissent tous les jours. Bon, et bien tu passes à autres choses maintenant, c’est ton moteur, c’est comme cela qu’on avance dans la vie, sinon tu aurais fini par végéter.

    Sans vouloir t’enlever la part de féminité qui est en toi :) … Peut-être qu’Annie est tombé sur un de mes billets la première fois qu’elle est venu…

  29. @ Marie : désolé, mais il n’y avait pas d’autres sites que 7D qui parlait du référencement simplement; il fallait passer par des forums. Tu oublies de lire « simplement » que j’ai rédigé exprès afin de m’opposer à ceux qui présentaient le référencement de façon plus ou moins obscure. Quels sont les « nombreux » sites qui étaient avant moi ?

    J’ai d’ailleurs assez eu de grief par certains « pros » car je révélais des « secrets », et de l’autre côté assez de remerciements pour avoir ouvert des pistes (tiens encore un mail gentil ce matin à ce sujet).
    Ensuite, c’est normal que tu n’as rien appris sur mon site puisque tu te vantes toi-même de m’avoir tout appris 😀
    Depuis 2004, je pense avoir lu un seul post (sur Taggle) où tu tentais d’analyser quelque chose en détails, et encore c’était du refroidi. Donc je ne crois pas que le partage soit ta tasse de thé.

    @ Arlette : tu as mis l’accent sur le gros problème fondamental qui fait que je suis désabusé. Il s’agit du caractère aléatoire du référencement. En l’occurrence, il est de moins en moins possible d’assurer que le travail va porter ses fruits. La même méthode et stratégie va donner des résultats différents qui sont impossibles à prédire et pérenniser.

  30. ça fait du bien de se lécher le corps hein…

  31. Laurent

    Il y avait avant toi, de mémoire, WRI et tous ses articles (je ne parle pas du forum mais bien des articles que publiait déjà à l’époque Olivier Duffez) et le site promo-web de Stéphane Marrec par exemple ou encore Indicateur. Et il serait aussi dommage d’oublier le plus célèbre du milieu, Abondance, et le livre « Créer du traffic sur son site web » d’Olivier Andrieu, qui était une mine d’or sur le sujet et qui est sorti en 2000 il me semble bien.

    En ce qui concerne mon sens du partage, tu le connais mais on n’est pas là pour en parler il me semble 😉 alors il n’est pas utile de tenter de m’attaquer sur ce point car ça n’apporterait rien à la discussion.

    Je reconnais ton sens du partage et continuons à te flatter, puisqu’on est là pour ça :)

  32. bon les enfants,

    poser votre barre verte sur la table et on mesure
    et si elle ne correspond pas à votre ego, rejoignez les adeptes du « enlarge your pagerank » 😉

    pour mémoire, il y a 10 ans, nous avions le site Sam le référenceur.

    Et pour ceux qui lisait netsurf en 1997 (avril), il y avait un article sur le ref.

    David
    premier en 1996 😉

  33. Tiens après Claude on a Charles… Un adepte de la lettre C ???

    Après, vous pouvez dire ce que vous voulez sur Laurent, moi j’y connais rien en référencement, mais enfin depuis 5 ans que je lis les forums j’ai pu me faire une idée. Qu’elle importance que Laurent estime que c’est lui qui le premier a mis à la disposition un article relatant les principes du référencement ? C’est son avis, rien de plus. Après tout, je pourrais bien dire que ce qu’il a apprit c’était aussi sur Webmaster-Hub et qu’il n’a fait que collecter tout ce qu’il a lu sur des forums !

    Ce que je reconnais à Laurent, comme à beaucoup, c’est qu’il n’a pas gardé son savoir pour lui seul. Il l’a fait partager ! Et après 5 ans sur le Hub, je peux dire que certains membres sont partant pour recevoir mais pas beaucoup donner !

    Il exprime sur ce billet son désarroi, après tout il est chez lui, il peut aussi nous faire part de ses états d’âme, et de son constat. S’il y a des référenceurs qui se targuent de lui avoir tout appris : Et bien ils doivent être fiers ! L’élève à dépassé le maitre, au point d’être désabusé aujourd’hui et de prendre un autre tournant !

    Perso de ce que j’ai appris, c’est que le référencement est tout ce qu’on veut sauf une science ! Ceux qui en vivent : Tant mieux pour eux ! Mais de là à me dire que c’est un métier à part entière (même si je dois essuyer les foudres de certains), et bien non ! Le seule chose que je conçois c’est que faire un site n’est pas à la portée de tout le monde. Qu’il faut le concevoir dès le départ… Un peu comme une maison. On ne va pas le faire à la légère. Il faut penser de A à Z…. Des fondations à l’usage.

    Je ne vais pas reprocher à Laurent son sens du partage, vu qu’il m’a laissé « Carte blanche »‘ sur son blog, pour dire ce que je pense. Après tout, même si cela lui profite pour avoir des billets, et bien moi j’y retrouve mon compte… J’ai pas a me soucier de la maintenance d’un blog :( J’ai déjà du mal avec mon site…

    Après, il est facile de constater que positionner un site n’est plus de tout repos, et que les concours tel que « Mangeur de cigogne » (ouf j’ai toujours pas mit d’S à cigogne), on permit à certains de se faire une idée du référencement, d’apprendre beaucoup de choses. Doit-on pour autant remercier toutes les cigognes ? Pétard, les articles scientifiques (puisque certains référenceurs se targuent d’avoir une démarche scientifique), sont basés sur les expériences des prédécesseurs ! On infirme ou confirme les hypothèses précédentes 😉 .

    Pour être clair : Laurent une bonne foi pour toute remercie tous ceux qui t’ont apporté leur savoir et finissons-en là du procés : « Laurent Bourrelly ». Parlez des problématiques de référencement, cela m’intéresse :)

  34. En fait, je me suis toujours posé en tant que « recycleur d’infos sur le référencement » qui a été le titre et le logo du site pendant longtemps. D’ailleurs, il y a quantité d’articles qui ne sont pas de moi. En vrac, on y trouve des articles de Olivier Duffez, Dan Hetzel, Raphaël Goetter, etc… Même Marie et d’autres référenceurs prodiguent leurs 10 conseils référencement.
    A la base, c’est bien Olivier Duffez qui m’a mis le pied à l’étrier lorsque nous avons discuté en 2003 comme il le rappelle dans son commentaire. La révélation pris place sur le Hub lors de mangeur de cigogne. Par la suite, Dan a préféré laisser son forum propre des déviances de ces fous furieux. Ainsi, le Hub n’a jamais pris un immense virage référencement qu’il aurait exploité à la suite du concours. Je crois que c’était la bonne décision car nous avons prouvé par la suite que c’était plus que BorderLine, notamment avec nos exploits via DarkSEOteam qui a valu un hommage de Matt Cutts himself.
    Puisque j’en parle, ce sont vraiment ces moments à bidouiller qui me manquent. Je regrette l’époque « mangeur de cigogne » et DARKSEOTeam, ainsi que certaines discussions révélatrices sur WRI ou même les débuts de Taggle. Tout cela sentait bon la folie douce et la potion magique, mais nous pouvions bidouiller l’algo d’un côté et appliquer une méthodologie saine de l’autre. Parfois, il faut savoir faire le mal pour appliquer le bien !

    Finalement, je me suis toujours senti en marge du petit monde du référencement. Même ma femme ne sait pas trop quel est mon véritable métier 😀

  35. Bonjour Laurent,

    Sympa ton article 😉
    Je te sens désabusé moi aussi ! Je suis d’accord sur le fait qu’il ne faut pas tout mettre dans le même panier mais la réalité c’est que Google représente une grosse part de marché et qu’on ne peut pas vraiment faire totalement l’impasse sur le référencement Google.

    Je pense aussi que c’est très risqué de tout miser sur le référencement donc bien sur il faut aussi travailler les autres sources de trafic (communication, newsletter, fidélisation, publicité, trafic venant de sites ciblés, …) mais sans pour autant laisser tomber le référencement.

    Le référencement est plus compliqué qu’il y a 5 ans ?! bah je ne suis pas trop d’accord. Je dirais que c’est surtout différent. Il faut donc s’adapter aux changements, de toute façon c’est comme ça sur Internet. Tout evolue vite, il faut donc s’adapter…
    Qui programme encore à 100% en php3 ? Il y a t-il encore des webmasters qui font des sites en 640×480 sans utiliser de feuilles de styles ? …
    Les techniques évoluent il faut essayer de suivre ces évolutions.

    Ok il y a plus de monde donc plus de concurrence c’est une certitude. Ok il n’y a qu’une 1ere place pour un terme bien précis. Mais le référencement ne se limite pas seulement à 2 ou 3 requêtes très concurrentielles. Ce qui fait le trafic venant du référencement ce sont les multitudes de petites requêtes qui cumulées représentent un trafic 100 fois plus important que la « grosse » requête sur laquelle on aura travailler pendant des semaines voir des mois sans avoir aucune garanti de positionnement. Là aussi c’est un peu risqué de tout miser sur quelques requêtes très concurrentielles.
    Ok tout le monde ne peut pas être 1er mais des 1eres positions ou des TOP10 il en existe plein 😉

    Donc il faut surtout du contenu ciblé et que ce contenu soit bien présenté pour satisfaire (=vendre ou fidéliser par exemple) les internautes. Après le site ressortira naturellement sur des requêtes auxquelles on aurait jamais pensé sans regarder nos statistiques quotidiennes.
    Après il est vrai que certains sites sont plus difficiles à positionner que d’autres (jeunes, peu de contenu, …). Dans ce cas il faudra surtout miser (temporairement ou non) sur la publicité ou d’autres techniques de promotions.

    Dans tous les cas il vaut mieux avoir d’autres sources de trafic que le référencement proprement dit car personne ne peut garantir un positionnement comme tu l’as dit et ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera peut être plus demain.

    Ca sera avec plaisir que je lirais tes retours sur ton expérience d’obtenir de la visibilité en se passant totalement du référencement.
    Je pense que c’est possible, d’ailleurs certains sites y parviennent mais je ne suis pas certains qu’ils soient majoritaires et qu’on peut y parvenir sans grands moyens financiers.

  36. Bien sûr que je ne vais pas tirer un trait sur la présence dans les moteurs 😉 Je souhaite seulement que mon CA ne soit pas dépendant à 80 % de Google. Sans même parler des relations absurdes et opaques avec la régie Adense.
    Bref, je me fixe comme objectif de vivre (ou survivre) sans compter sur Google. Il faut impérativement que ma visibilité provienne en majeure partie d’autres canaux que les résultats de recherche. Mon modèle économique sera viable seulement si le trafic Google est un bonus plutôt que d’être la source principale de revenu.
    Les solutions existent et je les connais. Le seul problème est que je me reposais sur la facilité de pouvoir grappiller du trafic gratos sans se fouler outre mesure.

    Pour l’instant, tout va bien; mes sites sont au beau fixe, mais je ne me sens pas du tout à l’aise avec cette situation. Comme tant d’autres, j’ai plutôt l’impression d’attendre le couperet plutôt qu’une valorisation. C’est quand même dingue de devoir vivre au jour le jour, en pensant que le site doit forcément tomber !

    Quand à ton propos de la multitude de petites requêtes qui font le gros du trafic, c’est la sauce qu’on sert au public et aux clients, mais je ne me souviens pas d’une seule discussion entre « initiés » qui prétend autre chose que d’attaquer les grosses requêtes. Bien sûr que la Longue Traîne donne du consistant à un site au niveau du trafic, mais l’ambition avouée de tout éditeur de site est d’accrocher les grosses requêtes.
    D’ailleurs, quand je regarde mes stats (de moins en moins souvent), je passe rarement la consultation des requêtes qui ramènent moins de 30 visiteurs/jour.

  37. Salut Laurent,

    (et coucou amical aux autres : Diev, Marie, Arlette…)

    Ravi de voir que d’anciens « mangeur de cigogne » (sans S puisque invariable) sont toujours dans la course 😉

    J’approuve ce que tu dis à propos de la difficulté à mener aujourd’hui un bon référencement sans investir. Le référencement cela a toujours été à la fois se doter d’une stratégie et en même temps des moyens de la mettre en oeuvre… Cela reste d’autant plus vrai aujourd’hui, et le ticket d’entrée augmente, même si le référencement reste malgré tout l’un des leviers marketing les plus abordables (car rapidement sinon immédiatement rentable).

    La comparaison avec le poker m’a amusé, mais c’est tout à fait ça. Tout comme le poker, le référencement n’est absolument pas un jeu de hasard : c’est la manière de jouer ses cartes qui compte, plus que les cartes elles-mêmes. Tout comme le poker, le référencement est une activité extrêmement ludique. Tout comme avec le poker, une mise limitée peut parfois rapporter gros :-)

  38. Tiens, le chef des mangeur qui refait surface 😀
    Tu fais bien de passer car j’ai réalisé que mon lien pointait vers Yooda plutôt que PromoWeb. Du coup, j’ai aussi rendu à César ce qui lui appartient en modifiant le lien de mon billet. Pour ceux qui ne comprennent pas, Stéphane est l’organisateur du concours « mangeur de cigogne » tout en étant le boss de l’agence de réf Qualitrafic. Le lien que je faisais pour parler du concours pointait vers Yooda qui n’était que le gardien du ScoreBoard.
    Qui sera le prochain à dénicher une coquille dans mon billet ? 😀

    C’est clair qu’en comparaison avec tous les autres moyens d’atteindre une visibilité, le référencement naturel reste un bon plan. C’est sans doute la raison principale qui fait que je me suis reposé sur l’acquis pendant tout ce temps.

    Yes je trouve vraiment que le poker et le réf ont énormément de points communs. C’est peut-être pour cela que je me suis pris de passion pour ce sport (oui le poker est un sport). Je suis en pleine phase d’apprentissage et ça doit inconsciemment me rappeler les beaux jours des fabuleuses découvertes stratégiques entre mangeur de cigone (sans S puisque invariable).
    Comme le poker, le référencement tient dans la méthode et la stratégie. Comme un joueur de poker, le référenceur doit croire en son système malgré les périodes de baisse et les difficultés. Comme au poker, le référencement doit s’évaluer sur le long terme.
    Super, je tiens le sujet d’un prochain billet 😉

  39. Ah ça fait plaisir de voir des têtes connues, mais il fait beau chez moi et voilà que les cigognes sont de retour :(

    Marrant de constater que ce concours est resté dans les mémoires ! Mais à lire les commentaires de Laurent j’en arrive à la conclusion :

    – Soit il nous fait une déprime liée à l’âge… Oh du temps des « Mangeur de cigogne » que la vie était belle :)

    – Soit il vient de divorcer de Google : Et là c’est la déprime due à la séparation. :(

    Bref, dans les deux cas, Laurent n’est pas bien dans ses backlinks ! Va falloir trouver un remède.

  40. Laurent >> je suis d’accord avec toi sauf qu’en ce qui concerne mon forum 80% de mon trafic vient de la Longue Traîne et 20% à peine (et encore) sur des requêtes concurrentielles sur lesquelles je suis bien positionné (Entre 5eme et 1ere position).
    En gros le temps que je passe sur le référencement cela m’apporte qu’une minorité de visiteurs alors que le contenu naturel m’apporte beaucoup plus.

    Maintenant le fait d’avoir travaillé des requêtes concurrentielles cela m’a permi d’avoir des backlinks (inscriptions dans les annuaires entre autre) donc d’avoir un site avec un poid plus important aux yeux des moteurs.
    Cela m’a permis aussi d’avoir des visiteurs qui ont mis du contenu (La longue traine commence à se développer) et certains des liens à partir de leur site sans que je demande rien.
    En gros mon travail initial de référencement a permis de lancer la machine (BL, contenu naturel,…) mais maintenant c’est le contenu qui fait (presque) toute l’audience du site et la qualité globale du référencement même si il faut encore tenir compte des backlinks obtenus au lancement du site ainsi que des 1eres optimisations et pages créées…

    J’ai pris un de mes sites en exemple maintenant il faut p-e pas généraliser bien sur mais attaquer les grosses requêtes c’est intéressant pour « lancer » un site et ensuite c’est plutôt pour garantir un minimum de trafic et aussi parfois pour frimer 😉

  41. – Soit il nous fait une déprime liée à l’âge…

    C’est ce que je pensais au départ, mais c’est une fausse piste 😀

    – Soit il vient de divorcer de Google : Et là c’est la déprime due à la séparation.

    Pour l’instant, Google continue de me traiter avec délicatesse, donc je ne divorce pas. Par contre, je répète que j’ai un mauvais pressentiment et ça ne trompe pas…

  42. >> Par contre, je répète que j’ai un mauvais pressentiment et ça ne trompe pas…

    jajaja 😛
    Tu continues de ne rien y comprendre surtout! 😉

    Allez file chez le dentiste, moi j’ai le pressentiment que tu vas avoir mal 😀

  43. Par contre, je répète que j’ai un mauvais pressentiment et ça ne trompe pas…

    Je pense que tu pressens juste 😉
    Beaucoup de changements semblent s’opérer, et ce sont des changements assez radicaux qui devraient affecter en priorité les sites dont le linking n’est pas des plus qualitatifs (disons « non naturel »…).

    Wait & See, mais je sens que le mot « Google Dance » (et la sempiternelle correction « on dit màj d’algo!« ) va revenir à la mode très rapidement…

    Excellent billet 😉

  44. Allez file chez le dentiste, moi j’ai le pressentiment que tu vas avoir mal

    J’en sors et c’est clair que c’était le moment le plus douloureux dont je puisse me rappeler. Kyste sous une dent de sagesse à moitié arrachée… ça fait maaaaaaaal !

  45. Rien à ajouter par rapport à ce que tout le monde a dit ici sauf que perso, j’ai tout appris ou presque via Abondance même s’il m’arrivait parfois et par la suite d’aller trainer du côté de 7Dragons 😉

    Suis d’accord avec Denis pour le linking non qualitatif, je pense que c’est la prochaine grosse « attaque » de Google.

    Laurent, t’inquiète on va se cotiser pour ton dentier 😛

  46. Tes réflexions sur le référencement sont très intéressantes. On sent vraiment le vécu ! Grâce à toi, j’ai compris pleins de choses sur le référencement et ce que ça implique, et surtout les évolutions en cours (je n’y connais pas grand chose à la base…)
    J’aime beaucoup ta définition du référencement, basée sur la métaphore avec le poker ^^

  47. Bonjour Laurent et à tous,
    J’ai lu l’article et les conseils du guide (et je ne fais que débuter) et je partage pas mal le point du vue du post. C’est vrai que d’intuition (parce que je suis nouveau sur le WEB), et malgré tous les encouragements « tu verras le WEB c’est génial, rapide et effet de levier » et sans attendre de garantie 100%, quand même ça donne l’impression que c’est un peu biaisé. J’ai l’impression de m’en remettre à d’autres (sans savoir si j’ai bien tout fait ou même si ça existe « bien tout fait ») -annuaires, moteurs, liens, etc..- Presse-Lingerie a un bon avis (et un site sympa au passage) et moi comme petit webmaster (pour une destination passion l’Ukraine), je me retrouve un peu « perplexe ». (si tu as deux secondes Laurent, merci)

  48. sur ce coup-là il n’y aura eu que le commentaire de Charles qui m’aura fait marrer… en même temps ça sent quand même un peu la déprime masturbatrice, non?

    et puis le title, plutôt hors-sujet dites donc, ou alors c’est le billet? étonnant aussi, le débarquement massif des « gros » dans les commentaires, c’est rigolo;

    mais c’est sûrement ça, la définition d’un bon billet (mais que fait donc Andrieu? en vacances?)…

    vous soulevez en effet des questions qui traînent un peu partout depuis quelques mois, souvent générées par l’incompréhension de certaines pénalités ou de certains aspects des choses; c’est un fait, beaucoup baissent les bras, dégoûtés, découragés, fatigués de se battre seuls (ou presque) contre des dizaines d’ingénieurs soi-disant brillants et soi-disant payés pour nous mettre des bâtons dans les roues.

    pourquoi? parce que ça fait des années qu’on leur ment, et que les webmasters prennent pour acquises des certitudes que personne n’a jamais démontré. les vraies études SEO, scientifiques, validées, reproductibles, soumises à un test du KHI-2 on n’en a pas vu tellement passer en 10 ans.

    certains viennent même d’inventer la random-penalty, c’est dire si le BurnOut n’est pas loin. (néoconcept fantasmatique assez en phase avec l’esprit de ce billet, par ailleurs.)

    votre billet transpire à la fois (et dans l’ordre, commentaires inclus) l’élitisme, le défaitisme, le marketing, la publicité, le corporatisme, le pense-à-mon-lien et le tirage-de-couverture, ce qui me semble assez incompatible, mais c’est peut-être cette alchimie-là qui lui confère sa saveur toute particulière.

    en résumé, le référencement est devenu tellement technique voire aléatoire que seul un vrai pro (vous, en l’occurence) peut encore tirer son épingle du jeu. en cadeau, vous offrez un peu d’ergonomie et vous présentez ça comme une exclusivité voire une révolution.

    avez-vous réellement attendu mi-2008 pour prendre conscience que baser une stratégie de visibilité uniquement sur le trafic organique Google était dangeureux et dépassé? plus généralement, avez-vous attendu 2008 pour prendre conscience qu’une entreprise ne pouvait pas baser sa communication exclusivement sur le web? avez-vous réellement attendu 2008 pour prendre conscience qu’un site bien construit est plus pérenne qu’un autre? et que l’ergonomie d’une page est importante pour sa capacité à augmenter les conversions? si c’est le cas, c’est inquiétant – pour vos clients.

    le référencement n’est pas mort, il a simplement évolué. pas un mot sur les nouveaux « classements » à conquérir pour les référenceurs; pas un mot sur Google BlogSearch, pas un mot sur GoogleImages, pas un mot sur GoogleNews, pas un mot sur le Local Business Center et ses 10 résultats Maps géolocalisés, pas un mot sur GoogleMobile, et j’en passe. là où vous voyez l’entonnoir se refermer, je le vois s’ouvrir.

    vous semblez également considérer comme acquise et éternelle la position dominante, en France, de Google. pour vous, le référencement, c’est Google. en effet, + de 90% du marché, c’est une réalité, aujourd’hui, en France. qu’en sera-t-il dans 5 ans, quand les utilisateurs, de plus en plus formés et informés, prendront conscience de ce qu’il se trame? que ferez-vous lorsqu’un client Estonien ou Espagnol sollicitera votre expertise? pas un mot sur Yahoo, pas un mot sur Live, ni sur les autres.

    il faut au moins s’adapter, au mieux anticiper, au lieu de pleurnicher ou d’essayer de faire peur pour mieux vendre les miettes qui restent.

    le fait qu’il s’agisse ici d’un billet d’humeur n’excuse pas vos approximations. si vous pensez sincèrement que le référencement est plus aléatoire que le poker, soit vous n’avez jamais joué au poker, soit vous êtes un escroc qui prétend facturer 15000 euros un service dans lequel lui-même ne croit pas, ou ne croit plus. comparer le référencement au poker, c’est plus un aveu d’incompétence quant à votre compréhension actuelle des algorithmes, que du réalisme, non?

    bien, on dirait que vous allez pouvoir vous farcir une deuxième abrutie et un deuxième troll en quelques jours (au passage avez-vous remarqué comme ce mot « troll » est devenu commode pour écarter tout commentaire non bien-pensant? mais si, un peu comme « raciste » ou « facho » , ça marche bien aussi), ça va vous permettre de vous changer les idées parce que ça n’a pas l’air d’être la grosse déconne ici hein…

  49. « Ce que je reconnais à Laurent, comme à beaucoup, c’est qu’il n’a pas gardé son savoir pour lui seul. Il l’a fait partager ! Et après 5 ans sur le Hub, je peux dire que certains membres sont partant pour recevoir mais pas beaucoup donner ! »

    Résumé en 3 phrases. C’est mon avis de débutante, cela fait un peu plus
    de deux ans que j’ai un site, et cela peut paraitre idiot mais je l’aime follement :)

    Je suis partie de 0 et je dois etre à 1, vous voyez donc ma lente évolution, mais j’ai tout appris toute seule, je ne suis pas diplomée d’informatique, et je n’ai pas 20 ans. Mais j’apprends vite et je rejoinds ce que dis Laurent, j’ai appris avec les webmasters qui partagent. Parce que certains se trouvent au-dessus des autres,
    ont un regard de « c’est moi le plus fort » et gardent tout pour eux, « des fois que le nouveau soit plus fort et le devance dans les résultats ».

    Evidemment qu’il y a une évolution du référencement, mais la description « Du Chateau » est véridique. j’en sais quelques choses pour toutes les bourdes commises sur mon site. Ce qui est marrant ce sont les agressions inutiles de « moi, j’ai fait avant toi ». Pourtant il écrit assez clairement je pense, une chose toute bete et qui se résume en une phrase « Il est plus difficile de se référencer qu’avant pour arriver dans les premières positions ».

    Merci pour ce billet.

  50. @Carole : Bravo pour votre commentaire ! Mais vous faites exactement ce que vous reprochez à Laurent : Vous arrivez avec votre vérité et vous entendez que tout le monde applaudisse !

    Qu’il demande 15 000 € pour un référencement vous semble une arnaque ? Pourquoi ? Parce que vous êtes plus cher et qu’il vous pique des clients ?

    Il dit qu’il ne faut pas se focaliser sur Google et vous lui parlez que des outils développé par Google ! Un peu contradictoire non ?

    Et si les commentaires n’étaient là que pour satisfaire son ego, le votre comme celui de Claude ou Charles auraient été supprimé !

  51. @carole : d’accord avec toi. Au lieu de pleurnicher, il faut agir (après avoir réfléchi). Le référencement évolue et il n’est pas mort 😉

    Le référencement est un canal pas le seul. Beaucoup d’entreprises travaillent également sur le PPC, l’emailing, la pub, les partenariats, les salons …

    Etre premier sur google n’est pas un objectif mais un moyen parmi d’autres pour atteindre des objectifs (CA, notoriété, trafic …).

    Il n’y pas de vérité absolue, seul les résultats comptent …

    La vie est faite de choix, il faut juste savoir faire les bons !

  52. Il dit qu’il ne faut pas se focaliser sur Google et vous lui parlez que des outils développé par Google ! Un peu contradictoire non ?

    Voilà!

  53. @carole : merci pour ton commentaire si pertinent, aurais-tu stp un blog, un espace, ou un lien pour que je puisse en savoir plus sur toi et éventuellement m’abonner à tes flux si tu en as ?
    merci encore

  54. Salut. J’ai bien aimé ton article.

    Le référencement a beaucoup évolué ces dernières années, au même rythme que l’internet a pris une autre dimension, je pense.

    C’est un domaine un peu moins « nouveau » qui se structure de jour en jour, et de ce fait laisse moins de place à ceux « qui ont des idées et pas d’argent », comme tu le dis.

  55. Bravo pour cet article & bravo pour les commentaires lol.
    Tu as je pense dans les commentaires la liste de tous les « vieux référenceurs » 😉
    J’ai démarré en 2002-2003 aussi … et aujourd’hui j’ai un peu fait évoluer mon poste, ce qui fait que je ne fais plus du référencement à temps plein. (je fais plus que du 10% environ lol).
    Je suis assez nostalgique en lisant ton article peut être parce qu’il me montre que j’ai pris un coup de vieux … ( à 26 ans lol … )
    Voila, ……. bonne continuation à tous en tout cas.

    Guillaume ACLOQUE alias Le_Phasme

  56. @Ah non ! Le phasme ! Ne me dis pas que l’on a l’impression de prendre un coup de vieux en lisant l’article de Laurent :)

    C’est toi, là, qui me file un coup de vieux ! Depuis le temps que tu me fais peur avec ton avatar sur les forums… Et dire qu’il n’a que 26 ans ! … Si les jeunes pensent aujourd’hui avoir vieilli à la vitesse grand V… Que dois-je dire ? Ou sont mes 26 ans ? Et moi qui me consolait jusqu’à présent en me disant que je ne vieillis pas mais que ce sont les jeunes qui grandissent :( Et voilà ! Deuxième coup de vieux dans la semaine… J’arrête Internet !

    Enfin, ça fait plaisir de voir des pseudos connus sur Adicie 😉 .

  57. Bonjour Laurent et tout le monde, je rejoins Laurent en ce qui concerne les changements ‘d’algo’ de Google, on prie tous les matins en verifiant ses positions alors que de part notre travail on ne devrait pas etre inquieté à outre mesure.C’est pourquoi je trouve qu’effectivement il est judicieux de penser dès maintenant à des sources de trafic differentes.

  58. Vous êtes tous du secteur très spécialisé du référencement et des professionnels du monde du web.
    La première fois que j’ai lu ce billet je n’ai pas tout compris. Depuis j’ai pris mes infos, et je comprends enfin : vous êtes tous surpris que le contenu d’un blog fasse son audience. Vous êtes dans un autre monde, le monde du blig blig que vous devez critiquer par ailleurs, mais votre blig à vous vous le pensiez justifié.
    Je ne comprenais pas, parce que, innocente que je suis, je croyais que ce que chacun cherchait à faire dans un blog c’était du contenu, jamais de la vie je n’avais pensé que ce n’était que du qui ne contient que du vide et par l’artifice de la technique tenait la barre haut dans son audience.
    Alors tombé de votre siège, revenez à ce qui est la vie réelle, car le web est la vie et non du virtuel, nous sommes tous des humains de chair, pas des fantômes, nous avons des idées, des émotions, des besoins de communiquer, et c’est pour ça que nous avons un ou des blogs.
    Communiquer ou simplement faire briller des étoiles qui éblouissent si bien qu’on y attire tout un monde qui comme les moucherons dans les phares d’une voiture, s’écrasent, on en meurt.
    Je relève « Les sites qui ont peu de valeur ajoutée ne sont pas pérennes » est-ce surprenant qu’il faille le signaler ? et « mais il faut pouvoir ressentir quels sont les petits détails à valoriser pour être gagnant » non décidément ce n’est que du jeu, pas le fond n’est cherché… je vais pas dépiauter tout le texte, tout est de cet acabit, chercher à pieger les moteurs, passer du temps dans la technique.
    N’auriez vous pas plus de satisfaction sur le plan personnel à passer ce temps à faire du fond ? Pour communiquer avec l’autre vous livrer un peu de vous, pas dans les trucs qui font les unes des magazines, mais dans ce qu’est l’être humain dans sa richesse, sa particularité, sa personne unique, sa culture, tout ce qui est intéressant.
    Alors bien sûr dicotomie entre ce que vous découvrez être demandé pour être à la une alors que la civilisation dans laquelle nous sommes fonctionne justement sur le paraitre. Là est votre désarroi, en serais-je peinée pour vous ? mais j’oubliais vous jouez au poker dans la vie, dans votre vie ?

  59. Je rentre de voyage, donc un peu trop la tête dans le cul pour répondre à tous ces excellents commentaires.
    A demain pour papoter référencement sous toutes ses coutures :)

  60. @Annie : J’ai beau lire et relire ton commentaire il y a des choses qui m’échappent.

    Qu’entends tu par « Blig blig » ? Généralement ceux qui veulent que leur blog fassent des visiteurs et qui s’emploient à cela, c’est qu’il y a des pubs dessus. Donc que cela rapporte. Or, je ne vois toujours pas de pub ici. Pourtant, je peux te garantir que c’est un investissement de trouver des sujets, d’animer des discussions et de modérer éventuellement. Et je peux en parler en connaissance de cause, vu qu’en ce moment je suis en panne sèche… Mais, ça y est j’ai un filon… 😉 Donc, le reproche que je considère fait à Adicie de tiens pas la route.

    Après effectivement Internet c’est comme la vie. Ni plus ni moins. La preuve c’est que toutes les lois qui s’appliquent dans la vie sont transposables sur Internet.

    Mais comme dans la vie, chacun essaie de se démarquer par les moyens à sa disposition. Donc peut-on jeter la pierre à des propriétaires de sites qui paient cher des référenceurs pour se faire connaitre ? Sincèrement je ne le pense pas.

    A chacun ses méthodes pour se différencier des autres. Dans la vie, aussi il y a des gens qui ont les dents longues au point de rayer le plancher (à ce propos Laurent nous apprend qu’il en a perdu une … mdr ), doit-on les blâmer ? Après tout si avec un peu d’ambition on arrive à se démarquer des autres… Perso cela ne me dérange pas. C’est la loi du marché. Et même dans la nature c’est la loi du plus fort qui prédomine. Du moment ou chacun y trouve son compte.

    Doit-on blâmer les créateurs de Google de s’être enrichi ? Non, ils n’ont fait que répondre à l’attente sous-sous-jacente des internautes. Ils se sont engouffrés dans un créneau non exploité. A chacun de trouver le domaine encore non exploité sur le web et en tirer profit 😉 . Tout comme les référenceurs qui sont à l’affut encore aujourd’hui de la tendance du vent, et qui seront prédire le web de demain pour anticiper.

  61. Merci pour ton dernier commentaire sur le blog de Fil Vert.
    Pour montrer tout l’intérêt de ton blog,je te met dans mes liens à la rubrique « tout sur le net »…

  62. Article très intéressant. Je confirme, j’ai commencé à m’intéresser au web marketing en 2003, et j’ai vu effectivement se durcir de plus en plus la concurrence sur les moteurs de recherche, que ce soit pour les résultats naturels ou payants.
    Je pense toutefois que les « petits » ont encore leur place. Ils devront simplement se spécialiser dans des niches…

  63. Entièrement d’accord avec cet article. Un vrai régal, un délice !

  64. belle analyse, pleine de maturité. Si tout le Web (et son économie) suivait ces principes simples et finalement sains, il serait débarrassé de pas mal de ses scories

  65. J’enfonce une porte ouverte : excellent article.

    Mais je lui trouve un air « dépressif » – face à la toute puissance arrogante de Google, à terme seuls les gros vont pouvoir continuer etc. (ou alors je n’ai pas compris le message)

    Personnellement, des échanges sur forum avec des gens sous pseudo de 7 dragons m’ont très souvent donné de bonnes idées ou participé à des intuitions. La qualité de leurs posts a toujours été excellente.

    Certes on ne connait pas les algo de Google. OK.
    Mais Google a ses contraintes – une par exemple parmi de multiples autres : il ne peut pas mettre le bazar dans les SERP en changeant tout . Les usagers n’y retrouveraient pas les bonnes infos et gare au buzz style « Google délivre n’importe quoi en SERP, chez machin c mieux, allons y »
    Les backlinks étaient le seul moyen de positionner des pages compétitives entre elles. Depuis peu un nouvel arrivant dans les critères change la donne : Les « liens sociaux web2.0″. Cela ouvre un immense terrain de jeux déjà occupé par les ricains et quasi vierge en langue française !!
    Je travaille seul et tout ceci reste à la portée d’un seul individu. Certes, désormais il faut des softs pour gagner du temps et regrouper les infos avant de passer à l’action. Soft à développer soi même ou à acheter / louer à l’extérieur. un SEO peut encore travailler seul

  66. Dans le métier depuis 3 mois, j’ai encore beaucoup à apprendre et je trouve ton article très intéressant.
    Oui google est le principal moteur de recherche mais les autres seront toujours la.
    Merci et bonne continuation.

  67. Le fait d’être nulle en réferencement m’a rendu pas mal de services. au lieu de courir les annuaires; les backlinks et les pageranks, barbarismes pour moi. Je me suis concentrée sur deux choses : le contenu et les partenariats. Je suis première sur Google sur pas mal de requêtes et en plus, Google ne représente que 40% de mon trafic; l’essentiel venant de sites référents ou d’internautes inscrits.
    Sans doute mon code source n’est-il pas aussi poétique qu’il devrait être mais cela n’empêche pas Google de m’avoir à la bonne.

  68. Pour ma part j’ai bien peur que le Web ne soit plus l’eldorado qu’il était… Avant, avec des idées et du savoir faire on pouvait tout réussir sur le Web, c’est de plus en plus difficile et à mon sens, ça sera bientôt impossible, du moins sans investir des millions…

  69. l’ego n’est-il pas lié au comportement atypique
    vous êtes quelques uns dont « César », euh pardon Laurent, à être manifestement atypiques : bravo ! le monde a besoin pour avancer de personnes comme vous
    pour ma part, si j’apprécie le côté pile, j’accepte le côté face (qui va avec)
    laissons hurler les loups, la caravane passe …
    j’ai trouvé beaucoup de sincérité dans ce texte de Laurent
    un brin de désabusement et de lassitude aussi
    le monde change et de plus en plus vite
    les gens comme toi, Laurent, l’on précédé durant un temps sur cette thématique du référencement
    le monde te rattrape, car de plus en plus de gens travaillent sur ce sujet
    et si tu passais à autre chose dans lequel tu serais encore une fois précurseur
    ta force (certains diraient : ta valeur ajouté) n’est pas dans le labourage fastidieux, ta force est dans l’idée nouvelle et consiste à semer quelques graines, les arroser un peu, puis quand la plante est ado, de la laisser à d’autres qui ont l’énergie nécessaire …
    merci d’exister

  70. Me revoilà…

    @ Nat & Denis : le linking, comme arme de popularisation artificielle est toujours visé par Google. Qu’est ce que vous voyez comme autre développement à ce sujet ?

    @ lobelya : la métaphore poker me plaît aussi. Stéphane (Qualitrafi) m’a donné envie de la développer. Sans doute un prochain billet à venir sur le sujet.

    @ Belka : ton site souffre encore de quelques défauts de jeunesse au niveau de l’architecture, mais surtout, il faut le rendre plus populaire (backlinks). Tu peux me contacter en privé si tu veux quelques pistes plus précises.

    @ Carole : je suis évidemment moyennement d’accord, surtout avec les accusations d’élitisme et de publicité (où est-ce que je fais de la pub par ici ?). De plus, c’est dommage que tu te mets dans le même sac que Claude car ton commentaire est bien plus pertinent. Je suis même d’accord avec toi à propos de mon titre qui remonte à l’idée initiale du billet, mais s’est perdu en route, au fur-et-à-mesure de la rédaction.
    Je ne dis rien sur Live ou Yahoo; tout simplement parce qu’ils sont minoritaires dans nos stats francophones. J’évoque déjà le social, qui me semble largement plus intéressant que ces moteurs alternatifs. Si un moteur vient à grignoter Google, j’en parlerai en temps voulu.
    Là où je ne suis plus du tout d’accord, c’est quand tu parles du poker. Je ne crois pas que tu connaisses le poker, sinon tu te serais abstenu d’écrire de telles absurdités. Mais, si tu penses que je suis incompétent c’est ton droit.
    Par rapport au « troll », je vois que tu n’as pas pris la peine de lire d’autres pages du blog, car tu aurais réalisé que je suis tout à fait prêt à changer d’avis grâce aux commentaires éclairés. Par contre, je sais reconnaître les abrutis du genre Claude à ton avis contraire au mien mais qui demeure intéressant.
    M’enfin, je crois que tu ne vas même pas revenir lire ce commentaire, donc à quoi bon continuer de répondre. Peut-être à bientôt sur Webrankinfo si tu es bien Carole Heinz.

    @ Elle : tout le monde part de 0, mais contrairement à ce que certains pensent je me considère toujours comme un débutant. La remise en question fait partie de ma valeur ajoutée. Plusieurs fois, j’ai repris à 0 ma stratégie afin de l’adapter aux évolutions. Le plus dur est de lancer le mouvement, un peu comme pour le mouvement d’inertie; ensuite, il suffit d’entretenir le mouvement et ça roule tout seul. Bonne chance pour ton évolution 😉

    @ Geoffrey : merci de prendre ma défense 😀 L’ego est un élément délicat à manipuler. Ce qui est de la confiance en soi peut paraître pour de l’ego, mais je crois que la limite s’arrête à ne pas faire du tort à autrui. Mon ego ne dérange personne car ceux qui ne peuvent pas m’encadrer n’ont qu’à pas me lire et encore moins commenter. Par contre, je ne pense pas que quelqu’un puisse dire que j’ai attaqué son intégrité ou même celles de ses pages Web.
    Encore une fois, la confiance en soi (ego si vous préférez) est un élément vital pour réussir. Si vous n’êtes pas le premier à croire en vos capacités, comment allez-vous véhiculer l’image que vous êtes capables.

    @ David : je pense que le référencement est mort au profit de la visibilité ou du webmarketing. Aujourd’hui, il faut englober des notions plus larges que la seule présence dans les SERPS comme tu le soulignes. Cela englobe également des concepts d’ergonomie incitative, usabilité, ect.

    @ Ranks : maintenant que j’ai un peu plus de recul par rapport à ce billet, je crois que ma réaction vient du fait que je suis surpris d’autant d’évolution en si peu de temps. Quatre années sont insignifiantes sur une échelle globale, mais dans la dimension Internet c’est l’éternité. Tout est question de perspective.

    @ Le_Phasme : dans la continuité de mon commentaire à Ranks, c’est bien un « coup de vieux » qui nous frappe. Ceci étant, à 26 ans, tu as encore d’énormes opportunités qui t’attendent. J’aimerai bien avoir ce bonus (j’ai 39 ans).

    @ Arlette : OK, j’arrête de parler du « coup de vieux » 😀 Par certains côtés, je n’ai pas encore passé l’adolescence, donc tout va bien !

    @ Annie : je travaille dans la communication et le marketing depuis toujours. C’est mon métier de « monétiser » Internet. Par contre, je ne vois pas bien pourquoi mon blog (Adicie) porterait une quelconque trace commerciale. Son but est de coucher mes réflexions et inciter à la discussion, sans dévier vers des propositions commerciales ou même la conversion en clics publicitaires. J’essaye justement de parler du « fond » que tu cites. Bref, je n’ai pas trop compris ce que tu voulais dire si tu me parles directement.

    @ Fil Vert : les amis de mes amis (Olivier SC) sont mes amis. Merci pour l’inclusion dans ton Blogroll.

    @ Forum Voyage : en effet, les niches restent ouvertes. Cependant, je regrette un peu de n’avoir pas « profité » des possibilités passées à cerner des thématiques hyper concurrentielles. Quand je pense qu’en dix jours de boulot il y a 4 ans, j’avais atteint « électroménager » avec un petit site d’affiliation qui a généré 20 000€ de CA/an pour être revendu 25 000€ en 2006. Maintenant, il faut beaucoup plus d’efforts pour atteindre des requêtes bien moins concurrentielles.

    @ jamx : ce que j’ai oublié de dire dans le billet, c’est que je ne me considère pas du tout comme un « crack », mais plutôt que les autres sont foncièrement mauvais. Le Web est toujours dans un état pitoyable du point de vue SEO, et c’est tant mieux si nous voulons perdurer.

    @ Jump’ n Jack : je préfère « désabusé » à « dépressif ». Je n’ai pas « peur » de Google, mais je suis juste perplexe de savoir qu’il faut travailler 10 x plus pour des résultats inférieurs.
    Les gens sous le pseudo 7 Dragons c’est moi et juste moi 😀

    @ Julien : tu fais partie de la saine relève qui est encore motivé pour parler référencement en détails. Ça va peut-être revenir, mais la peu de mise à jour sur 7 Dragons ou mon Observatoire Google témoigne que je suis moins motivé qu’avant.
    En tout cas, je soutiens ton initiative et je vais suivre tes billets 😉

    @ nulle en référencement : le modèle des 3 1/3 est idéal : 1/3 moteurs; 1/3 visites directes (favoris, flux RSS, etc.), 1/3 referers. C’est cela le vrai référencement, sauf que je préfère parler de visibilité ou même de webmarketing. Certains nomment parlent de Destination Search Marketing, mais cela tourne toujours autour de ces mêmes concepts qui dépassent largement le référencement tel que nous l’appréhendons de manière traditionnelle (en résumé : optimisation des pages et augmentation de la popularité)

    @ Guide Loisirs : puisque tu parles d’Eldorado, nous pouvons faire une autre analogie. Le Web est un peu comme le Far West pour les chercheurs d’or. Auparavant, les pionniers ont pris les meilleurs coins, mais il en reste encore quelques uns. Par contre, les pionniers ont arrêté de creuser, et ils préfèrent vendre le matériel ou faire le grossiste.

    @ Micaliore : merci pour ton commentaire qui insuffle une dimension philosophique au débat. C’est clair qu’il faut prendre un peu de recul et de hauteur pour mieux rebondir et évoluer. Peut-être que je suis à un croisement; il faut que je me pose pour prendre le bon chemin.

    Ouf ! Je pense avoir répondu à tout le monde.
    Encore merci pour vos commentaires, et surtout n’hésitez pas à dire le fond de votre pensée, même si c’est contraire à la mienne. Ce n’est pas vrai que je souhaite lire seulement des compliments.

  71. Bon billet, mais long. Dommage que je n’ai pas eu le temps de lire les commentaires. A bientôt pou la suite 😉

  72. Et bien moi j’essaie de suivre le cours de la conversation car l’internet cela me passionne comme beaucoup d’autres d’ailleurs même à 50 ans…et c’est à y rien comprendre…quand je ne savais même pas ce que c’était qu’un googlerank et qu’un jour j’ai testé mon site relou (frontpage -pleins de fautes dans le code, etc..) et bien googlerank 6….J’ai alors mis de la pub adsense et essayé d’appliquer tout ce que je lisais sur les forums dans les référencements…chute dramatique à 4…depuis je ne m’en préoccupe plus et laisse faire mon instinct …alors un peu moins de pessimisme et acceptez que le référencement contient une large part de jeu…

  73. @bricolons : peut être, en effet, le référencement contient-il une large part de jeu. Mais de nombreuses entreprises de e-commerce ne jouent pas et leur chiffre d’affaires, ainsi que l’avenir de leurs employés est dans les mains de Google, ce qui pour eux n’est pas un jeu et est, à mon point de vue, une anomalie. Car il arrive que certaines de ces entreprises se retrouvent déclassées sans raison apparente. Lorsque la raison est découverte, si elle l’est un jour, la société a perdu du CA et a du mal à s’en remettre. Personnellement je connais 2 cas qui , chacun, on manqué être dramatique. Le premier a permis de découvrir une erreur grossière du référenceur et une erreur de stratégie très bête du propriétaire. Le second cas n’a pas été elucidé et si la société a retrouvé sa position au bout d’une dizaine de jour, on n’a pas compris pourquoi du jour au lendemain elle s’est retrouvé ainsi pénalisée. Quelques licenciements avaient été envisagés…

  74. Dievochka : Je comprend ton désarroi et celui des sociétés de e-commerce qui se sont vu déclassées. Mais il ne faut pas perdre de vue que le positionnement dans les moteurs et bien cela reste et restera toujours de l’aléatoire. A part investir dans la pub pour être sur d’être dans les premiers résultats, tu ne peux pas partir du principe que la position t’est acquise à jamais.

    Et c’est là que le bât blesse. Les sociétés de e-commerce doivent prendre en compte que leur chiffre d’affaire dépend effectivement du positionnement.

    Imaginons que le moteur est 10 000 sites qui proposent les mêmes prestations, en vertu de quoi il devrait mettre Paul en premier et Jacques au fin fond de son index ? Alors de temps en temps c’est Paul et à d’autres moment c’est Jacques qui ramassent le jack-pot !

    Et plus on ira dans le temps, plus il y aura de sites, et plus se sera difficile de départager les meilleurs ! Pour palier à cet inconvénient il faudrait beaucoup plus de moteurs aussi pertinent que Google ! Mais c’est tellement ancré dans les habitudes du web de chercher sur uniquement lui, que cela sera long et difficile.

    Et je pense que le billet de Laurent est justement de dire : « Attention, Google devient trop imprévisible, il ne faut plus compter uniquement sur lui, mais essayer d’autres voix pour se faire connaitre ». Pour justement éviter d’avoir un CA dépendant des caprices de ce moteur.

  75. Allez Laurent, puisque tu voulais que je pointe le bout de ma truffe dans ce blog :-), me voilou.

    Juste pour « plussoyer » sur :

    « Par contre, je ne pense pas que quelqu’un puisse dire que j’ai attaqué son intégrité ou même celles de ses pages Web. »

    Je confirme que nos premiers contacts ont été « tendus », ce qui n’a pas empêché qu’ils évoluent au fil des dialogues sur des bases plus ouvertes.

    « Encore une fois, la confiance en soi (ego si vous préférez) est un élément vital pour réussir. Si vous n’êtes pas le premier à croire en vos capacités, comment allez-vous véhiculer l’image que vous êtes capables. »

    C’est si vrai …

    Bon allez j’ai rempli mon « devoir » de présence, je repars faire trempette (tu es toujours invité laurent …).

  76. PS : sur le fond de ton billet, je n’ai pas commenté (d’autres l’ont très bien fait). J’ai juste mis un petit liens sur la home de l’annuaire yagoort … signe que j’adhère sur le fond.

  77. @ bricolons : j’ai l’impression que vous devriez étudier les bases du référencement afin d’être moins « perdu ». Contactez-moi par eMail si vous souhaitez recevoir mon guide du référencement.

    @ Dievochka : c’est bien le problème qui m’a motivé à rédiger ce billet. Personnellement, je m’en sers encore même si tout ne monte pas comme je le voudrais, mais je communique de plus en plus avec des chefs d’entreprise qui se sont embarqués dans l’aventure Web avec toute la motivation qu’il faut, mais qui se retrouvent aujourd’hui dans une situation catastrophique puisque déclassé sur Google. Le moteur règne en maître sur la recherche d’information, mettant en évidence une situation des plus malsaines.

    @ Arlette : cela fait un moment que nous attendons un challenger pour Google, mais personne pointe le bout de son algorithme. C’est pour cela que je préfère modifier ma stratégie plutôt qu’attendre une éventuelle répartition du secteur de la recherche d’information.

    @ Zecat : ben alors, ça sert à quoi de t’inviter à commenter si t’es d’accord avec tout ? 😀

  78. J’ai pas dis d’accord avec tout … mais d’accord sur le fond … mais bon c’est l’été, fait trop chaud pour sortir les machins rétractiles et puis sur le fond j’adhère … alors … et puis pour une fois que je suis pas le fouteur de souk :-) savoure ! :-)

  79. @Arlette : merci de ton soutien mais en l’occurence, je n’ai rien à voir avec les sites en question.. par contre les propriétaires étaient au bord de la crise de nerf

    @ Laurent : je viens de tomber sur cet article Le Yoyo de Google en juillet qui corrobore largement ce dont nous parlons !

    @Zecat : bonjour… tu es amusant avec tes  » machins retractiles »… en été pourtant c’est la saison pour s’en servir lol !

  80. j’ai pas dit « mon » machin … mais « mes » machins …

  81. @Zecat : je sais bien, c’était juste pour rigoler un peu. Et comme je ne vois pas trop de quoi il est question, j’ai légèrement dévié la conversation … sorry si ça peut déplaire mais ça nous change de Google et de ses lubies

  82. j’avais compris que tu avais compris …

    On est en train de lui « dévier » son blog à laurent, on va se faire modérer :-)

  83. @ Dievochka : j’avais déjà lu le billet de Barry Schwartz que tu cites (son blog fait partie de ma veille). Périodiquement, le signal d’alarme est tiré, principalement depuis le forum WebmasterWorld. Mon inquiétude se confirme car nous avons absolument aucune idée des manières de combattre ces pénalités. Que ça soit pour le « yoyo », les « random penalties » ou d’autres pénalités, il est de plus en plus délicat d’être sûr de la pérennité des présences dans les résultats de recherche Google et c’est encore plus délicat lorsqu’il s’agit d’expliquer à un client. Sans même « réparer » qui tient parfois plus du Vaudou que de la technique de référencement.

    @ Zecat : Adicie est vraiment un espace de discussion libre. Faut vraiment en faire des tonnes pour être modéré. Chacun peut exprimer le fond de sa pensée sans craindre d’être mis au pilori. Pourtant, trop de gens attaquent la personne plutôt que de s’attacher à débattre (attaques envers le rédacteur du billet ou de commentaires). Certains commentaires sur ce billet en sont la parfaite illustration, mais ça commence à devenir une habitude…

  84. …M’enfin, je crois que tu ne vas même pas revenir lire ce commentaire, donc à quoi bon continuer de répondre…

    mais si je suis là. 😉

  85. Et tu as rangé les crocs ? 😀
    Et pourquoi rester en anonyme ?

  86. Parce que c’est mon choix 😉

  87. @Zecat : c’est ton dernier mot ?

  88. je parlais des crocs et de l’anonymat de Carole, meme si je pense savoir quel est son véritable site. A chaque fois qu’il s’agit de crocs, tu te sens vise ? 😀

  89. « …Et tu as rangé les crocs ? 😀
    Et pourquoi rester en anonyme ? … »

    maintenant que vous avez balancé mon identité (sans mon accord) je ne suis plus vraiment anonyme, hein.

    je n’ai pas sorti les crocs (quand je les sors, c’est très différent). là j’ai juste pointé certaines incohérences du doigt, rien de méchant. (enfin je crois).

    je crois que la maladie du « référenceur de 1999″, c’est son inertie et ses lauriers.

    vous êtes complètement bouleversés par l’avalanche de nouveaux produits et de nouveaux classements à conquérir, et vous n’avez pas été habitués à vous adapter si vite et à ingurgiter autant d’informations et d’inconnues en si peu de temps.

    tiens, il paraît qu’on va bientôt pouvoir effectuer des recherches dans les vidéos YouTube, par reconnaissance vocale: encore un nouveau service, encore un nouveau classement, puisque dès que 2 vidéos traiteront le même thème, l’une sera classée DEVANT l’autre pour les requêtes en rapport.

    d’autre part, et ça nous touche tous ou presque, dès que l’on parvient à une certaine régularité dans le positionnement, on se pose un peu, et surtout, on ne crée plus. on se contente de positionner les sites des clients, souvent assez anciens.

    pour rester dans la course, je suis persuadée qu’il est nécessaire de créer de nouveaux sites, sur de nouveaux ndd, en permanence. à quand remonte votre dernière création de site? et votre avant-dernière? je ne vous pose pas la question à vous en particulier, mais à tous ceux qui se sentent un peu perdus malgré leur expérience.

  90. maintenant que vous avez balancé mon identité (sans mon accord) je ne suis plus vraiment anonyme, hein.

    Trop marrant là ! Pour rester anonyme il suffisait de dire : « Non, je ne suis pas la Carole dont vous parlez » Laurent n’a pas affirmé il a supposé…Peut-être à bientôt sur Webrankinfo si tu es bien Carole Heinz.

    Et puis la majorité des gens qui ont répondu fréquente les mêmes forums. Donc si l’on veut vraiment rester anonyme et bien on utilise un autre pseudo que celui dont on se sert régulièrement 😉

  91. L’adaptation et réactivité sont les maitres mot :)

    Sympa de lire ces petits échanges 😉

  92. vous êtes complètement bouleversés par l’avalanche de nouveaux produits et de nouveaux classements à conquérir, et vous n’avez pas été habitués à vous adapter si vite et à ingurgiter autant d’informations et d’inconnues en si peu de temps.

    Un peu bizarre ton raisonnement. Le propre d’un référenceur est de pouvoir s’adapter et d’ingurgiter beaucoup d’informations en continu. Je ne vois pas trop d’où tu sors cette idée.
    Par contre, c’est aussi important d’être réaliste, et le référencement n’est plus ce qu’il était. Il n’y a pas grand chose à ajouter au fait qu’il n’est plus possible d’atteindre les cibles aussi facilement (si elles sont atteintes).
    Ce réalisme n’a rien à voir avec une quelconque faculté d’adaptation ou de travail.

    Quand à la création de sites, je ne vois pas non plus pourquoi tu penses que les référenceurs old school ne génèrent pas de nouvelles plateformes. Ceux qui ne le font pas n’en ont peut-être pas besoin, car pourquoi faudrait-il continuer à pisser du HTML et chasser le BL quand on peut se contenter de regarder son compte Adsense tous les matins et faire du shopping le restant de la journée ?

  93. « pourquoi faudrait-il continuer à pisser du HTML et chasser le BL quand on peut se contenter de regarder son compte Adsense tous les matins et faire du shopping le restant de la journée ? »

    bah peut-être pour éviter la crise d’angoisse identitaire le matin où le compte adsense n’est plus suffisamment approvisionné pour cause de déclassement massif, par exemple?

  94. Bel article, enrichissant et qui fait se poser de bonnes questions.

    j’ai apprécié…

  95. en fait n’est permis ici que l’assentiment général, si on ose avoir une voix légèrement discordante tout le monde vous tombe dessus, vous êtes un groupe fermé sur vous-mêmes à vous congratuler, pas de critique, mais sans critique on n’évolue pas !

    au fait il y a environ 2 ou 3 semaines, je ne sais plus pour quelles raisons Laurent m’avait promis, sans que je demande rien, un mail publiquement sur le blog d’Olivier, à ce jour rien, même en tenant compte d’un retard du courrier… p’t à cause de la poste devenue privé ? … c’est bien de tenir parole dans la vie, au tout au moins de dire « j’ai changé d’avis, je n’ai rien à te dire »… enfin la politesse, vous avez dit respect ?

  96. @ Carole : mon compte Adsense va très bien, et pourtant je me pose des questions. Du coup, dans quelle catégorie suis-je ?

    @ Annie : je n’oublie jamais rien, mais il faut me donner le temps. Certains ont attendu plusieurs semaines que je trouve le temps de les aider gracieusement. Même ceux qui payent doivent attendre !
    Par contre, tu es la première qui vient publiquement se plaindre que mon aide ne soit pas assez rapide. Du coup, je crois que tu peux encore attendre mon mail un moment …

  97. @Annie : Je ne vois pas pourquoi vous dites que l’on ne peut pas exprimer des idées contraires. Aucun commentaire n’a été supprimé parce que l’opinion ne va pas dans le sens du billet.

  98. m’aider à quoi ? ai-je besoin d’aide ? c’est ça la question !

  99. J’ai regardé ton blog, et j’affirme qu’il mérite d’être optimisé (sans parler du manque de sécurité). Après, vu le ton que tu prends, c’est clair que je ne vais pas me plier en quatre pour toi.
    Ensuite, d’un point de vue global, je ne connais pas une seule personne, aussi qualifiée soit-elle, qui n’ait pas besoin d’aide. Pouvoir penser qu’un site web (encore plus pour un script) n’ait pas besoin d’être amélioré dénote d’un état d’esprit que je n’oserai jamais avoir.

  100. Et bien ? Si vous avez besoin de rien, pourquoi venir vous plaindre ?

    Vous avez dit sur le blog je cite : …jamais de la vie je n’avais pensé que ce n’était que du qui ne contient que du vide et par l’artifice de la technique tenait la barre haut dans son audience.

    C’est pour combler le vide vos commentaires ? Ici, on préfère les commentaires qui ont un sens, même s’ils sont contradictoires (ne vous en déplaise), plutôt que les commentaires dénués de tout sens comme les vôtres.

  101. Quoi quoi quoi ? On se frite et je suis même pas dans le coup … Pffff ce que c’est que la vieillerie quand ça vous rattrape :-)

  102. Je pensais pas être spammé en commentant cet article 😉 Bon courage…

  103. Je pensais pas être spammé en commentant cet article

    Si c’est réellement à cause d’un commentaire ici, c’est vraiment à l’insu de notre plein gré. On n’utilise pas les mails des posteurs, et ceux-ci ne sont accessibles que via le panneau Admin, pas par les commentateurs. Je doute que Laurent se soit servi de votre mail pour vous spammer. Et moi, alors n’en parlons pas. Je suis comme Laurent, j’ai d’autres chats à fouetter que récupérer les mails des posteurs.

    Ensuite, il y a un anti-spam (heureusement), qui est tellement efficace qu’il arrive qu’on l’on retrouve des commentaires dans ce filtre. :(

  104. je viens demander au seigneur de ces lieux de bien vouloir me désabonner d’une souscription que je n’ai point commise et dont à plusieurs reprises j’essaye de me défaire sans succès, et comme dit Nicolas : ça fait spam dans ma boite

  105. Ben faut lire comme il faut avant de soumettre un formulaire 😀

    En décochant la case se trouvant à côté de « me prévenir quand un nouveau commentaire est posté » on ne reçoit pas d’email chaque fois qu’un commentaire est posté.

  106. :) Je faisais juste référence au nombre impressionnant de commentaires 😉 Malheureusement, le contenu est bien moins intérssant, surtout maintenant que j’ai ajouté mon troll 😀

  107. Petite mise au point :

    Définition de spam : Courrier non désiré 😉

    Si vous recevez un mail avec les commentaires c’est que vous avez coché la case « abonné à cette discussion ». Il suffit de ne pas la cocher :) Voire si ma mémoire est bonne : se désinscrire via le lien qui se trouve dans l’email. Donc, les mails ne sont pas des spams puisque vous avez fait la démarche de vous inscrire.

    Le faire à votre place via le panneau Admin : Désolé, j’ai pas trouvé le bouton magique. Donc il faudra attendre l’intervention de Laurent, qui ne manquera pas de lire les derniers commentaires.

  108. enfin un article honnête et humble sur le référencement, qui pour une fois, ne traite pas du maraboutage :)

  109. bon article qui résume bien l’évolution du référencement ces dernières années.

  110. Pas mal l’article ! Facile à lire, points de vue interessants.
    Par contre je critiquerais le vent de pessimisme ambiant.
    C’est normal que ce soit plus difficile désormais ! Internet suscite un grand engouement, donc un afflux, mais les meilleures places sont en edition limitées…
    C’est presque arithmétique je dirais.

  111. juste pour dire que je suis d’accord avec Capitaine vu le nombre de blog et de fréquentations du net, normal que les critères de google aient changé, votre nostalge à tous me fait penser à mes nostalges sur les années 60/70…

    je ne suis blogueuse « que » depuis je crois 5 ans, au début nous n’avions que la page rank, j’étais déjà 4/10 comme maintenant, mais une grande différence de fréquentation, à l’époque je n’avais pas de stats pour déchiffrer qui, quand, comment venaient les gens, ce fut en particulier la campagne du non très intense… j’ai quand même du mal à comprendre que vous soyiez resté sur des vieilles lunes, le monde évolue… faut faire avec on ne peut rester sur le passé, l’avenir est devant nous… (j’ai 66 ans, et j’avance…)

  112. Je crois que vous confondez remise en question et pessimisme.
    Ce sont plutôt ceux qui se reposent sur leurs lauriers qui sont en danger.
    Où voyez-vous que nous « restons sur le passé » ?
    D’ailleurs, Internet n’a jamais été « facile ». J’en veux pour preuve que personne ne comprend véritablement quel est notre métier. Ma femme me croit toujours informaticien…

  113. Moi elle me croit pianiste dans un bordel :-) selon la formule désormais célèbre.

  114. Whaou bravo Carole, je suis 100% d’accord avec toi!

    Voir quelqu’un de WRI qui parle comme ça me bouleverse, tellement l’habitude de croiser des bisounours endormis et bien endoctrinés comme il le faut. 😀

    Bref, cet article me confirme l’idée que je me faisais déjà de l’auteur. Je ne vais pas te prendre la tête sur ton propre espace mais mince quoi, pour le truc élitiste et hautain, elle a tout bon là Carole!

    Et se réveiller en 2008 sur les changements qui s’annonce est bien tardif à mon humble avis pour quelqu’un qui a tellement cerné le sujet qu’il a écrit la première ressource francophone digne de ce nom…

  115. j’avoue que j’ai du mal à comprendre certaines réactions ci-dessus.

    Il doit y avoir un historique relationnel que je ne connais pas, ou alors des intérêts divergents voir même contraires.

    Après tout il s’agit ici d’un blog, avec un article d’opinion (positive, négative, réaliste, dépressive peu importe) ; un avis quoi, qui semble donné par une personne qui ne semble pas être un newbie (je ne sais pas vu que je ne le connais pas personnellement).

    En suivant le fil des commentaires j’ai l’impression que sous prétexte que l’un(e) ou l’autre n’a pas le même point de vue que certain(e)s, il a forcément tort, qu’il est dépassé, qu’il ferait mieux de se taire etc… les mots que je lis sont durs.

    C’est dommage de ne pas arriver à échanger des avis sans se jeter une certaine forme de haine à la tête, sans rejoindre le clan des « pour » ou des « contre » tout en gardant une certaine mesure et un peu d’auto-critique, voire la capacité à reconnaître que l’un ou l’autre des arguments des autres est juste.

    d’accord / pas d’accord / pourquoi devrait suffire à donner son avis, non ?

    ces échanges violents ne servent personne, et n’alimentent même plus le débat d’idées.

  116. J’ai bien aimé votre article et votre « bio » où j’ai pu relever pensée :

    « (…) le plus intelligent est celui qui sait qu’il ne sait pas. »

    à laquelle j’ajoute qu’un imbécile est une personne qui sait tout. Et encore, je n’en suis pas certain.

    Bien à vous

  117. C’est curieux de voir à quel point les querelles d’égo peuvent pourrir des discussions intéressantes.
    Le survol de la discussion est déprimant, il y a surement des commentaires intéressants, mais un peu noyés dans des attaques dont je ne comprends pas trop la finalité.
    Surtout sur un blog qui est tout sauf de la mauvaise qualité…

    Après sur le fond, c’est clair, les choses changent, et même si elles changent tout le temps, en ce moment ça va un peu plus vite, un peu plus fort. Le métier de référenceur se transforme – heureusement à mon goût – en « générateur de trafic », et ce n’est pas simple.

    Mais refuser de le voir, refuser de poser les enjeux, c’est idiot.

    Et ça sert au moins à une chose, à ceux d’entre nous qui essayent de faire leur boulot correctement, « pour le bien du client », c’est de pouvoir lui expliquer pourquoi on modifie notre façon de faire.

  118. Comment répondre aux attaques ?
    Je préfère laisser la parole à Oscar Wilde :

    Chaque fois qu’on produit un effet, on se donne un ennemi. Il faut rester médiocre pour être populaire.

  119. « Il faut rester médiocre pour être populaire. »

    Maxime que nos élites (politiques) ont parfaitement assimilé ! Le meilleur moyen de durer étant de de rien faire. 😀

  120. Et toi ça te fait plaisir de savoir que tu n’est pas le seul chat noir du SEO 😀

  121. D’abord je suis noir et blanc … ca change tout !:D

  122. Exact ! En choisissant ton avatar, tu savais déjà que tu allais mesurer ta popularité au nombre de tes détracteurs. 😉

  123. je dois produire pas mal « d’effets » 😀

  124. Bah en fait vous êtes altruistes :

    Il faut aussi se plaindre de son sort pour faire valoir celui des autres.

    Jules Renard

    ou pas… 😉

  125. Bon, l’ami, le pas est franchi et, sujet référencement, j’aurais bien besoin que tu transformes ton lien vers moi : http://www.blogoliviersc.org/

    Toi, tu y est déjà lié, alors, stp …

    Merci !

  126. Re,

    Au fait Laurent, tu penses continuer dans cette branche dans les années a venir ou te réorienter pleinement?

    Ps: ya beaucoup de lien sur ton blog olivier, je sais pas ce que ça vaut niveau ref, mais c’est légerement perturbant niveau lecture :(

  127. Disons que j’ai un camembert composé de toutes mes activités professionnelles. La tranche dédiée au conseil en visibilité est volontairement réduite depuis quelques temps. Cette tendance s’affirme encore plus depuis ma récente implication dans un projet qui est très « time & spirit consuming ».

  128. Morgan, tu m’écris chez l’ami Laurent et je te réponds donc ici ; mais il ne faut être timide et venir mettre un mot directement …

    Tu parles de liens blogroll ou de liens articles ; voire les 2 ? …

    Côté blogroll, j’insiste assez sur les échanges mais j’ouvre à ceux qui participent en communicant. Par exemple, je continue à lier des gens au Monde, même si leurs liens vers moi sont en nofollow, raison pour laquelle j’ai quitté leMonde.

    Côté liens dans mes billets : je fais une Revue de blogs, donc, c’est normal, non ?! 😉
    J’espère que Google ne confondra pas Revue changeant chaque jour et FarmLink. C’est tout …

    Alors : tu viens me dire, chez moi, ce qui te trouble ? Ce sera forcément enrichissant pour tout le monde …

  129. A mon avis, Morgan n’a pas saisi le concept de ta revue 😉
    Ceci étant, je la trouve très bien comme elle est. Elle est tout à fait « naturelle », donc rien à voir avec une farm link ou même les pseudos communiqués de presse remplis de liens qui fleurissent chez les référenceurs.

  130. Bonsoir,

    C’est au niveau des articles que je trouve ça perturbant.
    J’ai pour habitude de lire l’article en faisant defiler avec la souris dessus et tes articles contenant beaucoup de liens (il y a une raison à ce que j’ai pu lire, c’est un concept spécial, mais je dois avouer ne pas l’avoir compris -_- ) c’est genant, en tout cas pour mon petit cerveau ;), de survoler autant de lien et de chercher a chaque fosi vers quoi ça renvoit en bas a gauche.

    La lecture est tout entrecoupée, non fluide. C’est peut etre une habitude a prendre… Et je me posais la question niveau ref, car malgré le nofollow, je n’ai aucune idée de l’influence d’un grand nombre de liens externes.

    Mais si Laurent dit que c’est good et que tu ne crains rien, bah nickel :) Nous ne lisons pas de la même façon donc quelque chose qui me perturbe, sera autre pour une seconde personne.

  131. […] ma théorie est que si Google a fait (et continue à faire le ménage) dans son algo, et […]

  132. Bonjour Laurent,
    J’ai lu avec intérêt ton article. Je dois avouer que tout ce qui a trait aux techniques du référencement m’échappe (presque) complètement. Malgré tout, comment y échapper, du moins si l’on souhaite avoir beaucoup de  » visiteurs  » ? Personnellement, comme tu le sais, mon blog étant consacré à la littérature, il m’importe assez peu, au fond, d’avoir de nombreux visiteurs (dans le même ordre d’idées, je ne me focalise pas non plus sur  » l’actualité », censée amenée de nombreux visiteurs). Quelques bons  » lecteurs  » réguliers me suffisent, même s’ils ne sont, pour le moment, qu’une ou deux dizaines tout au plus. Henri Michaux, un grand poète, déclare à ce propos :  » A quoi bon avoir beaucoup de lecteurs ? En avoir peu est toujours préférable. Même si vous n’avez qu’un seul lecteur, mais un vrai, cela suffit. Et cet unique lecteur, à la limite, ce peut être tout simplement vous-même « . Il pousse un peu loin le bouchon, notre poète, non ? !

  133. Le secteur du referencement tend à devenir de plus en plus une des clés de la réussite sur Internet. Maintenant la marque ne suffit plus et une bonne visibilté est primordiale. Les boites le savent et cherchent donc à professionnalisé cette profession.

    l’entrée en bourse il y a peu de temps d’un des geants du secteur montre que le referencement isolé comme on a pu connaitre tend à disparaitre

  134. « Le secteur du référencement tend à devenir de plus en plus une des clés de la rentabilité sur Internet. Maintenant la conception ne suffit plus et une bonne visibilité est primordiale. Les SS2I le savent et cherchent donc à s’acaparer cette profession.

    L’entrée en bourse, il y a peu de temps d’un des géants du secteur montre que l’affaire est bientôt dans le sac. »

    Je ne suis pas SEO, mais je sais que la spécificité de ce métier fait qu’il faut que ce soit une relation de proximité, les grosses boîtes dans ce domaine ne visent que la rentabilité. Il y a certains métiers, comme ça, où la réussite dépend surtout de la relation client. Ce sont des métiers où les actionnaires n’ont pas vraiment leur place.

    Pour moi, SEO, c’est un métier de consultants indépendants.

  135. @Nicolas ; tu as sans doute raison mais je pense qu il n’y aura jamais assez de consultant indépendant pour répondre à la demande croissante de ce genre d’activité.

  136. Les SSII sont très efficaces dans les processus visant l’industrialisation (l’automatisation) de processus.

    en ce qui concerne le référencement, le passé nous prouve que tout ce qui a pu être fait en matière de SEO automatisé a très vite perdu de sa valeur au niveau des algo des moteurs.

    Les SSII devraient donc recruter des profils rédactionnels, des communicants ? C’est une utopie.

    A mon avis, le rôle du consultant SEO est d’assister les SSII pour les processus SEO automatisables à la refonte de sites (de gros sites) en leur dictant les guidelines du cahier des charges, et dans les grandes agences de référencement de piloter l’ensemble des processus d’optimisation, dont une partie est réalisée par d’autres profils.

  137. Pour ma part (mais je n’ai encore que peu de recul) dans cette activité de référencement naturel, j’éprouve des difficultés en tant qu’indépendant quand je travaille en direct
    (j’ai fait un billet là dessus : le rédacteur Web et le décideur) avec les décideurs (maîtres d’ouvrage clients finaux)…
    Trop souvent néophytes dans les technologies Web, voire même dans la communication Web (de la conception architecture/ergonomie jusqu’aux tuyaux, les codes de toutes sortes), ils préfèrent confier leurs projets à de grosses « enseignes », souvent d’ailleurs pour se couvrir auprès de leur hiérarchie qui ne pourra jamais leur reprocher d’avoir choisi telle SSII renommée.

    Et quand ma relation avec le client final passe par une SSII il se pose d’autres problèmes, mais qui sont certainement lié à mon positionnement, en particulier sur les méthodologies (un projet Web est avant tout un projet marketing) et la qualité globale (dont le code en particulier où j’ai pu voir des horreurs).

    Quand Laurent parle de la question prix où il se fait reprocher le montant de ses émoluments il y a un poste où ces clients ne devraient pas lésiner c’est celui de l’assistance à la maîtrise d’ouvrage, voire même la délégation de la maîtrise d’oeuvre à un indépendant qui va diriger l’agence de com, la société de référencement et la SSII pour la partie technique.
    Mais cette démarche nécessite tant de pédagogie aux clients que cela en devient épuisant avec l’effet de bord que le temps passé nuit gravement à la rentabilité du travail de l’indépendant.

  138. Merci.

  139. Bonjour,

    Cet un bon article qui à le mérite de mettre des gardes fou sur le référencement naturel. Effectivement chaque jour on ne sait pas si on va tenir sa position et si l’on va progresser.L’optimisation ou la quête régulière de BL est aussi un piège qui peu couter cher. Et il est bon de rappeler de ne pas tout miser sur le référencement naturel. J’ai deux sites canapé et Meuble a chaussures, j’ai démarré en lisant vos articles, en parcourant vos forums. Vous avez toujours pu apporter vos expériences,vos avis éclairés. Et je ne doute pas qu’après ce petit passage à vide comme on en a tous lorsqu’on se perd un peu et que l’on doute du travail réalisé, que vous remettrez le pied à l’étrier pour nous apporter encore des bases de réflexion. Par ce que le référencement est aussi et avant tout de la réflexion, des pistes de travail…Personne ne chercher je crois de formule magique malgré notre envie certaine d’être en première position.
    On parle beaucoup du référencement immédiat, peut être est ce le moment de travailler plus justement sur comment tenir ses positions long termes. Comment faire en sorte qu’au bout de 3 ou 4 ans Google « aime » encore votre site malgré la concurrence qui se multiplie.
    C’est sur qu’il y a quelques années auparavant le gros traffic de GG permettait de faire naitre des entrepreneurs de différents milieux grâce notamment au référencement naturel. Mais cette période la est elle vraiment terminée.Je ne l’espère pas, car google pourrait il exister juste avec la pub ?Je ne crois pas l’intérêt reste celui d’une diversité importante, un moteur que de pub ferait je pense fuir les internautes.
    En tous cas merci à vous, j’ai démarré avec vous, et dites vous que vous avez permis a des jeunes entrepreneur d’avancer dans leur projet et d’aboutir.Sans votre aide notre projet n’aurait peut être pas fini comme cela.

  140. On entend tellement n’importe quoi sur le referencement de prétendus experts que ton article me ravit vraiment. J’ai eu l’impression de lire tout ce que j’avais déjà en tête et qu’il tellement difficile d’expliquer à un client qui demande: « je serais premier dans combien… de jours »!… Rien ne peut être « assuré », autant la creation site internet est un métier du web pérenne et sans risque autant le referencement est soumis à de multiples aléas et changements d’algo des moteurs de recherches et c’est à chacun de faire sa propre « sauce » en espérant qu’elle soit réussie. Merci pour ton article.

  141. Aucune solution miracle existe mais quand on a les bases essentielles c’est plus facile.Un site bien construit avec du contenu pour google c’est bien mais c’est vrai qu’il faut éviter de miser que sur cette seule source de visiteurs, pour repeter l’article.
    En fait je cherchais des sujets sur Dolphin et des retours dessus, et j’avoue pour en subir les frais qu’au niveau SEO il est vraiment nul, il parait que la prochaine version sera mieux, enfin pour ceux qui veulent se lancer dans le social networking, tant que la place est encore chaude, regardez mon site (avec licence) de tchat webcam . Et le site de l’editeur du CMS: Boonex
    Sinon pour les sociétés de référencement je trouverai bon d’avoir des sociétés vraiment sérieuses qui font de l’optimisation de codes mais surtout qui font de la soumission naturelle, les tarifs restent encore trop aleatoires.

  142. @ Riko : il existe de nombreuses sociétés de référencement tout à fait sérieuses. Faut pas non plus faire la chasse aux sorcières sur ce sujet. Les tarifs ne sont pas régulés comme d’innombrables autres professions et cela ne doit pas être vu comme un vice rédhibitoire.
    Comme pour tout service, il faut s’informer et comparer avant de choisir un prestataire. Un référenceur artisan conviendra à certains, tandis que d’autres seront mieux servis par un SSI. Il faut arrêter de focaliser sur les charlatans ou les incompétents car le secteur est quadrillé par de solides professionnels qui sont absolument passionnés par leur métier.

    Quand à Dolphin par Boonex, je le recommande également. C’est une véritable usine à gaz, mais les possibilités sont immenses. Par contre, j’aurais choisi un secteur un peu moins « occupé » que le tchat webcam pour grappiller un morceau de l’alléchant secteur des outils sociaux.

  143. @ Laurent : Tu as raison les services proposés et la qualité des prestations sont vraiment encore trop hétérogènes, comme dans de nombreuses professions, les webmasters ont connu leur heure de gloire, les tarifs ont beaucoup baissé, chez les référenceurs ça se ressent aussi, mais disons que ça reste encore un travail pénible. Les prix des prestations sont toutefois justifiées, à ce titre j’ aimerai connaitre des sociétés de ce type.

    (apparthée)Pour mon site j’ai choisi ce secteur par conviction et intérêt personnel, étant programmeur flash, je suis convaincu que les « chat webcam » sur le net se rapprochent vraiment des visios 3G très en vogue; j’aimerai un jour que cette appli fonctionne sur mobile comme pour skype, de plus j’y trouve aussi un coté Web TV du futur avec interaction direct des specateurs par chat. Je rajouterai que sur les réseau sociaux beaucoup aimerait faire des rencontres, et puis j’aime pas le terme « social », ça me fait trop penser aux inégalités sociales justement, donc pas de descrimination pour moi, pareil pour le secteur des rencontres, il n’y a pas que pour l’amour, il y a l’amitié aussi et les pros.

    Aussi je conclu mon intervention en rappelant que créer un site web est très facile, gérer du contenu est long et dur, le référencer est très long, très pénible et rébarbatif, enfin une corvée pour moi et surement pour d’autres.

    Je rappelle aussi l’ intéret des partenariats et des échanges de liens
    en direct, sans trop d’abus et de bonnes qualités.

  144. Y a un petit conflit de perspective dans ta dernière phrase et le lien que tu donnes. Pour moi lien de qualité et topliste n’ont jamais fait partie du même monde…
    M’enfin bon, dans l’ensemble tu as bien pigé que ça ne venait pas tout seul comme d’autres qui peuvent penser que devenir riche sur le Web est possible sans temps ni argent
    Pour ma part, j’ai tiré ma révérence professionnelle du Web, mais la route est encore longue et je ne dis pas qu’un retour est impossible.
    Bon courage et longue vie à ton site.

  145. Non pas de conflit, les liens de qualité ce sont les partenaires (voir en footer), les échanges de liens en topliste sont seulement des sites sur la même thématique que j’essaie de pousser à envoyer du trafic 😉
    Et oui tout le monde sait bien ici qu’il faut consacrer beaucoup de temps et donc de l’argent pour faire un site qui tient debout.
    Merci pour ton encouragement et finalement ne reflechis pas trop à revenir dans la course tu vas nous manger lol, non sérieux fais-le il y a de la place pour tout le monde, mais enfin jusqu’ à quand, ça c’est un autre débat.

  146. Salut,

    Tres tres tres bon article, moi qui suis dans le referencement depuis un moment maintenant je me retrouve plus ou moins dans chaque ligne. Seule difference, je continue de faire passer le message. Je me ballade avec mon baton de pellerin en essayant de faire en sorte que les sites soient de plus en plus SEO friendly.

    Je compte ecrire un article et le publier sur le hub et mon site et qui aura pour sujet « SEO – une profession en danger? » et j’aimerais avoir ton point de vue sur la question.

    Merci de me contacter

  147. Salut le Frenchy du Texas,

    J’ai eu ton mail 😉
    Tu es bien courageux d’être encore sur le chemin de Compostelle du SEO. Cela dit, il est toujours aussi surprenant d’observer le fait que la vaste majorité des sites sont des désastres d’optimisation pour le référencement. Même les plus gros commettent d’énormes bourdes comme par exemple le New York Times avec la suppression du site Web de l’Herald Tribune. http://gawker.com/5189745/times-nukes-itself-on-google

  148. Est-ce que le secteur du référencement est lui aussi en pleine crise ? J’ai entendu dire que ça licenciait dans certaines agences.
    Puis LA grande question est de savoir s’il est possible aujourd’hui de se passer du référencement ? Avec la poussée des médias sociaux (Facebook, Twitter, etc.), il faut croire que le trafic peut venir d’autres sources que les moteurs de recherche ?

  149. […] font les référenceurs ? J’expliquais le fond de ma pensée il y a plus d’un an sur un état des lieux du référencement.  En bref, nous jouons une partie de poker, dont les règles ne sont pas officiellement et […]

  150. Etonnant article je l’ai redécouvert récemment

  151. Merci pour cet article.

    allopneus