Acceuil High-Tech Tutoriel sur comment cracker et hacker sa Nintendo Switch

Tutoriel sur comment cracker et hacker sa Nintendo Switch

Commentaires fermés sur Tutoriel sur comment cracker et hacker sa Nintendo Switch
Tutoriel sur comment cracker et hacker sa Nintendo Switch

Qui ne rêve pas de faire des économies en profitant de tous les jeux disponibles sur sa console de jeux Nintendo Switch ? En tant que geek, il est normal de vouloir cracker votre console de jeux Nintendo Switch pour en tirer profit. Si vous n’en disposez pas encore, il est peut-être temps de vider votre tirelire et de sauter le pas. Dans le cas contraire, vous retrouverez, dans cet article, tous les éléments clés pour pirater votre console Nintendo Switch à la manière d’un hacker professionnel.

La Nintendo Switch : pas aussi parfaite que ça en a l’air

La console de jeux Nintendo Switch, dont la mascotte est Super Mario, fait partie des consoles les plus prisées et les plus vendues du moment. Non seulement, la console de jeux Nintendo Switch est la version hybride de la dernière Wii U, mais elle peut également devenir une console de salon. En dehors de sa capacité à être à la fois une console portable et de salon, le Nintendo Switch se distingue des autres par la diversité de ses jeux, bien que la plupart soient payants. C’est pour cette raison que la console de jeux Nintendo Switch est la cible de tous les hackers.

La console japonaise Nintendo Swtich et sa mascotte Super Mario conquièrent le monde des gamers, cette célébrité ne fait pas d’elle une console parfaite. En effet, la console de jeux japonaise Nintendo Switch a aussi une faille. Les experts du piratage ont, d’ailleurs, un malin plaisir à exploiter le point faible de la console de jeux Nintendo Switch. Lorsque les hackers parlent de faille au niveau de la Nintendo Switch, ils font de suite allusion à son processeur Tegra X1, conçu par Nvidia, une entreprise japonaise bien connue. La puce en question sera le moteur principal de la console Nintendo Switch. Il est à savoir qu’on peut voir ce processeur au sein de certains appareils mobiles tournant sous Android.

De ce fait, le point négatif ne concerne pas l’aspect extérieur de la machine, mais plutôt sa faille informatique, notamment le hardware. Aucun envoi de mise à jour aux utilisateurs et encore moins sur la toile ne réglera donc le problème une fois la console de jeux Nintendo Switch crackée. Une faiblesse impossible à gérer pour la marque de console de jeux puisque le failoverflow se trouve dans la mémoire de démarrage du Soc ou boot ROM. Sauf dans le cas de la conception d’une nouvelle console de jeux.

Hacker une nintendo switch : un délai de 90 jours ?

Les hackers qui ont voulu faire un hack de la console de jeux Nintendo Switch, la première fois, ont dû attendre jusqu’à 90 jours avant de dévoiler leur façon de faire. Étant malins, les hackers ont prévenu Google pour le piratage. Le délai consiste à ce que le failverflow soit migré en logiciel.Comme il y a eu cette attente, d’autres hackers ont publié leur méthode qui est totalement identique au failoverflow. Le but est toujours d’exploiter au maximum la faille de la console de jeux Nintendo Switch. Le site failoverflow a même effectué une publication mettant en avant toutes les explications du piratage homebrew de la console de jeux nintendo switch par les hackers.

Ce dont il faut pour cracker sa Nintendo Switch

Pour hacker une console de jeux Nintendo Switch, il faudra suivre des méthodes précises qui ne seront, peut-être, plus valables dans quelques années. Pour arriver à pirater votre Nintendo Switch comme un hacker, vous aurez besoin de débourser entre 50 et 80 euros environ. En effet, vous devez vous procurer un SX Pro, une carte micro SD et une console compatible avec la fusée gelée.

La SX Pro

Vendue dans toute la France par Modchip, la SX Pro est une solution lancée par la Team Xecuter. Elle vous facilitera la tâche si vous envisagez de cracker vous-même votre console de jeux Nintendo Switch.

En général, quand on veut faire du hacking en informatique, on tient à profiter des failles de sécurité pour s’introduire dans le programme. Avoir un total contrôle sur la console de son adversaire, par exemple, fait partie de ses avantages. Cependant, dans notre cas, on fait plutôt allusion au jailbreak.

  • Le jailbreak est une pratique courante consistant à mettre en place plusieurs logiciels sur une console définie. Sur la Nintendo Switch, il est question d’installer des programmes qui ne sont pas acceptés par la console de jeux Nintendo. Vous avez le choix entre des jeux piratés ou certains systèmes d’exploitation qui favorisent l’optimisation de la capacité de la Switch. En gros, il s’agit de pousser la capacité de la machine à la limite en installant toutes sortes de fonctionnalités supplémentaires. Pour arriver à cela, il est important d’avoir une grande aisance au niveau technique.
  • Le SX Pro inclut le Xecuter SX OS qui favorise le lancement du mode RCM de la Nintendo Switch avec une licence SFW à mettre en place sur le SX OS. Il n’est pas nécessaire de souder ni encore moins d’ouvrir la machine, ce pack permettant librement de lancer toutes les copies de jeux sur la console.
  • Le pack est composé d’une clé USB que vous utiliserez pour l’installation du système d’exploitation, d’un dongle USB type C, un module Jig pour faire passer la Switch en mode ReliabilityCentered Maintenance Recovery Mode ainsi que d’une licence du logiciel SX OS.
  • Comme xecuter SX Pro peut s’adapter à tous les firmwares et les régions de la Nintendo Switch, il peut cracker toutes les mises à jour de la console de jeux Nintendo Switch, même celles de la version firmware 5.0.2.

La carte micro SD

L’utilité de la carte micro SD est simple dans le hacking de la console de jeux Nintendo Switch. Elle va permettre d’y29 copier les différents jeux. L’idéal serait d’opter pour une carte micro SD avec une mémoire de 128 Go. Son prix environne les 20 euros.

La Nintendo Switch compatible

La Nintendo Switch la plus compatible avec la fusée gelée reste la Nintendo Switch qui était sur le marché la première année. En effet, sur toutes les consoles de jeux Nintendo Switch vendues ultérieurement, la faille est corrigée. Vous pourrez retrouver cette version de Switch dans les marchés d’occasion. Si vous voulez savoir si votre console de jeux Nintendo Switch est compatible ou non, il vous suffira de faire la vérification de son numéro de série sur des plateformes en ligne.

Nintendo switch Mario Kart

Les méthodes à suivre pour hacker sa Nintendo Switch

Trois solutions s’offrent à vous pour vous aider à cracker votre console de jeux Nintendo switch. Pour ce faire, il vous est indispensable de la faire passer en mode ReliabilityCentered Maintenance ou RCM. Le moyen le plus rapide et le plus simple consiste au maintien des boutons volume +, celui de la mise en marche et la Home du switch.

Il ne s’agit pas du bouton se trouvant sur le Joy-Con droit de la machine, mais plutôt celui qui se trouve au côté droit. Il faudra le relier directement à la vis au-dessus pour qu’il y ait un court-circuit. L’idée est de faire croire au Tegra que le bouton Home est en marche depuis le fil qui relie la vis au Pin 10. C’est la création d’un plan plus simple suite à l’utilisation d’une imprimante 3D, que l’on doit à fail0verflow, pour l’activation des boutons pour passer en mode RCM.

Le plus difficile sera d’insérer la ligne de code qui va permettre le hack de la console de jeux Nintendo switch. Dans ce tuto, il est primordial de vous trouver un ordinateur doté de port USB EHCI ou xHCI et qui fonctionne sous Linux. Vous devez, par la suite, installer Linux sur votre switch. Ce procédé nécessite un processus complexe. C’est là que vous aurez besoin de toute la connaissance que vous possédez. En effet, étant très technique, la réussite de cette étape n’est pas donnée à tout le monde,fail0verflowlui-même le dit sur son blog. Il ne faut pas oublier que ce système d’exploitation possède un total contrôle de la fréquence des puces et du voltage. Le plus complexe sera alors de mettre en place ce nouveau système d’exploitation sur la console Nintendo Switch.

Une fois que le SX OS apparaît sur l’écran de votre console Nintendo Switch, vous pouvez maintenant remettre votre joycon droit et retirer l’outil ainsi que le dongle avant de démarrer la console sur boot custom firmware ou cfw. Quand elle sera démarrée, vous remarquerez un menu spécial dans son album. Il ne vous restera plus qu’à activer la licence en vous connectant à Internet.

Rôle du CFW dans le hacking de laNitendo Switch

Rappelons que le CFW est une version officieuse du firmware créée par un hacker.Cette version est intégrée sur des appareils tels que des consoles de jeux vidéo et tout autre type de périphériques. Le custom firmware ou CFW est qualifiéde programme personnalisé dans la communauté des consoles de jeux vidéo, En ce sens que le CFW est une version modifiée du logiciel d’origine (ou le firmware officiel connu sous le sigle de OFW).

Nitendo 3DS a aussi ses propres versions de firmware personnalisé, toutes aussi adaptées avec les autres versions du système, suite à quelques retouches effectuées sur le noyau ARM9. Les recherches relatives au hack 3DS sont tellement poussées et probantes que certains CFW à l’instar des Pasta et RxTools sont dépassés. Le plus recouru du moment est le dénommé Luma 3DS. Avec ce dernier, les fichiers CTR Importable Archives ou CIA non signés sont désormais susceptibles d’être installés sur les consoles Nintendo 3DS. Toutefois, ce CFW est devancé par d’autres plus performants tels que Corbenik CFW approprié aux chevronés, ReiNAND base de Luma3DSLuma3DS alias AuReiNAND, Cakes CFW sur lequel peut être basé Corbenik, etc.

Les Cfw offrent plusieurs avantages dans le monde du hacking. En effet, grâce à ces derniers, les hackers ont la possibilité de mettre en place des menus personnalisés, de se servir des Cheat Code, d’effectuer du modding, de lancer des Mkv en installant des lecteurs vidéo.

L’installation des jeux

L’étape qui vient après le hack de la console de jeux Nintendo Switch est l’installation des jeux. Après tout, le but du piratage est de pouvoir profiter de tous les jeux de Nintendo Switch gratuitement. Pour ce faire, vous avez le choix entre deux méthodes. La première consiste à activer simplement le serveur ftp et lancer un envoi depuis une connexion Wi-Fi. La seconde, quant à elle, vous oblige à repasser une seconde fois toutes les étapes du crack en usant du dongle et de l’outil. Vous devez également choisir entre deux types de formats pour les jeux : le .xci et le .nsp. Chacun de ces formats a autant d’avantages que d’inconvénients.

Le format .xci

Le format .xci est destiné aux adeptes de jeux cartouches. Si vous avez envie de changer de jeu, vous devez vous rendre dans l’album correspondant, de trouver le jeu puis de le monter. Par contre, il n’y a pas de risque de ban en cas de coupure de connexion.

Le format .nsp

Le format .nsp correspondant à tous les jeux que vous aurez téléchargés sur le Nintendo store. En dehors du ban, les jeux ne prennent pas beaucoup d’espace. Les adeptes préfèrent ce dernier format. Après tout, il n’est pas possible que vous puissiez jouer en ligne avec des jeux de Super Mario que vous aurez hackés.

Charger plus dans High-Tech
Les commentaires sont fermés.

Découvrez aussi

Microsoft Office, comment le télécharger gratuitement et légalement ?

La Pack Office de Microsoft est un logiciel de bureautique nécessaire pour un ordinateur. …