Acceuil Santé Douleurs aux ovaires après les règles : causes, traitements et prévention

Douleurs aux ovaires après les règles : causes, traitements et prévention

0
Douleurs aux ovaires après les règles causes, traitements et prévention

Les douleurs aux ovaires sont récurrentes chez certaines femmes. Elles apparaissent généralement durant les règles et peuvent être plus ou moins intenses. Si les douleurs menstruelles (dysménorrhées) localisées au bas ventre sont considérées comme un phénomène tout à fait normal, celles qui interviennent après les menstrues sont souvent causées par des problèmes de santé. Voici toutes les informations que vous devez connaître sur les règles douloureuses normales et les troubles entraînés par une maladie.

Les douleurs pelviennes durant les règles

À partie de l’âge de la puberté, le corps de la femme subit de nombreuses transformations aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur.  Outre le développement de la poitrine, la croissance accélérée, l’apparition de poils et de boutons, cette période est marquée par le début des règles.

Tout au long de leur vie, les femmes ont environ 400 règles et celles-ci peuvent parfois être douloureuses. Provenant des ovaires ou de la paroi utérine, les douleurs menstruelles sont généralement entraînées par l’expulsion de la muqueuse utérine par le corps.

Durant le premier jour des règles, les ovaires produisent une grande quantité d’hormones pour évacuer entre autres l’ovule non fécondé. Cette forte activité engendre parfois des douleurs au niveau de la partie inférieure du ventre, du bassin ou du dos. Chez certaines femmes, elles commencent à s’estomper progressivement à partir du deuxième jour, tandis que chez d’autres, elles disparaissent complètement en 24 heures.

Si les douleurs s’arrêtent en un ou deux jours, on peut exclure toute maladie gynécologique comme une infection, une ménorragie ou une endométriose. Dans le cas contraire, il est préférable de contacter un spécialiste.

À titre d’information, les ovaires sont les deux organes en charge de la production d’ovule. Installés dans la partie inférieure du ventre, ils ont également pour rôle d’assurer l’équilibre dans le corps d’une femme.

Douleurs pelviennes après les règles : les causes

Des douleurs localisées au niveau des ovaires peuvent apparaître en dehors de règles. Si elles se présentent souvent comme les signes d’une maladie, elles peuvent également être entraînées par un phénomène naturel comme l’ovulation.

Les douleurs entraînées par une ovulation

La durée d’un cycle menstruel peut varier de 21 à 36 jours. Chez de nombreuses femmes, des douleurs aux ovaires peuvent apparaître en plein milieu de leur cycle. Dans la majorité des cas, elles sont dues à l’imminence de l’ovulation et ne devraient donc pas faire l’objet d’une consultation. Toutefois, si elles sont trop intenses et persistent pendant de nombreux jours, il est préférable de faire appel à un médecin et de procéder à un examen.

Durant l’ovulation, les ovaires expulsent un ovule. Cette opération est généralement accompagnée de la libération d’un liquide au niveau du péritoine et provoque des pincements, des tiraillements ou des sensations de brûlure.

Les douleurs entraînées par une grossesse

Outre l’ovulation, une grossesse peut être la cause d’une douleur aux ovaires. Un rapport sexuel non protégé ou un oubli de pilule peut augmenter significativement les chances de fécondation d’un ovule. Cette dernière entraîne souvent une transformation plus ou moins importante sur certaines parties du corps des femmes et, par la même occasion, des douleurs aigües ou des crampes.

Après la fécondation, les ligaments et les os des hanches et de l’abdomen s’étirent pour l’accueil du fœtus. Ces mouvements engendrent des douleurs plus ou moins intenses, mais de courte durée. Dans certains cas, elles disparaissent après 24 heures.

Si vous ressentez une douleur inhabituelle au niveau de votre pelvis ou de votre abdomen, nous vous conseillons d’effectuer tout d’abord un test de grossesse. Que ce dernier soit positif ou négatif, nous vous recommandons de vous rendre chez un médecin.

Dans le cas où vous ressentez d’importants tiraillements ou des crampes particulièrement douloureuses, sachez que la possibilité d’une grossesse extra-utérine n’est pas à écarter. Pour éviter tout problème pouvant avoir des répercussions extrêmement néfastes sur votre santé, des examens s’imposent.

Les douleurs causées par une endométriose

L’endométriose est une maladie relativement fréquente chez les femmes de 25 à 40 ans. Elle est une formation anormale de tissu endométrial en dehors de l’utérus, notamment sur les ovaires et sur les trompes de Fallope.

Dans de nombreux cas, cette maladie engendre des douleurs semblables aux crampes menstruelles pendant les rapports sexuels et lors de l’ovulation. Elle peut également entraîner des pertes de couleur brunâtre, une grosse fatigue, une dépression et un rejet de sang dans les urines.

Si vous ressentez une douleur plus ou moins vive au niveau de votre pelvis et qu’elle s’intensifie à certaines périodes de votre cycle, nous vous conseillons fortement de procéder à un examen. Il est important de noter que l’endométriose est une des principales causes d’infertilité chez de nombreuses femmes.

Les troubles causés par un kyste ovarien

Un kyste ovarien est un sac rempli de liquide qui se forme dans ou sur un ovaire. Il compte parmi les maladies qui peuvent engendrer des douleurs pelviennes assez intenses.

En fonction de sa taille et de son emplacement, un kyste peut provoquer des tiraillements ou une simple sensation de pesanteur localisée dans le petit bassin. Les douleurs et la sensation d’inconfort peuvent être accompagnées de nausées, de vomissements et entraîner des difficultés à déféquer ou des saignements.

Si vous rencontrez certains de ces symptômes en dehors de vos règles, l’intervention d’un gynécologue est fortement recommandée pour déterminer leur source avec précision. En cas de présence d’un kyste, des mesures doivent être mises en place pour éviter toute complication pouvant mener à une infertilité ou à l’apparition d’un cancer.

Les troubles causés par la maladie inflammatoire pelvienne

La maladie inflammatoire pelvienne est une infection qui touche les trompes ou les ovaires. Elle est entraînée par deux germes, à savoir la chlamydia et le gonocoque, et touche généralement les jeunes femmes sexuellement actives possédant plusieurs partenaires ou un seul partenaire infidèle.

Cette maladie est sexuellement transmissible et se manifeste souvent par des douleurs abdominales accompagnées, dans certains cas, de pertes vaginales, de nausées, de vomissements, ainsi que d’une fièvre relativement élevée.

Dans le cas où vous ressentez une gêne dans la région pelvienne assortie de quelques-uns de ces symptômes, une consultation est indispensable. L’infection par la chlamydia ou le gonocoque est une des principales causes d’infertilité et de grossesse extra-utérine.

Comment soulager les douleurs pelviennes ?

Qu’elles soient causées par une ovulation, une grossesse, une infection, une endométriose ou un kyste ovarien, les douleurs pelviennes après les règles peuvent être soulagées en utilisant quelques techniques.

La première méthode consiste à placer une bouillotte sur la partie douloureuse de votre corps. La chaleur peut calmer les tiraillements et les sensations de brûlure assez rapidement. Si les douleurs reviennent quelques heures après la première séance, vous pouvez remettre votre bouillotte et vous allonger sur votre lit.

En position allongée, vous pouvez réduire grandement la perception d’une douleur pelvienne, surtout si celle-ci se propage jusqu’à la base de votre dos.

Bien plus efficace que l’application d’un récipient diffusant de la chaleur, la prise d’antalgique est une excellente solution pour calmer les tiraillements et les sensations de brûlure. Nous vous conseillons toutefois de bien respecter les doses prescrites et de ne pas prendre ce type de médicament sur le long terme.

À noter que ces techniques permettent essentiellement de calmer temporairement une douleur localisée au niveau du pelvis et ne peuvent se substituer à un traitement prodigué par un généraliste ou un gynécologue.

Si les douleurs que vous ressentez sont extrêmement intenses ou si elles persistent pendant plusieurs jours, nous vous conseillons de faire appel à un spécialiste.

Les traitements des douleurs pelviennes

Pour connaître l’origine d’une douleur pelvienne et fournir un traitement adapté, un médecin ou un gynécologue procède en premier lieu à un examen clinique. Une fois le diagnostic terminé, il peut opter pour un traitement médicamenteux ou préconiser une intervention chirurgicale, en fonction de la maladie.

Dans le cas d’une endométriose, votre médecin évalue tout d’abord la gravité de la pathologie. Ensuite, il peut décider de vous administrer des anti-inflammatoires non stéroïdiens, ainsi que des anti-œstrogènes pour réduire les lésions et les saignements.

S’il estime que la zone touchée est bien trop importante et ne peut être traitée par des médicaments, il peut procéder à une ablation chirurgicale de l’endomètre ou une cautérisation.

Tout comme l’endométriose, un kyste ovarien nécessite parfois une intervention chirurgicale. Selon les résultats de l’examen, le médecin peut préconiser une kystectomie par cœlioscopie ou une chirurgie par laparotomie. Cette dernière se présente comme la solution incontournable pour les kystes de dimensions importantes ou cancéreux.

Concernant la maladie inflammatoire pelvienne, aucune opération chirurgicale n’est nécessaire. Durant le diagnostic, le médecin détermine le type de germe responsable de l’infection, afin de proposer le traitement à base d’antibiotique permettant de stopper la croissance des bactéries et de les supprimer.

Comment prévenir les maladies touchant les ovaires ?

Pour réduire significativement les risques d’apparition d’une éventuelle maladie touchant les ovaires, il est indispensable d’adopter une excellente hygiène de vie.

Dans un premier temps, évitez les boissons alcoolisées, le tabac et la caféine. Ensuite, réduisez significativement la consommation d’aliments à forte teneur en sucre, notamment les sodas, et celle de viande rouge. Cette dernière peut entraîner de graves troubles hormonaux et, par conséquent, l’apparition de maladie telle que l’endométriose.

Dans la mesure du possible, optez essentiellement pour des repas à base de légumes et de fruits. Le régime végétarien est fortement conseillé aux femmes souffrant de douleurs aux ovaires, pendant ou après les règles.

Hormis, l’alcool, les cigarettes, le café et la viande rouge, nous vous recommandons d’éviter toute situation stressante. En effet, le stress peut augmenter les risques d’apparition de crampes abdominales et donc de douleurs pelviennes.

Pour conserver une excellente forme et réduire rapidement le stress, l’idéal est de vous adonner à des exercices physiques de manière régulière. Les activités sportives favorisent la production des hormones du bonheur, à savoir la dopamine et la sérotonine.

La dopamine optimise votre concentration et rend les séances d’entraînement plus amusantes. La sérotonine, quant à elle, fournit une agréable sensation de satisfaction et est libérée dans votre organisme à la fin des exercices.

Pour information, les efforts physiques trop intenses peuvent parfois augmenter le niveau de cortisol dans votre corps. Bien que cette hormone stéroïde soit indispensable au bon fonctionnement de votre organisme, elle peut entraîner des pics de stress.

Charger plus dans Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

79 + = 84

Découvrez aussi

Senior, gardez votre autonomie plus longtemps !

Devenir senior vous fait peur ? Vous redoutez ce moment où vous aurez besoin de demander l…