Acceuil Economie Bataille navale autour de la coquille Saint-Jacques

Bataille navale autour de la coquille Saint-Jacques

Commentaires fermés sur Bataille navale autour de la coquille Saint-Jacques
la-guerre-des-coquilles-saint-jacques.jpg

Cet été, pendant que tout le monde a profité de ses vacances, les pêcheurs britanniques et français ont déterré leurs haches de guerre en ce qui concerne la pêche de coquille Saint-Jacques.

Un désaccord qui date

Quand vous avez un conflit avec une personne, la première chose à faire est d’échanger sur vos points de vue pour arriver à un compromis. Cette action semble être la plus sage à prendre. Toutefois, lorsque le malentendu dure depuis bientôt plus de trois ans, il devient très dur de garder son calme pour ne pas intervenir personnellement sur les lieux. En effet, les Britanniques ont la possibilité de pêcher les coquilles Saint-Jacques dans le bassin de la Seine sans restrictions. Les pêcheurs de Normandie, par contre, sont régulés pour ne pêcher que du 1er octobre au 15 mai. Après quelques années de négociations, les Britanniques ont accepté de restreindre leurs chalutiers à ce programme en 2013. Pourtant, cette entente ne concerne pas le cas des bateaux de moins de quinze mètres. C’est pour cela que les pêcheurs français ne sont plus en mesure de rapporter autant de coquilles Saint-Jacques. Je trouve que c’est du pareil au même : ce n’était pas la peine de signer, si au final vous alliez continuer à faire ce qu’on vous a demandé d’arrêter. Aujourd’hui, tout le monde se pointe du doigt, se bouscule et se menace. Pourquoi encore s’asseoir sur la table des négociations, quand l’une des parties ne veut pas céder ?

L’avis des Britanniques sur la question

Selon une source venant du site internet de Brexit, les vrais « hypocrites » sont les Français en raison de leur présence et de leur pêche sur 60% des eaux britanniques. Faute de quoi, ces derniers n’ont plus souhaité maintenir l’entente. Le comité national des pêches français aurait demandé une compensation trop généreuse composée de 50 tonnes de cabillaud et 25 tonnes de soles. Est-ce une raison plausible pour refuser de signer un accord ? Au point où j’en suis, je commence à me demander à qui est réellement la faute. Suite à ce geste froid, les Britanniques ont décidé d’envoyer leurs chalutiers sans restrictions en quête de coquilles Saint-Jacques, bien que les ports français posent un œil noir sur les incidents qui s’enchainent. Je ne pense pas qu’entraver les règles soit une bonne idée, mais que voulez-vous ? Apparemment, le proverbe œil pour œil et dent pour dent vient de prendre forme en raison des querelles et des bousculades des pêcheurs. Ce qui ramène le problème d’origine sur la table, en plus des jets de pierres et des accrochages créés au cours des séances de pêche dans le bassin de la Seine.

Résoudre le problème avant le pire

Je vois très mal la France et les Britanniques déclarer la guerre pour des histoires de coquilles Saint-Jacques, mais il est temps pour chaque partie de choisir une solution applicable et durable. Le but de la pêche est de nourrir la population. Je soutiens et applaudis la France pour son geste diplomatique et j’espère que les Irlandais et Britanniques comprendront qu’ils ne sont pas les seuls concernés. Néanmoins, si le conflit ne s’apaise pas, plus personne ne pourra en profiter.

Charger plus dans Economie
Les commentaires sont fermés.

Découvrez aussi

Le nouveau budget pour les pays de la zone euro proposé par l’Allemagne et la France a reçu une réponse partagée.

Le leader de l’Eurogroupe, Mario Centeno, a salué lundi l’initiative des deux …