Logo Adicie.com

La face cachée de Benazir Bhutto

Par • 28 décembre 2007 • Catégorie: Monde

Vendredi dernier, le Pakistan était sous le choc après l’attentat qui a tué 4 personnes dont la candidate aux élections législatives, Benazir Bhutto. Ce qui est beaucoup moins connu du grand public à propos de Benazir Bhutto, ancien Premier ministre du Pakistan, concerne une procédure ouverte en Suisse pour soupçons de blanchiment d’argent provenant de la corruption.

Benazir Bhutto Le monde entier est en émoi et le Pakistan s’enflamme carrément après la mort de Benazir Bhutto, figure de l’opposition pakistanaise. Bien sûr, il faut condamner ces ignobles attentats qui sont apparemment l’œuvre d’islamistes proches d’Al-Qïda.
La situation est extrêmement tendue dans certaines provinces du pays où les émeutes sont très violentes. Tous les chefs d’états du monde s’indignent de la mort de Bhutto et marquent le respect pour cette personnalité politique qui était très populaire dans son pays et à l’étranger. Il faut dire que Bhutto revenait récemment d’un exil de huit années. Ce retour était imposé par les Américains au chef de l’Etat pakistanais, le général Pervez Musharraf qui est arrivé au pouvoir grâce à un coup d’Etat en 1999.

Cependant, il y a une autre facette de la personnalité de Bhutto que je n’ai pas vu passer dans les médias, à part un paragraphe de Rue89 et un article dans Paradis Fiscaux et Judiciaires.
Il s’agit d’une procédure ouverte en Suisse, en 1997, à la demande de la République islamique du Pakistan. Bhutto et son époux sont accusés d’avoir planqué en Suisse 12 millions de dollars issus de la corruption. Les pots-de-vin auraient été versés par des sociétés suisses contre l’attribution de marchés publics. Rue89 explique que le montage du blanchiment incluant des sociétés offshore immatriculées dans les paradis fiscaux des Iles Vierges et du Panama. Le problème pour Bhutto est que la Suisse n’est pas totalement opaque par rapport au blanchiment d’argent qui constitue un délit. De ce fait, la procédure suivait son cours depuis 10 ans en Suisse.

Au final, c’est bien joli d’élever Bhutto au rang de martyre, mais il ne faut pas se voiler la face sur la véritable personnalité de la candidate assassinée. Bhutto a été prise la main dans le sac avec 12 millions de $ d’argent sale, mais combien d’autres millions ou milliards dorment dans des comptes en banque de paradis fiscaux plus conciliants que la Suisse (voir mon article sur le blanchiment d’argent pour en savoir plus sur les mécanismes) ? Bhutto était largement soutenue politiquement par les Etats-Unis et il ne fait aucun doute qu’il y avait aussi des arrangements financiers opaques entre Washington et Bhutto. C’est du genre : » je te file quelques millions si tu es au pouvoir et que nos sociétés peuvent construire des routes chez vous ». De plus, si deux sociétés suisses ont craché au bassinet pour s’attribuer des marchés publics, cela laisse le doute sur d’innombrables autres types de corruption possibles dont Bhutto aurait profité.

Je suis désolé de rayer l’image d’une personne assassinée et qui va bénéficier du statut de martyr, mais je crois qu’il est indispensable de dévoiler que Bhutto n’est pas un ange, mais une personnalité politique fortement corrompue qui mériterait sa place en prison plutôt qu’à la course aux élections législatives.

6 reponses »

  1. C’est intéressant de voir l’autre son de cloche. Je n’aurai pas fait mieux (ce qui constitue en soi un grand compliment, surtout venant de ma part).
    j’avais encore pas eu le temps de me pencher sur l’envers de Mme Butto.
    Mais, de toute manière, les médias ne publient-ils pas uniquement, et uniquement (pas la peine de me sortir les fameuses et sacrosaintes lois de proximité), ce qui leur fera de l’audience?
    Si l’on avait évoqué cette face sombre, les JT auraient-ils fait les scores d’audience qu’ils ont dû faire (putain, jme fais honte! Pour un journaliste infirmé, je commente un truc sans avoir une once de matière…)? Les gens sont tous en train de se demander quand, et surtout et avec l’aide de qui, le régime Islamiste va tomber ? Si tu leur fous dans les dents que la femme, elle était pas aussi cool qu’ils nous l’ont laissé entendre depuis son retour au Pakistan mi-octobre, comment ils vont réagir, tous? « Ah!!! Les journalistes nous disent ce qu’ils veulent, uniquement! » Et par les temps qui courent, unjournaliste ne vas pas tenter le diable et se tirer une balle dans le pied, à moins d’être totalement kamikaze « non! je ne fais pas d’humour noir… Mentionner Bhutto et kamikaze, faut oser! »…
    Enfin bref, voila.

    Jte rajoute dans mes favoris. J’aime bien par chez toi! ca sent bon le journalisme citoyen décalé.

  2. Excellent billet ! Cela prouve encore une fois que les hommes (et femmes) politiques ont rarement les mains propres, et ce quel que soit le pays :(

  3. Des nouvelles par rapport au soucis judiciaires du couple Bhutto viennent de tomber :

    L’avocat à Genève de Benazir Bhutto, Alec Reymond, a précisé vendredi que « l’affaire était close, la mort de la suspecte éteignant toutes les procédures ». Il a toutefois précisé que la procédure suivait son cours contre son mari, Asif Ali Zardari, et une autre personne, dont il a refusé de dévoiler l’identité.

    Le couple a été condamné par contumace pour blanchiment d’argent en juillet 2003 à Genève. Il a écopé d’une peine de six mois de prison avec sursis et d’une amende de 11 millions de dollars (9,1 millions d’euros) à verser au gouvernement pakistanais. La condamnation avait été annulée lorsqu’il avait fait appel.

    En 1997, un montant de 20 millions de dollars avait été bloqué sur des comptes suisses supposés appartenant à Benazir Bhutto et sa famille. « Mme Bhutto a toujours affirmé que ce n’était pas son argent. Les comptes n’étaient pas en son nom », a déclaré à l’Associated Press Alec Reymond.

    Source

  4. Déja sans cette affaire de blanchissement d’argent, Bhutto a été ré-intégrée au Pakistan par les américains, pour garantir le controle total des affaires intérieures du Pakistan au cas ou le peuple met Musharraf à la porte.
    C’est donc un outil dans les mains de george Bush et cie.

    P.S: le nouveau président du parti de Benazir Bhutto est son fils, un adolescent de 19 ans.

  5. @Las : c’est vrai que c’est à peine souligné dans mon billet, mais Bhutto était largement à la solde des Etats-Unis avec toutes les déviances que cela implique.
    Décidemment, je suis d’accord avec toi partout ces jours-ci 😉

  6. […] un billet précédent, j’avais évoqué les poursuites judiciaires contre Benazir Bhutto et son mari. Un article de […]