Logo Adicie.com

Ne dis à personne que je suis allé voir Star Trek

Par • 6 juillet 2009 • Catégorie: Culture

Avant ce pluvieux soir de mai 2009 où je suis allé voir la dernière mouture de Star Trek au cinéma, j’étais complètement inculte à propos de la saga intersidérale. Désormais, je suis un soupçon plus éduqué, mais surtout j’ai capté quelques éléments qui élèvent Star Trek bien au-delà d’une série à grand succès.

star trekC’est J.J. Abrams qui m’a amené vers le film Star Trek. Je suis fan des réalisations de ce digne héritier de David Lynch qui a su rendre les séries télévisées plus intéressantes que les longs métrages. Parmi les réalisations de J.J. Abrams, il faut citer Lost et Alias, mais aussi Fringe qui vient de faire son apparition sur les écrans français. Quand je parle d’héritier de David Lynch, il faut se rappeler que Twin Peaks figure comme point de départ aux séries décalées à grand succès, prétendant au statut de culte (X-Files, AbFab, Dream On,  Soprano, Six Feet Under, 24 Heures, Lost, etc.).
Avant Star Trek, le seul long métrage réalisé par J.J. Abrams est Mission Impossible 3, mais il a produit Cloverfield et participé à Armageddon. Rien de bien fabuleux à évoquer sur la partie « long métrages » de son CV, mais rien de catastrophique non plus. Du coup, j’étais vraiment curieux de voir ce qu’il pouvait bien avoir fabriqué à partir de la cultissime saga datant des années 60.

Lors de mes errances télévisuelles, il arrive que je tombe sur une rediffusion de la série ou un film estampillé Star Trek. Généralement, il me faut moins d’une seconde pour zapper vers une autre débilité distillée à longueur de chaînes du câble ou du satellite. Il serait exagéré de clamer mon dédain pour Star Trek car j’ai simplement jamais accroché aux pérégrinations spatiales de Spock, Kirk et les autres. En bref, je savais que le vaisseau spatial s’appelle l’USS Entreprise, qu’il est commandé par Capitaine Kirk, qu’il est secondé par le vulcain Spock, qu’ils portent des costumes ridicules et qu’ils se téléportent d’un endroit à un autre. Les aventures se déroulent dans l’espace d’un futur lointain et il semble que l’USS Entreprise doit veiller aux bonnes relations entre toutes ces espèces extra-terrestres, ainsi qu’avec les humains. En d’autres termes, l’univers de la mythologie Star Trek était presque une totale inconnue avant que j’aille voir le long métrage réalisé par J.J. Abrams.

Mon ressenti à la sortie du film était bon car j’ai vraiment passé deux heures agréables qui se sont écoulées à la vitesse Warp. Il est vrai que j’ai eu la chance de le visionner sous format Imax (Lincoln Plaza situé Upper West Side à New York City – USA) qui éclabousse les yeux et pète les oreilles.  Voir un film dans une salle Imax est une sacrée expérience en elle-même. Dans ce contexte,  j’imagine que le moindre navet rempli d’effets spéciaux doit prendre une autre dimension. Cela dit, ne me faites pas dire que Star Trek est un navet ! En plus, le popcorn était goûtu, le Coca bien frais et l’air conditionné bastonnait, donc aucun remord à dépenser une grosse poignée de dollars pour voir un film d’action sur cet écran immense entouré d’un mur de son.
Vraiment, ce long métrage est parfait pour tester le formant Imax grâce à ses effets de caméra léchés assaisonnés d’effets spéciaux sophistiqués qui encadrent une action trépidante. Par contre, je doute qu’un visionnage sur petit écran m’ait procuré des sensations aussi intéressantes.

Un détail important du script réside dans le fait que l’histoire déroule durant la formation initiale de l’équipage du USS Entreprise – avant les autres aventures portées sur grand écran ou même n’importe quelle épisode des diverses séries. Du coup, j’ai apprécié mon premier cours de mythologie Star Trek qui démarre par le commencement plutôt que plonger au milieu de nulle part dans la chronologie. Pour le reste, vous n’avez qu’à aller voir le film ou le télécharger en Peer2Peer (bouh !)

Du coup, à la sortie du cinéma, j’avais  envie d’en savoir plus et de comprendre les raisons qui font que Star Trek est profondément ancré au sein de la culture occidentale et américaine en particulier. Evidemment, j’ai commencé ma recherche sur l’inévitable Wikipedia afin de poser les bases. Le lendemain, je suis tombé sur un article de Newsweek dans la salle d’attente de mon dentiste. Par la suite, j’ai parcouru les archives  de Memory Alpha et pour finir je me suis endormi en regardant le premier épisode de la série originale de 1966 sur les archives de CBS (indisponible hors USA). Voilà où j’en suis de mon éducation Star Trek… Pour tout avouer, je ne voulais pas que vous imaginiez lire une étude profonde sur la mythologie Star Trek car d’autres s’y sont plongés avec beaucoup plus de conviction. Cependant, voici quelques détails singuliers qui m’ont interpellés.

barack_obama star trek tshirt

Globalement, j’ai compris que la mythologie Star Trek gravait une influence certaine sur la civilisation américaine. Ce n’est pas anecdotique quand certains comparent Obama à Spock en le surnommant le vulcain de la Maison Blanche. Parmi les similitudes entre le président des Etats-Unis et le premier officier du vaisseau USS Entreprise, les « spécialistes » citeront : implacable logique, oreilles proéminentes, parents de races différentes, etc. Mon incrédulité se rapporte au fait que la comparaison entre Obama et Spock est un véritable compliment de la part de ceux qui l’ont propagé, n’ayant rien à voir avec la manière dont les hommes politiques sont interprétés dans nos Guignols de l’Info nationaux. Pour aller plus loin, la politique étrangère d’Obama est également comparée à la manière dont la Fédération doit observer sans jamais se mettre en travers de cultures étrangères, rappelant l’attitude du président des Etats-Unis par rapport à l’Irak.

Sur un autre plan, j’ai également compris que l’élément fondamental qui relie tous les adorateurs de Star Trek ne se tient pas dans les personnages ou l’histoire. Il est évident que les personnages sont inspirés de la mythologie classique, mais ce ne sont pas eux qui rassemblent. Il n’y a pas un acteur qui se trouve irremplaçable, contrairement à d’autres séries qui tiennent uniquement grâce aux acteurs principaux (X-Files par exemple). Au contraire, c’est le vaisseau spatial USS Entreprise qui est l’ancre vitale de cette mythologie moderne. Au travers des âges, des différents acteurs, des réalisateurs, des scénaristes, des producteurs et des supports, il faut bien comprendre que l’USS Entreprise est le liant qui va permettre de préserver l’univers Star Trek. uss_enterpriseLe long métrage de J.J. Abrams suggère cette idée de manière plus ou moins évidente, mais le rôle maternel du vaisseau spatial USS Entreprise me semble primordial en étudiant l’évolution de la saga. Pour aller plus loin, le vaisseau spatial est aussi une analogie par rapport aux pays lui-même. C’est un symbole fort d’unité qui permet de se reposer sur des bases communes lorsqu’on est issu d’horizons différents comme les membres de l’équipage ou le peuple américain. Du coup, les citoyens des Etats-Unis se retrouvent aisément au travers des personnages, identifiant le vaisseau spatial comme leur terre d’adoption. Ce symbole est tellement fort que la NASA n’a pas hésité à baptiser sa première navette spatiale comme celle qui héberge les héros de la fiction. C’est le vote populaire qui inspira ce nom, mais ce n’est pas un hasard si l’USS Entreprise remporta les suffrages.
Les visiteurs de la section aéronautique du Smithsonian Institute de Washington D.C. découvrent des reliques et icônes historiques, mais certainement pas des éléments d’œuvres de fiction. Pourtant, le modèle de l’USS Entreprise utilisé pendant le tournage de la série originale trône au milieu de vestiges comme Appollo 13, le Spirit of Saint Louis,  le SR 71 BlackBird, le B-29 Superfortress Enola Gay, etc.

Martin Cooper, l’inventeur du téléphone cellulaire hors véhicule a déclaré que son inspiration emergea en regardant la série télévisée et les personnages utilisant le Communicator. Parmi les autres références technologiques, un projet Star Trek s’incrusta au sein de l’histoire d’Apple  et le premier superordinateur Cray 1 était directement inspiré par la série.
Il existe une Star Trek Lane à Garland, Texas et à Birmingham, Alabama. timbre star trekPour sceller le fait que Star Trek est une véritable icône de la société américaine, il faut savoir que l’USS USS Entreprise s’est propulsé une place sur un timbre ! C’est tout de même la consécration suprême pour cette œuvre de fiction qui était vouée à l’oubli puisque la série originale ne dépassa pas deux saisons de diffusion. C’est par la suite, dans l’émergence d’un succès underground, que le culte est né pour ensuite se transformer carrément en mythologie. Dans les années soixante-dix, un groupe de fans créa les fameuses conventions Star Trek qui tiennent un rôle important afin de permettre la communication et la fidélisation au sein des passionnées. Avec l’essor d’Internet, il est moins vital de se rassembler physiquement, mais c’était un véritable succès pendant plusieurs décennies car les conventions rassemblèrent des milliers de fans à chaque édition.
 Du point de vue commercial, Star Trek est une énorme franchise comme le prouve le dernier film qui a déjà rapporté plus de $372.992.176. Les cinq versions de la série télévisée remportèrent 31 Emmy Awards et reçurent 140 nominations. Les 10 films ont engrangé 1,76 milliard de dollars. 120 compact disques et 40 jeux vidéos incorporent « Star Trek » dans le titre. Il y a plus de 70 millions de livres imprimés ! La revente de la franchise rapporte des milliards avec des partenaires comme Playmates Toys, Hallmark et Hasbro. star trek acteurs originaux

Au travers de mes diverses lectures, j’ai bien incorporé que la mythologie Star Trek soulève les problèmes de la société moderne. Le concept appuie, par exemple, sur le sujet des relations interraciales. A ce propos, j’applaudis le courage du créateur Gene Roddenberry qui désigna un membre d’équipage russe dans la série originale, alors que la Guerre Froide faisait rage entre l’URSS et les Etats-Unis. C’est également Star Trek qui osa le premier baiser interracial ! Il faut imaginer le choc que cela causa dans les années soixante. Parmi les fans de la série, il paraît que nombreux sont les docteurs qui choisirent leur profession sous l’influence du docteur McCoy. L’actrice Whoppi Goldberg choisit de jouer la comédie lorsqu’elle remarqua une femme à la télé (Nyota Uhura) qui était autre chose qu’une femme de ménage.
Il y a même certains auteurs qui prétendent apporter un volet philosophique comme Star Trek and Philosophy.
Des statistiques rapportent qu’un fan de Star Trek peut se dénicher dans un foyer sur neuf aux Etats-Unis. L’Allemagne, la France, l’Italie, la Russie et le Moyen-Orient ne traînent pas loin derrière ce chiffre.
Après tout, les notions qui attirent ces millions de personnes ne sont pas désagréables. Il s’agit d’une représentation de l’espoir, d’un univers dont nous souhaitons apprendre et nous inspirer, sans même parler d’en faire partie.

Spock salut Vulcain : longue vie et prospéritéFinalement, je me surprends moi-même à avoir rédigé ce billet car  Star Trek me paraissait totalement ringard et je n’aurais jamais crû y porter un quelconque intérêt. Aujourd’hui, je ne suis toujours pas fan et encore moins passionné, mais je dois dire que cela m’a intrigué et peut-être même intéressé d’en savoir plus à propos de ce divertissement, cette fiction, cette saga, ce culte, cette mythologie, cette philosophie, cette franchise, cette culture.
Après tout, une œuvre de fiction qui s’incorpore dans des domaines aussi variés ne peut pas être totalement insignifiante. A tous les fans de Star Trek qui lisent ce billet, je présente mes plus plates excuses pour avoir omis de prendre au sérieux les aventures de l’équipage du USS Entreprise. Désormais, je promets de m’attarder plus longtemps sur le prochain épisode qui surgira lors de mon vagabondage sur les chaînes du petit écran.

obamatrek

« Longue vie et prospérité » – Obama… heu pardon Spock

15 reponses »

  1. Je ne suis pas du tout fana de Star Trek, mais l’article donne envie d’aller voir ce film et pourquoi pas voir quelques épisodes de la série.
    Aussi, j’ai bien aimé l’anologie sur Obama.

  2. C’est depuis des années que je regarde Star Trek. C’est une série qui dépeint très bien les caractéristiques de l’espèce humaine.
    On peut vraiment rêver d’un futur moins moche que ce qui est prédit et ce n’est pas un mal. Essayez de voir un peu plus loin que le premier degré pour comprendre vraiment tout ce que Star Trek peut apporter. Ce n’est pas du tout superflu ! Je vous plains de le découvrir seulement aujourd’hui tandis que des millions d’autres personnes sont influencées depuis les années 60.

  3. Bof ! Les aventures intersidérales qui font rêver ne vont pas régler les problèmes de ce bas monde. Regardez plutôt ce qui se passe devant votre pas de porte. Cela sera plus bénéfique que disserter sur un film de science-fiction qui sera vite oublié.

  4. Suis allé le voir à sa sorti, car je suis au contraire de l’auteur de l’article, un fan des premières heures de Spock et consort. J’avais un peu délaissé la série ces dernières années, ne trouvant rien de très palpitant dans les séries de substitutions, et je reconnais avoir été au cinéma avec un soupçon d’appréhension (le tout accompagné d’une charmante demoiselle qui confond encore Luke Skywalker avec le héros de la série de Bioman, voyez le genre…).

    Mais finalement, après bien 2 heures d’actions et de rebondissements, j’ai trouvé que J.J. Abrams s’en était admirablement bien tiré, avec un scénario solide, plausible même au regard de ce qui a été fait dans les récentes séries, et qu’en définitive, on a eu un excellent opus de la saga Star Treck. Cela m’a redonné confiance dans l’avenir de la Sci-Fi à la maison quand ma chérie m’a dit en fin de séance : « Et Luke dans tout ça, il vient quand détruire l’étoile noir ? Avant ou après la construction du gros vaisseau tout moche ? »

  5. @Mika06: si vous aimez les films de science-fiction, il n’y a pas de raison que vous n’appréciez pas celui-là. Peu importe le passif historique de la série car les ignares comme moi ne sont pas du tout perdu.

    @Spock du Nord : je crois qu’il n’ait jamais trop tard pour apprécier quelque chose.

    @Le Terrien : mouais… faut pas non plus se cogner la tête contre les murs tout le temps. Je traite de sujets lourds assez souvent sur Adicie et un soupçon de détente ne fait de mal à personne. Je vous invite à lire d’autres billets pour vous rendre compte de la variété des sujets abordés.

    @Tagadabox : content de te lire par ici ;)
    J’ai l’impression que les fans de la première heure sont vraiment divisés car certains ont apprécié le film, tandis que d’autres l’ont détesté en clamant l’hérésie et l’éloignement du concept originel. Faut dire que c’était gonflé d’entamer les origines de la saga.
    Cette dispute me rappelle la polémique à propos de la sortie du Star Wars épisode I qui était jugé trop commercial et grand public par les hardcore fans. Au fait, ce rapprochement s’est fait grâce à la remarque de ta douce et tendre ;) Comme quoi, les confusions de genre peuvent éventuellement trouver un rapprochement quelque part (pfiou, je ne sais pas trop où je vais avec ça…)

  6. […] : Ne dis à personne que je suis allé voir Star Trek ; oups, je l’ai dit … Et moi, je l’ai loupé […]

  7. Un site sympa pour se transformer en personnage de Star Trek.
    http://www.trekyourself.com/?mId=0.4

  8. Un site rigolo pour se transformer en personnage de Star Trek
    Trek Yourself

  9. Le réalisateur lui-même est un inculte de la série! Il a fait ce film de sorte que personne ne soit perdu, les fans de la séries comme les non fans tout comme les vulcains! ^^ :D

  10. Les auteurs du film sont tout à fait imbibés de culture Star Trek. Au contraire, le réalisateur étant un peu incrédule, cela donne un aspect innovant qui permet de plaire à la majorité.
    Cela n’empêche pas une flopée de clin d’œil aux fans. Par exemple, saviez-vous que Delta Vega, la planète hostile où Kirk atterrit après éjection de l’Entreprise, apparaissait dans le premier épisode de la série originale ? J’ai capté ce détail en regardant l’épisode en question dans les archives de CBS.

  11. Je ne suis pas un grand fan de star trek comme Sheldon dans Big Bang Theory mais je serai bien aller voir ce film tout de même, malheureusement à l’époque je n’avais de pass illimité pour Gaumont & Pathé :)
    J’attends donc le dvd!
    Bonne fin d’après-midi !
    Gael

  12. Pas mal le film.
    Mais quand on est comme moi un gros fan de la série Star Trek, on gardera toujours dans nos coeurs William Shatner et le célèbre Leonard Nimoy qui nous ont fait rêver depuis des années.

  13. Perso je ne l’ai toujourd pas vu. Mais vu que je n’ai quasiment pas vu la série non plus, je ne sais pas si je vais accrocher…

  14. J’ai bien aimé le Film, mais sans plus :)

  15. J’adorais la série et j’ai été très, très déçu. Un peu le contraire de la Planète des Singes (j’étais pas fan de la série mais j’ai adoré le film…)