Logo Adicie.com

Analyse du phénomène Pokémon

Par • 20 novembre 2007 • Catégorie: Culture

Tout à l’heure, je rentrais de l’école avec mon fils qui me montrait fièrement le résultat de son dernier échange Pokémon; il avait enfin réussi à détenir Pikachu, le héro fondamental du jeu. A la suite de notre discussion, j’ai commencé à me demander pourquoi Pokémon marchait toujours aussi bien après dix années d’existence. Ca m’a permis de me dégager l’esprit de considérations plus importantes et ma foi c’est plutôt une bonne expérience.

Pikachu, héro PokémonQuand j’ai demandé à mon fils pourquoi il aimait les Pokémon, il m’a répondu “ben, c’est chouette d’échanger des cartes”. Pas grand chose à répliquer de ma part puisque j’échange aussi des cartes anciennes sur les tables de poker. Ce qui m’étonne vraiment est surtout le fait que le graphisme particulier des personnages ne correspond pas vraiment aux goûts modernes du graphisme léché de l’image de synthèse. Mon fils ne regardera jamais Casimir car il le trouve vieillot, mais ça ne l’empêche pas d’être imbibé de Pikachu qui ne possède pas un look résolument actuel. Ainsi, cette discussion m’a intrigué au point de vouloir en savoir plus sur le phénomène Pokémon. Quelle est l’idée de génie qui a causé le succès du jeu ? Pourquoi les personnages sont si profondément ancrés dans l’univers des enfants ?

Au départ de la saga est Satoshi Tajiri, le génial employé de la marque japonaise Nintendo qui est un des leaders mondiaux du secteur de la console de jeux. Il invente le jeu Pokémon qui sort en 1996 pour la console portable Game Boy. L’intérêt du jeu réside dans le fait que le joueur peut capturer, entraîner, collectionner et élever les personnages sympa de l’univers Pokémon. Ensuite, un des coups de génie du jeu réside dans le fait qu’il est possible d’échanger des personnages avec les autres joueurs. Selon les concepteurs du jeu, les bénéfices pour l’enfant sont “l’apprentissage des qualités essentielles à la survie dans le monde de demain”. D’après Jacques Attali (L’Express, 13 avril 2003), grâce à ce jeu, les enfants apprendraient : l’art du réseau, de l’échange, de la négociation ; le bon usage de l’échec, l’importance de la ténacité, l’utilité de la mémoire, la pratique des labyrinthes. Et surtout, la pratique de l’autre, car on peut gagner des Pokémon sans que l’autre perde, on peut obtenir des forces en aidant les autres dans leurs propres quêtes. Au fil des dix ans d’existence, le phénomène Pokémon n’a fait que grandir, additionnant toutes les opérations marketing possibles et imaginables afin de soutirer le plus possible de la substantifique moelle des sympathiques personnages du jeu. Pikachu est désormais partout : en série TV, au cinéma, en produits dérivés, sur des Beetles Volskwagen, sur le Web, sur les bonbons Haribo, sur des jouets, sur des Boeing 747 de la compagnie All-Nippon Airlines, sur des livres, sur des hamburgers Burger King, sur des céréales Kellong, sur des costumes, sur une onction du Vatica, etc… ouf !

Il faut aussi parler des détracteurs de Pokemon qui sont nombreux, mais plutôt qu’un long discours sur la face obscure du jeu, voici un site qui parle des Pok’Demon. Derrière chaque chose, il est possible de trouver un symbole dérangeant. Pour ma part, je ne vois pas grand chose de bien répréhensible et je doute fort que mon fils rejoigne une secte car il a trop joué au jeu. Bref, je laisse aux autres le soin de parler des Pok’Demon. De mon côté, je préfère qu’il joue avec sa console ou ses cartes plutôt qu’il regarde le journal télévisé qui me semble bien plus dangereux que Pikachu et ses compères.

Finalement, le succès semble parti d’une idée vraiment simple qui veut, au travers du jeu, élargir le champ d’action pour entrer dans la vie sociale des joueurs. C’est tout bête, mais il fallait y penser, surtout à l’époque. Je crois que le succès des Pokemon est mérité après mon analyse et je souhaite bonne continuation aux créatures à la vague ressemblance animale qui composent les familles Pokémon. Comme dit le slogan du jeu “attrapez-les tous”.

17 reponses »

  1. Il faudra que je demande à mon fils pourquoi il n’aime pas les Pokemon, ça m’a toujours semblé interessant comme concept, lui n’accroche pas du tout. Ce n’est pas qu’il deteste, il y est tout simplement indifférent.
    Ton fils n’entrera pas dans une secte, au pire, s’il tourne mal, il sera membre de forum sur internet 😉

  2. Pour le mien, ça fait environ 2 ans et demi qu’il échange ses cartes. Par contre, il n’est pas trop fana de l’élevage, entraînement et capture des créatures dans le jeu. Ce qui lui plaît ce sont ces foutues cartes.

  3. Là j’avoue que tu me surprends. Je pensais que le phénomène était passé de mode :( . Bon je vais mener mon enquête auprès de jeunes de la tranche d’âge de ton fils pour voir ce qu’il en est.

    En réfléchissant un peu, je me dis que ce qui plait c’est le fait qu’avec ces cartes c’est comme si les personnages étaient sorti du jeu initial. Donc on peut jouer avec eux, les toucher et jouer quand on en a envie.

    Après, effectivement devoir être à la quête de trouver son graal, c’est à mon sens instructif pour les enfants. Ca leur apprend que tout n’est pas gagné dans la vie, que chaque chose à une valeur, qu’il faut savoir négocier pour obtenir ce que l’on veut, et surtout la sociabilité. Car il faut se faire des relations pour les échanges, relations qui partagent le même idéal que toi, la même passion.

    J’irai lire plus en détail le site Pok’Demon, La seule chose a craindre pour ton fils c’est qu’il se prenne pour Pikachu. Mais tu t’en apercevras très vite le jour ou il décide de ne plus s’habiller qu’en jaune :) .

  4. Après enquête, mon fils n’aime pas les pokemon :
    – parce que ce n’est pas un jeu de construction
    – parce que ce n’est pas un livre
    – parce qu’il préfère dessiner
    – parce que personne n’en a à l’école 😉

    Depuis que mon fils va à l’école, jamais vu de cartes Pokemon dans la cour de récré, ça semble effectivement être passé de mode ici. Mais la mode c’est comme tout, ça revient toujours à un moment donné. Et je vois bien à l’école comment ça se passe, il suffit qu’un enfant amène des billes pour que la mode des billes reparte 😉

  5. En effet, je crois que le facteur primordial réside dans le fait que les autres en ont à l’école. En Anglais on dit « peer pressure », mais j’ai un trou pour le FR…
    En tout cas, dans l’école de mon fils ça grouille ces cartes.

  6. « pression sociale » Laurent je dirais, c’est aussi ce qui pousse les adultes à acheter une belle voiture (chez les garçons), de jolies fringues et des bijoux (chez les filles).

    La différence entre les enfants et les adultes c’est le prix de leurs jouets 😉

  7. Et oui si nos leaders d’opinion font quelque chose, nos avons envie de faire pareil. Il existe aussi un autre angle et si j’ai bien aperçu la mignonne petite blonde qui échangeait des cartes avec mon fils, je vois tout à fait sous quel angle il est intéressé par ce jeu…

  8. hihi bien vu Junior :)
    Oui, je suis d’accord avec les leaders d’opinion, celui que l’on voit sur la photo avec ses 3 écrans m’influence beaucoup (technologiquement parlant)
    http://www.adicie.com/archives/25

  9. MDR ! Laurent : « Si j’ai bien aperçu la mignonne petite blonde qui échangeait des cartes avec mon fils, je vois tout à fait sous quel angle il est intéressé par ce jeu… »

    Ah, c’est bien le fils de son père ! Il peut pas le renier…. :)

    Ca me rappelle mon neveu qui a 6 ans lors de la fête de l’école sa petite copine (très mignonne au demeurant 😉 ) s’approche de lui et lui dit : « Tu as vu je suis maquillée » (bof, un peu de rouge à lèvres et un soupçon de bleu sur les yeux »… Rien de bien méchant … et lui de lui répondre :
    « Pourquoi tu as mis du rouge à lèvre ? » (d’un air outré)… En une phrase il a envoyé sa copine officielle depuis la maternelle, sur les roses !

    Quand dernièrement je lui ai rappelé cet épisode, soit 12 ans après, il était stupéfait. Mais ses goûts n’ont pas changé, il préfère toujours les filles « très mignonnes 😉 )

  10. Il est sympa ce blog. Pas mal cette analyse. Le style est propre et assez agréable à lire. Tu l’écris toi même ou tu as une petite main qui s’empresse de synthétiser tes idées ? A bientot peut être

  11. Hihi non je n’ai pas encore les moyens de me payer une petite main talentueuse pour coucher mes pensées sur ce blog, donc je dois tout palucher moi-même.
    Je viens d’être rejoint par Geoffrey qui publie aussi quelques billets, mais la tribune est ouverte à tous ceux qui souhaitent ouvrir leur gueule sur ce qui dérange dans ce monde de brutes 😉

  12. Laurent : « Hihi non je n’ai pas encore les moyens de me payer une petite main talentueuse pour coucher mes pensées sur ce blog, donc je dois tout palucher moi-même. »

    MDR… Désolée mais tu m’as tendu la perche… Disons plutôt que les petites mains tu préfères les occuper à autre chose que « coucher tes pensées » 😉

  13. Laurent : « Je viens d’être rejoint par Geoffrey qui publie aussi quelques billets »

    Je profite puisque je suis cité, pour remercier Laurent de m’avoir ouvert sa tribune.
    Même si au départ j’étais pas trop partant pour des raisons personnelles, j’avoue que son blog m’a tellement plu, que finalement j’ai réussi à surmonter mes difficultés pour venir un peu « squatter l’espace » 😉

    Je ne serais pas forcément d’une part, aussi disponible tout le temps, et surtout certainement pas à la même hauteur que lui (Faut dire qu’il est grand le bougre mdr)… Mais, j’essayerai de suivre l’actualité et réagir le plus souvent que je peux.

    Espérant, que vous apprécierez mes billets 😉

    Je lui souhaite beaucoup de succès avec ce site…

  14. @Arlette : en effet, les mains peuvent servir à bien d’autres choses qu’à écrire, mais bon nous sommes sur un billet Pokémon alors restons loin de la luxure…

  15. Tiens, je viens d’avoir une illumination en repassant sur ce billet.
    A mon avis, l’auteur du commentaire qui se cache derrière le pseudo Sun Tzu est plus connu sous celui de Toucouleur. Je lui avais parlé de Sun Tzu et je ne sais pas pourquoi mon intuition me dit que c’est bien Cédric/Toucouleur qui se cache ainsi.

  16. C’est pour ça que j’ai dis à bientot peut être 😉 Je tente tant bien que mal de repérer ton véhicule quand je retourne à Prades (j’habite là bas 1/3 de mon temps) mais en même temps, quand tu parles de déduction, tu n’accèdes pas aux adresses emails des personnes qui te laissent un commentaire avec WordPress ? Bonnes fêtes de fin d’année à vous tous…

  17. Ah non, je n’avais pas regardé le mail du posteur, mais c’est en effet un bon moyen de voir l’idendité. Y a même l’IP c’est génial ! Doucement, doucement, ça fait 2ans 1/2 que j’avais pas installé un WordPress… me faut le temps de m’habituer à toutes ces fonctionnalités extraordinaires.
    C’était vraiment une pure intuition sur le coup 😉
    Quand à la France, je n’ai plus trop le temps d’y aller, mais ça reviendra.