Logo Adicie.com

Référencement Google : Et si c’était le : « Marseille-Cassis » ?

Par • 3 août 2008 • Catégorie: France

Marseille vous connaissez (au moins de nom ;) ). Cassis est un village à environ 21 kms de cette grande ville. Très joli village au bord de la méditerranée, bordé par les célèbres : « Calanques« .

Il y a quelques années, une association sportive a eu l’idée d’organiser une course entre les deux villes. Ainsi est né le : « Marseille-Cassis« . Mais faut-il être vraiment sportif pour réaliser cet exploit ? A mes yeux oui. Car la course part du stade vélodrome et emprunte la route dite : « La Gineste » qui se caractérise par des montées, des descentes, des faux-plats. Le seul intérêt de cette route c’est qu’elle longe les calanques, et vous avez donc une vue magnifique sur les calanques, la mer, et le soir des couchers de soleil sur l’eau avec en fond la ville qui se détache. C’est sublime !

A ses débuts cette course était une course d’amateurs, conviviale, familiale… Elle a rassemblée 700 participants. Au fil des années, le nombre de participants a augmenté pour arriver à 12 000. Cela aurait pu aller plus loin, mes les organisateurs ont décidé de bloquer ce nombre. Quel rapport me direz-vous avec le référencement Google ? J’y arrive.

- Marseille-Cassis : A ses débuts c’était ouvert à tout le monde, et même si des clubs participaient c’était une course d’amateurs. Pas de classement au départ, chacun avait sa chance.

Google : Ouvert à tout le monde. Chacun avait sa chance d’arriver premier.

- Marseille-Cassis : Au fil des ans, la publicité a pris une large part dans l’organisation.

Google : Il a ouvert les Adwords et Adsense pour rentabiliser son moteur

- Marseille-Cassis : Avec le temps, on a classé cette course comme une course professionnelle.

Google : Petit à petit, les sites amateurs ont plus de mal a détronner les professionnels. Il a créé une profession : « Référenceur ».

- Marseille-Cassis : Aujourd’hui dés le départ on fait un classement. Les plus sûrs d’arriver sont mis en première ligne afin qu’ils ne soient pas génés par les amateurs.

Google : Maintenant pour être sûr d’être premier, il faut que vous soyez un professionnel pour vous payer les conseils d’un référenceur, voire acheter des adwords.

- Marseille-Cassis : A l’arrivée on ne parle que des 30 premiers. Et encore je suis large ! La foule constituée des 11 970 suivants n’est pas intéressante pour les journalistes ni les sponsors. Chacun arrive à son rythme, est content d’avoir réalisé cet exploit, mais passe inaperçu sauf aux yeux des quelques supporters (c’est à dire la famille et les amis).

Google : Si vous n’arrivez pas à placer votre site dans les 3 premières pages, et bien il n’y a que la famille et les amis pour reconnaitre votre site !

- Marseille-Cassis : Les trois premiers sont connus et reconnus de tout le milieu sportif.

Google : Le premier site de votre catégorie est surement connu de vous et de tous vos concurrents.

Conclusion : C’est flatteur aujourd’hui d’avoir son site internet (tout comme il est flatteur de participer au Marseille-Cassis), mais il faut savoir dès le départ que c’est presque devenu un leurre que de vouloir rivaliser avec les pros pour bien se positionner. Google a ouvert ses portes à tous dans un premier temps pour mieux attirer les publicitaires, et mieux rentabiliser son affaire à long terme. Maintenant il sait comment travaille les webmasters. Et maintenant il va plus loin : Sous prétexte de rencontrer les référenceurs , il va chercher les informations à la source. Ne rêvons pas. Cette stratégie est seulement mise en place pour connaître les trucs et astuces des professionnels afin d’afiner son algorithme. Ce n’est pas pour faire plaisir à une poignée de webmasters, qui voient leur égo flatté parce qu’ils vont rencontrer des membres de Google.

Pour répondre aux angoisses de Laurent, ma théorie est que si Google a fait (et continue à faire le ménage) dans son algo, et par conséquence beaucoup de sites se trouvent déclassés, c’est peut-être tout simplement parce qu’il souhaite mettre en avant son nouveau produit « Knol » qui se veut le concurrent de Wikipedia. Là, on retrouve la même dynamique : On compte sur tout le monde pour faire connaitre le produit, pour participer à l’élaboration de cette encyclopédie, et dans le temps quand la masse critique des collaborateurs sera atteinte, on vous dira que cela est réservé à une élite, et que seuls les meilleurs sont invités à contribuer.

Je vous ai parlé du Marseille-Cassis car j’ai soutenu une équipe pendant 10 ans! Je l’ai vu évoluer au fil du temps. Et je regrette la tournure professionnelle qu’elle a prise. Qu’il faut vraiment être motivé pour être à l’arrivée a attendre les courreurs pendant 2 heures. Les premières années vous voyez défiler une centaine de courreurs avant de voir le votre, puis au fil du temps c’est un millier, puis deux,  puis trois, puis quatre. Ce n’est pas que vos courreurs perdent leurs capacités, c’est tout simplement qu’il y a plus de professionnels de la course. Sur Google c’est pareil, avant vous alliez facilement jusqu’à la 10ème page, aujourd’hui si vous avez la patience vous devez aller jusqu’à la 100ème ou 200ème page pour trouver le site de votre ami. Mais surtout parce que je regrette le temps ou cette course était conviviale. Dès que le professionnaliste fait son irruption on ne retrouve plus le côté sympatique de la chose. Tout comme sur Google.

Enfin, pour les webmasters courreurs, si vous souhaitez participer à cette course elle se déroule tous les ans le dernier dimanche du mois d’octobre. Le jour ou l’on change d’heure. Mais ne m’invitez pas, même si je vous apprécie, je vous soutiendrez moralement seulement, donc je ne serais pas à l’arrivée. Et si vous insistez je vous attendrais à Marseille devant un pastis ! Il vous faudra donc refaire le chemin en sens inverse   :)

22 reponses »

  1. très belle métaphore ! hormis peut-être le fait qu’il doit sûrement rester une ambiance sympa entre les participants de la course de la première heure, tu vois c’que j’veux dire !

  2. Oui, bien sûr encore les participants « non-pros » c’est pas une course pour eux, c’est juste un challenge et pouvoir se dire avec fierté : « Je l’ai fait » ;) . Mais, quand tu es supporter (trice pour ma part), tu peux voir que l’ambiance de fête des débuts (la course a déjà 29 ans d’existence) s’est détérioré au fil des années. ;)

  3. Tiens, je ne savais pas qu’il y avait une telle course pourtant je commence à bien connaitre Marseille, et j’ai visité une fois Cassis.
    C’est une course vraiment fermée ou suffit de s’inscrire et d’être dans les 12.000 premiers?

    En tout cas, la métaphore est interessante bien que je ne puisse avoir le même recul et la même analyse. Je verrais dans une petite dizaine d’années où nous en sommes, et si le schéma est le même… ;)

    Cependant, cela n’a rien de surprenant, dés que quelques choses devient « important », prend de l’ampleur, ou se médiatise, l’argent vient pointé son nez dedans, et modifie la donne :(

  4. Morgan : Tu connais Marseille mais pas le Marseille-Cassis ? … Bon, après même si c’est une course Internationale, c’est vrai que c’est pas médiatisé comme la F1… ;)
    Enfin, si tu connais la route de la Gineste tu comprendras que c’est vraiment une épreuve. Course fermée aux 12 000 premiers inscrits. Il y a encore 4 ou 5 ans, il y avait des personnes qui se mettaient sur la ligne de départ sans numéro. Mais maintenant c’est vraiment fermé, sans numéro tu ne peux pas prendre le départ.

    Bien sûr que cela n’a rien de surprenant. Le schéma est toujours le même. Seulement j’avais envie de vous parler du Marseille/Cassis… Et il fallait que je trouve une astuce :)

    Tiens je suis en train de regarder le grand prix de Hongrie (F1)… Cela me donne des idées pour parler de la F1 au travers de la pub … Allez, dès que je suis en forme je m’y met de mon billet.

  5. Et il y a eu de sacré surprises sur ce grand prix, entre le pneu creuvé d’hamilton, le moteur cassé pour massa, et le petit nouveau en seconde place, c’est une saison vraiment particulière!

    Ca nous change de l’hégémonie ferrari des 7-8 dernières années!

  6. L’analogie est jolie, sauf que la course est dure depuis sa création, tandis que le référencement était carrément facile.

    Sinon, je ne crois pas du tout que Google focalise sur Knol, au détriment du Search.

    Puis je ne suis pas du tout angoissé !!! Ceux qui me voient défaitiste ou dubitatif n’ont pas vraiment compris le sens de mon propos. Faut juste savoir se poser les bonnes questions et prendre les décisions en conséquences. Dans mon cas, je pense avoir bien goupillé mon tournant :P
    Enfin bref …

  7. L’analogie est jolie, sauf que la course est dure depuis sa création, tandis que le référencement était carrément facile.

    D’avis de coureur : La course était plus facile au départ (enfin tout est relatif ;) ). Tout le monde avait sa chance. Car maintenant si tu n’es pas pro tu laisses partir au moins un millier de personne devant toi. C’est à dire que dès le top départ, tu dois piétiner pendant au moins 10 min avant de pouvoir commencer à courir. Il faut surtout pas gêner l’élan des professionnels :( On met en toute première ligne ceux qui sont capables de faire la course en moins d’une heure.

    Les plus fous ! Et dire qu’en voiture en 20 min tu relies Marseille à Cassis ! Faut vraiment être accros non :) . C’est comme sur Google, pourquoi s’emmerder à référencer alors qu’en 5 min avec adwords tu peux être numéro 1 !

  8. [...] Référencement Google : Et si c’était le : “Marseille-Cassis” ? A ne pas manquer ! [...]

  9. Google : Petit à petit, les sites amateurs ont plus de mal a détronner les professionnels. Il a créé une profession : “Référenceur”.

    je travaillais dans une boite de referencement bien avant le succes de google, à l’epoque le moteur phare etait altavista. google n’a pas créé la profession de referenceur, ne vous en deplaise, la profession de referenceur est née en meme temps que les moteurs de recherche (et à ce niveau google a été crée sur le tard)

    quid

  10. Aurais je cru comprendre un petit coup de gueule ?
    Je ne suis pas un vieux de la vielle du référencement (et je ne pratique pas la course à pied) mais je pense qu’au départ de la profession, l’ambiance ne devait vraiment pas être la même.
    Aujourd’hui, c’est chaqu’un pour soi et une histoire d’argent pour se payer les services de référenceurs…
    Heureusement que l’on voit naitre régulièrement des courses comme Marseille-Cassis régulièrement (il reste de nombreuses niches non exploitées sur internet)…

  11. Merci pour cet article qui me rappelle que j’étais à Cassis (en vacances) il y a deux semaines…
    C’est un superbe endroit, pour repartir dans la location où nous étions, vers Hyères, nous avons suivi la route des crêtes au dessus des falaises, magnifique !
    Je trouve que la comparaison entre cette course et Google est heureuse, et encore bien pire si on parle de référencement anglophone et international !

  12. Aurais je cru comprendre un petit coup de gueule ?

    Non, pas du tout de ma part. Dans la mesure ou le référencement et moi ça fait deux ! Je suis certainement plus experte en « course à pied » (même si je ne cours pas) qu’en référencement.

    Soyons clair ! Comme je l’ai dit, je voulais vous parler du Marseille/Cassis. Mais cela ne vous aurez pas intéressé en l’état. Donc, j’ai trouvé un fil conducteur, pour vous faire comprendre ma vision de Google suite au billet de Laurent sur le référencement.

    Même si je revendique ne rien connaitre en référencement ni en course à pied, j’ai des connaissances en psycho qui me permettent souvent de faire des corrélations et de voir d’un autre oeil les problématiques vu par les professionnels ;) .

    Vous pouvez prendre le marathon de Paris ou de New York (ouf deux courses auxquelles j’ai échappé), vous aurez la même problématique. On fait appel aux amateurs et dès que cela prend de l’ampleur… Hop, on change les règles et on fait du business ! Et zou, les amateurs : « Merci d’avoir participé, vous avez permis de nous faire connaitre, on vous laisse une place pour cette raison mais enfin on ne va plus compter sur vous »… Et ce vous pouvez le reproduire dans beaucoup de domaines.

    Désolé pour Quid, mais Internet est entré dans ma vie en 1991, et je n’ai de souvenir que Google :( … Je n’ai donc pas le souvenir de Altavista. Faut dire qu’à mes débuts je m’intéressais pas aux sites proprement dit. Ce n’est qu’en 1997(98) que l’on m’a initié aux techniques de référencement !

    Mais enfin, ce que je constate depuis 5 ans (voire plus vu que j’ai fait 2 ans de stage sur WRI), c’est qu’il n’est question sur les forums que de Google ! Après on peut se poser la question : « Pourquoi Google a t il détronné Altavista ? « 

  13. C’est pas faux !! :-)

  14. Sympa la comparaison. Google est en train de tout écraser sur son passage comme microsoft l’avait fait à son époque… Où s’arrêteront-ils ?

  15. Demain commence une « semaine sans Google ». Elle consiste à se passer des produits Google pendant une semaine entière : http://www.strategy-interactive.com/blog/index.php/?q=semaine+sans+google

  16. Oulah !
    Je suis totalement équipé Google au niveau personnel et professionnel.
    Même si je pars en vacances, c’est utopique de vouloir faire sans les services et outils Google.

  17. Bonjour à tous,

    En plain dans le mille, avec une petite nuance pour marseille-cassis, personne ne paie ( je suppose) sa place sur le podium et les organisateurs ne peuvent pas dire au participant de la course quelles sont les centres d’intétêts de ceux qui les regardent…
    franchement si je savais tous les jours quels mots clès ont été tapé sous forme de top liste, ce serait facile pour moi de faire de la pub orienté, ou plain d’autres choses…
    Google pourrait être un outil de connaissance des tendances de la masses, un peu effrayant, trouvez pas?

  18. Bonjour

    Très jolie analogie. Pour avoir fait la course pas besoin d’etre un professionnel, la montée des pompiers n’est pas si dure … parcequ’elle ne dure pas surtout !

    Pour continuer la comparaison, tu as aussi du plaisir à participer et à terminer quelquesoit la place obtenue. Et si tu courres avec tes potes ( de même niveau) la compétion existe à nouveau

    Très cdt
    Antoine

  19. Bonjour,

    Article et comparaison très originale. Une manière pertinente de constater l’évolution Google. Effectivement, Google est en train de tout écraser sur son passage.

    amicalement

  20. L’analogie est jolie, sauf que la course est dure depuis sa création, tandis que le référencement était carrément facile. D’avis de coureur : La course était plus facile au départ (enfin tout est relatif ;) ). Tout le monde avait sa chance. Car maintenant si tu n’es pas pro tu laisses partir au moins un millier de personne devant toi. C’est à dire que dès le top départ, tu dois piétiner pendant au moins 10 min avant de pouvoir commencer à courir. Il faut surtout pas gêner l’élan des professionnels :( On met en toute première ligne ceux qui sont capables de faire la course en moins d’une heure. Les plus fous ! Et dire qu’en voiture en 20 min tu relies Marseille à Cassis ! Faut vraiment être accros non :) . C’est comme sur Google, pourquoi s’emmerder à référencer alors qu’en 5 min avec adwords tu peux être numéro 1 !

  21. C’est vrai que le référencement est devenu beaucoup plus ardu et complexe avec les changements d’algorithmes de google, des sites à moi qui étaient très bien placés se sont retrouvés aux oubliettes sous l’effet d’une nouvelle couche d’algo, aujourd’hui l’heure est à la finesse et aux liens profonds, notamment via les sites de communiqués de presse plus qu’au matraquage sur les annuaires !

  22. Pas mal du tout l’article concernant le Marseille Cassis.