Logo Adicie.com

Préavis de grève réussi pour Brittany Ferries

Par • 15 novembre 2007 • Catégorie: France, Société

Au même moment que la grève des cheminots s’enlise, après avoir bloqué hier les transports ferroviaires afin de prendre en otage le reste de la population. Par contre, un petit encart de la page 6 spéciale « régimes spéciaux », du Firago ce jeudi 15 novembre, me plaît beaucoup plus que ce qui se passe actuellement avec les cheminots grévistes. Il s’agit du préavis de grève, transformé en négociation réussie, annoncé par la compagnie finistérienne, Brittany Ferries, spécialisée dans le trafic transmanche. Tout cela sans perturber une seule seconde le trafic pour cause de conflit social. Ce n’est pas magnifique d’apprendre qu’il existe des conflits sociaux, en France, qui finissent bien sans prendre la tête à tout le monde ? Fin octobre, la direction de Brittany Ferries et les principaux syndicats (CGT, CFDT, CGC) ont réussi le tour de force d’avoir la volonté commune d’éviter la grève qui entraverait la nécessité de voyager des passagers maritimes. Dès l’annonce du préavis de grève, la direction de la société et les syndicats se sont donné 3 jours afin de trouver une solution au conflit.

Au bout des 3 jours de négociations, les parties concernées ont bel et bien trouvé un accord. Du coup, les passagers ont effectué leur traversé sans aucune perturbation puisque aucun des bateaux n’est resté à quai pour cause de grève. Ce n’est pas un magnifique exemple à montrer à tous ceux qui ne voient que la prise d’otages comme moyen d’expression de leurs problèmes sociaux ?

Quelle est la morale de l’histoire ? Tout simplement que les gens peuvent faire preuve de bonne volonté, même en France. L’exemple de Brittany Ferries suggère qu’il n’y a aucune raison pour que les mentalités syndicales n’évoluent pas positivement et que les solutions adéquates soient trouvées à chaque conflit, grâce à une attitude convergente envers la prévention d’une grève. Comme dit l’adage : « il n’y a pas de problème, seulement des solutions ». Bon sang, c’est vraiment si difficile de s’asseoir autour d’une table et de discuter sainement des meilleures options sans battre le pavé et durcir toujours plus le conflit ? Bien sûr, il ne faut pas généraliser car certains conflits sont plus difficiles à gérer que d’autres, mais je suis absolument certain que la vaste majorité des préavis de grève qui finissent dans la rue peuvent être évités si les responsables prennent la peine d’avoir une volonté commune afin d’éviter un durcissement du conflit. Il faudrait vraiment que les gens commencent à apprendre à se parler et surtout à s’écouter.

Mon grand regret est que ce petit 1/16ème de page parlant de la prévention réussie chez Brittany Ferries ne prenne une plus grande place sur les pages du Figaro, à la place de la double page dédiée au conflit hyper médiatique des cheminots. C’est rageant de voir que les bonnes nouvelles sont toujours occultées par les mauvaises. Finalement, au regard des médias, le succès d’une négociation de marins est moins important qu’une grève ratée de cheminots ?

Pour plus de discussion à propos de conflits sociaux, voici un billet d’Adicie.com qui traite de la grève 2007 des cheminots.

3 reponses »

  1. « Au même moment que la grève des cheminots s’enlise, après avoir bloqué hier les transports ferroviaires afin de prendre en otage le reste de la population. »

    Ha bon ?
    Ils m’ont pris en otage ?
    Je ne savais pas.
    Merci de me tenir au courant d’Andorre sur ma situation ferroviaire.

  2. J’ai encore mon passeport français et je suis encore assez souvent en France (j’habite seulement à 30 mns de la frontière) pour me permettre de commenter ce qui se déroule là bas 😉
    Tu n’as peut-être pas senti que les grèvistes te prennaient en otage, mais je ne pense pas que ça soit le cas des millions d’utilisateurs qui ne pouvaient pas se déplacer à cause d’une minorité de contestataires.
    Pour finir, j’ai tout de même vécu assez longtemps en France et surtout à Paris pour connaître la pénibilité que résume les grèves des transports publics.
    En bref, ton commentaire me laisse dubitatif…

  3. 358 jours par an, les usagers de la SNCF, de la RATP n’existent pas, on n’en parle pas. Et soudain, à la faveur d’une conjonction, quelqu’un décide de porter l’opprobre (bouuh! les méchants) sur les fonctionnaires (!) qui travaillent moins que les autres… Déjà, j’aimerais m’exprimer un peu sur ces fonctionnaires-fainéants : ils travaillent moins que les autres, certes, mais ont un boulot qui n’est pas toujours de tout repos. De plus, pour certains (électriciens par exemple), le régime de retraite est en excédent. J’ai bien l’impression que ces régimes ont servi de manœuvre médiatique de détournement (pour faire passer les lois plus importantes genre loi Pécresse, franchises).
    C’est à dire qu’on a utilisé l’image déplorable des fonctionnaires type SNCF, RATP (toujours en grève, surpayés, …) pour faire parler les journaux d’autre chose que la contestation la plus importante. Ainsi, on n’a quasiment pas parlé de la contestation sur les franchises (et heureusement pour le gouvernement parce que les franchises sont un principe révoltant), quasiment pas de la contestation sur les universités, …
    Cependant qu’on parlait sans cesse (pour une fois) des usagers en colère, « pris en otage », on en oubliait les malades et les futurs chercheurs.
    Alors ils ont bon dos, les usagers en colère, mais il ne faudrait pas exagérer. Je suis d’accord sur le fait que cette grève est embêtante, mais je ne suis pas d’accord pour servir de paravent.