Logo Adicie.com

L’Etat est un dealer !

Par • 12 mai 2008 • Catégorie: France

J’ai entendu récemment qu’un rapport a été remis à François Fillon sur la dangerosité des jeux de hasard, en particulier des jeux de casinos. Des établissements font même des fiches sur le comportement des joueurs pour détecter les « joueurs compulsifs », les « accros au jeu » pour leur interdire l’accès aux salles.

dealerIl a été mis en place dans certains hôpitaux, des services spécialisés pour les personnes qui sont malades du jeux. Bon, c’est bien de considérer les joueurs compulsifs comme des malades et les aider à s’en sortir, tout comme les alcooliques ou les drogués.

Suivant la définition de Wipédia : l’addiction est est une conduite qui repose sur une envie constante et irrépressible, en dépit de la motivation et des efforts du sujet pour y échapper. Elle touche les personnes qui sont dans un état psychologique affaibli. Qui trouvent un semblant de réconfort dans un domaine. C’est surtout pour fuir la réalité, et vivre dans l’illusion pendant quelques minutes, heures ou jour.

Pour chaque maladie il faut aussi se pencher sur la cause. A qui profite l’argent du jeu ? A l’état bien évidemment. Quand l’état se penche sur le problème des drogués, il fait la guerre aux pourvoyeur de drogues. Normal, sans eux il n’y aurait pas de drogués. Donc, qui fournit les jeux ? L’état vu qu’il en a le monopole.

Mais cela va plus loin. Quels sont les fléaux que l’état combat ? L’alcool, la cigarette et maintenant le jeux.

Ou trouve-t-on facilement les trois ? Tout simplement dans un bar-tabac. Dans qu’elle mesure peut-on ouvrir se type d’établissement ? Tout simplement avec l’autorisation de l’état. Un bar tabac est un lieu convivial. On n’y va pas par obligation, mais de son plein gré pour y passer un moment de détente. Cela laisse donc sous-entendre que tout ce qui y est vendu est là pour faciliter la détente des consommateurs. De même que les Casinos mettent tout en oeuvre pour qu’une visite dans ce lieu soit le plus agréable possible. Bon, ceci étant précisé, je ne veux pas faire le procès de ces lieux, ce n’est pas mon propos. Loin de là.

On nous rabâche à longueur de slogan : « L’alcool a consommer avec modération », « La cigarette tue », et maintenant : « Trop jouer est une addiction »… Oui, mais que fait-on pour combattre ses fléaux ? Rien ! Du moins on taxe les consommateurs. C’est de l’argent facile. Deux bières et vous risquez une amende si vous prenez le volant (et ça c’est la sanction minimale), fumez dans un lieu public, même punition, jouer ne serait-ce que 2 euros et vous donnez 80 % de votre mise à l’état.

Alors il y a des moments ou je me dis :

  • Pourquoi l’état fait la guerre aux dealers ?
  • Pourquoi veut-il interdire les jeux de poker (en ligne ou dans les salles privées) ?

Tout simplement parce que dans ces deux options il n’arrive pas à prendre sa commission dessus. Pourtant en ce qui concerne les jeux, l’état français n’est pas en règle avec les lois de la communauté européenne. Vu que tout monopole est interdit.

Il est tout de même bizarre que l’état, sous prétexte de nous voir en bonne santé, se penche sur les problèmes d’addiction mais pas sur la cause. Vu que la vente d’alcool est autorisée, celle du tabac également, et que les jeux d’argent non seulement ne sont pas interdits, mais la Française des Jeux se penchent tous les jours pour nous proposer de nouveaux jeux. Et dans ce cas profite du client « Bar-tabac » pour l’inviter à jouer au rapido. C’est facile, pas cher, et surtout rapide. La promesse du gain rapide. A ce propos Laurent Bourrelly, m’a fait part qu’il avait vu un reportage sur M6 d’une personne qui s’était ruinée à ce jeu. Alors, si on voulait nous protéger il faudrait demander au débitant d’exclure de la salle un joueur compulsif, tout comme ils sont en droit d’exclure de l’établissement une personne en état d’ébriété. Ou par exemple limiter les enjeux au loto.

J’ai conscience que mon billet ne vous apprendra rien de neuf sous le soleil, mais ce qui me met hors de moi c’est l’hypocrisie qui se dégage des discours. Stigmatiser les buveurs d’alcool, les fumeurs et les joueurs en les faisant passer pour des pervers. Un exemple parmi tant d’autres : On parle des malades du cholestérol comme des victimes. Alors que l’abus de matières grasses favorise cette maladie. On ne les montre pas comme des « accros au beurre ou autres matières grasses ». Soit je conviens que l’abus à quelque chose, peut entrainer une addiction, et des maladies. Donc on ne peut rien supprimer. Mais ayons l’honnête de dire que « Il ne faut abuser de rien » (sauf des bonnes choses : ) ), plutôt que dire : « Attention si vous buvez, fumez, ou jouez vous êtes un malade potentiel (voire un malade qui s’ignore ». Ayons le courage de dire : « C’est potentiellement dangereux mais qu’est-ce que ça rapporte » … Donc, je vous l’interdit pas vu que vous rentrez dans la catégorie du : « Contribuable vache à lait », et que j’ai besoin de votre argent.

Dans tous les domaines l’abus est dangereux, mais dans tous les domaines aussi on peut consommer de manière raisonnable. On peut jouer au poker et gagner avec une mise de 0.10 € (là je parle sous le contrôle de Laurent, j’ai pas encore ce vice). Au poker, pour y jouer il faut déjà connaitre les règles. Pour le reste c’est plus facile d’user et abuser.

Pourquoi ne pas supprimer toutes les matières grasses, ou trop sucrées vu qu’il y a un risque de sur-consommation et donc un risque pour la santé ? Partant de ce postulat interdisons la vente du Nutella, je suis addict à la pâte aux noisettes et donc elle est en partie responsable de mon diabète. :(

Enfin, pour savoir si vous êtes addict :

Dans les trois cas, comprenez que c’est l’état qui est la cause de votre malheur. Que vous êtes un contribuable que ce dernier aime choyer pour le plus grand bien de la communauté. Et si l’état aime culpabiliser les consommateurs c’est pour mieux quelque part se donner « bonne conscience » mais c’est tout. Comme si un pourvoyeur d’héroïne vous disiez : « Tu devrais pas te droguer, mais enfin je te fournis quand tu veux du moment que tu paies ».

Quand je lis que des fumeurs aux Etats-Unis (il me semble en France aussi non ?) ont porté plainte contre des fabricants de tabac, finalement bientôt on pourrait faire de même envers l’état Français car il est le premier pourvoyeur de drogues.

11 reponses »

  1. C’est clair que le tabac et l’alcool sont des drogues hyper dures, et l’hypocrisie étatique est insupportable. Il faut un peu analyser les messages distillés sur les paquets de cigarettes pour se demander comment l’Etat peut cautionner la vente d’un tel produit. Idem pour l’alcool qui détruit à plus ou moins petit feu.

    Combattre l’addiction en interdisant l’accès au salles de poker en ligne ne résoudra rien car un addict reste un addict, peu importe le support. Contrairement à un bon joueur de poker, le compulsif recherche inconsciemment l’adrénaline qui le pousse au bord du gouffre. Il aura la même attitude en jouant à n’importe quel jeu de hasard (Française des Jeux incluse).

    Le résumé tient dans ta phrase : “Tu devrais pas te droguer, mais enfin je te fournis quand tu veux du moment que tu paies”.

  2. A la réfexion de ce matin, en me relisant… Je me dis que plutôt de combattre l’addiction faudrait-il se poser la question :

    « Mais pourquoi des personnes deviennent dépendantes d’une drogue ? »

    Parce qu’au final la question peut se résumer à cela. Vu que si l’on se penche sur le phénomène de la drogue on s’aperçoit qu’il y a une fragilité psychologique. Donc qui est la base de cette fragilité ? Un mal être ? Mais pourquoi ?

    L’argent facile (pour les jeux) : Tout simplement parce que certaines personnes en ont marre de devoir compter le moindre euro pour acheter une baguette de pain ou un litre d’essence…

    Oublier les soucis (pour l’alcool et la cigarette) : Tout simplement parce que certaines personnes trouvent dans ce repli un moyen d’échapper à leur soucis.

    Alors dans une société qui prendraient en compte les soucis à la base, on devrait éliminer au moins une partie des personnes qui tombent dans la pathologie.

    Pour ces personnes là que fait l’état ? Rien ! A part les culpabiliser.

    C’était mon moment : « d’utopie » 😉

  3. Toute drogue qui va bidouiller les cellules du cerveau sont en effet un moyen d’échapper à la réalité.
    Devenir accroc est juste un signe de vouloir échapper en permanence à la réalité plutôt que dans un cadre « récréatif ».

    Quant au jeux d’argent, je crois qu’il faut focaliser sur ce sacré Loto qui n’est qu’une petite lueur d’espoir pour ceux qui ne savent pas faire les maths (en termes de probabilité il y a aucune chance de gagner), mais cela permet de continuer sa chienne de vie en attendant le prochain tirage.

  4. D’un certain côté, ne vaut-il pas mieux savoir que ces « trafics » addictifs ne sont pas aux mains d’entreprises privées dont le but est le profit (sans être péjoratif) ?
    Sur ce point, il faut reconnaître que l’Etat fait ce qu’il doit faire. Quand on regarde les cigarettes, si l’Etat avait vraiment envie de faire du profit, il n’aurait pas tant augmenté les prix, il n’aurait pas ajouté cette obligation d’afficher des « Fumer Tue » etc.
    La Française des Jeux rapporte 2,8 Milliards d’Euros par ans à l’Etat, honnêtement, ce n’est pas, pour l’Etat, une source de revenue extrêmement importante : il y aurait moyen de faire plus de profits en profitant de l’addiction, si c’était le but recherché.

    Pourquoi ne mettons-pas sur tous les petits pots de beurre des messages patibulaires du type « Le Beurre Tue » ?
    Tout d’abord, il existe une prévention (ralentie par les lobbies privés), le fameux « mangerbouger ».
    Par ailleurs, le poker, les jeux d’argent, la cigarette, l’alcool sont mille fois plus addictifs que la nourriture.

  5. Encore une fois, je suis persuadé que les moyens ne sont pas à mettre au pilori. Ce ne sont pas eux qui vont régler les problèmes d’addiction. L’addict trouvera toujours quelque chose pour se soustraire à la réalité. En dehors de l’alcool, tabac et jeu, il y a pleins de produits en pharmacie qui sont propices à l’addiction.
    C’est en amont qu’il faut traiter le problème au lieu de focaliser sur les moyens qui ne sont finalement que des prétextes.

  6. Adicifié : Si 1.8 milliards d’euros que rapporte la France des Jeux à l’état est une broutille, alors il faut m’expliquer pourquoi le prélèvement forfaitaire sur les boites de médicaments mis en place depuis le premier janvier est important pour la société. Vu que le montant estimé est de l’ordre de 850 millions. Il aurait donc mieux valu prélever cette participation minime sur les jeux au lieu de taxer les malades.

    Pour le « manger bouger » c’est certainement de la part des distributeurs (sur demande de l’état) pour justement se protéger d’éventuel procès (comme envers les cigarettiers) d’un obèse qui pourrait dire : « Oui mais j’étais pas au courant que manger peut engendrer des problèmes de santé »…

    Et l’état va plus loin, vu qu’un décret est passé qui permettra de poursuivre toutes personnes ou organismes qui dit que « ne pas manger tue ». (Pour combattre l’anorexie). Encore une fois on met une mesure en place pour culpabiliser au lieu de se pencher sur le problème de fond : « Pourquoi tant de fragilité mentale ? ». Vu que le problème de l’addiction est à la base un problème psychologique.

    La question qu’il faudrait se poser au départ : « Pourquoi sommes nous aussi fragile psychologiquement ? ». Vu que toutes les drogues sont un moyen de s’échapper de la réalité.

    La vie serait-elle devenue si atroce à vivre ? Qu’est ce qu’il fait que les gens n’arrivent pas a être heureux, bien dans leur peau ?

    Je ne pense pas que la nourriture soit moins addictive que le poker, la cigarette ou l’alcool… Il n’y a qu’à constater que les obèses (de plus en plus nombreux), sont généralement des personnes à revenus faibles. Contradictoire en soit, vu l’augmentation des prix… Mais « se remplir » c’est aussi une façon de fuir les réalités, l’expression d’un mal être. Tous les psys te le diront 😉 . Et l’obésité, comme l’anorexie n’est pas bon pour la santé, mais surtout : « Tue » !

    L’augmentation des prix du tabac s’explique : D’un côté je fais des campagnes pour qu’on arrête de fumer (histoire de dire : « C’est mauvais, faut pas le faire » ), et comme donc des personnes arrêtent de fumer cela va engendrer une perte de bénéfice. Donc pour compenser et bien j’augmente de prix. Idem pour l’alcool. Je combats les consommateurs, donc je fais baisser la consommation, et j’augmente les recettes, et met des taxes pour compenser le « manque à gagner ».

    Pour le poker si c’était pour le bien être des futurs « addict » je commencerais par supprimer ou interdire à certains, les jeux de lotos et autres. Mais non, je combat ceux qui ne me rapportent rien. De toutes les façons au 1er janvier 2009, l’état ne pourra plus les interdire… Donc que va-t-il faire ? Mettre en place une taxation, histoire de gagner un peu plus 😉

  7. La vie serait-elle devenue si atroce à vivre ? Qu’est ce qu’il fait que les gens n’arrivent pas a être heureux, bien dans leur peau ?

    C’est sans doute ça le vrai problème, et je pense que si la vie est si dure à vivre, si les gens n’arrivent pas à être heureux c’est parce que nous sommes dans une société positiviste de la croissance, qui crée des désirs et empêche de se contenter.
    Sur 100 addicts au poker, combien rejouent ce qu’ils ont gagné ? Beaucoup!
    Se contenter de ce qu’on a, c’est impossible dans cette société.

    Bref, je pense aussi qu’on stigmatise souvent l’Etat comme un voleur, etc. mais n’oublions pas que c’est l’État qui finance la Sécurité Sociale qui soigne les cancers, qui finance les hôpitaux psychiatriques et les recherches contre l’obésité. l’État n’a pas tant d’intérêt à faire du bénéfice sur la vie des citoyens, c’est ça qui le différencie d’une entreprise lambda et le rend apte à monopoliser ces secteurs addictifs.

  8. Tu me tends la perche pour proposer mon billet sur La recherche du bonheur

  9. Adicifié : Bref, je pense aussi qu’on stigmatise souvent l’Etat comme un voleur, etc. mais n’oublions pas que c’est l’État qui finance la Sécurité Sociale qui soigne les cancers, qui finance les hôpitaux psychiatriques et les recherches contre l’obésité. l’État n’a pas tant d’intérêt à faire du bénéfice sur la vie des citoyens, c’est ça qui le différencie d’une entreprise lambda et le rend apte à monopoliser ces secteurs addictifs.

    Ne me tend pas la perche… Sinon je vais me mettre en colère. 😉 Je pense que tu es une personne en bonne santé, donc tu penses qu’effectivement l’état est en mesure d’apporter des soins à ses contribuables… En étant positif je dirais que je préfère être malade en France plutôt qu’aux Etats-Unis… Mais enfin, pour moi qui commence à avoir de la bouteille, et n’étant pas aussi en forme que je le souhaiterais, je dirais que : NON ! L’état ne s’intéresse pas à la santé de ses citoyens. Pour s’en convaincre il suffit de savoir que chaque année les maladies nosocomiales font plus de mort que les accidents de la route. Pourtant te parle des mesures pour éradiquer les morts sur la route, jamais de cela. Allez un autre exemple :
    Les accidentés de la route : 109 500 /an… Les AVC (Accidents Cardio-Vasculaires) : 150 000/an… Mais il n’y a qu’environ 400 hopitaux sur 2600 qui ont le produit à disposition pour intervenir dans ce cas et minimiser les conséquences de cet accident. Produit qui doit être administré dans les 90 minutes. N’est-ce pas aussi important de soigner les malades d’AVC qui auront des séquelles à vie ? Mais là, comme c’est plus la fatalité qui est en cause on ne taxe pas la population. Seulement, le malade car il devra payer à vie une taxe sur les boites de médicaments, voire se payer (sans être remboursé), l’aspirine qu’il serait contraint (entre autre) de prendre tous les jours.

    Et non-fumeur, non-joueur, non-buveur , le malade n’aura pas le choix. Il faudra qui paie ! C’est ça ou il n’a qu’à préparer son testament !
    On arrive à un système qui est proche des US :

    – Tu as les moyens = Tu peux te soigner
    – Tu n’as pas les moyens = Tu peux crever dans ton coin.

    Et j’irais plus loin (mais je pense que d’ici quelques jours j’irais de mon billet), ou il y a même une ségrégation sur les maladies (et par voie conséquence : Les malades).

    Oui Laurent je t’ai tendu la perche, et j’avoue humblement que j’ai eu la flemme de rechercher le lien. Je savais que tu rebondirais sur ton billet :) .

  10. Sorry : AVC : Accident Vasculaire Cérébral 😉

    Grrrr … Comment on fait pour modifier les commentaires avec ton p… de nouveau panneau admin Laurent…

  11. Tout à fait d’accord, nous parlons alors des franchises, mais ces franchises ont été mises en place par la droite, dans le but de minimiser le rôle de l’Etat. Il y a quelques années, l’Etat remboursait intégralement la plupart des soins obligatoires.
    Aujourd’hui, on ne met plus les moyens dans la Santé : pourquoi ?