Logo Adicie.com

Comment lutter contre la transmission du SIDA par les relations sexuelles ?

Par • 28 février 2008 • Catégorie: Santé

Tout le monde en parle surtout en Afrique, continent particulièrement touché par la maladie.

Tous les responsables nous expliquent que pour résoudre le problème, il faut de l’argent, nerf de la guerre indispensable pour mener la lutte.

Je m’inscris en faux sur cette déclaration, l’argent seul ne peut résoudre le problème.

La propagation rapide du SIDA est la résultante : de la sous information, de l’éducation sélective, des tabous religieux et des moeurs africaines, de l’absence de décisions courageuses susceptibles d’enrayer le phénomène.

SidaParlons de l’information :

Est-il vraiment raisonnable d’espérer toucher les populations, souvent les plus démunis, qui ne disposent ni de l’eau courante, ni d’électricité, en passant un spot TV sur une chaîne telle que Canal + horizon !

De qui se moque-t-on ?

Les initiateurs d’une telle campagne d’information ne poursuivent qu’un but faire de l’argent pour leur propre compte et à bon compte.Ce sont des profiteurs, ils devraient être poursuivis pour détournement de fonds !

Parlons maintenant de l’éducation :

Tout le monde sait que le SIDA touche en priorité les plus jeunes, que l’on devrait trouver sur les bancs des écoles et dans les lycées, les universités, etc.

Qu’en est-il exactement ?

L’enseignement, l’éducation est un privilège des nantis en Afrique, seuls capable de financer des études à leurs enfants.

Il existe, c’est vrai, des groupes de femmes qui parcourent les villages, pour expliquer aux jeunes et moins jeunes les risques du SIDA, et les moyens de s’en protéger, ces missions sont louables mais bien peu efficace, car elle ne traite pas le mal à la source.

Parlons enfin de religion :

Quel rôle joue-t-elle dans le concert des donneurs de conseils, que nous dit-t-elle ?

que le préservatif est contraire à la loi Divine.

que la fidélité pour les couples mariés est le seul moyen de lutte, l’abstinence pour tous les autres.

que l’accouplement de l’homme et de la femme n’a qu’un seul objectif, procréé,

que le plaisir physique hors du mariage est un péché.

C’est être bien hypocrite que de prêcher de telles paroles.

C’est affirmer, que le plaisir de l’homme et de la femme dans l’union charnelle, don du créateur, n’existerait que dans le seul but de procréer, au risque même de donner la mort avant même la vie !

Qui peut croire de telles absurdités, de telles horreurs ?

En réalité les religions et leurs églises sont enfermées dans des principes, inventés par elles de toutes pièces, qu’elles utilisent pour asseoir et conforter leurs pouvoirs.

Les populations africaines généreuses en matière de relations sexuelles, bravent ces interdits, et se punissent elles-mêmes de leurs péchés, en prenant le risque d’être contaminées, considérant que si cela arrive, c’est la volonté de DIEU. Ainsi la boucle est bouclée :

Tu as péché, DIEU t’a puni, c’est bien ainsi !

QUE CONSTATE-T-ON ?

Les personnes infectées n’ont pas les moyens financiers de se soigner.

Elles développent la maladie et la transmette aux autres.

Les débats, les réunions, les campagnes médiatiques, les O.N.G. diverses, font très rarement avancer le problème, cela n’aboutit qu’à gaspiller de l’argent, qui pourrait être beaucoup mieux utilisé.

Le SIDA est un excellent moyen pour faire de l’argent et certains sans scrupule l’ont très bien compris.

QUE PEUT-ON FAIRE DE PLUS ?

La fidélité, l’abstinence, les préservatifs ne suffisent pas, ils jouent, néanmoins, un rôle modérateur,

il y a donc lieu de poursuivre dans ce sens en terme préventif.

Nous devons, cependant, aller beaucoup plus loin et répondre aux deux questions suivantes :

Les personnes infectées, avec le risque de propagation de mort qu’elles portent :

Ont-elles droit à une sexualité devenue une arme de destruction massive ?

Peut-on accepter en toute connaissance de cause qu’elles tuent en toute impunité ?

En consacrant la célèbre formule : « Responsable mais pas Coupable ! »

A ces deux questions pour ma part je réponds NON !

Les femmes sont contaminées par les hommes, et transmettent la maladie à leurs enfants, c’est donc sur les hommes, en priorité, qu’il faut agir,

Nous devons prendre nos responsabilités, et traiter tous les hommes, afin qu’ils ne puissent plus physiquement avoir de rapports sexuels !

En clair avoir le courage de leur retirer toute érection par une intervention médicale appropriée.

Cette démarche peut paraître cruelle, mais certainement pas aussi diabolique que de condamner un innocent à une mort certaine.

Nous serions gravement coupables d’accepter, que le droit au plaisir, que la procréation de morts vivants, passe avant celui de la vie !

Nous serions complices de meurtres avec préméditation. !

Mieux vaut des hommes impuissants que des assassins malgré eux en toute liberté !

Pour toutes ces raisons, je pense que ma proposition mérite d’être rapidement prise en considération et appliquée.

CONCLUSION

En mon âme et conscience j’affirme qu’en vertu du droit à la vie, l’argent déversé pour lutter contre le SIDA doit :

En premier lieu être affecté à cette mesure de lutte contre le développement effréné de l’épidémie.

En second lieu être consacré aux malades pour soulager leurs souffrances.

Voilà deux mesures concrètes de nature à éradiquer cet horrible fléau des temps modernes.

Robert DION

27 reponses »

  1. Ce billet est le premier de Robert qui vient de rejoindre la (petite) troupe des rédacteurs du blog.
    Bienvenue sur Adicie où j’espère que tu contribueras aussi souvent que l’inspiration te le dicte.

    Pour son premier, Robert commence par du lourd !
    Mais c’est vrai que nous avons tendance à oublier ce fléau qui ravage un continent entier pendant que le reste du monde s’en tape le cul par terre …
    Pour remettre les choses dans leur contexte, Robert m’a expliqué qu’il avait rédigé cet article en 2001, pendant qu’il était en Afrique.

  2. Tout d’abord, Bienvenue à Bord Robert :)

    Après, tu m’as coupé l’herbe sous le pied, car j’avais en tête de faire un billet sur le sujet, mais comment aborder le problème quand on est « un peu concerné par la chose »… C’est difficile. Aussi je suis heureux de ton billet qui va me permettre de parler de faire passer un message.

    Je l’ai déjà dit sur un autre billet, j’ai deux personnes proches de moi qui sont séropositives et qui vivent en France. Ce que tu abordes dans ton billet est aussi d’actualité en France aujourd’hui !

    1 – On aborde pas le problème dans les collèges, ni dans les lycées. Je me souviens toujours de la réflexion d’un de mes neveux qui me disait qu’il faisait lui de la prévention auprès de ses copains, leur disant : « Il faut vous protéger »… Ce n’est tout de même pas à des gamins de 16 ans de dire à leurs copains : « Ca n’arrive pas qu’aux autres » ? Non ?

    2 – Aujourd’hui, en France, les séropositifs sont considérés comme des « pestiférés ». Et oui, malgré notre évolution des moeurs, certains dentistes par exemple refusent purement et simplement de les soigner, ou alors ils acceptent de les recevoir « en dernier clients »… A croire qu’ils utilisent leurs instruments d’un patient à un autre.

    3 – Ils ne peuvent pas dire à un patron : « Attention je suis séropositif, il faut que vous le sachiez au cas ou il m’arriverait quelques choses et que vous soyez dans l’obligation de me transporter à l’hôpital inconscient » (il faut tout prévoir dans la vie). Sinon, les patrons ne les gardent pas. Sait-on jamais ? Au cas ou cela se transmettrait par une simple poignée de mains…

    Je passe sous silence, car vous le comprendrez facilement, l’impossibilité pour eux de contracter un crédit pour acheter une maison, et d’autres handicaps….

    Là, ou je ne suis pas d’accord avec toi, c’est sur la manière d’essayer d’éradiquer le problème. Opérer les hommes pour qu’ils n’aient plus d’érection, c’est un peu radical….

    Les personnes dont je te parle sont en couple. Cela fait 18 ans « séropos », alors qu’on leur avait dit qu’il ne verrait pas leurs enfants grandir… Et aujourd’hui, les enfants sont majeurs, ils ont une vie « normale », et on ne peut pas leur enlever le peu de plaisir qui leur restent. Car être infecté ce n’est pas comme être diabétique… Cela implique qu’à la moindre grippe, tout peut basculer.

    Mais, pour revenir à ton sujet principal : l’Afrique, quand je vois que dans un pays dit « civilisé » tel que la France, ou l’on a encore accès à des soins médicaux de qualité (même si on peut ne pas en être satisfait en globalité), je comprend sans problème que là bas cela doit être l’enfer !

    C’est pas tellement les soins à apporter qu’il faut commencer à changer : C’est la mentalité !

    Car ayant lu des messages sur un forum de « séropos », il y a même une discrimination entre eux : Ceux qui ont été infecté par transfusion sanguine, les drogués, et les rapports non-protégés… Ils sont tous dans la même galère, et il y a tout de même une ségrégation ! Faut le faire non ?

    Bon, je reviendrais certainement sur ton billet, là j’ai pas trop le temps… Et c’est une réaction à chaud !

  3. Je n’avais pas émis d’avis sur la castration, mais ça me paraît un peu… disons…  » radical  » comme moyen d’éviter les transmissions.
    Pour ma part, je ne soutiens pas une telle démarche et je ne fais que relayer l’avis de Robert.
    Les capotes gratuites seraient déjà un bon début, mais c’est évident qu’un travail de fond sur les mentalités est irremplaçable.
    Si j’en crois un entrepreneur qui avait essayé de vendre des capotes en Afrique, le coût est trop élevé pour généraliser l’usage, mais ça n’empêche pas qu’une protection en plastique est plus humaine qu’une castration !

  4. Et hop, je reviens 😉

    Evidemment que « sortir couvert » même dans les pays chauds :) c’est le plus simple.

    Mais cela demande un changement de mentalité. Je pense que c’est là dessus que Robert veut insister. Car cela obligent les hommes à prendre leur précaution.

    Et la parole d’une femme qui va exiger un préservatif, c’est pas trop dans la culture de ces pays.

    [Joke]Ben évidemment que tu vas pas faire l’apologie de la castration Laurent… Sinon tu n’aurais plus de spammeur Viagra et cie et cela me manquerait. mdr.[/joke]

  5. Laurent et Geoffrey

    Je comprends votre réaction, je m’y attendais !
    On ne peut traiter la question de la même manière en Afrique et en Europe c’est bien évident !

    L’Afrique est en train de crever sous nos yeux !

    Le préservatif en Afrique n’est pas vraiment dans les moeurs, vous le savez bien, même gratuitement il ne peut résoudre le problème.
    Geoffrey les femmes qui sont exposées en Afrique ne sont pas en situation d’exiger.

    Les traitements ne sont pas à la portée du plus grand nombre.

    Pire, le Viagra a été introduit sur ce continent, des vieux ont retrouvé ainsi une jeunesse et peuvent ainsi passer de bureau en bureau (les bureaux ce sont les maitresses) avec de plus jeunes femmes, le risque de contamination est énorme.

    Pour vraiment éradiquer le SIDA en Afrique il faut prendre des mesures radicales.

    Je vais aller encore plus loin, qui a vraiment la volonté d’agir ?

    Les laboratoires sont-ils prêts à investir pour trouver un médicament efficace que les Africains n’auront pas les moyens de payer !

    (Le Paludisme grand fléau n’est toujours pas éradiqué, ils continue de tuer)

    Tous les AFRICAINS n’auront pas la chance de certains qui sont séropositifs et ne développent pas la maladie !

    Je ne veux convaincre personne, mais je ne veux pas non plus tomber dans le piège  » de l’argent, encore de l’argent, toujours plus d’argent »

  6. Un autre point sur lequel j’interviens et qu’on m’a fait parvenir en privé concerne le procédé utilisé pour la castration.
    A part la castration chimique (absorption d’un cocktail de pilules), je ne vois aucune forme envisageable.
    Une opération s’apparente plus à de la torture qu’autre chose. Et c’est pas du tout dans la Convention de Genève !

  7. Je n’ai pas parler d’opération chirugicale, Laurent, mais d’une « intervention médicale appropriée » qui pourrait en effet être la castration chimique.

    Je sais que cela est dure à entendre car ce type de traitement est plutôt réservé aux délinquants sexuels pour prévenir les récidives.

    Je n’assimile en aucun cas les séropositifs à cette catégorie.

    Ne soyons cependant pas hypocrites, un séropositif en Afrique propage le virus et la mort, cela serait-il moins grave qu’une récidive d’un délinquant sexuel ?

    Je pose la question !

  8. Hello Robert et bienvenue chez les rédacteurs !

    Pour un premier billet, tu y vas fort !

    Je suis 100 % d’accord avec toi sur le sujet de la religion qui laisse penser que : « Tu as péché donc tu es puni »…Et qui met le préservatif à l’index.

    Par contre je trouve la mesure que tu préconises « un peu radicale »… Tiens cela me fait penser au livre que j’ai ces jours-ci : Le Parfum d’Adam de Christophe Rufin. (J’en ferais un billet dans quelques jours, tu verras c’est un peu dans le même style)…

    Castrer les hommes ? Tu crois vraiment que cela va empêcher la propagation ? Les femmes aussi peuvent transmettre à un homme (pas forcément Africain) le virus.

    Tu parles des enfants à naitre qu’il faut protéger… Donc j’ai fait une petite recherche et le nombre dans le monde des enfants atteints est de 2.3 millions sur 39.5 millions de séropositifs. C’est peu non ? Le SIDA dans le monde (Bien que cela soit déjà énorme).

    C’est vrai que l’Afrique est le continent le plus touché, mais castrer les Africains cela va aller dans le sens : « On veut encore une fois supprimer les noirs »…

    Après, à part une opération chirurgicale obligatoire, ce n’est pas à mon sens avec des médicaments que l’on va réussir la castration. Déjà, il n’est pas dans leur culture que les femmes prennent la pilule, alors dire à un homme : « Faut prendre se cachet pour ne plus avoir d’érection », il risque de dire : « Oui bien sûr je vais le prendre… Mais dans la réalité il le donnera peut être à sa femme, ou à son chien, mais lui non il le prendra pas ».

    Je rejoins Geoffrey : Déjà en France on a du mal à faire passer le message de mettre un préservatif… J’ai lu dernièrement qu’on avait fait la proposition de mettre des distributeurs de préservatifs gratuits dans les lycées : Cela n’a pas pu se faire, car certaines personnes ont dit : « C’est de l’incitation aux rapports sexuels ».

    Pauvre France : Comme si aujourd’hui les jeunes avaient besoin d’être incité pour avoir des rapports sexuels !

    Avant de combattre un fléau chez le voisin (c’est à dire : Avant de regarder la paille qui est dans l’oeil du voisin, regardons la poutre qui a dans le notre), penchons nous sur ce qui se passe chez nous, essayons de trouver une solution qui fonctionne chez nous, pour aller aider les autres.

    Tu as vu les millions que rapporte le Téléthon ? Et le Sidaction : Passé aux oubliettes à la TV. De temps en temps on se donne bonne conscience, on nous parle de cette association via un disque… Mais les moyens sont dérisoires et la recherche pour le VIH n’est pas un programme prioritaire dans la recherche. Cela n’empêche pas qu’on a fait des progrès 😉 Restons positif.

    Stigmatiser une population qui n’a pas les moyens de s’éduquer, de manger à sa faim, c’est pas une bonne solution à mon sens. Même si c’est pour la protéger. La dérive risque d’être grave : Du style en France que certaines personnes pensent : « Tu es noir donc tu es séropositif ».

    Déjà on l’a vu qu’en en 1983 on découvert le fléau : On parlait « de la maladie des PD »… Il a fallu quelques années pour comprendre que ce n’était pas la punition que Dieu avait trouvé pour punir les homosexuels. Mais cela reste dans les consciences encore aujourd’hui. :( (C’est dur de faire partir un cliché).

    Dans l’absolu : On va castrer tous les africains, mais alors les autres continents on fait quoi ? Ou la mesure est appliquée dans le monde entier, ou rien. Tant qu’il restera une personne susceptible de contaminer quelqu’un le problème ne sera pas résolu.

    Cela étant dit, je n’ai pas d’autres solutions à proposer, mais il est vrai que le problème n’est pas a négliger, et tant que tous les pays ne prendront pas ensemble des dispositions plus importantes pour enseigner et soigner les populations, il faudra encore quelques décennies pour éradiquer ce fléau.

  9. Merci Arlette pour ton commentaire.

    L’Afrique est le continent le plus touché, sur les 39 millions de personnes atteintes par le SIDA, 25 millions sont en Afrique soit 64 % !

    2.9 millions dans le monde en 2006 dont 2.1 millions en Afrique soit 72% !

    Le SID

  10. C’est parti plus vite que prévu

    Je disais que 2.9 millions de décés par le SIDA dans le monde en 2006 dont 2.1 pour l’Afrique.

    La Priorité est donc bien en Afrique, en soignant l’Afrique nous nous protégeons.

    Pour faire évoluer les mentalités en Afrique il faut frapper fort !

    Le risque ou la menace d’une castration chimique peut faire avancer les choses, et aboutir à une prise de conscience de l’utilité du préservatif.

    La misère conduit à des dérives inimaginables, certaines prostituées Africaines y compris en France ont un tarif spécial pour les relations sans protection !

    On fait quoi devant une telle situation ?

    Quelques émissions de TV pour se donner bonne conscience
    comme si l’argent pouvait tout règler !

  11. C’est parti plus vite que prévu

    C’est bien ce qui me semblait, aussi ai-je attendu avant de te répondre :) (Oh la mauvaise interprétation que je vais faire… Tant pis : Ejaculateur précose ? … Oui, je sais, j’ai honte… mais c’est pour mettre un brin d’humour).

    Je comprend tout à fait ton analyse, mais le problème est que c’est malheureusement les Africains. Si on applique ta mesure cela va faire lever les foules, et on va faire dire à l’opération que c’est pour masquer la vraie raison : Eliminer les africains.

    Je m’explique, si on retourne le problème c’est à dire que se soit la France la plus touchée, on verrait dans l’application que tu préconises une façon d’éradiquer le problème. Sans plus. Vu que ce serait une majorité de « blancs » qui seraient concernés.

    Là, déjà quand je lis les commentaires que l’on me met sur le livre « Racines » , je sais que les africains sont toujours meurtris de ce qu’on a fait vivre à leurs ancètres. Alors, aller préconiser : « Supprimons à long terme la possibilité pour eux d’avoir des enfants »… Ce serait carrément dire : « Eliminons les africains » !

    Tu connais l’Afrique, donc la mentalité de ce continent. Pour eux (et c’est ce qui est reposant quand tu visites les pays Africains), rien n’est jamais grave.

    Tu te retrouves à 2 heures du matin, au bord d’une piste à 10 km de ton hôtel parce que le taxi vient de tomber en panne… Et alors ? Ou est le problème ? Pour un occidental c’est la catastrophe : Pour eux, c’est la vie. Bof, il y aura bien une voiture qui passera d’ici 2 ou 3 jours, et puis 10 kms à pieds dans la nuit noire en chaussures de ville et tes bagages, c’est pas la mer à boire non ?

    Je suis d’accord avec toi, c’est pas les émissions TV de temps en temps ou l’on fait venir des vedettes pour faire croire que la France se préoccupe du problème que cela fait avancer le « schimlblick ».

    Mais il faut tenir compte de leur culture, de leur mode de vie. Il faut, même si c’est vider la mer à la petite cuillère, essayer autant que faire se peut d’une part de les convaincre que OUI il y a des situations qui sont graves, OUI il n’y a que le préservatif pour se protéger efficacement, et d’autre part, faire pression pour que la priorité soit de leur apporter des soins, des médicaments.

    La mesure de castration chimique ne pourra être acceptée, et encore j’y mets un bémol car il faut que l’homme accepte, et au fin fond des villages c’est pas évident, ne pourra être mis en place que si c’est eux qui en prennent la décision.

    OMS par exemple ne pourra jamais leur imposer une telle mesure.

  12. Arlette je crois que nous sommes sur la même longueur d’ondes. Je trouves ton humour plaisant sur un sujet qui l’est moins.

    Je vois que tu connais un peu l’Afrique aussi je vais te faire un petit cadeau avec un poème que j’ai écrit sur les taxis de Ouagadougou.(Le Silmandé est l’hôtel NOVOTEL ou descendent les « Blancs » en arrivant à OUAGA)

    BONNE ARRIVEE PATRON !

    Lorsque tu débarques à OUAGADOUGOU,
    Tu découvres en sortant de l’aéroport.
    Une foule très bigarrée en boubous,
    Des taxis pour assurer ton transport.
    Patron ! une voiture, je peux t’emmener ?
    Oui ! C’est combien ? Pas de problème patron !
    D’accord !mais combien pour le Silmandé ?
    Donne cinq milles ! Non quatre mille, d’accord c’est bon !
    Tu t’installes à l’arrière comme d’habitude,
    Le taxi démarre, avance un peu, cale.
    Ca va aller, y a pas d’inquiétude !
    Curieux taxi vert, vraiment couleur locale !
    Attention un feu rouge ! Arrêtez-vous !
    Il ne s’arrête pas bien entendu,
    Ne soyez pas inquiet, détendez-vous,
    Mais grillez les feux c’est défendu !
    Oui je sais, mais ici vous comprenez,
    C’est pas comme chez vous, vous n’êtes pas en FRANCE
    Un vieux taxi qui s’arrête, c’est calé.
    C’est çà qui fait toute la différence.
    Mais qu’est-ce que c’est que ce drôle de taxi ?
    Il n’avance pas, trente à l’heure, il se traîne !
    J’ai hâte d’être arrivé ! Sur quoi suis-je assis ?
    Y en a partout on dirait des graines !
    Vivement l’hôtel, un bain bien mérité.
    S’il vous plaît monsieur ? Vous avez la clim ?
    Oui patron, mais elle est un peu gâtée !
    Accélère, ouvre la fenêtre t’auras une prime
    Pour rafraîchir il ouvre la fenêtre
    Ca va comme çà ? Oui ! Oui, merci c’est bon !
    Quelle poussière partout ! Comment je vais être ?
    Refermez, je vous demande pardon
    Chaleur, poussière c’est beaucoup en même temps.
    Mais ce n’est pas grave, bientôt tu arrives
    Le Silmandé enfin !, tu es content
    Le taxi stop, attention la surprise.
    Je vous dois ? Quatre milles patron comme j’ai dit !
    Tu lui temps ton beau billet de cinq milles
    Cinq milles ! Je n’ai pas la monnaie, c’est lundi !
    Fatigué, énervé, tu lâches les milles.
    Te voilà bien installé dans ta chambre
    Tu vas te détendre un tout petit peu.
    Ca fait du bien de ne plus rien entendre.
    Tu te sens déjà vraiment beaucoup mieux
    Mais cet instant est de courte durée
    Le son des djembés t’arrive aux oreilles
    Te tiendra éveillé toute la soirée
    Tu attendras pour gagner ton sommeil.
    Pour cette visite à OUAGADOUGOU
    Ne t’inquiète pas de ce qui t’arrive
    Ne te laisse pas aller au DEGOUT
    Admire du barrage les superbes rives.
    BONNE ARRIVEE ! ET BON SEJOUR PATRON !

  13. Ah… Si tu me parles de l’Afrique tu vas me donner la nostalgie… Mais c’est tout à fait ça !

    Et mon passage de se retrouver sur une piste à 10 kms en pleine nuit, avec un taxi en panne… C’est un raccourci ! Mais ce que j’aime sur ce continent, c’est que dès ton arrivée à l’aéroport, tu as dans l’air comme un parfum de « Zénitude »… Tu arrives avec tes préjugés d’occidental, et si tu acceptes les us et coutumes du pays, tout à coup, tu es relax, et tu te laisses porter…

    Bien sûr après cette mentalité à ses défauts, entre autre sur le sujet que tu évoques.

    Mais je suis un peu comme Karen Blixen j’ai été envoutée par par l’Afrique… Alors le Kenya… Pour moi c’est un pays fabuleux !

  14. Il y a 54 pays en AFRIQUE tous aussi différents les uns des autres. J’ai travaillé dans 24 d’entre eux pendant 10 années et ça on ne l’oublie jamais !

  15. […] avoir lu ce livre, et le billet de Robert (Comment lutter contre la transmission du SIA par les relations sexuelles), je ne peux pas m’empêcher de faire la corrélation. Et si le VIH était un virus que […]

  16. This is the official homepage of the Farise site portal.
    Official site has lyrics, sounds, articles, tour dates, discography, pictures, FAQ, and message board.

  17. Bonjour,

    j’arrive tard sur le sujet mais hormis le côté discriminatoire (les femmes le transmettent aussi mais il y a aucun moyen de les en empêcher)

    Certes l’érection enlevée diminue la variété des pratiques sexuelles mais les autres…les rapports oraux -génitaux sont contaminant à un moindre risque mais malgré tout…On les interdit aussi ????
    Le rétro virus se retrouve aussi dans la salive alors là, le risque est particulièrement faible, j’imagine pas une vie sans embrasser…

    Quelque chose qui par contre m’effraie est la recommandation d’enlever le prépuce (me rappelle plus du nom de cette pratique) ceci car il est prouvé par des études que les hommes circoncis (ayez j’ai retrouvé !) sont moins contaminés par ce rétro-virus….moins contaminer ne veut pas dire PAS contaminer hors c’est un argument très en vogue actuellement pour « oublier » le port du préservatif actuellement, en France…ou le nombre de nouvelles contaminations est en croissance par rapport aux dernières années….

    De plus, les femmes se contaminent entre elles dans des rapports non protégés par des dentines…

    Une seule mesure ne suffira pas. Je conçois cependant que l’Afrique est entrain e mourir de ses traditions et des consignes religieuses malheureusement Femi Kuti ne peu pas aller chanter dans chaque village, chaque ville…

    Petit aparté, une nouvelle de Norman Spinrad parle du Sida, à lire que si on a le cœur bien accroché, elle se retrouve dans le recueil : Les Années fléaux.

  18. Complémentairement à tout ce qui a été dit sur le sujet, j’en arrive à penser que le SIDA fait la fortune de l’industrie pharmaceutique et des ONG qui s’en délectent dans leurs actions de soutien à la recherche.

  19. a mon avie le sida c est une fleau qui menace tous les gens il faut de lutter contre elle pour tous les moyene oussi a ma propre aider de sensibliser les gens dans tous les moyen educatif coummunicatif .. ..

  20. le sida cest mal il fau toujours se protégé.

  21. je crois qu on doit maitenant sensibiliser la le continent africain et en plus le monde entier mais dans la majorite c est en afrique que il beaucoup la propagation du virus chers lecteurs et lectrices mobilisons nous pour la lutte contre le sida.utilisons les preservatifs soyons fidele ou meme pratiquons l abstinance

  22. Bonjour j’appreci l’article de mr Robert c’est bien pour les croyants non pratiquant
    chez eux c’est la meilleur solution pour cette lutte qui est de vaincre le SIDA , si non si tu pratique les loi données rien ne pourra t’arrivé de mon point de vu c’est dommage qu’on se flatte d’être croyant et on ne pratique pas les loi de la foi moi je suis sur le terrain et je comprent bien bien comment vous trouvez ca gauche . merci !

  23. @BOLINGO

    Merci pour votre commentaire.

  24. Nous avons besoin de votre aide, de vos conseils, et de vos orientations. Vous pouvez aussi nous chercher les partenaires.

  25. le sida et un.maladie dangeure en afrique il nya pluseur il fau ce patre contre le sida pour patre contre le sida et facil il fau etilisé le présérvatif cé sa pour copatre contre le sida consigne si tu né pas marien il ne fau pas couhé avec une famme qui né pas ton épouse

  26. MERCI A SEYE ET A MOZART JUSTE REJOINDRES MOZART POUR LA RECHERCHE DES PARTENAIRES. NOUS N’AVONS PAS DE PARTENAIRES FIDELS A UNE DUREE LONGUE CEUX QUI SONT LA C’EST PEMPOREL APRES LES EVALUATIONS TOUT S’ARRETES. ILS Y’A DES MOMENT PAR EXEMPLE POUR LA SENSIBILISATION DES JEUNE A L’APPROCHE DES FETE POUR LES PROJECTIONS ET PRESTATIONS THEARALES. ON A UNE TROUPE ASSEE COMPETANTE ET LA RADIO. COMME C’EST CATHO UNIQUEMENT C’EST L’UTILISATION DES MOTHODES NATURELLES.
    SE SONT LES PARTENAIRS QUE NOUS CHERCHONS!!!

  27. francheman ce que vous faites pur l’afrique c’est quelques choz de bon apart q’il y’a encore une longue route a franchir…