Logo Adicie.com

Comment appliquer les propositions du rapport Attali ?

Par • 30 janvier 2008 • Catégorie: France

Je me suis déjà exprimé brièvement sur les 20 décisions fondamentales du rapport de la commission Attali, mais j’attendais avec impatience de lire l’ensemble des 314 recommandations afin de donner un avis plus concret que de simples réflexions spontanées.

Rapport de la Commission pour la libération de la croissance françaisePour tout avouer, je me suis arrêté à mi-chemin de ma lecture des 314 propositions avant d’écrire ce billet car la question qui m’est venue est tout simple : comment appliquer toutes ces réformes d’un bloc ? Finalement, le bon côté de ce rapport est qu’il fait un état des lieux assez précis des points de blocage de la croissance. Il propose d’ouvrir certaines vannes et d’en fermer d’autres, mais il ne répond absolument pas à la manière dont il faut mettre en place ces réformes. D’ailleurs, d’un point de vue législatif, le rapport Attali outrepasse carrément ses droits et son ambition car il est inconcevable dans une démocratie comme la France d’assister à la mise en œuvre d’un rapport défini par une commission indépendante sans passer par la moulinette habituelle. Après être passé entre les mains des ministres chargés de chaque dossier, de l’Assemblé Nationale et du Conseil Constitutionnel, je me demande ce qu’il va rester des 314 propositions originales. Ce n’est pas l’ordre d’Attali qui dit que tout doit être pris en bloc sans discuter. Cette idée est inconstitutionnelle et inconcevable en France. Dans n’importe quelle dictature c’est possible, mais pas dans notre démocratie.

En fin d’introduction (page 20) je lis que pour « conduire la réforme tambour battant », il faut que le président et son gouvernement approuvent les conclusions, puis se mettent à l’œuvre immédiatement. C’est vite dit et écrit, mais bien moins simple à mettre concrètement à l’œuvre. Cet idéalisme m’étonne encore plus lorsqu’il vient de Jacques Attali qui connaît parfaitement les rouages de la République et qui sait parfaitement qu’appliquer 314 réformes sans préavis et en bloc relève de l’utopie. Page 235 et 236, la commission revient sur la manière de piloter les réformes, mais ce n’est qu’une explication un peu plus détaillée de l’introduction en page 20.

Pour revenir à cette fameuse page 20, je lis que « Le pouvoir politique sait que les Français veulent la réforme, qu’ils croient en la réforme si elle est socialement juste et économiquement efficace, et qu’ils attendent qu’elle soit conduite tambour battant ».
C’est sur ce point que je crois sincèrement que la commission Attali se trompe lourdement.
Bien sûr que les Français souhaitent sortir du marasme actuel, mais de là à croire qu’ils sont prêts à mettre en péril leurs acquis, nous plongeons dans la folie profonde.
La France est sans doute le pays où il est le moins possible de faire bouger les choses. D’ailleurs, la plupart des propositions du rapport remettent au goût du jour des projets de réformes abandonnés par les gouvernements passés à cause des freins sociaux. Attali le sait bien puisqu’il a figuré assez longtemps aux côtés de François Mitterrand dans une période où les conflits sociaux ont endigués bien des réformes indispensables. C’était la même histoire durant le mandat de Jacques Chirac et je ne vois pas en quoi le nouveau président Sarkozy serait devant des citoyens prêts à sacrifier leurs acquis.

Encore plus fort, il faut que ces réformes soient mises en place d’un bloc ; c’est-à-dire les 314 car il n’est pas question de piocher ou modifier les recommandations. Franchement, c’est absurde et ça m’étonne qu’Attali soit devenu aveugle à ce point. Pour finir avec l’impossibilité de la mise en œuvre, je lis que « l’essentiel de ces réformes devront dont être engagées … entre avril 2008 et juin 2009 ». Ça donne un peu plus d’un an pour mettre tout ça en place ! Est-ce que c’est moi qui suis trop pessimiste ou il y a quelque chose qui cloche ?

Pour revenir sur mes commentaires de la lecture des 20 décisions fondamentales, j’ai eu tort de critiquer à tout va car lorsque je lis l’ensemble des mesures (enfin la moitié pour l’instant), j’y trouve une certaine cohérence et surtout un véritable plan d’ensemble des freins de la croissance en France. Evidemment, je ne suis pas d’accord sur les détails de certaines recommandations, mais ce rapport à le mérite de dresser un plan d’ensemble très précis d’éléments ralentissant la croissance. À la lecture des 20 décisions fondamentales, j’avais simplement l’impression de recommandations jetées en vrac tandis qu’à la lecture de la totalité du document, c’est une tout autre impression qui émerge.

Par contre, je persiste à dire que le mode d’emploi d’applications de ces réformes est absent et qu’il va lancer le gouvernement vers une implosion certaine s’il met en œuvre les conclusions du rapport de la commission Attali. Ce rapport est un magnifique plan d’attaque pour flinguer un gouvernement. Si Sarkozy veut virer Fillon et sa bande, il n’a qu’à ordonner de suivre le plan d’action du rapport et c’est que le gouvernement saute à cause du bordel monstrueux dans la rue.
J’en veux un peu à Jacques Attali d’avoir occulté son expérience des années Mitterrand. Il ne se rappelle plus comment ça se déroule en France lorsque le gouvernement veut réformer ? Tiens, juste pour les deux premières décisions fondamentales :

1/ Se donner les moyens pour que tout élève maîtrise avant la fin de la sixième le français, la lecture, l’écriture, le calcul, le travail de groupe, l’anglais et l’informatique.
Les élèves concernés sont trop jeunes pour descendre dans la rue, mais j’imagine tout à fait ce que leurs professeurs vont faire dès qu’ils vont entendre que ce qu’ils faisaient depuis 30 ans est de la merde (même si c’est vrai).

2/ Constituer 10 grands pôles d’enseignement supérieur et de recherche autour de 10 campus, réels et virtuels, fixant les conditions d’excellence de l’ensemble du système de formation supérieur et de recherche.

Encore les profs et certainement les élèves qui vont battre le pavé pendant des semaines car il y a un parfum d’élitisme dans cette réforme.

Je pourrais continuer pour les 312 propositions suivantes, mais les contestations sont facilement imaginables pour quasiment tous les points qui touchent à des acquis. D’ailleurs, je crois que les taxis ouvrent le bal prochainement !

Bref, Attali et ses compères de la commission ont oublié que la marche à pied dans les rues de Paris en brandissant des pancartes et en criant des slogans est le sport favori des Français.
Je ne dis pas qu’il ne faut pas réformer, et la commission a peut-être vu juste sur la plupart des points. Par contre, comment mettre en place ces 314 réformes indissociables est la question que je me pose. Sarkozy et ses ministres doivent aussi se la poser en se grattant la tête avec ardeur, mais ils savent mieux que moi que l’affrontement social, les freins législatifs, les lobbies et les susceptibilités politiques vont se dresser en face de chaque réforme proposée par le rapport Attali. Hé oui, je n’ai parlé que des conflits sociaux, mais il existe d’innombrables autres freins aux réformes et Attali le sait parfaitement. Comment peut-il imposer son rapport à la France sans anticiper tous les problèmes que l’application va engendrer ?

Comme je dis dans mon précédent billet, c’est un vrai pétage de plomb dont la France a besoin. Au delà des réformes, la France est dans un cycle descendant. C’est comme ça pour toutes les civilisations. Les romains, les grecs, les chinois, les égyptiens et bien d’autres peuples l’ont vécu avant nous. Pour endiguer cela il faut une réforme des mentalités et pas des rustines pour la roue de la croissance.
Désolé de parler dans des termes aussi violents, mais à part une guerre ou une révolution, je ne crois pas que la France puisse sortir de son irréductible décadence. Nous sommes dans un tunnel qui nous emmène vers une situation comparable aux pays actuels du tiers-monde et je ne vois pas comment ce cycle peut se renverser. Ça fait peur à entendre, mais j’attends la preuve du contraire pour changer d’avis avec le plus grand plaisir.

16 reponses »

  1. Comment appliquer le rapport Attila? En le jetant à la poubelle!
    http://agitlog.zeblog.com/291117-rapport-attali-le-nouvel-oracle-des-neoliberaux/

  2. A propos de Se donner les moyens pour que tout élève maîtrise avant la fin de la sixième le français, la lecture, l’écriture, le calcul, le travail de groupe, l’anglais et l’informatique. vous dites mais j’imagine tout à fait ce que leurs professeurs vont faire dès qu’ils vont entendre que ce qu’ils faisaient depuis 30 ans est de la merde or les profs ne font que demander cela des moyens et le temps d’appliquer les programmes ( et un salaire décent mais là n’est pas le propos).

    Ce qu’ils ne veulent pas c’est un changement radical de leur boulot à chaque changement de ministres qui depuis Allègre n’ont qu’une idée en tête : mettre les profs au pas de leurs idées.

  3. J’ai eu le privilège d’avoir croisé plusieurs systèmes d’éducation en France et à l’étranger.
    Par exemple, jusqu’au Collège j’étais dans un merveilleux établissement qui s’appelle La Source à Meudon Bellevue (92). Ensuite, mes parents ont déménagé et je suis allé dans un Collège + Lycée publics. Puis, je suis parti faire mes études secondaires aux USA.
    Donc, oui je peux juger de la merde que nous servent les profs du public en France. Qu’ils viennent jeter un coup d’oeil à La Source pour voir un endroit où les enfants ne sont pas pris pour des prunes.

  4. Eh woui, on est, une fois de plus, en plein syndrôme « la redoute » avec un gros catalogue plein de trucs – un peu de chaque chose pour que tout le monde puisse parler – qui sert si bien l’immobilisme politique en France. On va donc en parler pendant 6 mois, passer 20 articles à la caisse, espérer que la réalité prenne un peu la direction des recommendations et zou. Ironiquement, on drive tout y compris l’éducation publique de cette façon. La véritable gestion saine se passe de réformes et de grands chambardements. Comment demander à des profs de faire correctement leur boulot quand celui-ci est aquis au point que même les inspéctions sont attendues un an à l’avance. C’est cet eternel « mensonge à soi-même » que les français s »infligent qui détruit toute vie politique, donc, toute vie en commun.

  5. Laurent, je serai plus modérée entre l’enseignement public et l’enseignement privé.. mon fils ayant taté des 2 (et ayant fait 3 écoles primaires). Dans notre cas, la meilleure école qu’il a fréquenté est une école publique. Dans l’école privé se trouvait un très grand nombre d’enfants à problèmes dont certains avaient déjà redoublé 2 fois en CE1 et le niveau était relativement bas (justement pour faire en sorte que tous les élèves suivent). Mais bon c’est justement parce que l’école prenait sans rechigner les enfants à problème que nous y avons mis le notre 😉

    Il est actuellement en CM2 et certains camarades de classe ne savent toujours pas écrire sans faire une faute à chaque mot, savent à peine compter mais comme il ne faut plus faire redoubler les enfants, ils passent de classe en classe jusqu’à être en total échec scolaire.. il y a un sérieux problème dans l’éducation nationale oui!

    Quand à l’enseignement aux USA, s’il est si bon que ça, je ne m’explique toujours pas que ma cousine, en rentrant des USA où elle avait passé plusieurs années ait du redoubler en France pour rattraper le niveau?? J’ai toujours à cause de cela que leur système éducatif était mauvais, j’en ai une très mauvaise image, ou plutôt une image d’une université qui sélectionne par le fric… du coup, on achète pas un peu son diplome? Enfin tout ça n’a rien à voir avec le rapport Attali dont je n’ai finalement pas grand chose à faire 😉

  6. No no je ne fais pas la différence entre privé et public. Renseigne toi sur La Source 😉 C’est pas juste privé. C’est bien autre chose. Il y a un concept que j’ai appris là bas et que je n’ai retrouvé nulle part ailleurs. Ca s’appelle LA CONFIANCE.
    Quant aux USA, il y a en effet un moins bon niveau au lycée par rapport à la France, mais les universités sont largement supérieures aux françaises.

  7. Ahah ok 😀
    En gros faut faire le lycée en France et si t’as du fric, l’université aux USA 😉

    Quant à La Source, je ne connais pas, pas plus que tu ne dois connaitre le Collège Molière où j’ai été et qui était très bien aussi :) (c’était du public)

  8. En effet, pour aller aux USA pour un étranger c’est cher. Pour les américains, c’est différent puisque le système de bourses au mérite fonctionne assez bien. Pour ma part, mon père a choisi entre s’acheter une Ferrari ou payer des super études à ses enfants.

    Je ne connais pas le Collège Molière, mais peu importe privé ou public; il existe des établissements scolaires qui font les choses différemment, pour le bienfait des enfants contrairement à 99,9999999 % des autres.

    Wooow, c’était pas le rapport Attali le sujet du billet ?

  9. Ton père a fait le bon choix, c’est pas la Ferrari qui lui paiera sa maison de retraite mais ses enfants 😉
    Je suis actuellement à la recherche d’un collège pour mon fils (rentrée 2008, les inscriptions sont maitenant) et entre privé et public, c’est bien le porte-monnaie qui risque de trancher, dommage!

    Oui c’était le rapport Attali le sujet mais tu sais comment ça fini quand on discute ensemble… désolée d’avoir fait dévier la discussion!

  10. Pas grave pour le rapport Attali, j’en discute avec PICON BIERE sur le précédent billet :)

  11. Je ne peux pas résister à mettre une touche d’humour dans ce billet :)

    Qui a dit que les jeunes ne savent pas lire et écrire ? Voici le commentaire que je viens de recevoir sur le livre : « Roméo et Juliette » de William Shakespeare sur mon site :

    « putin de merde i dechire ce livre !! vasi li le ilé buuuennn !!! et
    trop senssssaaasss juliette, elle est trop bonne!!! PS: capucine t une autiste !!! comme fany »

    Et là je doute que ce soit un élève de CM2 a qui on a demandé de lire le livre… Mais plutôt à un élève du lycée !

    Là, je me dis : Y a du boulot !!!!

    Surtout, que des commentaires que celui-ci j’en jette tous les jours. 1 sur 100 est écrit sans faute (quand je dis sans faute, c’est que j’excuse les fautes de frappe, ou une ou deux qui peuvent arriver quand on écrit trop vite)… Car généralement c’est du 10 fautes en une seule phrase minimum, sans compter les majuscules absentes ou la ponctuation)

  12. @Arlette : Je ne retrouve pas le commentaire sur ton site, pas contre, tous sont consensuels, comme si le moindre débat était irrévocablement évincé. Faut-il croire que notre théâtre moyenâgeux ne passionne plus notre jeunesse ? Tant mieux.
    Car voici bien là la première raison à l’horreur du roi des uns, Attali (à ne pas confondre avec l’autre, Attila le roi des Huns) : l’inadéquation. La première mesure a prendre pour renverser les mauvaises tendances de ces 50 dernières années, c’est de rétablir la règle où « tout condamné à mort aura la tête tranchée » et de rendre immédiatement justice au peuple. Si la politique du petit caporal a échoué, ce n’est pas les mesures d’Attali qui vont sauver la France. Ils sont aux responsabilités depuis très longtemps. Par le constat d’échec (France en faillite, plus d’argent dans les caisse, cadeaux fiscaux aux nantis…) demandons justice, et qu’ils rendent le tablier.

  13. @Infofiltrage : J’ai donné le commentaire en exemple, mais évidemment je ne l’ai pas publié.

    La soumission de commentaires ou de livre sur mon site est en modération a priori… Sinon, je te laisse imaginer l’image que donnerait mon site. Entre le SMS, les raccourcis et les phrases donnerait une mauvaise image :(

    Attention mon site n’est pas un blog. Les internautes sont invités à mettre un commentaire sur les livres publiés. C’est tout. Mais je ne modère pas les avis qui vont à l’encontre du mien. Je publie tout (enfin presque), même si cela me demande du temps pour les remettre en « état de lecture ».

  14. Qu’est ce qui fait débat finalement?
    Le rapport Attali avec ses vérités et ses défauts ou le fait qu’il faille réellement entamer des réformes en France?
    Il me semble bien que ce soit la deuxième option: les français aiment la lente médiocrité dans laquelle ils sont en train de sombrer…Et ils s’y accrochent!
    Et pourtant, quel pays magnifique, quelle culture exceptionnelle, quelle langue délicieuse et quelle cuisine succulente!
    La France a fait rayonner ses valeurs à l’extérieur, elle n’a rien gardé pour elle, il ne reste qu’un pays de râleurs!
    Il est urgent de changer des choses en France dans tous les domaines;cependant rien ne se fera sans les français.

  15. Pour les personnes qui auraient du mal à lire l’intégrale, je me permets de signaler mon résumé (commenté !) du rapport Attali, avec toutes les propositions dedans à l’intérieur, en PDF attaché à la fin du billet en lien.

  16. @ Nathalie : tu résume plutôt bien la situation. Finalement, il ne reste à la France que des vestiges du passé, mais l’irrésistible descente aux enfers semble bien entamée.

    @ Frédéric : merci pour ton lien que je viens de parcourir. Avec Geoffrey, nous avions également rapidement commenté les 20 décisions principales. http://www.adicie.com/archives/107
    Par contre, je crois vraiment que la lecture de l’ensemble est indispensable afin de bien appréhender la cohérence du rapport. Comme a indiqué Jacques Attali, ce n’est pas un catalogue où il est possible de piocher quelques éléments.

    Par contre, je crois que ce rapport est destiné aux oubliettes car nous n’entendons plus parler du sujet.