Logo Adicie.com

Les enseignants seront « sensibilisés » à la propreté dans les toilettes des écoles

Par • 29 janvier 2008 • Catégorie: Monde

Toute vérité est donc bonne à dire, même celle qui sent mauvais ???

On croit nos enfants en sécurité dans les établissements publiques dans lesquels on les envoie en confiance chaque matin et on apprend qu’ils sont en grand  » danger sanitaire  » !

J’entends aux infos de midi que, selon un rapport de l’ONS (l’Observatoire national de la sécurité et de l’accessibilité des établissements d’enseignement), les toilettes des écoles sont tellement sales et malodorantes que nos chers petits se retiennent toute la journée de faire pipi et le reste, entraînant chez les fillettes des infections urinaires à répétition, et chez tous les enfants, des constipations et autres maux de ventre.
On peut supposer que les conditions ne sont pas optimales pour étudier, comprendre, être attentifs en classe et avoir de l’appétit à la cantine…

Il fallait donc un rapport pour dénoncer cela ; peut-être que des parents, bienvenus dans les écoles, auraient pu s’en plaindre avant !
Gageons que les enseignants ne sont pas obligés, eux, de supporter ces conditions insalubres, car ils se seraient mis en grève depuis longtemps…

Le problème n’est pas nouveau je suppose ; petite, je me souviens qu’il n’y avait jamais de papier dans les cabinets et que je n’osais pas m’asseoir !
Ce qui se passe est simple : les parents n’apprennent pas à leurs petits garçons à ne pas faire pipi à côté de la cuvette, les petites filles, elles, si elles font pipi debout, éclaboussent partout, et surtout personne n’a envie de nettoyer !

On va donc faire de la « sensibilisation », joli mot, pour dissimuler cette partie honteuse et cachée en France : les toilettes… Avez-vous cherché, mesdames, un endroit propre et frais pour y faire votre petit pipi ?
Si oui, l’avez-vous trouvé ? Et où ?

Sensibilisation à quoi? Au fait que des toilettes doivent être propres ?
Sensibilisation AU BON SENS ???
Il semble que personne, jusqu’à présent n’ait été très sensible du nez, et en tout cas pas dans les écoles!

Selon l’UNICEF quelques règles simples, enseignées aux mères du tiers-monde (se laver les mains, stériliser les biberons, installer une moustiquaire, moucher les enfants…) contribuent à baisser considérablement la mortalité infantile !

Faut il donc que nous soyions encore plus mal éduqués et que nous montrions cet exemple ?
Et peut on vraiment concevoir dans notre pays « civilisé », une telle iniquité, une telle honte dont sont évidemment victimes les plus fragiles d’entre-nous : NOS ENFANTS !

Nathalie

PS Laurent : cet article a été proposé par Nathalie qui s’occupe de la Fondation RandyExplorer

19 reponses »

  1. Hum c’est moi ou tu deviens une fille à un moment dans ton article ?
    Sinon j’ai vu sa aussi, sa me rappel les waters du collège, au lycée c’était correct quand même. Puis le primaire je me rappel pas.
    En tout cassa ne m’étonne pas vraiment.

  2. Serge : Laurent a mit un PS… Et l’article est signé de Nathalie. Donc le billet n’est pas de lui, mais de Nathalie 😉 En haut de page du blog il y a un lien : « Soumettre un article »…

    Bienvenue Nathalie sur Acidie ! :)

    Je reviendrais plus tard donner mon avis sur ton billet !

  3. A oui il n’y était pas quand j’ai lu ^^ mais je me doutais bien d’un truc du genre.
    Merci et bonne nuit dans mon cas :p.

  4. Bah, nous autres mâles avons tous notre part de féminité 😉
    Nathalie n’est pas encore prête à publier régulièrement, donc je n’ai pas encore ouvert de compte pour elle, mais si elle se décide c’est évident que mon nom n’apparaîtra plus sous ses billets.

    Concernant les toilettes des écoles, j’ai surtout d’horribles souvenirs au Collège où l’odeur d’urine était tellement forte qu’il était impossible de rentrer dans ce lieu. Dans mon imaginaire, je visualisais les tonnes de pipi accumulé au fil des âges qui n’était pas évacué.
    Bref, je n’ai pas pissé pendant mes 4 années de Collège dans l’enceinte de l’établissement, préférant les toilettes du bistro du coin pour évacuer mes fluides.

  5. Voilà un sujet qu’en langage journalistique on appelle « un marronnier » . Tous les ans, on en parle. Mais j’ai une autre vision des choses :

    – Pourquoi les parents ne prennent pas 5 minutes le matin pour aller vérifier l’état des toilettes dans l’établissement ? et ils vérifient aussi le soir. Ils risquent d’être fortement surpris. Car si le matin c’est propre et le soir sale il n’y a qu’une conclusion à tirer : Ces les chères têtes blondes qui sont responsables ! Maintenant si le matin c’est sale, alors là, ils peuvent aller voir la direction et le faire remarquer.

    Je doute fortement que tous les jours il n’y est pas une femme de ménage dans tous les établissements scolaires qui ne s’occupe de nettoyer les WC.

    Quand on voit dans un établissement non ouvert au public (des bureaux par exemple), ou tous les matins le ménage est fait, y compris les toilettes, et que l’après-midi (quand c’est pas à 10 heures le matin), les toilettes sont dans un état épouvantable… On peut se poser la question : « Qui ne sait pas s’en servir » ? Et là on est entre adulte !

    Dans les établissements comme les bars, les restos, le personnel est dans l’obligation (si l’établissement ne veut pas perdre de clients), de vérifier voire nettoyer les lieux, toutes les deux ou trois heures !

    La propreté c’est comme le reste : Une question d’éducation ! Savoir respecter autrui.

    Les maternelles n’acceptent que les enfants dit « propres ». C’est à partir de cet âge là, qu’il faut leur apprendre à utiliser le balai, à vérifier l’état des toilettes après utilisation.

  6. Geoffrey a partiellement raison cependant, dans les 3 écoles primaire qu’a fréquenté mon fils, il est interdit aux parents de pénétrer dans l’enceinte de l’école… alors aller vérifier les toilettes le matin et le soir est malheureusement impossible!

  7. Oui, Marie je comprend. Mais justement, je pense que les parents doivent se mobiliser pour faire une action « coup de poing »… C’est à dire se mettre d’accord en catimini, pour aller un jour tous ensembles faire une « vérification surprise » ;)… Genre un jour du milieu de la semaine, ou fin de semaine… Car si on fait le ménage le week-end le lundi matin ne sera pas représentatif, comme un jour de rentrée de classes.

    Ce qui me chagrine c’est que tous les articles que j’ai lu font état :

    « Les enfants disent que… » . Même si je ne met pas en doute la parole des enfants, me basant sur l’expérience des adultes, et de l’établissement dans lequel je travaille, je pense que les journalistes et les commissions qui se penchent sur le problème, devraient faire une enquête plus approfondie.

    Dire que le problème est uniquement dans les écoles, c’est vraiment se voiler la face. Parce que les adultes sont aussi très sales…

    Mais, nous on sait qu’il ne faut pas utiliser des toilettes impropres car cela comporte des risques. Les enfants sont moins sensibilisés à cet état de fait.

  8. >>Dire que le problème est uniquement dans les écoles, c’est vraiment se voiler la face. Parce que les adultes sont aussi très sales…

    Oh que oui! Mes voisins jettent leurs papiers par dessus la fenêtre, mais aussi des bouteilles vides et autres joyeusetés dans le genre, j’ai même retrouvé des feuilles de sopalain sales sur ma terrasse aujourd’hui… Ils sont incapables de mettre leurs ordures dans un sac pour les mettre ensuite dans la poubelle… et je ne parle pas des mégots dans l’ascenseur! A la sortie de l’école les gamins jettent leurs papiers par terre et les parents ne disent rien… alors l’opération « coup de poing » je sens que ça ne sera pas pour demain :(

  9. Cher Serge, je suis bien moi: Nathalie…
    Bravo pour ta perspicacité Geoffrey car tu t’en es rendu compte; en revanche, tu parles de « têtes blondes », je comprends l’expression bien entendu, mais sais tu que dans une école on accueille TOUS les enfants ! Et c’est cela le principe fondamental de l’école de la République non ?
    En ce qui concerne le sujet précis des toilettes sales, sais -tu qu’au Costa Rica, il y a une poubelle pour le papier, on ne doit pas le jeter dans la cuvette et tirer la chasse!
    Alors dans ton vol de retour, dans les toilettes exigües de l’avion, tu as du PQ par terre; pas très glamour…puisque la compagnie a « oublié » la poubelle.
    Certains sont bien élevés, d’autres non, ou peut-être que certains ont d’autres habitudes (mon père faisait ça dans le lavabo…)
    Les parents les tout premiers doivent enseigner la popreté et le respect des autres à leur progéniture (« veuilez laisser ce lieu dans l’état dans lequel vous l’avez trouvé »), mais dans une école ou d’ailleurs plus largement, dans un lieu publique, il faut un minimum.
    Si tu as lu l’article de l’Est Républicain, le rapport dont je parle évoque le fait que les garçons et les filles ne sont pas séparées, qu’il n’y a pas de papier, parfois pas d’eau, j’ajouterai qu’il n’y a parfois pas de verrou pour fermer la porte.
    Je ne sais pas si c’est un  » marronier » comme tu dis, mais je serai navrée d’apprendre qu’on a pu aller sur la Lune et qu’on n’est pas capable de régler ce genre de problèmes!

  10. 2 sec Nathalie… Quand je dis : « Nos chers têtes blondes » c’est une expression pour désigner les enfants. Il ne faut pas voir dans mon propos autre chose, ni me soupçonner d’un quelconque racisme.

    Oui, j’ai beaucoup voyagé. Et je peux te dire que c’est un « Mal français » les toilettes publiques. Parce que même en Egypte, dans des petits bleds, ou en Turquie dans des villages ou ils labourent encore avec des charrues à bras, et bien les toilettes publiques sont plus propres qu’en France. Et il n’y a pas qu’au Costa Rica qu’il ne faut pas mettre le papier dans les WC, mais dans une poubelle à côté. Cela n’empêche pas que la cuvette est propre.

    Oui, c’est un marronnier. Tous les ans on en reparle… Et, je vais même te surprendre …
    Il y a 40 ans ma mère faisait le ménage dans un collège. Des classes et des toilettes tous les soirs. Un établissement mixte ou il n’y avait pas de distinctions Garçons/Filles pour les toilettes.

    Et tous les soirs, c’était la même chose. Elle retrouvait les toilettes dans un état immonde. Du style les filles qui laissaient leurs protections usagées à même le sol, j’en passe et des meilleures, sans compter les mégots de cigarette, car à l’époque il était interdit de fumer dans la cour, même pas devant l’établissement.

    Pourtant, nous étions 9 à la maison, avec un seul WC, mais les parents nous ont appris à utiliser les toilettes et les laisser dans le même état qu’on les avait trouvé en arrivant.

    C’est bien ce que je dis, le problème n’est pas que dans les écoles, il est général. Quand les parents ne respectent pas les toilettes publiques, ou dans le lieu dans lequel ils travaillent on peut pas leur demander d’éduquer leurs enfants !

    D’ailleurs Marie le souligne : Un gamin qui jette un papier dans la rue et que les parents ne disent rien, et bien il trouve cela normal.

    Dans les établissements scolaires ou les toilettes n’ont pas de verrous, pas d’eau, pas de papier… C’est aux parents de s’exprimer lors de réunion de parents/établissements pour faire pression sur la direction, et exiger un minimum de salubrité.

  11. Font et Val on chanté, il y a longtemps, la misère des « teuchio » de nos lycées républicains. C’est un maronnier qui pue car le jemenfoutisme y cotoie souvent un état général qui n’encourage que le graffiti urinaire.

  12. […] un pays ou l’on met se bat pour la propreté des sanitaires dans les écoles, signalé par l’excellent billet de Nathalie, je suis étonné que […]

  13. le probleme c que bp denfants se retiennet et se font pipi dans leurs jeans a force de ce retenir. Il faudrait creer des job comme dame pipi pour remedier au probleme

  14. […] sur leur site Randy Explorer . Les habitués d’Adicie connaissent Nathalie puisqu’elle a écrit un article, mais elle participe aussi régulièrement dans les commentaires. Au travers de la Fondation Randy […]

  15. J’ai lu quelque part que les toilettes hommes de l’aéroport d’Amsterdam avaient mis en place une expérience intéressante. A l’intérieur des urinoirs, ils ont placé une fausse mouche qui a eu l’effet surprenant de diminuer d’au moins 80% les éclaboussures hors cuvette.
    Donc, l’homo sapien de sexe masculin aimerait bien viser une cible lors de sa vidange.

  16. Trop fort le coup de la mouche !

    Et l’expérience chez les femmes ? Elle n’a pas eu lieu ?

    Perso quand je vois l’état des toilettes des femmes dans certains lieux, je me dis que si la cuisine est le reflet des toilettes, je ne voudrais pas être invitée chez elles !

    Je cite les cuisines, car lorsque je vais au resto, pour moi lorsque les toilettes ne sont pas propres (non pas par un client indélicat, mais en général), je ne demande pas la carte ! Je ressors illico !

  17. Chez les femmes, ils ont mis une réflexion figure d’homme dans la cuvette. 100% d’éclaboussure en moins, mais des impacts de balles relevés en nombre 😀

  18. @Laurent Bourrely : marrant l’histoire des urinoirs d’Amsterdam, as tu le lien vers l’article?

  19. J’ai lu la news sur un journal, donc pas de lien Web à faire passer