Logo Adicie.com

La bagarre monte d’un cran entre Barack Obama et Hillary Clinton

Par • 23 janvier 2008 • Catégorie: Monde

La mauvaise ambiance et les rancoeurs sont à leurs combles chez les démocrates. Entre Hillary Clinton et Barack Obama, les deux candidats à l’investiture du parti démocrate pour la course à la présidentielle, c’est la guerre. Le dernier débat entre les deux candidats qui a pris place en Caroline du Sud a été le témoin d’une violence rare entre membres d’un même parti politique.


Débat Clinton vs ObamaEn premier, c’est Barack Obama qui dégaine pour fustiger Hillary Clinton à propos de ses actions anti-syndicats qu’elle a mené en tant qu’avocate pour la chaîne de supermarchés Wal-Mart. Immédiatement Clinton rétorque qu’Obama a fait exactement la même chose pour un propriétaire douteux de biens immobiliers à Chicago.

Le prochain scrutin prendra place le 26 janvier en Caroline du Sud, représentant une étape cruciale pour la course à l’investiture démocrate. Bien évidemment, la primaire de samedi en Caroline du Sud est cruciale pour Obama qui compte deux défaites successives contre Clinton. Pour l’instant, les sondages sont favorables à Obama pour l’élection en Caroline du Sud, mais le peu d’acuité des récentes prévisions laisse le vote totalement ouvert.
Voici une traduction libre de l’article de l’AFP qui relate le débat.

Apparemment, Obama et Clinton sont dans un état de nervosité maximal puisque le débat est apparu violent et désordonné. Les deux intervenants se coupaient la parole sans cesse et gesticulaient dans tous les sens.

Obama s’en est aussi pris à Bill Clinton, mari d’Hillary et ex-président, en disant : « parfois, je ne peux pas dire contre qui je fais la course ». Il accuse Hillary Clinton d’avoir voté pour la guerre en Irak en 2002 et s’en prend plus particulièrement à son époux à propos d’une éloge qu’il aurait faite sur Ronald Reagan.
A ces accusations, Clinton rétorque qu’Obama n’a pas été constant dans sa position contre la guerre en Irak, notamment quand tout semblait aller pour le mieux là bas. Ainsi, Obama aurait fait un discours grandiloquent en 2002, s’opposant à la guerre. Par contre, l’année suivante, il aurait dit à des journalistes qu’il était d’accord avec le président Bush sur sa manière de mener le conflit. Encore l’année suivante, Obama aurait voté le financement de la guerre à plusieurs reprises.

Sur ce, Obama répond qu’il était occupé sur le terrain, elle était dans son siège d’avocat chez Wal-Mart.

Réplique immédiate de Clinton qui explique qu’elle bataillait contre les républicains pendant que Obama était encore en train d’étudier le droit et représentait ce propriétaire accusé de fraude à Chicago qui a ensuite financé une partie de sa campagne. Ensuite, Clinton appuie sur le fait qu’elle est largement plus expérimentée pour contrer les républicains. Puis elle lâche qu’il est difficile d’avoir un débat clair avec Obama puisqu’il ne prend pas de responsabilité pour des votes en tant que sénateur ; par exemple concernant les abus sexuels.

Le seul moment d’unité démocrate s’est trouvé lors des attaques contre le président Geogres Bush et les craintes de récession.
Ah oui, il y a bien un troisième candidat démocrate, John Edwards, mais il a été tellement transparent que ça ne vaut pas la peine de s’étendre sur son sujet.

La primaire démocrate est véritablement un champ de bataille où les pires coups bas sont utilisés. La race, le sexe, l’histoire personnelle, bref tout est bon pour flinguer son adversaire. Vu depuis notre poste d’observation européen s’est assez rigolo de voir ces gens tous plus intelligents les uns que les autres se quereller comme des chiffonniers.
A mon avis, il faudrait carrément les mettre dans un ring avec des gants de boxe car la tension qui est palpable au sein de ce débat manque juste le niveau suivant qui est que les candidats se sautent à la gorge car il semble qu’ils en ont vraiment envie.

La vidéo d’extraits du débat entre Clinton et Obama en Caroline du Sud.
Regardez bien le regard d’Hillary Clinton dans la vidéo et dites moi si elle n’a pas envie d’étrangler Barack Obama en direct.

[dailymotion x44m4q nolink]

4 reponses »

  1. Bon j’ai regardé la vidéo… Evidemment j’ai rien compris au discours, mais enfin c’est vrai :
    Hillary Clinton a envie de saisir à la gorge Barak Obama, mais lui par contre joue de son physique.

    Etant plus grand qu’elle, il a un regard assez dominateur. Du style, toi la naine je t’écrase 😉

    Je trouve cette campagne assez show américain ! Il devrait lire le livre de Bruno Masure et je leur propose de faire un Loft présidentiel. Pas lire le lire pour la qualité de l’écriture, c’est nul, juste pour le concept 😉

    Et là ce serait marrant !

  2. En effet, le débat Sarkozy vs Royal d’avant les élections est digne du bac à sable de maternelle par rapport à ce grand show que nous délivrent Obama et Clinton.
    On dirait qu’ils ont pris des cours à l’Actor Studio tellement ils sont empreints d’émotion.
    Après, comme tous les acteurs, une fois sortis de scène, ils vont aller boire un coup et rigoler ensemble dans les loges.

  3. Je ne serais jamais aussi catégorique à dire que John Edwards a été transparent dans le sens que vous le dites. Il a peut-être été moins relayé, parce que les moments de « climax » sont plus regardés que les autres, mais ceux qui suivent la campagne parce qu’ils doivent voter ne s’y trompent pas nécessairement et préfèrent de loin entendre ce qu’il a à dire et qu’il a pu répéter très calmement, que les éclats qui ne font que du tort aux campagnes respectives. Pour l’instant, au contraire, je crois qu’Edwards a marqué de très nombreux points.

    Maintenant, je comprends que votre point de vue n’ait rien à voir avec celui de ceux qui sont sur place. Et je rappelle toutefois que c’est rarement avec les débats « show télévisés » que les campagnes comptent le plus, mais que cela se joue sur un plan local (rappel : ce ne sont pas des élections au suffrage direct comme chez vous).

  4. Maintenant cette histoire n’est plus d’actualité mais relire des articles sur le sujet nous en apprends beaucoup sur l’élection présente.